Rubrique Municipales 2008

Accueil > Représentativité en politique > Municipales 2008

 

Municipales 2008

 

 

| 1 | 2 |

 

A Marseille, Ghali fait date avant Dati à Paris

Un jour après ceux de Lyon et de la Capitale, les conseillers marseillais ont désigné lundi leurs huit maires de secteur. Dans les 15e et 16e arrondissements, c’est la socialiste Samia Ghali qui a revêtu l’écharpe tricolore. Elle est la seule candidate « issue de l’immigration » a avoir été élue dans une grande ville, dès le premier tour des municipales.

A deux sièges près, si un petit millier de voix n’avait manqué au candidat de la gauche Jean-Noël Guérini, Samia Ghali aurait pu être première adjointe. Mais le 16 mars dernier, les Marseillais en ont décidé différemment. Un mal pour un bien pour la jeune femme effleurant la quarantaine qui, inévitablement « déçue » par la défaite de son camp dans la course à la mairie centrale, n’en est pas moins tout à son bonheur de futur premier édile des 15e et 16e arrondissements de la deuxième ville de France. Arrondissements ravis au maire (PC) sortant Frédéric Dutoit et à son concurrent Bernard Susini. Et pour s’imposer, un tour aura suffit à Samia Ghali. En effet, au premier jour des élections communales, elle remporte l’adhésion d’une majorité d’électeurs (52,3 % précisément). De gauche à droite : Rebia Benarioua, (...)


 

 

Elisabeth Saïd : une comorienne dans l’histoire de Marseille

Parmi les victoires de la gauche à l’issue du premier tour des élections municipales à Marseille, il y a eu le huitième secteur (15/16) que Samia Ghali a remporté haut la main.
Il y a aussi eu le deuxième secteur (2/3) que Lisette Narducci (PS) a su ravir avec pas moins de 54,90% des suffrages. Deux victoires donc pour le PS contre une pour l’UMP ; et le reste s’est joué ce 16 mars . Mais il est une victoire dont on a beaucoup moins parlé celle-là. Elisabeth Saïd qui figurait en 3eme position sur la liste de Mme Narducci rafle pourtant, cette année, la mise. Quoiqu’il advienne, elle siègera au conseil municipale et deviendra ainsi la première franco-comorienne et la première femme noir à y faire son entrée.

Du haut de ses vingt-huit année l’allure bien agencé, elle avance dans la vie souriante et confiante en sa destinée. Ce regain d’optimisme, cette confiance en elle et surtout cette joie qui la caractérisent lui valent la sympathie de beaucoup. Ce petit bout de femme n’a que faire des qu’en dira t-on et des appréciations, elle se définit avant tout comme une "bosseuse" et dit ne valoir sa victoire qu’à sa grande capacité de travail : "J’ai travaillé d’arrache pied pour que nous remportions cette victoire". Elle aime avant tout à mettre l’accent sur sa propre manière de travailler : "je n’étais pas souvent avec Lisette Narducci et les autres colistiers, nous n’avons pas la même manière de travailler". Préférant le travail de proximité : "J’ai beaucoup fait du travail de terrain. Des réunions avec les (...)


 

 

Le ralliement du MoDem fait sa victime : Otman Aziz

Les centristes ont décidé lundi de s’allier avec les socialistes pour tenter de ravir la mairie de Marseille à l’actuel maire Jean-Claude Gaudin (UMP).
En position d’arbitre dans plusieurs ville, le MoDem a recueilli au sortir du premier scrutin, dimanche dernier, 5,54% des voix à Marseille mais sans aucun candidat susceptible de se maintenir au second tour. Il pourrait néanmoins faire la différence dans certains secteurs clés de la ville et faire basculer la mairie à gauche.
Fort de cette nouvelle responsabilité, il a remanié ses listes dans la foulée pour reléguer, loin derrière, la diversité.

Depuis la fusion du MoDem avec le PS lundi, les critiques vont bon train au sein du parti centriste. Son chef de file à Marseille Jean-Luc Bennahmias a tenté de calmer le jeu et d’apaiser les esprits ce Mercredi rétorquant "qu’il est normal qu’il y ait des mécontents sur les 300 personnes qui figurent sur les listes". Au vu de cette fusion décidé en connaissance de cause, le panachage des listes était certes à prévoir mais moins les circonstances. Otman Aziz, candidat dans le premier secteur en troisième position sur la liste de Childeric Muller en a, pour sa part, fait les frais. Il se dit aujourd’hui indigné et déçu par un parti auquel il a cru et pour lequel il n’a pas ménagé ses efforts. Ce dernier juge, en effet, qu’il a été victime d’un panachage injuste lors duquel il se serait fait ravir sa (...)


 

 

Diversité en politique : Samia Ghali, une victoire historique !

Avec 52,30 % dès le premier tour, Samia GHALI l’emporte haut la main dans le 8e secteur de Marseille (Mairie du 15ème et 16ème arrondissements).

Victoire d’autant plus remarquable qu’elle fait mieux que son prédécesseur Guy Hermier (43,94 % au 1er tour en 2001). Sur le plan national c’est carrément du jamais vu puisque, question représentativité, elle est la première enfant de l’immigration à obtenir ce résultat dans une grande ville de France, faisant mieux que tous les quelques rares candidats de la diversité investis en tête de liste. Pour exemple à Paris, la ministre Rachida DATI (UMP), investie dans le secteur du 7ème arrondissement pourtant très favorable à la droite, est contrainte à un second tour. Voici en exclusivité [1] sur le web, les images de la victoire de Samia GAHLI vécue en direct dans son local de campagne (...)


 

 

Pas d’effet Bayrou à Marseille

Le chef de file du MoDem et candidat en ballottage à la mairie de Pau a beau avoir apporté son soutien, sur place, au néo-Marseillais Jean-Luc Bennahmias, le Mouvement Démocrate n’a pas convaincu les électeurs. Ignorée des votants pour ce premier tour des municipales, l’alliance orange et verte se cherche un partenaire pour le second, « pour une nouvelle majorité ».

Il y a une dizaine de jours, François Bayrou était en déplacement à Marseille, pour soutenir la candidature de l’ex-Vert Jean-Luc Bennahmias. « Quand les Marseillais ont su que François Bayrou venait, a dit en substance le prétendant MoDem à la mairie phocéenne, les sondages ont augmenté ». Crédités jusqu’alors d’environ 5 % des intentions de vote, les candidats écolos et démocrates des huit secteurs de la ville récolteraient – à la veille de la visite éclair de François Bayrou –, entre 7 et 9 % des voix selon la presse locale. Déception donc, au sortir du premier tour hier soir. Jean-Luc Bennahmias, à qui les premières estimations accordaient entre 5,5 et 6,5 % des votes exprimés dans les 6e et 8e arrondissements (secteur où se présentait le maire sortant Jean-Claude Gaudin, d’ailleurs réélu dès le premier (...)


 

 

J-2 avant les municipales où en est-on avec la diversité ?

Marseille aime à revendiquer son caractère multiethnique et sa richesse en terme de diversité.
Elle se veut championne dans ce domaine et les politiques l’ont bien compris faisant de ce thème, cette année, un soucis quasi permanent de leur campagne. La diversité retentie désormais comme un slogan presque incontournable dans la bouche des dirigeants des divers partis politiques marseillais.
Cet engouement nouveau a t-il tout autant d’impact sur les listes électorales ?
Se lit-il pour autant à la proportion de son omniprésence, de ses revendications, et de ses attentes sur ces mêmes listes ? A deux jours du premier tour des élections municipales quelle place est concrètement donnée à la représentativité des minorités dans le champ politique local ?

Cette année, le Modem a deux têtes de listes issues des minorités (Mohamed Laqhila : 13/14 et Saïd Ahmada : 15/16) et de nombreux candidats éligibles "C’est plus simple, nous avons fort peu de sortants", relève le chef de fil Jean-Luc Bennahmias. Elu local depuis 2001, Mohamed Laqhila avertit du risque de nourrir le communautarisme : "Si je suis tête de liste du MoDem (7e secteur), ce n’est pas par rapport à un quota qui aurait été réservé à la diversité : les gens qui s’investissent en politique le font en tant que citoyens" avait-il soutenu dans un entretien avec l’AFP en février dernier. Les listes du PS Jean-Noël Guérini prévoient quant à elles six "élus de la diversité". En cas de victoire, M. Guérini a promis le poste de première adjointe à Samia Ghali, tête de liste du 8e secteur. Les listes de M. (...)


 

 

Au Modem, de la diversité en tête de liste pour les quartiers

Pour le Mouvement démocrate, la diversité ça compte ! Qualifié de « jeune parti » qui recherche encore ses marques par François Bayrou lui-même, cela ne l’empêche en rien de se mettre à la tendance et à l’ouverture. A Marseille, c’est avec les deux têtes de listes Saïd Ahamada le Comorien (15-16) et Mohamed Laqhila le Maghrébin (13-14) ainsi que plusieurs autres personnes issues de la diversité en tête de liste aux cantonales dont Malika Hadbi (à Verduron) que le Modem entend désormais traiter. C’est aussi en leur nom qu’il conviait ce dimanche 24 février à une réunion publique sur le devenir des quartiers populaires.

Une cinquantaine de personnes environ issues des 13, 14, 15 et 16e arrondissements de Marseille pour la plupart, se sont réunis autour de Saïd Ahamada et de Mohamed Laqhila, têtes de liste de ces mêmes secteurs, afin d’écouter leurs propositions et programme censés améliorer leur vie au quotidien. En cette après-midi dominicale, rien n’a empêché les mamans munies de leur poussettes et autres accessoires (dont biberons et tétines pour pallier au cas où, aux sursauts intempestifs des colères de bébé excédé par un trop plein de politique), les pères de famille, les jeunes et les anciens de se retrouver pour écouter, débattre et échanger. Leur manière à eux de s’investir par le biais de leur quartier dans la vie de la Cité. Après que chacun a rejoint sa place, et les présentations effectuées, l’équipe de campagne (...)


 

 

Mobilisation pour une diversité juste et non juste pour une diversité

Ils l’ont dit, ils l’ont fait ! Il ne s’agit pas d’un slogan UMPiste ou « pro-sarkozyste » à l’approche des municipales, ni d’un quelconque autre parti d’ailleurs. Mais plutôt d’un rendez-vous des Marseillais dans toute leur diversité. A la recherche du temps perdu, ils sont venus au côté de Patrick Lozès (président du CRAN), Chafia Mentalecheta (membre du comité national pour la diversité) ainsi que des représentants de la société civile marseillaise, exprimer leur vécu, leur attente et leur mécontentement face à la gestion politique en terme de représentativité des minorités dans la sphère publique.

Diversité "Med" in Marseille Ce n’est pas à un sempiternel et important match de l’OM (qui avait lieu le lendemain d’ailleurs et contre le PSG qui plus est, ennemi juré des Marseillais) mais à un appel lancé par le CRAN (Conseil représentatif des associations noires), que les Marseillais ont répondu présent samedi dernier pour une conférence de presse et un rassemblement devant la mairie en vue du respect de la diversité sur les listes municipales. Pour lancer cet appel aux partis politiques, Patrick Lozès et Chafia Mentalecheta (membre de Prairial 21 aussi), après un énergique passage matinal sur les ondes de Radio Soleil Marseille où ils ont débattu des questions de diversité avec l’équipe de Med’in Marseille dans sa totalité (nous), ont rejoint ensuite un emblématique café rue de la République. (...)


 

 

Diversité aux municipales : Samia Ghali une « première » à Marseille et en France ?!

C’est en tout cas le souhait de Jean Nöel Guerini : « En cas de victoire, ma première adjointe sera Samia Ghali car elle incarne Marseille, riche de sa diversité ». Vingt cinq ans après la marche pour l’égalité c’est donc une excellente nouvelle pour toute une génération qui rêvait également d’égalité aux échéances…

Sauf que pour ses supporters, une ombre subsiste à ce tableau : la chef de file de la gauche pour le 8ème secteur de Marseille pourrait bien être dépossédée de la Marie du 15 et 16ème arrondissement. Certains s’inquiètent, en cas de défaite de Jean Noël Guérini et de victoire de Samia Ghali dans son secteur, c’est deux belles pages d’histoire qui risquent de passer aux oubliettes… En attendant de suivre les prochains rebondissements de ce match à suspens, nous vous proposons des extraits de l’intervention filmée lors de l’inauguration du local de campagne de l’actuelle « vice-présidente du Conseil Régional PACA ». Chargée aussi des sports elle était bien évidemment très en forme ce jour là ! Voici les images…


 

 

Pour le PS, "Tous égaux" !

Les premiers rendez-vous débats du PS local, huit au total, tenus pendant un mois en vue des futures municipales des 9 et 16 Mars prochains à Marseille ont pris fin le 18 décembre dernier. Menés par l’actuel président du Conseil général Jean Noël Guérini accompagné de son équipe de campagne, ils ont mobilisé un large public, très attentif et non moins divers.

Animées par des militants du PS avec à l’appui des courts métrages relatant le quotidien des marseillais, ces réunions semblaient avoir pour objectif premier de mettre en relief la vie quotidienne de la population locale et ses ratés. Des thèmes aussi variés et dans un ordre décroissant d’idées, tels que la propreté, l’emploi, les transports, la qualité de vie, les places en crèche, l’environnement, le logement et enfin la jeunesse ont mobilisé l’intérêt général. D’intéressantes questions ont été posées allant de l’épineux problème du « fini parti » aux inquiétudes de la jeunesse sur son devenir en terme d’emploi et de logement. Pour la plupart, les réponses du candidat ne se sont guère faites attendre, prenant, il est vrai, parfois, le ton d’habituelles promesses de veille de campagne, teintées de sympathiques (...)


 

 

| 1 | 2 |

 

Autres articles Représentativité en politiqueMunicipales 2008

 

 

 

 

 

 

Articles récents

Articles au hasard