Rubrique L’actu marseillaise

Accueil > En direct de Marseille > L’actu marseillaise

 

L’actu marseillaise

 

 

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |

 

Noro Issan Hamady, veut « Mettre une raclée au FN ! » aux cantonales

D’origine comorienne et malgache, Noro Issan Hamady a été élue, conseillère d’arrondissement du 2/3 sur la liste UDI d’Arlette Fructus, déléguée au droit des femmes et à la diversité, aux municipales de 2014. Med-in-Marseille qui donne la parole aux candidats et élus de la diversité l’a rencontrée dans le local de son association graines de Pep’s, situé au rez-de-chaussée de la grande tour de la cité Bellevue, rue Félix Pyat. Avec elle, nous revenons, sur son parcours politique, sur la diversité culturelle et « ethnique », peu représentée dans la politique locale, sur les récents attentats de Charlie Hebdo, ses projets pour les quartiers difficiles et les femmes et les difficultés des habitants de Félix Pyat qu’elle aide au quotidien. Elle se présente pour les prochaines cantonales sur la liste UDI dans le 14ème et entend bien « mettre la raclée au FN ».

Née en 1978, à Madagascar, d’un père comorien et d’une mère malgache, Noro Issan Hamady est arrivée de la Réunion, à Marseille, en 1983. Elle grandit à Félix Pyat et au Canet dans le 14ème, puis à la Busserine. Pleine d’énergie, la jeune femme dont le prénom signifie en malgache lumière est fondatrice de l’association, PEPSE - Parents Education Prévention Solidarité Emploi avec d’autres parents du quartier de la Villette. Diplômée d’informatique, elle travaille, en 2000, au lycée Le Chatelier, pour gérer le parc informatique. Puis, devenue maman de deux garçons, elle décide de créer une société de maintenance, assistance, formation informatique et création de sites internet, en 2009, qu’elle baptise Ordigital. Dans la foulée, elle reçoit le prix « Talent des cités », et le prix National de l’Innovation dans (...)


 

 

Cantonales Marseille : Ghania Oudali et Denis Bertrand en mode "Debout la France"

Mercredi 28 janvier, Ghania Oudali et Somia Bertrand organisait une soirée de voeux pour leurs amis. Soit ! why not ? L’âge avançant on devient tous une sorte d’institution et on peut faire sa cérémonie de voeux, chacun son kif. Donc pourquoi pas y aller ? Bon à vrai dire, nous journalistes très informés des happening made in quartiers Nord, savions ce qui se tramait derrière le texto qui mentionnait, en plus des voeux, de belles surprises pour cette soirée. Et tenez-vous bien debout, pour une surprise s’en fut une : Ghania Oudali herself, du haut de ses 20 ans de militance socialiste et Denis Bertrand le syndicaliste CGT ont annoncé leurs candidatures aux cantonales sous l’étiquette « Debout la France ! » Et si je peux me permettre c’est tout sauf une histoire à dormir debout ! Certains pouvaient se pincer, c’était vrai : Le duo étaient bien motivé expliquant à la salle pourquoi il fallait croire leur candidature et au programme de Debout la France. Vidéo

Oui ils étaient motivés comme Nicolas Dupont Aignant l’est depuis la victoire de l’extrême gauche Syrisa, une autre surprise que nous avait réservé l’actualité. De ce fait, l’alliance, comme en Grèce entre la gauche et des souverainistes devient tendance. Et bien évidemment le patron de Debout la France espère suivre la formule qui à conduit au succès de l’alliance Grec. Alors ce ticket Ghania militante de gauche et le Denis le syndicaliste c’est du pain beni pour que Dupont Aignant mette ses paroles en actes. Et pour nous, de suivre la recomposition de l’échiquier politique dans les quartiers Nord de Marseille et en particulier le positionnement de plus en plus hétéroclite de l’électorat franco-maghrébin et africain sur l’échiquier politique en valait le déplacement. En plus la belle voix de la (...)


 

 

Les clichés Phocées Med’In Marseille du 18 décembre 2014

De vraies Photos Phocée....

Med In Marseille partage les plus belles couleurs de Marseille.

La tour CMA-CGM, le MUCEM, la major et le Fort SAINT-JEAN.LE FORT SAINT-JEANVue depuis le port de L’ESTAQUE, en ce jeudi 18 décembre vers 13 heures le Ferry TANIT rejoint la TUNISIE.La BONNE MÈRE, ou NOTRE DAME DE LA GARDE, c’est comme vous voulez...Depuis NOTRE DAME DE LA GARDE, Couché de soleil au large des ILES DU FRIOUL.


 

 

L’Etat quitte le navire, l’association Spes coule

Frappé de plein fouet par les coupes budgétaires imposées par l’Etat, le secteur associatif est au mieux, en train de s’essouffler, au pire, de s’éteindre. La dernière structure à en faire les frais est le Service provençal d’encouragement et de soutien (Spes) qui accompagne, depuis 46 ans, un public en grande précarité. Concrètement, ce sont 7 000 personnes qui risquent d’être lâchées, des jeunes en accompagnement social qui n’auront que la rue pour seul refuge et 63 salariés qui rejoindront les rangs de Pôle Emploi.

Misant sur l’accompagnement à la réinsertion des personnes justiciables, des magistrats du Tribunal de Grande Instance (TGI) de Marseille ont créé en 1968 l’association Spes. Si son utilité n’est plus à prouver, son maintien est menacé. Comme un véritable cri d’alarme mais aussi d’alerte, l’Uriopss (Union inter-régionale interfédérale des organismes privés non lucratifs Sanitaires et Sociaux) et la Fnars (Fédération nationale des associations d’accueil et de réinsertion sociale), accompagnées de la Spes, ont alerté les médias, mardi 18 novembre, sur la possible liquidation de la structure.« Les difficultés du Spes sont apparues suite aux contraintes budgétaires de l’Etat et aux baisses substantielles des dotations » présente Christine Chambon, présidente du Spes depuis bientôt 35 ans. Si la structure a, durant (...)


 

 

Noailles : L’association de quartier le Millepattes est morte !

Le Millepattes, association d’animation culturelle, au cœur du quartier de Noailles montait chaque année, de 1996 à 2013, le festival du Soleil, fête de quartier fédérant les riverains de tous âges avec des scènes de musique ouverte. Aujourd’hui, l’association est en liquidation judiciaire et passe, mardi 28 octobre, au tribunal. Transformée, un temps, en centre de loisirs pour les jeunes, elle a tenté de répondre, avec les moyens dont elle disposait, à la demande croissante de prise en charge d’enfants, d’ adolescents et de jeunes adultes de Noailles, proposant des animations pour des sommes accessibles aux familles les plus modestes. Ses ateliers d’écritures et de musique ont aussi été une véritable pépinière de nouveaux talents qui a vu passer toute une nouvelle génération de rappeurs marseillais comme El Matador, Révolution Urbaine, Street Kids, K-Rime. Le Roi, Keny Arkana.. Cette année, le GIP, Politique de la ville lui a coupé les subventions et l’association doit fermer.

Xavier Blaise, le directeur du Millepattes Il semble très étrange que l’association le Mille Pattes, implantée au cœur de Noailles ne dispose plus, pour l’activité 2014-2015 de subventions de la politique de la ville, à l’heure où la lutte contre la délinquance est une des priorités du GIP. Car, le Millepattes situé, rue d’Aubagne, a réalisé un véritable travail de proximité avec les habitants, et a mené des ateliers artistiques et des animations depuis près de 20 ans, dans le quartier. Il proposait au tarif de 2 euros la journée, des activités en direction des enfants et adolescents, alors qu’au centre Julien, situé un peu plus haut, la journée coûte 15 euros, somme que toutes les familles de Noailles ne peuvent pas débourser. Il programmait également, chaque année, le Festival du Soleil, vraie fête de (...)


 

 

« Les quartiers nord sont considérés comme le repoussoir de la Métropole alors qu’ils pourraient être une chance pour la Métropole »

Pour François Ranise, président de Cap Au Nord Entreprendre, réseau dynamique d’associations d’entreprises, situées dans les quartiers Nord, la solution pour le territoire Nord passe forcément par une réussite économique. Nous sommes revenus avec lui sur l’expérience des Zones Franches Urbaines, l’implantation de nouvelles entreprises et ce qu’il reste à faire pour développer le Nord et inclure les populations dans un processus de vitalité économique. Car le dispositif ZFU, malgré un bilan économique positif, n’a pas permis aux populations des quartiers difficiles de trouver massivement un emploi. Cap au Nord Entreprendre, réseau d’entreprises a l’ambition de rassembler l’ensemble des acteurs économiques des arrondissements du nord de Marseille et planche sur des projets et des propositions pour développer le territoire nord qui compte 50%des entreprises de Marseille.

François Ranise, président de Cap au Nord Entreprendre Qu’est-ce que Cap au Nord Entreprendre ? Cap au Nord Entreprendre est né du regroupement d’EZF (Entrepreneurs en Zone Franche) et d’Arnavant. A partir de 2009, EZF et Arnavant se sont regroupés. Ces structures ont fusionné depuis janvier 2014 pour créer une structure commune, nommée, Cap au Nord Entreprendre. Comment se portent les entreprises sur le territoire Nord de Marseille ? Il faut savoir que 13-14-15-16ème arrondissements rassemblent 50 % des entreprises de Marseille, Le territoire nord représente 4000 entreprises. Aujourd’hui, les budgets sont serrés de près. Actuellement, le premier souci des entreprises est de survivre dans une immédiateté qui dépasse difficilement le cap des 12 mois. Et toutes les entreprises en sont là. A (...)


 

 

Le groupe parlementaire d’amitié France-Algérie joue les prolongations …

Après Paris où Le président de l’assemblée nationale M. Ould Khelifa était invité par son homologue Claude Bartolone pour différents échanges, les députés Patrick Mennucci et Belkacem Belabbes ont poursuivis les travaux du groupe parlementaire d’amitié France-Algérie. Lors de ces prolongations jouées à Marseille, il fut question d’histoire avec notamment le dépôt d’une gerbe devant la plaque commémorative des Massacres de Sétif, récemment apposée par la Mairie du 1-7 Sabine Bernasconi, à l’initiative de l’Espace Franco-Algérien PACA ; d’affaires étrangères et des perspectives économiques entre les deux pays dont notre ville de Marseille avec son port devrait bénéficier. Reportage vidéo.


 

 

CAF, chemin de Gibbes, la colère des allocataires contre la fermeture des guichets.

Mardi 10 juin, une trentaine d’allocataires de la CAF en colère, menée par le Collectif des Précaires, ont fait le forcing devant le siège de la CAF, chemin de Gibbes, pour protester contre la fermeture des guichets de la CAF et tenter une entrevue avec le directeur. La fermeture des guichets marseillais, sauf celle du Panier et de la Valentine contraint les allocataires des prestations sociales à formuler leurs demandes par courriers, par internet, ou par un numéro de téléphone surtaxé, quand la ligne n’est pas occupée. Une situation que la direction de la CAF estime nécessaire pour traiter les retards de dossiers, mais qui ne paraît plus tenable et éloigne des prestations sociales un bon nombre de personnes, ne parlant pas français ou découragés devant des difficultés qui leur barrent l’accès à leurs droits, un accès qui s’avère un vrai parcours du combattant.

Que se passe-t-il dans les Caisses d’Allocations Familiales de Marseille ? Fermées au public depuis de nombreux mois, elles ne mettent à la disposition des usagers que de bornes interactives proposant des formulaires d’attestation de situation. Pour tout accueil, des machines ! Or, l’opacité des formulaires à remplir, le grand nombre de documents demandés pour prétendre à une prestation sociale (que ce soit l’Aide au logement, le RSA, ou l’Allocation adulte handicapé) retardent souvent le paiement des prestations. Ne trouvant pas d’interlocuteur, même si la CAF est censée rappeler par téléphone et proposer un rendez-vous, les allocataires sont de plus en plus démunis fasse à cette fermeture. Sans compter les cas où la Caisse réclame, six mois après, de rembourser des prestations, estimant qu’il y a eu un (...)


 

 

Election du Parlement européen, prendre en main notre destin

Deux mois après les municipales, nous voici encore appelés à voter pour élire des eurodéputés dimanche 25 mai. Pour la première fois dans l’histoire des institutions européennes, par ce vote, les électeurs pourront influer sur la désignation du Président de la Commission européenne. Lundi soir, un débat organisé par nos confrères de Mars actu et du Ravi confrontait différents candidats sur quelques thèmes qui posent question en Europe et inquiètent les Français. Représentation démocratique dans les institutions européennes, harmonisation fiscale et salariale, Traité de libre échange transatlantique, avenir de la SNCM …. Eurofiles ou europhobes, fédéralistes ou souverainistes à l’occasion du débat de lundi soir, parfois un peu technique (Europe oblige), les candidats et porte-paroles des candidats absents ont souligné l’importance de cette élection, seule moyen pour nous, citoyens, de peser sur notre destin européen.

De gauche à droite : Gaël Nofri (FN), Sylvie Goulard (UDI-Modem), Jean-Baptiste Coutelis ( Nouvelle donne), Karim Zéribi (EELV), Anne Mesliand (FDG) Le 25 mai, nous élierons au suffrage universel direct les 74 eurodéputés français qui siègeront au Parlement européen pour cinq ans, parmi les 751 eurodéputés de toute l’Europe. La circonscription Sud-est regroupe les régions Corse, Provence-Alpes-Côte d’Azur et Rhône-Alpes et compte 13 députés. Dimanche, nous aurons choisir entre Renaud Muselier (UMP), Marie-Christine Vergiat pour le Front de Gauche, Michèle Rivasi pour EELV, Vincent Peillon pour le PS, Sylvie Goulard pour le UDI-Modem, Renaud Muselier pour l’UMP, Jean-Marie Le Pen pour le FN, Jean-Baptiste Coutelis, pour la « Nouvelle donne » et quelques petites listes. Si certains candidats présents (...)


 

 

Elections Algériennes à Marseille : Bien que RCD, Saïd Joliette a organisé un débat ouvert à tous.

A Marseille, les franco-algériens suivent de près les élections algériennes. Il y a ceux qui soutiennent le Président sortant, M. Bouteflika, 77 ans et ceux qui appellent à boycotter cette « mascarade » plaidant pour la plupart, en faveur d’une "transition démocratique ». Malgré les appels au boycott et les mises en garde contre les fraudes, les mouvements d’oppositions affirment que ces élections seront truquées et que le président sortant sera élu pour un 4ème mandat. A Marseille, il y a les pro-Bouteflika, les pro-Benflis et les boycotteurs. Chacun y va de ses arguments. Entre prôner la paix sociale, pour les pro-Boutef, le changement pour les Benflis et l’anti-système pour les boycotteurs, le débat est ouvert…. Le parti « Rassemblement pour la Culture et la Démocratie- Marseille », dont le représentant est Saïd Saï dit Saïd Joliette, a invité le Dr Mohamed Khendek, député RCD et a permis d’ouvrir un débat intéressant au cours duquel chacun a pu exprimer son point de vue. Vidéo.

La situation en Algérie est telle, que ces élections attirent l’attention d’un nombre de citoyens épris de justice et d’égalité face au chômage de masse et à la corruption qui sévissent depuis de longues années à la tête du régime algérien. Ces élections sont « un non évènement » pour les uns, ou une « mascarade pour les autres qui appellent au boycott en s’opposant au 4ème mandat du candidat sortant. D’autres appellent à la responsabilité en soutenant des candidats d’opposition à l’image d’Ali Benflis, principal rival de Bouteflika dont il fut l’homme de confiance au début de son premier mandat (1999-2004). Pourquoi le RCD appelle-t-il au boycott ? Pour le Dr Mohamed Khendek, aussi député RCD, « les jeux sont faits ». « Ces élections seront truquées et Bouteflika sera élu ». Tant qu’il n’y aura pas de (...)


 

 

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |

 

Autres articles En direct de MarseilleL’actu marseillaise

 

 

 

 

 

 

Articles récents

Articles au hasard