Rubrique Egalité, diversité : Le débat

Accueil > Egalité, diversité : Le débat

 

Egalité, diversité : Le débat

 

 

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 |

 

Ramadan : origine et signification

Cette année, le mois du Ramadan a débuté lundi 6 juin 2016.
Cette date correspond à l’année 1437 du calendrier musulman appelé « l’Hégire » qui désigne un épisode de l’histoire religieuse dans l’Islam : le départ du prophète Muhammad et de ses proches de La Mecque en 622, vers Médine.

Le calendrier hégirien est un calendrier lunaire fondé sur 12 mois lunaires, de 29 à 30 jours chacun.
C’est l’observation à l’œil nu de la nouvelle lune qui détermine le début du mois pour les Musulmans. Toutefois, le premier croissant peut être visible à Riyad mais pas à Tunis, d’où des différences de début de mois entre les pays.
Une année hégirienne compte 354 ou 355 jours, et est donc plus courte qu’une année solaire d’environ 11 jours.

Le mois du Ramadan est le 9e mois de l’année de l’Hégire. Un mois sacré car c’est durant ce mois que les premiers versets du Coran furent révélés au Prophète Muhammad. Le jeûne du ramadan est obligatoire et est l’un des cinq piliers de l’Islam, avec la profession de foi « il n’y a de Dieu que Dieu et Muhammad est son messager », les 5 prières journalières, l’aumône, et le pèlerinage à la Mecque. Pour les musulmans, le mois du ramadan rime avec privation. En effet, ceux qui sont en âge et dans des conditions physiques qui le permettent, sont appelés à s’abstenir de manger, boire, fumer, et avoir des rapports intimes, et ce du lever au coucher du soleil. L’Aïd El Fitr, jour de fête, marque la fin de cette période de jeûne. L’abstinence de ces besoins vitaux ou "naturels" n’est pas tout ! Il y a toute (...)


 

 

Le Monde des Houroufs

Deuxième langue la plus parlée en France, l’arabe souffre d’une « mauvaise image »1 , la fermeture des classes bilingues et la réduction des postes de capes et d’agrég de cette langue n’arrange pas les choses, alors que plus de 3 millions de personnes la pratique, elle reste marginalisée, les familles désireuses que leurs enfants apprennent cette langue se tournent de plus en plus vers des associations confessionnelles, face à cette disparition programmée , saluons l’initiative de Sonia Tireche, enseignante de langue arabe depuis 9 ans et qui refuse cette fatalité, en créant un outils pédagogique ludique « le monde des Houroufs (Lettres) » qui s’adresse aux enfants, elle cherche aujourd’hui à faire connaître son travail en lançant une campagne de crowdfunding, pour mieux comprendre son projet, elle a accepté à répondre à nos questions :

Qui est à l’initiative du projet ? Je suis à l’initiative de ce projet. Je suis enseignante depuis 9 ans en langue arabe et actuellement au centre Alif Lam Mim de Saint-Denis pour des classes de maternelle et primaire. Avec une formation en langue (anglais, espagnol, arabe) et dans l’animation. Racontez-nous comment vous est venu l’idée de ce livre ? En commençant à travailler avec les enfants je réfléchissais au moyen de rendre mon cours le plus agréable possible. Je viens d’une génération qui a "subi" les cours d’arabe et qui a longtemps vu cet apprentissage comme une contrainte et une perte de temps. Mon objectif était donc d’inverser la vapeur et de rendre ce cours plus génial que les autres. En 2009, je me suis inspirée de méthode existant en français, et j’ai créé des petits personnages en (...)


 

 

« Challenge Citoyen » pourquoi pas !

Comme pour les dernières élections régionales un collectif de jeunes du quartier du Neuhof à Strasbourg et le Centre Social et Culturel se mobilisent pour inciter les habitants à s’inscrire sur les listes électorales. Ils créent « Challenge Citoyen » qui démarre ce jour à 12h30. Le but : avoir le meilleur taux de participation en 2017 à l’élection présidentielle. Un concours ouvert à tous les quartiers en QPV et comptant au moins 5000 habitants. Pour représenter ces quartiers chaque association apolitique et areligieuse desdits quartier peut s’inscrire sur le site internet challengecitoyen.fr jusqu’au 14 juillet. Le quartier vainqueur représenté par son association bénéficiera d’une enveloppe financière, dont le prix reste à déterminer, nous explique Khoutir Khechab, responsable du CSS et coordinateur du quartier et en plus de l’enveloppe, le lauréat aura droit à l’organisation d’une grande fête républicaine avec concerts où se produiront des artistes engagés et volontaires qui restent encore à dénicher. Précision, ce sont les habitants du quartier qui devront décider, de façon partagée et collective, de ce qu’ils voudront faire de cette somme. Bien sur l’Etat est sollicité en priorité pour s’associer à cette démarche et fournir l’enveloppe financière qui récompensera le lauréat.

L’initiative semble séduire en haut lieu et la chaîne « Public Sénat » a présenté cette action et le clip qui l’accompagne dans un de ces derniers journal télévisé de 22h00. Toujours à l’affût de ce type d’initiative dite citoyenne nous nous interrogeons sur cette énième opération. Le but est louable en soit. Mais restrictif puisque le challenge ne s’adresse qu’aux quartiers en QPV (Quartiers prioritaires de la Politique de la Ville), un premier constat qui me gêne, l’abstention en France touche la métropole et l’outremer, toutes les catégories sociales et toutes les tranches d’âge peut-être à part nos anciens qui ont tendance à voter un peu plus que les autres. Surtout ceux des maisons de retraite à qui ont fait signer une procuration et qui vote souvent comme un seul homme ou une seule femme. L’exemple d’un (...)


 

 

Situation à Mayotte, une honte pour la république

L’île vit sa deuxième semaine de grève générale et on assiste partout à des scènes de violence et les jeunes sont particulièrement agressif, des bandes armées de longs couteaux dont les benjamins ont 13 ans circulent en ville, les habitants se terrent chez eux et organisent leur défense parce que la police et la gendarmerie sont en sous-effectif, en métropole silence média ou si peu. C’est l’exaspération pour les plus de 220 000 mahorais. Devant l’ampleur des problèmes c’est une intersyndicales regroupant CGT, FSU, UDFOI, l’UIRCFDT, SAEM, SNU ipp et Solidaires qui a lancé le mouvement le 30 mars. Une première action en novembre avait été suspendue pour cause d’état d’urgence. Là-bas loin des regards l’Etat applique avec vigueur ces mesures d’exception. Comme quoi le colonialisme n’est pas mort. Tous les jours les routes sont barrées, les commerces se vident et le passage de certains examens perturbés. A l’origine la revendication de l’égalité, au moment où Manuel Valls nous annonce qu’un volet de son projet de loi contre l’apartheid social porte le nom « d’Egalité Réelle », nous pouvons émettre des doutes sur sa sincérité et surtout sur l’attention qui porte à nos sœurs et frères de l’outremer. Malgré des réformes qui vont s’étaler jusqu’en 2018, le code du travail n’intègre que 25% de la législation française. Si en France on n’a peur qu’on le détricote, là-bas on ne l’a jamais fini. La durée du travail est de 39 heures contre 35 en métropole. Ne parlons même pas des contrôles sur les lieux de travail, ils sont inexistants et de nombreux abus sont constatés par les citoyens. Les prestations sociales : allocation familiales, logement, retraite n’ont pas encore les mêmes modes de calcul et ont des montants inférieurs malgré la cherté de la vie. Le RSA c’est 268,08 € contre 524,68 € ici. Pour le gouvernement la misère est plus belle au soleil comme le chantait Charles Aznavour.

En ce qui concerne les équipements et les infrastructures l’œuvre est immense. Quelques données pour mieux comprendre la situation : chômage déclaré 19%, France 10,5%, La Réunion 26% et chez les jeunes de 15 à 24 ans 61% - indice de développement humain (richesse, éducation, santé), France 20ème position, Mayotte 107ème – habitants sous le seuil de pauvreté 27,6% encore faut-il savoir ce qu’on appelle seuil de pauvreté à Mayotte – PIB par habitant, France 31420 €, Mayotte 7896 e – illetrisme France 3,7% de la population, Mayotte 49,5%, La Réunion 14,5% - nombre de médecins pour 1000 habitants, France 201, Mayotte 18, La Réunion 147. Cette île est sous souveraineté française depuis 1841 bien avant Nice et la Savoie. Elle a voulu rester rattachée à la France lors de l’indépendance des Comores. Elle est un (...)


 

 

Une soirée maraude dans les rues de Cannes

Tous les dimanches soir, un groupe de bénévoles arpentent les rues de Cannes, à la rencontre de personnes sans domicile fixe, à qui ils donnent rendez vous afin de leur remettre le fruit de leurs collectes.

Il est 20h. Départ de la gare de Grasse, direction Cannes pour y retrouver le reste du groupe. Tous bénévoles, jeunes ou moins jeunes, actifs ou retraités, chacun donne de son temps et de son énergie pour venir en aide aux plus démunis. Trois voitures pleines à craquer : des repas chauds, bouteilles d’eau, sandwichs, vêtements, couvertures... Chaque semaine, une ou plusieurs personnes s’occupent de cuisiner les repas. ll est important que les repas soient faits maison, avec des produits frais. bien loin des boites de conserve qu’ils reçoivent le reste du temps. « Rayons d’espoir 06 », une association caritative qui lutte contre le gaspillage alimentaire est, elle, en charge de récupérer, auprès de tous les commerces de distribution alimentaire, tous types de denrées alimentaires invendues (...)


 

 

"Uni-T", union pour la Tunisie : une association citoyenne franco-tunisienne

Au lendemain de la Révolution du Jasmin, la Tunisie a vu fleurir de nombreuses associations qui, ont souhaité participer au processus démocratique et veiller au respect des droits et des libertés de chacun.
Uni*T, union pour la Tunisie est l’une de ses associations. Elle regroupe les Tunisiens et amis de la Tunisie vivant en France.
Rencontres, conférences, débats... l’occasion pour les franco-tunisiens d’échanger, de réagir et débattre.
Wajdi Liman, président d’Uni*T, nous en dit plus, et réagit aux attaques terroristes qui ont frappé le pays ces derniers mois.

Parlez nous d’Uni*T, l’association dont vous êtes président. Notre association a vocation à agir dans le cadre de la diaspora tunisienne, afin de permettre le renforcement de la citoyenneté et de l’Etat de droit. C’est ce que nous faisons depuis maintenant cinq ans. Participer au débat public et faire en sorte, que les Tunisiens de France puissent se faire entendre. Uni*T, Union pour la Tunisie, est née au lendemain du 14 janvier 2011 avec la volonté d’accompagner et de veiller au développement d’un état démocratique en Tunisie. Nous rassemblons des Tunisiens et des amis de la Tunisie, des volontaires et des bénévoles, tous unis par l’envie de poursuivre le processus démocratique et animés par l’amour de ce pays et de son peuple. La Révolution tunisienne, nous offre l’opportunité de construire un pays (...)


 

 

Exposition photographique : « Les habitants des quartiers parlent aux medias »

Vendredi dernier a eu lieu l’inauguration de l’exposition photographique « Les habitants des quartiers parlent aux médias » au Palais des Congrès de Grasse.
Un évènement en présence de Jérôme Viaud, maire de Grasse, Gilbert Andruccioli, Président d’Agora FM, et Ettora Malanca, photographe-reporter.

« Les habitants des quartiers parlent aux médias » est un projet né en 2010 à partir d’une idée de trois journalistes. Le but ? Redonner la parole à ces habitants de "seconde zone". Stéphane Gravier s’est occupé de la partie sonore, Noémie Coppin, quant à elle, s’est chargée de la partie écrite, et Ettore Malanca pour la photographie. Quel traitement médiatique réserve-t-on aux quartiers populaires ? Les trois journalistes ont mené un travail dans plusieurs quartiers populaires en France (Lille, Roubaix Villeurbanne, Grenoble, Marseille, Nice, Grasse…) et à l’étranger (Venise, Munich, Genève Glasgow…). Ils ont tendu le micro à ceux qui tentent, en empruntant des chemins de traverse parfois difficiles, de parler plus justement de ces zones urbaines dites « sensibles » « Vous imaginez trois (...)


 

 

Christiane Taubira démissionne, une élue de la diversité marseillaise s’enflamme

Toujours à l’écoute des prises de position des élus marseillais de la diversité, nous nous devions de publier la lettre ouverte à Christiane Taubira de Nouriati Djambae. Une vraie déclaration d’amour de la part d’un électron libre de la gauche locale à une grande dame de la gauche nationale au parcours politique parfois sinueux. Notre ex garde des sceaux a-t-elle vocation à devenir une icône médiatique de la vraie gauche, une référence morale pour la gauche de la gauche ? Ses qualités de femmes politiques sont incontestables, mais pour l’instant elle est seule, sans appareil et sa dernière prestation électorale a été un échec. Onzième, place symbolique mais non-éligible sur la liste présentée par le parti Walwari/Guyane Ecologie, la formation qu’elle avait crée au début des années 90 avec son ex-mari Roland Delannon, ses amis ont obtenu au premier tour que 7,10% des suffrages soit 2565 voix. Elle restera le ministre du mariage pour tous et du refus de déchéance de nationalité. Mais attention sur les deux sujets si on interrogeait les français pour savoir s’ils ont la même position que Mme Taubira, nous serions étonnés et même déçus du résultat. Je laisse les mots de la fin à Nouriati et je ressens dans cet écrit enflammé la solidarité féminine et la solidarité des ultramarins qui dans leurs parcours personnels, professionnels ou politiques ont senti dans leur chair la discrimination et la stigmatisation.

Lettre ouverte à Madame Christiane TAUBIRA Garde des Sceaux, ministre de la Justice Madame, vous avez choisi ce jour de présenter votre démission au Président de la République. Nous vous félicitons de cette décision qui est non seulement en accord avec ce que pense un grand nombre de Français, mais qui vient aussi nous confirmer votre fidélité à vos principes, à vos valeurs, à vos convictions et à votre détermination à être toujours du côté des opprimés. Madame, vous êtes tellement grande que lorsque votre personne a été victime d’insultes racistes d’une incroyable vulgarité sur la place publique, la réponse, notre réponse, n’a pas été à la hauteur. Que ce soit moi-même qui ai pour habitude de m’insurger contre le racisme, les injustices et autres stigmatisations, ou ceux qui ont pour raison d’être de lutter (...)


 

 

LA DÉCHÉANCE, 5 BONNES RAISONS D’ÊTRE CONTRE

Après les attentats de janvier 2015 et ceux du 13 novembre, le Président de la République et son premier ministre ont tenté « l’union nationale ». Après le 13 novembre, comme en janvier 2015, il semblait que c’était plutôt réussi. Les assassins ont été mis hors d’état de nuire en quelques jours. La politique au Moyen Orient a été réorientée plus directement contre Daesh. Et personne dans l’opposition ne s’est avisé de le critiquer sérieusement. Il a même joué le jeu de la concertation avec toutes les forces politiques. Alors qu’il avait bénéficié d’une remontée spectaculaire dans les sondages et après avoir rencontré les différents partis, François Hollande a estimé qu’il fallait prendre une mesure « FNocompatible ». Il aurait pu proposer le rétablissement de la peine de mort pour les terroristes, ce qui aurait permis de ne faire aucune distinction d’origine entre les criminels. Mais finalement, il a choisi une option qui, dans sa tête, y ressemblait : la mort citoyenne, la déchéance de la nationalité, réclamée à cor et à cris par les héritiers de la milice pétainiste et, depuis le discours de Grenoble, par la droite sarkoziste. Mais les accords internationaux interdisent aux lois nationales de produire des apatrides. Voilà pourquoi François Hollande et Manuel Valls ont préféré cette formule : déchéance de la nationalité pour les binationaux condamnés pour crimes terroristes. Pourtant, en juillet 2010, ils avaient tous deux dénoncé avec énergie et conviction la proposition de déchéance faite par Nicolas Sarkozy au cours de son discours de Grenoble, au motif qu’elle était complètement en contradiction avec les valeurs de la République.

Ce faisant, le duo a effectivement pris la décision qui remet le plus en cause le système de valeurs de la république. Voici 5 raisons pour être contre la déchéance de la nationalité pour les binationaux coupables de crimes de terrorisme 1- Inutilité totale dans la lutte contre les terroristes Les terroristes se vivent comme partie prenante d’une sorte de guerre de civilisation, dans laquelle ils seraient les soldats de « Dieu ». Ils sont prêts à tout pour réaliser leurs objectifs criminels. La plupart sont voués au suicide sous la forme des Kamikazes. Dans ce contexte, la question de leur nationalité n’a pour eux strictement aucune importance. Elle ne réfrènera pas leur énergie criminelle d’un point de vue préventif et encore moins comme menace punitive. Enfin, en ce qui concerne son impact très (...)


 

 

"RENCONTRES AFRICAINES", AU COEUR D’UNE ASSOCIATION HUMANITAIRE

L’association humanitaire « Rencontres Africaines » créée en 1993 et basée à Cannes (06), est une organisation qui permet, à des enfants originaires d’Afrique dont l’état de santé nécessite une intervention chirurgicale irréalisable dans leur pays, de se faire soigner au centre hospitalier de Monaco.
Pour rendre cela possible, Rencontres Africaines fait appel à des familles d’accueil bénévoles qui prennent en charge et assistent les enfants durant leur séjour.

Aujourd’hui, c’est l’accueil de plus de quarante enfants par an, qui est rendu possible grâce notamment à un partenariat avec le Monaco Collectif Humanitaire, un collectif créé en 2008, qui regroupe actuellement 21 associations humanitaires monégasques autour d’un projet commun : opérer en Principauté des enfants venus de pays en développement. Ce projet bénéficie du soutien actif des hôpitaux monégasques, de la Croix Rouge monégasque qui gère les finances du Collectif, et d’Aviation Sans frontières, qui convoie bénévolement tous les enfants malades. C’est dans ce cadre que les membres de l’association, en présence du président Christian Roux, ont reçu jeudi 15 janvier, la visite de deux de leurs correspondants en Afrique : Sokhna du Sénégal, et Rémi du Burkina Faso. L’occasion pour les familles d’accueil (...)


 

 

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 |

 

Autres articles Egalité, diversité : Le débat

 

Brèves Egalité, diversité : Le débat

  • Septembre 2016

     

    Égalité hommes-femmes, la France dégringole dans le classement du HEC

    Le 25 aout dernier, la nouvelle édition du guide de la parité du Haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes (HCE) montre que la France, avec 26,2% de femmes élues à l’Assemblée, se classe 60e au classement international établi par l’Union interparlementaire en juin 2016, sur 191 pays, alors qu’elle était 36e quatre ans plus tôt. Le Rwanda se classe 1er avec 63,8% de femmes, Cuba 3e avec 48,9%, la France étant également devancée par l’Allemagne, le Portugal, l’Espagne ou encore le Royaume-Uni. Faut croire que nos politiques ne se soucient de l’egalité hommes femmes que lorqu’il s’agit du voile et du "burkini" !

     

  • Juillet 2015

     

    L’OCDE tire la sonnette d’alarme sur l’intégration des immigrés en Europe

    Le nouveau rapport de L’OCDE paru le jeudi 2 juillet 2015 révèle que le taux de chômage des jeunes nés de parents immigrés est 50% plus élevé que celui sans origine migratoire. Les jeunes nés dans le pays de parents immigrés se sentent plus souvent discriminés en raison de leurs origines que le sont les personnes qui ont immigrés elles-mêmes, même si d’une façon générale ils occupent de meilleurs emplois que leurs parents Les chiffres montrent que les résultats scolaires des enfants immigrés ou de parents immigrés progressent globalement, des disparités existent encore car selon l’enquête PISA et OCDE leur niveau est deux fois plus faible que celui des élèves de parents nés sans origine migratoire « Le lieu de naissance de vos parents influence encore beaucoup vos chances de réussite dans la vie », a déclaré Angel Gurría, Secrétaire général de l’OCDE. « Les pays n’aident pas suffisamment les immigrés et leurs enfants à s’intégrer. Ce rapport tire la sonnette d’alarme et souligne la nécessité de renforcer les politiques d’intégration en vue de tirer le meilleur parti de l’immigration, pour nos économies et nos sociétés, mais aussi pour les immigrés eux-mêmes ». Si vous souhaitez en savoir plus, le rapport (...)

     

  • Avril 2014

     

    Immigration, le vrai débat sur Radio Orient et Africa n°1

    « La campagne présidentielle 2012 s’achève. Une fois de plus, la question des immigrés a été traitée de façon caricaturale. De la viande hallal, à l’immigration zéro, en passant par le vote des étrangers, les candidats ont longuement débattu de questions mal posées ou marginales, en stigmatisant six millions de personnes et sans accepter d’ouvrir le vrai débat. C’est pourquoi, Africa n°1 et Radio Orient ont choisi d’interpeller ensemble les deux finalistes et de poser les vraies questions : le nouveau Président doit-il réduire ou stopper l’immigration légale dans le prochain quinquennat pour redresser les comptes de la Nation ? Quel est l’avenir des Français d’origine étrangère dans notre pays ? Radio Orient et Africa n°1 proposent deux grands débats, diffusés simultanément sur leurs réseaux, dans lesquels des spécialistes, chercheurs, économistes, et démographes débattront avec les représentants des candidats. Débats animés par Francis Laloupo (Africa n°1) et Nadia Bey (Radio Orient). » Mercredi 25 avril : 18h – 20h Débat n°1 : « Les vrais chiffres. Poids et coût de l’immigration en France » A partir de 18H Experts : François Héran, de l’Institut national des études démographiques Lionel Ragot, co-auteur de (...)

     

  • Avril 2012

     

    Immigration, le vrai débat sur Radio Orient et Africa n°1

    « La campagne présidentielle 2012 s’achève. Une fois de plus, la question des immigrés a été traitée de façon caricaturale. De la viande hallal, à l’immigration zéro, en passant par le vote des étrangers, les candidats ont longuement débattu de questions mal posées ou marginales, en stigmatisant six millions de personnes et sans accepter d’ouvrir le vrai débat. C’est pourquoi, Africa n°1 et Radio Orient ont choisi d’interpeller ensemble les deux finalistes et de poser les vraies questions : le nouveau Président doit-il réduire ou stopper l’immigration légale dans le prochain quinquennat pour redresser les comptes de la Nation ? Quel est l’avenir des Français d’origine étrangère dans notre pays ? Radio Orient et Africa n°1 proposent deux grands débats, diffusés simultanément sur leurs réseaux, dans lesquels des spécialistes, chercheurs, économistes, et démographes débattront avec les représentants des candidats. Débats animés par Francis Laloupo (Africa n°1) et Nadia Bey (Radio Orient). » Mercredi 25 avril : 18h – 20h Débat n°1 : « Les vrais chiffres. Poids et coût de l’immigration en France » A partir de 18H Experts : François Héran, de l’Institut national des études démographiques Lionel Ragot, co-auteur de (...)

     

  •  

     

     

     

     

    Articles récents

    Articles au hasard