Rubrique Agenda

Accueil > Agenda

 

Agenda

 

 

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 17 |

 

Commémoration de "l’autre 8 mai 1945" L’Espace Franco Algérien appelle au rassemblement ce samedi 6 mai

Ils ont promis de ne rien lâcher et effectivement, chaque année, en dépit de la démission des autorités Marseillaises, de l’absence d’enquête les membres de l’Espace Franco Algérien seront présents et appellent au rassemblement samedi à 10 heures en haut de la Canebière - face Maire du 1-7 - pour la traditionnelle commémoration des massacres de Sétif. La plaque apposée l’an passé ayant été profanée et donc détruite une fois de plus. Comme elle n’a toujours pas été remplacée par la municipalité nous avons posé des questions à Hassan Guenfici - président de l’Espace Franco Algérien - afin de nous livrer les détails du rassemblement de samedi et des suites que l’association compte engager.

Avant l’interview topo sur l’affaire et bref rappel de l’histoire des massacres de Sétif, Guelma et Kerrata. Pour rappel, c’est dans la liesse de la victoire en 1945, des Algériens ont rappelés leur volonté d’indépendance ce fut lors d’un défilé à Sétif et à Guelma, un certain 8 mai 1945. Une indépendance promise parce que bien sûr ils avaient donné leur sang pour libérer la France. Ce ne sera pas pour tout de suite, bien au contraire, les manifestant pacifiques ainsi que les civils subiront durant plusieurs semaines de violents massacres aveugles par l’armée française. Ces tueries feront des milliers de victimes. Pour les 70 ans des massacres de Sétif, LE 8 mai 2015 le secrétaire d’Etat français chargé des Anciens combattants, Jean-Marc Todeschini s’était rendu sur place pour rendre officiellement (...)


4 mai 2017 par Ahmed Nadjar - Dans Agenda

 

 

70 ans des Massacres de Madagascar : Projection débat autour du film "TABATABA" à l’Equitable ce 29 mars 2017.

Longtemps occultés, peu racontés dans les livres d’histoire, les événements du 29 mars 1947 marquent l’un des tournants importants de l’histoire franco-malgache.
En lien avec l’association « Mémoires de Madagascar », TaniMena a créé un petit collectif de citoyens pour la commémoration de cette partie de l’histoire franco-malgache à Marseille. L’objectif est de contribuer à la constitution d’une mémoire partagée et de rendre hommage aux insurgés malgaches.
Un cycle d’événements sera proposé tout au long de l’année 2017. Ce 29 mars 2017 pour les 70 ans, une rencontre projection débat aura lieu à :
l’EQUITABLE CAFÉ au cours Julien.

Le débat aura lieu en présence du réalisateur Raymond Rajaonarivelo. Ce cinéaste, jounaliste-pigiste pour RFI, s’est notamment consacré à la recherche et à la restitution de la mémoire occultée des massacres de Madagascar. L’originalité de son travail, que l’on peut qualifier d’oeuvre, est de mêler poésie et réalité, du fait doute d’une double vocation de journaliste et d’homme du 7ème art. C’est ainsi qu’il a décliné son ses recherches factuelles en récits poétique ou romancés. Il a publié des recueils et des nouvelles autour de la tragédie de 1947, des pièces de théâtre et des romans. 70 ans après, comme d’autres pages sombres de notre histoire coloniale, rien n’est encore gagné pour reconnaître les faits, écrire avec sérénité, sans haine mais sans déni, cette page douloureuse. De ce fait, curieux, militants, (...)


26 mars 2017 par Ahmed Nadjar - Dans Agenda

 

 

3èmes Assises de la Lutte Contre la Négrophobie, ce samedi 3 décembre à Marseille

Ce samedi 3 décembre au Palais des arts, dans le Parc Chanot, se dérouleront les troisièmes Assises Nationales de la Lutte contre la Négrophobie. L’endroit choisi est symbolique car c’est là qu’en 1906 a eu lieu l’exposition coloniale à Marseille, comme pour conjurer les horreurs du passé. Oui car, malheureusement peu de citoyens marseillais savent que ces foires étaient en fait de véritables Zoos humains. Le présent quant à lui nous rappelle que la négrophobie continue de faire chaque année de nombreuses victimes qu’elles soit le fait des discriminations ou des agressions de plus en plus fréquentes. Les membres de ce collectif dirigé par des femmes sont présentes auprès des autres luttes tout le reste de l’année, ce qui atteste de son côté humaniste. Mais comme pour les maladies, il faut un spécialiste pour chaque racisme et, de ce fait, il faut des mobilisations spécifiques. Cela, tant que le triptyque républicain ne s’applique pas à tous, quelle que soit la couleur de peau du citoyen. C’est donc pour cela que la troisième année consécutive auront lieu ces assises nationale, histoire de marquer par un événement fort la volonté des Rosas et de leurs amis de lutter contre ce fléau. C’est aussi l’occasion de célébrer la culture noir et les échanges d’idées avec des débats citoyens. Voici le programme :

• 1er Etage du Palais des Arts (metro rond point du Prado). • Hall : exposition : evolution de la lutte contre le racisme colonial et la négrophobie (année 20 : Lamine senghor de la lutte des classes à la lutte pour les droits des noirs, les années 30 : les soeurs Nardal : origines féminine de la négritude, la négritude ou l’approche culturaliste, les années 50 : cheik antah diop (combattre par le savoir, Frantz fanon : Aliénation coloniale et négrophobie, les discours des indépendances de Lumumba à Mandela. • Salle Pytheas 14 h30 à 17h 30:Colloque : "Décoloniser les esprits " et questions d’actualité (affaire Adama Traoré, soutien à Eva Doumbia...) 10 h à 11 h : atelier d’expression ’Mettre un mot sur nos mots" réflexion échanges libre sur la notion de lutte contre la négrophobie • Salle Euthymènes (...)


2 décembre 2016 par Ahmed Nadjar - Dans Agenda

 

 

Festival caricatures et dessin de presse : l’Estaque 2016, encore un bon cru !

Du 19 au 25 septembre 2016, l’Estaque célébre avec ferveur le dessin de presse avec la présence d’une cinquantaine de conquérants du crayon venus de tous les coins de l’hexagone et de pays voisins. C’est sur le thème “liberté et résistance” que les caricaturistes dessineront les temps forts de 2016.

Durant une semaine, tous les dessinateurs offriront leurs esquisses irrésistibles afin de défendre avec conviction et passion la liberté d’expression. Le festival laisse également place aux expositions, représentation théâtrale, ainsi qu’un concours de dessin destiné aux plus jeunes. C’est dans un esprit fédérateur et convivial que le FIDEP (festival international de la caricature, du dessin de presse et de la satire de l’Estaque) revient sur les terres de l’Estaque… pour être aussi au plus proche de la jeunesse des quartiers Nord de la ville. Un festival bon teint, bonne mine ! 5e Festival International du Dessin de Presse, de la Caricature et de la Satire Du 19 au 25 septembre 2016_ Entrée libre Toutes les infos sur le Facebook de l’événement : (...)


19 septembre 2016 par Ahmed Nadjar - Dans Agenda

 

 

Profanation à Marseille de la Plaque des Massacres coloniaux en Algérie, L’ EFA appelle au rassemblement ce samedi 4 juin.

Face à la passivité voire l’inaction complice (?) des autorités Marseillaise, l’Espace Franco Algérien appelle tous les citoyens marseillais épris de justice à se rassembler ce samedi 3 juin 2016 en face de la Mairie du 1/7, square Léon Blum, en haut de la Canebière à 11 heures afin de dénoncer ces actes barbares et leur impunité. Il y a visiblement des fouteurs de haine qui n’ont pas compris que la guerre est finie depuis bien longtemps et qu’il est plus que temps de reconnaître les massacres coloniaux ! Oui, plus de 70 ans de déni ça suffit !

Les citoyens marseillais que nous sommes devons nous poser légitimement la question à quoi servent donc les caméras de surveillances ? Ce système dont on nous a tant vanté les mérites est-il aveugle quand il s’agit de la mémoire des franco-algériens ? Pourquoi les différentes plaintes n’aboutissent pas ? Pourquoi le gouvernement ne se déplace pas pour dénoncer cette série de profanations ? Y a-t-il deux poids deux mesures concernant les punitions et les indignations en matière de négation de crimes contre l’humanité !? Ce triple attentat démontre le climat nauséabond qui sévit en France, il illustre le climat raciste que subissent les franco-algériens en ce moment. Trop c’est trop venez-donc nombreux ! Pour mémoire : Sétif, Le 8 mai 1945, des algériens défilent, à l’appel des dirigeants nationalistes, (...)


3 juin 2016 par Espace Franco-Algérien PACA - Dans Agenda

 

 

Les Rosas rendent hommage aux "Tirailleurs Sénégalais"

Parfois, il est nécessaire de rétablir des vérités historiques. C’est le sens de l’événement du samedi 28 mai organisé par les Rosas à la Salle Sénac, à Marseille 1er. Alors que les autorités locales entretiennent le mythe de la victoire de la France en commémorant de façon "patriotique" le 8 mai 1945 certains rappels sont nécessaires : D’une, ne pas oublier que la France par la voix de son assemblée nationale avaient voté à l’écrasante majorité pour les pleins pouvoir au Maréchal Pétain, plaçant de fait notre pays sous le commandement indirecte puis directe d’Hitler ce qui veut dire que la France officielle de l’époque a perdu la Guerre contrairement à l’affirmation à deux "bals patriotiques", osons le dire ! De deux, comme l’explique si bien le livre d’Eric Jennings " la France libre fut africaine" L’histoire officielle a trop longtemps occulté le rôle de l’Afrique dans la libération de la France ! Les territoires français du continent, connus sous les nom d’AOF ou AEF*... offraient à la minorité résistante et au général De Gaule (qui rappelons le fut déchu de la nationalité Française pour terrorisme**) un territoire et le sang de ses fils pour les accompagner dans la libération de "La mère patrie". Oui la France libre a eu entre autres Brazzaville comme Capitale avant Alger et a permis à de Gaule d’avoir un strapontin avec les alliés quand la France métropolitaine officielle, allié au nazisme, était défaite ! C’est sans doute pour cela que le livre soutenu par le ministère de la Défense et édité chez Perrin débute par la déclaration de jacques Soustelle alors commissaire à l’information de la France Libre : A la légende de "la résistance de Londre" ..., j’oppose la vérité : La France libre fut africaine ! Dans un esprit d’équité mémorielle les Rosas vont donc diffuser un film : L’Histoire oublié des tirailleurs sénégalais". De 13 h à 20 heures, une après midi éducative sera organisé, elle sera festive et conviviale, en voici le programme :

* : AOF pour Afrique Occidentale Française, AEF pour Afrique Equatoriale Française. ** http://www.ledauphine.com/france-monde/2015/12/25/quand-de-gaulle-etait-dechu-de-sa-nationalite-par-petain A lire : La France Libre fut Africaine http://www.editions-perrin.fr/livre/la-france-libre-fut-africaine/9782262032470


27 mai 2016 par La Rédaction - Dans Agenda

 

 

« Chouf » de Karim Dridi : Un film à chouffer !

Après « les marseillais à Miami » ou « à Ibiza », les Quartiers Nord sur la Croisette. « Chouf » nouveau film du réalisateur franco-tunisien Karim Dridi nous immerge dans les fameux territoires oubliés de la république où les trafiquants de drogue font leur loi et concourent par leur économie informelle et mafieuse à une paix sociale armée qui parfois fait quelques morts entre les petits truands ou pire des dégâts collatéraux qui sont des innocents victimes de fusillades qui ne leurs étaient pas destinées.

Pour « Chouf » mot arabe qui veut dire regarde, mais qui désigne désormais les guetteurs qui surveillent les lieux de vente et préviennent les revendeurs de toute intrusion étrangère, le héros c’est Sofiane, 24 ans. Un gamin qu’on croyait sur la bonne voie et qui revenant à Marseille voit son frère caïd tué. Il succombe à la loi du clan et se lance à la fois dans une vendetta pour le venger qui l’amène à s’immerger dans le monde glauque du trafic de drogue de proximité. Karim Dridi a passé quatre ans de sa vie sur ce projet. Il croit à la force de la fiction pour dénoncer la triste réalité de nos banlieues phocéennes. Karim Dridi c’est un peu notre Ken Loach à nous avec ses petits moyens. Un militant caméra au poing qui sans rage et sans rancœur essaie de bousculer l’ordre cruel établi. Il amène au Festival de (...)


17 mai 2016 par Michel Bonelli - Dans Agenda

 

 

Du bon cinéma tunisien : « A peine j’ouvre les yeux »

Une autre illustration de la vitalité du cinéma tunisien. Cette fois-ci la démarche est ambitieuse, la réalisatrice Leyla Bouzid, 31 ans dont c’est le premier long métrage avait une envie : « Je voulais qu’on voit le regard d’une jeune femme sur le corps d’un homme ». La démarche peut paraître puérile quand dans « Love » de Gaspard Noé, réalisateur italo-argentin qui a été dans la sélection officielle pour le festival de Cannes 2015 nous savons que les scènes de relations sexuelles ne sont pas simulées mais bien réelles et que l’auteur a mené un combat pourque son œuvre ne soit pas interdite au moins de 18 ans. Interdiction qui a frappé « A peine j’ouvre les yeux » qui a quand même remporté le grand prix du festival d’Abou Dhabi mais avec cette censure pour « violence », nudité masculine, drogue et « bisous ». Même la mère de l’acteur principal Montassar Ayari lui a reproché de s’être montré en public. Le film qui a été montré aux rencontres cinématographiques de Carthage a eu un grand succès chez les jeunes, la salle du Colisée 1600 places était pleine

Hormis cela la réalisatrice voulait aussi faire passer comme message le processus de destruction de l’énergie de la jeunesse, destruction par la famille, la société et le système d’un pays. Et elle aborde cela avec l’histoire d’une femme. Montrant encore que le poids du carcan social n’est pas également réparti. Pour l’actrice Baya Medhaffar qui incarne Farah l’héroïne, il faut savoir qu’en Tunisie à part la présence de Ben Ali peu de choses ont changé : pression policière, répression de l’homosexualité, condamnation pour la consommation de cannabis et pressions sur les créateurs en utilisant leurs manquements à l’ordre social ou juridique. En décembre, un cinéaste, un peintre et un photographe ont été condamnés pour usage de cannabis dans des conditions assez floues. Payaient-ils ainsi leurs transgressions (...)


23 février 2016 par Michel Bonelli - Dans Agenda

 

 

L’association israélienne Zochrot à Marseille ce lundi soir

Il y a 66 ans, alors que l’état d’Israël est proclamé, plus de 700 000 Palestiniens quittent leur terre contraints et forcés, pour gagner le Liban, la Jordanie, la Syrie et l’Egypte. Aujourd’hui, cette population chassée, réfugiés palestiniens ainsi que leurs descendants, représentent 4,8 millions de personnes dispersées dans tout le Moyen-Orient. Si ce pan de l’histoire, la Nakba -Catastrophe- est commémoré chaque année par l’occupé, il reste sensible du côté de l’occupant. L’association israélienne Zochrot -Se souvenir- lutte pour inverser cette tendance tout en militant pour un droit au retour des Palestiniens. Deux membres de la structure sont de passage à Marseille lundi 29 décembre.

Qu’ils soient militants, étudiants, professeurs et anciens militaires, les activistes de l’association sont convaincus que « la vérité historique et la reconnaissance de la responsabilité sont des passages obligés de la réconciliation ». Depuis 2002, l’association basée à Tel-Aviv œuvre à travers cette ligne directrice pour faire évoluer les mentalités locales autour de la Nakba et ainsi « promouvoir la sensibilisation et le changement politique et culturel » évalue l’association. Par le biais d’ateliers et de conférences, elle organise de nombreuses activités pédagogiques comme des visites sur les lieux détruits de 1948 et illustrés par des témoignages de réfugiés palestiniens et de combattants juifs. L’association a également été l’instigatrice de plusieurs plaques commémoratives dans les villages arabes (...)


29 décembre 2014 par Sarah Lehaye - Dans Agenda

 

 

Calligraphie arabe : « un outil de lutte au niveau éthique et esthétique »

Passée inaperçue, la date du 18 décembre aurait dû parler à plus de 3 millions d’arabophones en France. Depuis 2012, l’Unesco a instauré la Journée mondiale de la langue arabe. Pour cette 3ème célébration, l’organisation a valorisé un art ancestral qui a su se réinventer au fil des siècles, la calligraphie. Jeudi soir, le Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (MRAP) a emboîté le pas avec le vernissage de l’exposition « Art et liberté », de Younes Guénad.

De nature artistique, architecturale, culturelle et littéraire, la calligraphie arabe se dessine au gré des supports. De tracés anguleux pour l’écriture dite « coufique » ou ronds pour les caractères « cursifs », les mots renvoient par leur esthétique une dimension magnétique. Aujourd’hui, l’héritage traditionnel de cet art danse avec une approche plus contemporaine tout en respectant une typographie, propre à la langue, source d’harmonie et d’équilibre. C’est notamment la lignée dans laquelle s’est engagé Younes Guénad depuis bien des années. « Certains pensent que la calligraphie n’a pas vraiment évolué depuis le 18ème siècle, c’est faux » assure l’artiste. L’intitulé de l’exposition « Art et Liberté » veut aller dans ce sens : « j’ai voulu joindre la liberté à l’art car il ne faut pas rester figé, mais aller (...)


19 décembre 2014 par Sarah Lehaye - Dans Agenda

 

 

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 17 |

 

Autres articles Agenda

 

Brèves Agenda

  • 10 mai

     

    HIP HOP : un âge d’or 1970-1995...Exposition MAC Marseille

    HIP HOP : un âge d’or 1970-1995... 13 mai 2017 – 14 janvier 2018 La culture Hip Hop ouvre les portes du musée d’Art contemporain à ceux qui aux États-Unis, en Europe et à Marseille incarnent un phénomène planétaire. Depuis les premières block parties du Bronx jusqu’à l’âge d’or marseillais retrouvez la fièvre qui s’est emparée du monde en trois temps et quatre mouvements : DJing, MCing, Graffiti & Bboying. La formidable énergie et l’inventivité des DJ, des maîtres de cérémonie, des graffeurs et writters, des break dancers et de leurs crews a pris la rue, les clubs et la jeunesse du monde. Émergeant dans le quartier du Bronx, qui connaît les pires conditions économiques, une jeunesse qui rêve d’exister invente de nouvelles formes de survie, de faire la fête, de danser, de marquer l’espace urbain, de défier l’establishment par la parole et le geste. En presque dix ans de 1970 à 1981, elle s’impose comme la nouvelle culture populaire et conquiert New York de quartier en quartier, de métros en trains, de fêtes clandestines en nightclubs, d’expositions improvisées dans les lieux les plus cheaps jusqu’aux galeries d’art branchées de downtown. HIP HOP : un âge d’or 1970-1995... Au début des années 1980, (...)

     

  • 10 mai

     

    "La Belle fête de Mai", 19-20-21 Mai

    Depuis seize ans, « La Belle Fête de Mai » fédère et mobilise tout un quartier. A travers elle la Belle de Mai, devant l’absence de projets structurants, manifeste clairement sa détermination, revendique et affirme son droit à exister dans une ville en pleine mutation.Soutenu par l’histoire emblématique d’un quartier légendaire et le dynamisme affirmé du collectif fondateur, ce temps festif met en œuvre la participation des habitants. Le quartier de la Belle de Mai est résolument porté par les valeurs de solidarité et d’accueil qui caractérisent l’identité marseillaise. La rencontre, l’échange et le respect de l ‘autre doivent être à la disposition de cet avenir qui permettra aux anciens et nouveaux habitants de construire, contre toutes les idéologies populistes d’exclusion, un espace à vivre et à partager. Au delà de la fête, ce rassemblement annuel a pour ambition la valorisation de la force du tissu associatif et celle du bénévolat. De l’exercice de la citoyenneté au développement du lien social, en passant par la valorisation de l’économie de proximité, la promotion de cette manifestation doit assurer un regard nouveau sur le quartier, en redonnant à la population un sentiment d’appartenance mobilisateur … (...)

     

  • 4 mai

     

    Faites de la fraternité ! Théâtre Toursky

    Les 5 et 6 mai sera organisée la « Faites de la Fraternité ». Artistes, intellectuel(le)s, associations, fondations engagées et citoyens sont appelés à se rassembler au Théâtre Toursky pour échanger, se rencontrer, dialoguer, et faire connaissance. Au fil de ces deux journées consacrées au partage interculturel et intergénérationnel, se tiendront des concerts, des débats, des expositions, des animations, des projections, des rencontres, de la poésie, et des actes de fraternité. Il s’agit là de faire de l’Art notre ferment d’unité et le socle fondateur d’une humanité fraternelle combattant tout obscurantisme. La solidarité fraternelle est universelle. Le soutien au droit de tous les peuples de disposer d’eux-mêmes se décline singulièrement à Marseille, porte de l’Orient, par le soutien aux droits du peuple palestinien, reconnus par l’ONU, à l’exigence de paix pour Israël et dans tout le Moyen-Orient déchiré par les guerres. Le public Cette manifestation ouverte au plus grand nombre, y compris au jeune public, et à la mixité des publics (sociale, culturelle et religieuse), avec pour mot d’ordre le rassemblement. Programme Vendredi 5 mai De 18h à 20h30 > Pour que vive la Fraternité ! Ouverture de la (...)

     

  • 4 mai

     

    « Derrière les fronts : Résistance et Résilience en Palestine » film de Alexandra Dols

    Projection-débat du film Derrière les fronts : Résistance et Résilience en Palestine » film de Alexandra Dols Soirée en présence de la réalisatrice, du docteur Samah Jabr et d’une partie de l’équipe du film « Derrière les fronts, propose un cheminement dans nos esprits et sur les routes de Palestine, en compagnie de la psychiatre psychothérapeute et écrivaine palestinienne Dr. Samah Jabr. Dans l’héritage du Dr. Frantz Fanon, psychiatre anticolonialiste, elle témoigne des stratégies et conséquences psychologiques de l’occupation et des outils des palestinien-nes pour y faire face.Dans ce film à plusieurs voix, des extraits de chroniques, d’interviews et d’échappées poétiques dansent aux corps-à-corps avec l’invisible des rues et paysages palestiniens. De cette Palestine fragmentée, des femmes et des hommes aux multiples identités partagent leurs résistances et résiliences. Parce que la colonisation au quotidien n’est pas seulement celle des terres, du ciel des logements et de l’eau, elle ne cherche pas simplement à s’imposer par les armes, mais travaille aussi les esprits, derrière les fronts ! » Le Dr. Samah Jabr est née à Jérusalem-Est, elle y vit et travaille dans plusieurs villes de Cisjordanie. Elle a (...)

     

  • 1er mai

     

    Carrières de Lumières, Baux-de-Provence

    Exposition multimédia consacrée aux grands peintres du XVIe siècle. Réalisation : Gianfranco Iannuzzi, Renato Gatto et Massimiliano Siccardi Carrières de Lumières Du 4 mars au 7 janv. : Tlj 10h-18h (Novembre >mars) / 9h30-19h (avril>juin et septembre-octobre), 9h30-19h30 (juillet-août) 10/12 € (10/13 € en juillet-août) www.carrieres-lumieres.com Route de Maillane 13520 Les Baux-de-Provence 04 90 54 55 56 06 89 82 83 89

     

  • 25 avril

     

    Expo Beautiful Africa aux Galeries Lafayettes

    – BEAUTIFUL AFRICA – EXPOSITION DU 8 AVRIL AU 10 JUIN 2017 Visuel : Otobong Edet Nkanga, Alterscape : Alterscape I, 2005. C-print sur papier photographique, 50 x 67 cm. © D.R. Collection FRAC Provence-Alpes-Côte d’Azur Beautiful Africa à La Galerie du 5em Avec les artistes Sammy Baloji, Yona Friedman et Denise Charvein, Eddy Kamuanga Ilunga, Kapwani Kiwanga, Abdoulayé Konaté, Namsa Leuba, Toufik Medjamia, Otobong Nkanga D’avril à juin, l’Afrique se révèle à la Galerie du 5e avec les œuvres de 9 artistes qui vivent et travaillent entre l’Europe, les Etats-Unis et l’Afrique. L’exposition « Beautiful Africa » traverse les paysages du Nigéria, du Mali ou du Maghreb, raconte les bouleversements économiques de la République Démocratique du Congo et dévoile toutes formes d’art : les protocoles floraux de Kapwani Kiwanga, les photographies qui sont performance chez Otobong Edet Nkanga et mises en scène avec Namsa Leuba mais aussi les sculptures textiles, les vidéos, les peintures ! La Galerie du 5ème 5ème étage des Galeries Lafayette Marseille St Ferréol Ouverture de la Galerie : Du lundi au Samedi de 10H à 20H Visites Commentées : Du Mardi au Vendredi de 14H à 18H et le Samedi de 11H à 19H EXPOSITION (...)

     

  • 24 avril

     

    Peut-on parler calmement de laïcité ?

    Table ronde avec Maïssa Falha et Marc Rosmini (professeurs de philosophie, membres du collectif Les Philosophes Publics) et Richard Martin (directeur du Toursky) La laïcité désigne un type d’organisation politique censé permettre la coexistence pacifique de tous les citoyens, quelles que soient leurs options spirituelles. Ce terme fait pourtant rapidement dégénérer les débats en vaines, et parfois violentes, polémiques. Nous tenterons donc, en croisant les approches historique, juridique et philosophique, de comprendre ce glissement, et de participer à une reconstruction collective du concept de laïcité. Sans détours ni tabous, il s’agira au moins de dissiper les malentendus, et de démasquer les multiples instrumentalisations dont ce principe est l’objet. Théâtre Toursky Le mercredi 26 avril 2017 à 19h Entrée libre. Entrée libre http://www.toursky.org/ 16 promenade Léo Ferré 13003 Marseille 04 91 02 58 (...)

     

  • 24 avril

     

    7èmes Rencontres Nationales des Luttes de l’Immigration et des Quartiers Populaires

    29-30 avril 2017 7èmes Rencontres Nationales des Luttes de l’Immigration et des Quartiers Populaires Ces 7èmes rencontres nationales organisées à Marseille par le FUIQP offre des opportunités d’échanges : tables rondes, débats, retours d’expériences de militant-e-s issu-e-s de l’immigration et des quartiers populaires et paroles des familles dans leur combat quotidien pour la vérité et la justice. Ces 7èmes rencontres se concluront à la fois par une manifestation publique le dimanche 30 avril a 15 heures dans les rues de marseille pour dénoncer encore et toujours les violences policières, mais aussi par une invitation à nous rejoindre le 1er mai dans notre cortège revendiquant l’égal l’accès à l’emploi pour tous dans des conditions dignes. Manifestation contre les violences policières, Dimanche 30 avril. Samedi 29 avril BOURSE DU TRAVAIL 23 Boulevard Charles Nedelec 13003 Marseille 8h30 – 9h15 Accueil/ Présentation des rencontres 9h15 -9h45 Généalogie d’une police coloniale Soraya Chekkat .FUIQP 9h45 -10h45. Table ronde 1 Parole aux familles victimes de violences policières Familles : Ajimi, Touat, Traoré 10h45- 11h45. Table ronde2 Stratégies collectives pour lutter contre les (...)

     

  • 4 avril

     

    Rencontres du 9ème art. Aix-en-Provence

    Lancement du festival de BD, le 7, 8 et 9 avril 2017, avec le premier temps fort des Rencontres du 9eArt. Le très attendu week-end BD réunit pour l’occasion plus de 50 auteurs internationaux, autour de propositions fortes et inédites (rencontres, ateliers, projections, concerts...). Au programme : un week-end BD (7-9 avril) et 10 expositions d’avril à mai En présence de 50 auteurs internationaux. et c’est gratuit ! Cité du Livre et divers lieux 8-10 rue des allumettes - 13090 Aix-en-Provence. Jusqu’au 28 mai. http://www.bd-aix.com/pages/festival.html

     

  • 3 avril

     

    "Massilia Sound System Le film", sort en...

    "Massilia Sound System Le film", sort en salles le 5 avril. Il est réalisé par Christian Philibert, l’auteur des 4 saisons d’Espigoule, et retrace la vie de ce groupe mythique., Entretien avec le réalisateur à lire chez notre notre confrère zibeline. http://www.journalzibeline.fr/programme/massilia-par-massilia/ .

     

  • 7 février

     

    Histoires de sports du 3 février – 29 avril 2017 Au Archives et BDP

    Le département 13 organise différentes expos autour de la thématique de l’histoire des sports du 3 février au 29 avril. En voici le programme : Dans la galerie d’exposition des ABD En partenariat avec les Archives municipales de Marseille, la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH), l’Institut national de l’audiovisuel (INA) et le Musée national du sport. L’exposition présente près de 180 objets, trophées et documents ainsi que des reportages audiovisuels dans une scénographie dynamique, numérique et interactive. Chaque visiteur, petit ou grand, plongera dans l’expérience sportive au travers des émotions qu’elle suscite, de ses vertus sociales et humaines, et de son ancrage dans le territoire local. Des dispositifs numériques immersifs jalonnent le parcours . Le « Mur des Champions » , développé en partenariat avec le laboratoire TELEMMe de l’université d’Aix-Marseille, met en valeur les sportifs du département des Bouches-du-Rhône ayant un palmarès international. Près de 95 sportifs, chacun accompagné de sa biographie, sont présentés sur un mur d’images avec moteur de recherche associé. Dans le hall, un espace numérique, le « Cube », permet de découvrir l’immense collection (...)

     

  • Décembre 2016

     

    3ÈMES ASSISES DE LA LUTTE CONTRE LA NÉGROPHOBIE, CE SAMEDI 3 DÉCEMBRE À MARSEILLE

    Ce samedi 3 décembre au Palais des arts, dans le Parc Chanot, se dérouleront les troisièmes Assises Nationales de la Lutte contre la Négrophobie. L’endroit choisi est symbolique car c’est là qu’en 1906 a eu lieu l’exposition coloniale à Marseille, comme pour conjurer les horreurs du passé. Oui car, malheureusement peu de citoyens marseillais savent que ces foires étaient en fait de véritables Zoos humains. Le présent quant à lui nous rappelle que la négrophobie continue de faire chaque année de nombreuses victimes qu’elles soit le fait des discriminations ou des agressions de plus en plus fréquentes. Les membres de ce collectif dirigé par des femmes sont présentes auprès des autres luttes tout le reste de l’année, ce qui atteste de son côté humaniste. Mais comme pour les maladies, il faut un spécialiste, pour chaque racisme il faut des mobilisations spécifique. Cela, tant que le triptyque républicain ne s’applique pas à tous, quelle que soit la couleur de peau du citoyen. C’est donc pour cela que la troisième année consécutive auront lieu ces assises nationale, histoire de marquer par un événement fort la volonté des Rosas et de leurs amis de lutter contre ce fléau. C’est aussi l’occasion de célébrer la (...)

     

  • Novembre 2016

     

    Une Journée de l’Afrique à Marseille, c’est à Kedge, ce 18 novembre

    Promouvoir la culture africaine dans toute la richesse et la diversité qu’elle intègre, c’est le but de la Journée de l’Afrique qui se déroulera le 18 novembre à la Kedge Business School. Les projets Africains de Kedge Business School : Yega, Go Africa,Vi et READS s’associent pour vous proposer une journée sous le signe l’Afrique ! Au programme, des ateliers et des stands aux couleurs et sonorités Africaines seront mis en place au sein de l’école. Des tables rondes et des conférences seront également organisées avec quelques experts de ce continent extraordinaire sous le thème du business, de l’entreprenariat, de la géopolitique, de la diversité au service du développement durable et du bien-être en Afrique. L’évènement est ouvert à tous ! Venez nombreux au Campus de la Kedge Business School pour célébrer l’Afrique avec nous. Entrée libre (inscription sur lien indiqué ci-dessous nécéssaire dans le cadre du plan vigipirate) https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSdkuqrIWSSI2irYuqNdRxMX8s5nw6IFB4QBiWT0KA2ePrH1iw/viewform?c=0&w=1 De 10h00 à 18h00 Lieu : Kedge Business School, Rue Antoine Bourdelle, 13009, (...)

     

  • Octobre 2016

     

    29 édition du festival Instants Vidéo avec un hommage à Leila Alaoui, victime de l’attentat de Ouagadougou

    Cette 29 édition du festival décrète l’Etat d’Urgence Poétique et comme cela ne se fait pas sans démesure, avec nos partenaires de la Cause Freudienne, nous organisons une Nuit de bout en bout de la psychanalyse, de la performance et des arts vidéo du 12 au 13 novembre. Des textes de Freud et Lacan lus par près de 90 personnalités marseillaises des arts, de la culture et de la politique, avec la présence exceptionnelle de l’écrivain et psychanalyste Gérard Wajcman. Pour la première fois de notre histoire, la clôture des rencontres internationales du festival se déroulera au lever du soleil, dimanche 13 novembre à 7h29. Pendant quelques jours Marseille sera le plus grand port d’accueil d’œuvres d’art vidéo et numériques internationales non alignées sur les critères du marché : 126 films issus de 46 pays, 19 installations, performances, concerts, lectures, conférences et tables rondes… ADPEI – 18 bd Flammarion 13001 Vernissage : mercredi 9 novembre / 17h30 jusqu’au 7 décembre, 14h – 17h, lundi, mercredi et vendredi Crossing (triptyque, 6′)/ Leila Alaoui (Maroc/France) Crossings explore l’expérience des migrants sub-sahariens qui quittent leurs pays dans l’espoir d’atteindre les rivages de la (...)

     

  • Octobre 2016

     

    "Sound of light 2016" en faveur des enfants Syriens : ce samedi 22 octobre au Parc Chanot

    Communiqué de présentation Sound of light 2016 : Après le grand succès de nos deux précédentes tournées Sounds Of Light 2014, et 2015, nous avons le plaisir de vous annoncer Sounds of Light 2016. Pour Marseille c’est ce samedi au Palais des congrès du Parc Chanot. Cette tournée multi-villes représente l’évènement de collecte de fonds le plus grand de son genre en France, et cette année, les fonds collectes nous permettront de venir en aide aux enfants de Syrie. Sounds Of Light 2016 sera animé par de grands talents provenant du monde entier incluant Le Silence des mosquées, Mousa Mostapha, Médine, Samia Orosemane, suivis par les brillants Khalid Belrhouzi et Abderrahmane. Une équipe incroyable qui vous fera vivre un moment unique tout en étant solidaires avec les enfants en Syrie, collectant des dons indispensables pour un projet d’avenir : l’éducation. Sauver des vies en Syrie Nous entrons dans la 5e année de conflit en Syrie et la crise n’a cessé de s’empirer. Des millions de personnes se retrouvent dans des situations qui se détériorent de plus en plus. Ils n’ont même pas accès aux éléments essentiels de survie : nourriture, eau potable, abris, sanitaires et soins médicaux. Mais le pire dans (...)

     

  •  

     

     

     

     

    Articles récents

    Articles au hasard