Rubrique L’actu marseillaise

Accueil > En direct de Marseille > L’actu marseillaise

 

L’actu marseillaise

 

 

| 1 | 2 | 3 | 4 |

 

La ligue de l’enseignement organise à l’A.C.A la première d’une série de rencontres : monde associatif - habitants Crottes-Cabucelle

Mercredi 25 octobre 2017 des associations œuvrant dans les quartiers des Crottes et de la Cabucelle réglaient les derniers détails d’une rencontre avec les habitants dans un restaurant du marché aux puces. C’est là que nous avons donné la parole à Zohra Boukenouche, médiatrice pour la ligue de l’enseignement afin qu’elle nous en explique le but. Comme il s’agit de présenter les actions de ces associations aux habitants et que le rôle de notre journal est également d’informer les habitants des quartiers sur ce que le monde associatif peut leur apporter, nous avons pris le temps de donner la parole à toutes ces structures afin qu’elles se présentent. Vous aurez également l’avis des habitants sur cette initiative mais dans un premier la parole est à Zohra Boukenouche et ses collègues de la Ligue de l’Enseignement. Ensuite, Sylvie de l’Ecole des parents et éducateurs (EPE) nous présentera brièvement la mission de . la structure pour laquelle elle travaille. Lors de prochaines publications nous vous ferons également découvrir les autres associations présentes ce jour-là, dans l’ordre chronologique de nos interviews, du restaurant jusqu’aux locaux de l’association culturelle Amazigh (A.C.A*). Celles-ci œuvrent dans les domaines sportifs, cultuels, de l’accompagnement social, de la citoyenneté et de l’animation. Débutons donc par La Ligue de l’enseignement-AIL et l’EPE.

Reportage vidéo : Your browser does not support the video tag. Reportage photos :Zohra Boukhenouche, Médiatrice Ligue de l’enseignement, coordinatrice de la rencontre.Sylive Bareille, conseillère familliale, Ecole des Parents et des Éducateurs.De gauche à Droite : Sylvie Bareille de l"EPE, Magali Galizzi de la Ligue de l’enseignement et à droite Grégory Brindisi du service prévention et citoyenneté.


 

 

Rencontre à la Paroisse St Mauront : La fraternité tout simplement.

Myriam Salah-Eddine que beaucoup de citoyens marseillais connaissaient comme élue, a été de celles et ceux qui ont pris l’initiative d’une des nombreuses rencontres entre chrétiens et musulmans durant ce week-end. En fait, il s’agissait plus exactement d’une double rencontre, car le matin elle avait "facilité" la visite Mgr Brunet à la Mosquée de la Capelette. Ensuite, pour cette soirée qui fait l’objet de notre article, c’est une visite presque dans l’autre sens, puisqu’en plus de musulmans, d’autres citoyens marseillais avaient accompagné Myriam à l’Eglise Saint Mauront, rue Félix Pyat dans le 3ème arrondissement de Marseille. Tout ça pour le plus grand bonheur du Père Vincent, un de ces prêtres à la religion positive, dont la bonté est gravée sur le visage. Au début de la rencontre, le curé de la Paroisse fait remarquer que le drame du Père Hamel aura créé, en France, de nombreuses initiatives inter religieuses, une sorte de pied nez au fouteurs de haine. Pour cette première rencontre, Myriam était donc venue avec plusieurs marseillais de confessions musulmanes et des amis représentant un panel de Marseille dans sa diversité.

Prenant la parole, l’ex-adjointe à la Mairie centrale insistera sur la notion de communauté citoyenne qui relie tous les marseillais, quelles que soient leurs origines ou leurs confessions. Quoi qu’il en soit, in fine, chacun trouvera dans cette réunion ce qu’il est venu chercher : un besoin de montrer sa solidarité ou sa compassion pour les uns, un échange inter religieux pour d’autres... Et si l’on devait retenir un qualificatif, le terme de rencontre fraternelle nous semble le plus approprié. La fraternité étant aussi bien utilisée en religion qu’en citoyenneté, il nous semble qu’elle pourra satisfaire autant les chrétiens de la paroisse que la citoyenne de confession musulmane Myriam et ses amis, y compris les athées. Tous ont également apprécié le choix de la prière récitée par le Père Vincent. (...)


 

 

France Maghreb 2 organise son "2eme dîner républicain"

Samedi soir, nous étions conviés au « deuxième dîner républicain » organisé par la radio France Maghreb 2. « Une occasion conviviale, qui fête le vivre ensemble, autour d’un dîner partagé à l’occasion de la fin du ramadan », c’est par ces mots que le président de cette radio, Monsieur Tarek Mami, a souhaité réunir une cinquantaine de personnes représentant une partie des forces vives de la Ville de Marseille. Politiques, chefs d’entreprise, avocats, médias et associations se sont retrouvés au restaurant de l’UNM « union nautique marseillaise » sur la rive droite du vieux port dans le 7eme arrondissement de la ville. Dans ce cadre prestigieux, avec une vue à couper le souffle sur la baie, les convives étaient assis à des tables qui portaient chacune le nom d’une ville du Maghreb. Après le mot d’introduction du président qui a insisté sur les valeurs de partage que véhicule ce mois sacré pour les musulmans du monde, le repas fut servi. Puis place au divertissement , assuré par la jeune et talentueuse humoriste Samia Orosemane venue présenter avec succès son nouveau spectacle « Femme de couleurs ». Retour sur cette belle soirée en photos

Monsieur Tarek Mami convie ses hotes à manger une datte avec du lait rituel pour rompre le jeûneUne très belle vue sur le vieux portConvives partageons le traditionnel repas du RamadanLa table des élus de la républiqueEn guise de dessert un gâteau à l’effigie de la Mecquela jeune et talentueuse humoriste Samia Orosemane venue présenter avec succès son nouveau spectacle « Femme de couleurs »Photo de groupe avec des tee-shirt distribués pour l’occasion très engagés


 

 

Les PEP 13, le dispositif JANA

Mardi 10 mai, après plusieurs articles sur le travail en profondeur que mènent les PEP 13 (Association des Pupilles de l’Enseignement Public des Bouches du Rhône) pour l’intégration des jeunes étrangers dans le système éducatif français, nous avons fait une petite immersion audiovisuelle dans le quotidien des stagiaires et de l’encadrement du dispositif JANA (Jeunes Allophones Nouvellement Arrivés). Ce tournage avait été préalablement préparé après un entretien avec le directeur de la structure M. Olivier Rossignol et la coordinatrice Mme Sophie Descendier. Nous avons commencé notre capture d’images en décidant de suivre une sortie pédagogique. Une activité complémentaire essentielle de ce temps de formation qui a des finalités multiples : comme découvrir la ville et son patrimoine, aider à la socialisation en allant visiter des organismes ou des associations œuvrant dans des domaines sociaux comme la santé, l’orientation scolaire et professionnelle et même parfois un temps de loisir à dominance culturelle. Cela aide grandement à la cohésion du groupe et met en pratique des apprentissages comme l’enseignement du français par le seul fait de poser des questions lors de ces sorties. Nous avons donc retrouvé les deux médiateurs en charge des stagiaires dans un café au pied de l’escalier de la Gare Charles pour faire mieux connaissance et qu’ils nous parlent de leur travail au quotidien et de cette sortie en particulier.

En effet ils devaient se rendre dans un lieu important : une permanence du Planning Familial au Boulevard National. Le Planning Familial qui est même de plus en plus contesté dans son action dans les milieux de la droite dure en France est une découverte pour les jeunes des autres cultures. Son message sur l’éducation, l’égalité homme-femme, la santé à travers la contraception, la problématique de l’interruption de grossesse entraîne obligatoirement des débats et des interrogations, un temps qui demande de la diplomatie, de l’écoute et du savoir faire des encadrants pédagogiques, nos médiateurs. Le temps du contact passé nous avons rejoint les jeunes qui arrivés au rendez-vous. Ambiance décontractée et ponctualité des stagiaires. Après quelques images chacun à rejoint le lieu de la visite par des (...)


 

 

Venez aux puces admirer la Fantastique 3ème édition du MarseilleStreetArtShow !

Des street artistes venus des 4 coins du Globe, y compris de la planète Marseille, sont venus munis de bombes (de peinture) en plein état d’urgence dans les quartiers Nord. Mais encore une fois don’t Panik, ils n’ont fait pétés que de superbes fresques sur les murs du Marché aux puces dans le 15ème. Des œuvres aussi fantastiques les unes que les autres. Une expo que Med In Marseille vous recommande de voir très vite, même si le plaisir va durer jusqu’au 30 aout 2016. Et cette expo est aussi impressionnante de l’intérieur que de l’extérieur. En effet, vous apprécierez ce qui est visible sur les murs du marché organisé par Stéphane Calmel mais également inside la Galerie « Saint Laurent » tenue par l’agitatrice culturelle en chef de notre capitale massaliote Catherine Couderc en partenariat avec l’assoc MarseilleStreetArtShow et de nombreux sponsors. Avant un prochain sujet vidéo dans lequel on abordera la question de la compatibilité entre les arts issus des luttes urbaines et le sponsoring industriel et financier, place à la fête, évitons toute prise de tête. Après tout, surtout dans ces quartiers Nord où l’actu vire souvent à la sinistrose il faut savoir faire une pause et contempler. Du reste ici personne ne va se plaindre de cette effusion créative, surtout pas les employés du marché qui préparaient le vernissage de ce soir et qui étaient aux anges. En aparté ils nous ont confié qu’ils étaient fier que leur marché devienne the place to be. Donc on va passer un message pour eux : Oyez amateurs d’art du monde entier, venez donc à Marseille au 130 chemin de la Madrague-ville pour acheter une œuvre fantastique. Citoyen de la région osez la ballade, de toute façon si le marché de l’art ne vous est pas accessible ici il y a des toiles sublimes qui feront sensation dans votre maison à des prix abordables compte tenu de leurs créativité. Et si vraiment vous êtes désargenter, il y a le plaisir des yeux, l’expo est gratuite et il y a des tas de bricoles à acheter au Marché, du hall des antiquaires aux primeurs pas chers, dans tous les cas vous repartirez avec "la banane". La preuve avec ce photoreportage :

L’artiste s’exprime dans les airs, libre comme l’oiseau que l’on voit passer...Dale Grimshaw le british, l’inusable punk éternellement jeune par la pratique du street art car c’est physique ! Ici à pied d’oeuvre sur la nacelle, lors de son work in process deux jours plus tôt, histoire de vous rendre compte de l’immensité de son travail. Chapeau l’artiste !Dale Grimshaw in MarseilleDale Grimshaw c’est la première fois qu’il atterrit sur la planète Marseille. Après un long échange sur cette ville de contrastes nous lui avons demandé de poser devant son oeuvre. D’ores et déjà, les passants s’arrêtent et se prennent en selfie ou en photo de groupe devant cette superbe fresque signe du succès de Dale et du MarseilleStreetShow #3.Les employés du marché, heureux d’avoir assuré la logistique aux artistes, ils étaient (...)


 

 

Le collectif éponyme organise la "Fada Pride 2016" : "Don’t panic, I’m psychotic"

L’association Fada Pride organise pour la seconde année consécutive la "mad pride", une manifestation qui vise à lutter contre les préjugés et les discriminations faites à l’encontre des personnes atteintes de pathologies mentales. Sensibiliser les institutions étatiques telle est la vocation du collectif. Ils défileront ainsi dans les rues de Marseille le 11 Juin prochain pour une marche festive qui invite chaque citoyen à les rejoindre pour soutenir leur cause. Cette année, les membres de la Fada Pride ont visés haut avec un programme riche en rebondissement : fanfare, concert, cracheur de feu, distribution de repas et défilé estival, de nombreuses activités ont été prévues pour attirer le plus grand nombre de participant possible. Nous avons suivi au sein du collectif la préparation de cette Fada Pride 2016 qui approche à grand pas.

Les membres du collectif réunis lors de la réunion d’organisation de la Fada Pride 2016. L’association Fada Pride est un collectif marseillais composée d’une quarantaine de membres atteint de pathologie psychiatrique diverse (autisme, schizophrénie, bipolarité etc.) mais également de travailleurs sociaux, de soignants, de chercheurs ou encore d’artistes. A la tête de cette association se trouve le psychiatre et anthropologue Girard Vincent ainsi que la doyenne de l’association Sentinelle, Claude Lefevre qui présideront cette année le cortège. L’ensemble des revendications portées par l’association se retrouvent cristallisé dans "Le Manifeste du Collectif de la Fada Pride", un plan d’action sociale et sanitaire dans lesquels les membres dénoncent la violence étatique et symbolique qui s’exerce sur les (...)


 

 

Les insoumis se soulèvent : "on ne jouera plus aux arabes de service"

Samedi 26 mars se sont réunis les membres du parti « Les Insoumis » pour leur première réunion publique, dans la salle « Tropikal Palace » de la cité phocéenne. Ce rassemblement visait à susciter un débat autour des questions et des problématiques liées aux quartiers difficiles de Marseille. Ne vous en déplaise, les racisés Marseillais ont décidé d’investir la scène politique en fondant en 2015 le mouvement politique « Les insoumis » afin de réunir ceux qui ont milité pour l’amélioration des quartiers difficiles et qui sont révoltés par cette situation précaire qui perdure depuis des décennies malgré les politiques qui s’y succèdent. Une trentaine de membres ont assisté au lancement de l’ambitieuse mouvance politique qui a pour vocation de défendre les intérêts des personnes issues des quartiers populaires et de lutter contre les politiques corrompues de la ville. Pour en finir avec les représentants politiques et leurs belles promesses électorales, la communauté oubliée de Marseille se réunit afin de faire entendre leur voix si longtemps étouffée. Résumé de cette réunion et présentation des Insoumis, un parti autant prometteur que novateur.

Les Insoumis dénoncent « une anesthésie collective qui conduit à accepter une situation d’apartheid social ». Marseille, ville cosmopolite et pleine de vie qui compte pourtant un taux de pauvreté d’environ 25 % selon les chiffres de l’Insee. Rongé par ses ghettos, ses périphéries désertées, ses règlements de compte, sa corruption politique et ses oligarchies –on se croirait dans un mauvais western-, la plus ancienne ville de France voit sa beauté et sa réputation se ternir. C’est le peuple qui souffre depuis des décennies d’une situation inextricable qui perdure face à des politiques pour la plupart déserteur de leur responsabilité. Ce samedi 26 mars, les habitants des quartiers populaires ont décidés de s’unir pour clamer leur ras leur bol. Ras le bol que les élus se contentent de promesses. Ras le bol (...)


 

 

14ème RAMS : Interview exclusive du Président de l’UOIF du Sud

La 14ème rencontre des Musulmans Annuelle du Sud a eu lieu dimanche 27 mars dernier au Parc Chanot autour du thème « vivre ensemble : défis et devoirs ». Après Montpellier, Nice, Avignon ou encore Toulon, cette fois-ci c’est à Marseille que l’Union des Organisations Islamiques de France a choisi de s’installer le temps d’une journée pour cette édition 2016. Chaque année, l’UOIF organise une journée porte ouverte à l’échelle régionale en vue d’accueillir musulmans et non musulmans pour une journée de rencontre dédiée à des débats, des conférences et des échanges culturels. La RAMS qui connait depuis de longues années déjà un franc succès a accueilli entre 4 000 et 5 000 visiteurs venus assister à des conférences-débats, des expositions culturelles ou encore des concours de Coran. Au menu des invités : l’islamologue Tariq Ramadan, l’imam Hassan Iquioussen, le politologue François Burgat ou encore l’enseignante Nouria Addou. Tout ce beau monde s’était réuni pour réfléchir autour de la liberté religieuse dans le Coran, de l’adaptabilité de l’Islam ou encore du défi de l’éducation des enfants aujourd’hui. Le Président de l’UOIF du Sud et directeur de la RAMS, Djamel Zekri, a accepté de répondre à nos questions concernant cet incontournable événement culturel.

Intervention de l’imam Mohamed Bajrafil et Mohsen Ngazou sur le thème "comment parler de l’islam" La grande Rencontre Annuelle des Musulmans du Sud a commencée le dimanche matin avec une récitation coranique et s’est terminée seulement vers 20h après une journée marquée par les allers-retours des visiteurs. Pour cette journée dévolue aux espaces de conférences, les petits plats ont été mis dans les grands pour accueillir des milliers de personnes. Entre deux conférences et deux expositions culturelles, les visiteurs avaient l’occasion de se balader parmi les cinquantaines de stand proposés afin de découvrir une multitude d’objets et de produits cultuels. Des associations telles que Baraka City ou encore Human Appeal étaient également présents aux côtés de stands dédiés à la vente de livre saints et (...)


 

 

L’Association Lina fête les femmes

Ce dimanche dans le quartier du Merlan, les femmes étaient à l’honneur, une cérémonie suivie d’une tombola était organisée par l’association Lina, une cinquantaine de femme ont fait le déplacement accompagnées de leurs enfants, tables dressées, bouquets de fleurs et une DJ pour animer cette après-midi qui s’est voulue festive et conviviale, opération réussie, nous avons interviewé Yasmine Fortas membre active de l’association Lina.

Pouvez-vous vous présenter et nous dire quel est votre rôle au sein de l’association Lina ? Yasmine Fortas bénévole à l’association Lina, j’aide dans mon domaine de prédilection : l’audiovisuel (photo, vidéo) et l’événementiel (la logistique pour l’organisation d’événements) et souvent lors des repas de groupe pour la cuisine. Parlez-nous de votre association L’association aide, assistance et solidarité aux familles "Lina" oeuvre depuis 2011 au sein des quartiers nord de Marseille. Nos 3 mots d’ordre : solidarité, intégration et valorisation. Nous intervenons auprès des familles dans le besoin avec des distributions de colis alimentaires, d’aides administratives et juridique, d’écoute, d’activités culturelles et d’ateliers d’entraides sociales. Pourquoi avez-vous organisé cette journée dédiée à (...)


 

 

Marseille : fermeture de l’Espace Culture quand partout des espaces marchands ouvrent

Je suis triste et déçu de la fermeture de l’Espace Culture à Marseille, un bel outil aux services de tous les créateurs, de l’action culturelle dans la cité, des phocéens et des touristes. Ses salariés ont porté avec grand professionnalisme de grands événements et assurés avec brio la communication de toutes les productions culturelles : Les rencontres d’Averroès (dont je viens d’entendre l’annonce sur France Culture), la Biennale des Jeunes Créateurs et ce qui m’était cher Lire en Fête, aussi disparu, pour en avoir été un des participants pendant longtemps. Je n’oublie pas que l’Espace Culture avec l’association des Libraires à Marseille et du Sud nous avaient aidé au CIDIM (Centre d’Information et de Documentation sur l’Immigration et le Maghreb) à mettre en place le Salon du Livre et de l’Edition Maghrébine d’Expression Française), un vrai événement littéraire sur cette part de l’écriture francophone, mal connue sur nos cieux et qui pourtant devrait être une fierté pour tous les enfants de la diversité.

Merci à Isabelle Lesieur et à France Irmann de l’Espace Culture et à Claude de Perretti des Libraires. J’ai eu l’honneur dans la vie associative déjà très longue de collaborer avec Maurice Vinçon, Robert Verheuge, Robert Badani et Pierre Barnier, qui sont entre autres ceux qui dotèrent avec Maître Paoli, adjoint à la Culture de Gaston Defferre notre ville d’unOffice Municipal de la Culture qui est un peu le parent lointain de l’Espace Culture et qui a été supplanté par la DGAC (Direction Générale de l’Action Culturelle), malgré des moyens faibles ces visionnaires et ces passionnés d’une culture à la portée de tous et dans tous les quartiers nous ont montré que la volonté politique peut triompher de bien des obstacles et changer les choses. C’était un autre temps, celui de l’éducation populaire, culturelle et (...)


 

 

| 1 | 2 | 3 | 4 |

 

Autres articles En direct de MarseilleL’actu marseillaise

 

 

 

 

 

 

Articles récents

Articles au hasard