Rubrique Tribunes

Accueil > Tribunes

 

Tribunes

 

 

 

Manuel Valls : Digne héritier de la politique musulmane d’inspiration coloniale

Pourquoi le Premier Ministre Manuel Valls éprouve-t-il le besoin de relier systématiquement la question dramatique du terrorisme à la réforme de l’islam de France ? En quoi la lutte contre le radicalisme passe-t-elle nécessairement par le contrôle des mosquées et des imams, alors que tout le monde sait que les terroristes sont recrutés ailleurs ? Quelles sont les contradictions majeures de cette promotion d’un "islam français" en le confiant à des officines étrangères (islam consulaire) ?

Pour répondre à ces interrogations, nous avons choisi publier une série de papiers tirés de notre ouvrage « Marianne & Allah » coécrit avec Aziz Zemouri en 2007. En fait, M. Valls ne fait que reprendre et durcir les « vieilles recettes françaises » expérimentées à l’époque coloniale et reprises depuis par tous les gouvernements et les ministres de l’Intérieur français. SURVEILLER, CONTRÔLER ET REPRÉSENTER : AUX SOURCES COLONIALES D’UNE « POLITIQUE MUSULMANE » TRÈS ACTUELLE (1ière partie) « L’islam français », voilà une formule qui a une résonance bien actuelle, voire futuriste, dont l’historien Henry Laurens nous rappelle pourtant qu’elle était déjà d’un usage courant durant la Première Guerre mondiale, en raison notamment de l’afflux massif en Métropole de soldats et d’ouvriers nord-africains. Alors que les (...)


4 août 2016 par Vincent Geisser, Politologue. - Dans Tribunes

 

 

Y a bon mes martyrs : A chacun les siens !

A chacun les siens, j’appellerai cela la sectorisation de la pleurniche et au tirage comme au grattage nos amis de la communauté algérienne sont à côté de la plaque. Je sais, elle est mauvaise mais avec la troisième plaque commémorative des événements de 1945 à Sétif qui vient d’être détruite mon mauvais esprit ne pouvait pas se priver de cette facétie rédactionnelle. Quand certains sont interdits de se souvenir et surtout interdits de faire connaître à tous les marseillais un drame de la France des années 40, parce que l’Algérie de cette époque c’est la France d’autres ont droit à voir flotter bannière pour commémorer le génocide qu’ils ont subit. Regarder du côté du bateau bleu, c’est-à-dire notre hôtel du département et vous verrez cet étendard aux couleurs de l’Arménie se balancer au gré des vents grâce au bon vouloir d’un pouvoir local qui ne cache pas ses sympathies et qui dans un climat ambiant entre les communautés de plus en plus délétère privilégie une souffrance par rapport à un autre.

Non pas que je minimise l’horreur subit par une communauté plutôt que celle subit par une autre, mais je pense que l’apaisement mémoriel devrait prendre le pas sur l’excitation des différences. Marseille est directement impliquée dans la colonisation et complètement étrangère aux massacres d’Arméniens... Et pourtant il y a peu de chance de voir un tel affichage sur le bateau bleu. La peau et les os des arméniens ont-ils plus de valeur que les restes cadavériques des victimes de la répression française de ce coin d’Algérie ? Rien que le libellé de la question que je me pose, me glace le sang. De plus la France n’a rien à voir avec cette histoire, c’est l’affaire du gouvernement « jeunes turcs » de l’époque dont un des leaders n’est autre que le fondateur de la Turquie moderne, Attaturk. Quand nous voyons le (...)


17 mai 2016 par Michel Bonelli - Dans Tribunes

 

 

Il y a 250 ans dans ce pays

Cette année un anniversaire terrible doit nous rappeler de quoi est capable tout pouvoir qui laisse guider sa main séculière par la religion.
Il y a 250 ans, le chevalier de La Barre est supplicié à Abbeville, le 1er juillet 1766. Il est soumis le matin à la question ordinaire, et subit les brodequins. La Barre perd connaissance, on le ranime, et il déclare ne pas avoir de complice. On lui épargne la question extraordinaire pour qu’il ait assez de force pour monter sur l’échafaud. Il est conduit sur le lieu de l’exécution, en charrette, en chemise, la corde au cou. Il porte dans le dos une pancarte sur laquelle est écrit « impie, blasphémateur et sacrilège exécrable ». Le courage du condamné est tel qu’on renonce à lui arracher la langue. Le bourreau le décapite d’un coup de sabre. Son corps est ensuite jeté au bûcher, ainsi qu’un exemplaire du Dictionnaire philosophique de Voltaire qui lui a été cloué sur le torse. Il était âgé de vingt ans.

Que personne en tant que chrétien viennent me dire que ceux qui ont prononcé la sentence et l’ont exécuté n’avaient rien à voir avec la religion. Ils en étaient complètement habités et la servaient avec zèle et vigueur. A ce jour aucune autorité religieuse n’est venue s’excuser et demander pardon à la communauté humaine de notre pays de cette atrocité. En 2015, la rédaction de Charlie Hebdo et les des parisiens de tout âge, de toute condition sociale et de toute famille philosophique ont été assassinés par des individus se réclamant d’une des trois religions monothéistes, que personne ne vienne me dire que ces les auteurs de cette monstruosité n’avaient rien à voir avec religion. En Palestine, un peuple qui se dit élu, occupe, torture, violente depuis 68 ans une population otage, la spolie de ces droits (...)


11 avril 2016 par Michel Bonelli - Dans Tribunes

 

 

Pour ce 31 mars de lutte

Tel Chirac prenant sa claque politique au référendum sur le projet de constitution européenne, le président Hollande se fait humilier par les parlementaires et doit capituler en rase campagne dans sa révision de la constitution. Des mois de débats sur un texte inique pour rien, un rideau de fumée masquant les problèmes du pays qui ne font qu’empirer : misère, chômage, menaces terroristes, poussée belliciste avec une armée exsangue, loi sur le code du travail bâclée.

Si cet homme qui a tant trahi sa parole et vidé la fonction présidentielle de toute grandeur a le courage de se regarder en face il s’effacera en 2017 respectant au moins son engagement de ne pas se représenter, s’il n’arrive pas à faire baisser le chômage et si au bilan les français vivent plus mal qu’à l’époque de Sarkozy. A l’heure actuelle la question n’est plus un choix entre une politique de droite ou de gauche mais comment éviter l’embrasement du pays. Le dernier tripatouillage dans l’organisation des élections présidentielles sur le temps de parole des candidats est encore un coup de couteau dans le dos de Marianne. Sur le plan extérieur nos alliances avec les satrapes du Golfe n’ont que trop duré. Nos alignements sur l’Otan et les pires travers de la politique des États-Unis sont une insulte à (...)


31 mars 2016 par Michel Bonelli - Dans Tribunes

 

 

Jour d’infamie

L’Assemblée Nationale a voté le texte sur la constitutionnalité de la déchéance de nationalité renvoyant à la loi d’en préciser le texte. Le pouvoir exécutif touche le fond et renvoie sur la représentation nationale ses égarements. J’ai entendu dire des députés que ce texte pouvait servir à empêcher les jeunes filles et les jeunes gens partis en Syrie et en Irak de revenir dans leur pays. C’est la politique de l’autruche poussée à son paroxysme. Pendant des années des crasseux se remplissant les poches avec l’argent de nos impôts ont laissé filer l’immigration, considérant les arrivants comme de la chair à production à bas coût et cela du côté de la droite capitaliste et comme de la chair à élection pour la gauche bien pensante. On en a fait souvent des français de papier, exploité, discriminé, proies pour des rabatteurs en tout genre, ils ont eu droit au meilleur de l’accueil dans ce pays : le hlm loin de tout dans des quartiers de relégation, avec des services publics défaillant et des transports mal adaptés. Ils sont devenus la valeur d’ajustement de notre haine ordinaire, le bouc émissaire parfait qui permit au cynique Mitterrand de faire monter un Front National qui a vécu sur ce terreau immonde. Maintenant où de notre fabrique à monstre est sorti quelques individus qui ont frappé la nation nous stigmatisons toute une partie de la communauté nationale. Là où nous devrions être encore plus solidaire l’inverse se produit.

Nous venons d’abandonner des enfants de la république aux griffes des jihadistes, comme nous avions déjà l’habitude d’abandonner des territoires entiers de notre nation aux trafiquants de drogue ou de chair humaine nous continuons notre politique de renoncement. Ceux qui ont choisi de se révolter contre leur pays sont aussi nos enfants, si ils ont commis des actes odieux ils doivent en répondre devant la justice de ce pays. Et je le redis, je n’écarte pas la peine de mort mais pour la majorité de ces égarés nous devons les réintégrer dans la communauté nationale. Je réaffirme mon opposition à l’état d’urgence. Non nous ne sommes pas en guerre mais nous nous sommes co-responsable des attentats que nous avons subis, nous tuons des islamistes en dehors de nos frontières depuis longtemps et le pouvoir en (...)


11 février 2016 par Michel Bonelli - Dans Tribunes

 

 

Escalade en Syrie, ça risque de dévisser sous peu

Les plus anciens d’entre nous doivent se souvenir d’une expression terrifiante de nos grand-pères : « Il nous faudrait une bonne guerre », le conflit comme remède miracle aux maux de notre société. Mais nous devons nous méfier parce que l’escalade de ces dernières heures en Syrie ne va pas améliorer le climat mondial. Sans que nous nous en apercevions on nous réchauffe la guerre froide. Les aviations américaines et russes ne vont pas tarder à se frôler et un incident est toujours possible. La France avec ses cerfs-volants fait figure de mouche du coche et à force d’astiquer Poutine le fauve va briller de tous ses feux.

La Syrie à qui l’on doit quelques actions terroristes contre nos intérêts dont l’assassinat d’un ambassadeur au Liban et un jeu plus que trouble pendant la guerre civile de ce pays avait su un temps revenir dans le concert des nations pendant que l’Urss s’effondrait, l’ours malade, elle avait rejoint le camp occidental pour sauver son régime et nous avions vu le fils de celui que l’on surnommait le Bismarck du Moyen-Orient à la tribune présidentielle pour un 14 juillet du quinquennat Sarkozy, le même ami de feu le colonel libyen, de Moubarak et de Ben Ali, si Amin Dada était encore sur son siège, Nicolas aurait surement organisé une garden-party en son honneur. Mais le printemps arabe et un peu de la CIA est passé par là et l’hiver de Daesh risque d’être long. Alors notre belliciste président devrait (...)


1er octobre 2015 par Michel Bonelli - Dans Tribunes

 

 

Promesse d’une grande Mosquée à Marseille : La mort des symboles

Dans l’indifférence la plus totale, récemment la mairie de Marseille a procédé à l’évacuation des locaux qui servaient de siège à l’association en charge de la construction de la future Grande Mosquée de Marseille....

Sans aucune considération et de la même manière que sont évacués les camps de rom, le siège de l’association mosquée de Marseille n’a reçu aucun égard. Au milieu du mobilier de bureau et des quelques documents administratifs se trouvait la maquette de cette future mosquée. Une sublime réplique protégée par un dôme en plexiglas ayant coûté au bas mot 5 000 €, financée par l’argent des musulmans et principalement celui des comoriens .Cette maquette a finit a la benne comme le, reste du mobilier ! Aucun membre de l’association n’était présent ce jour-là pour tenter de sauver ce qui pouvait l’être. Une vicissitude de plus me direz vous, mais n’est ce pas celle de trop ? Tous les symboles de ce projet qu’espéraient tant les marseillais, tombent les uns après les autres. Alors que le projet aurait du démarrer au 3 (...)


4 novembre 2014 par Maurad Goual - Dans Tribunes

 

 

On s’fout de la coupe ou on s’foot du monde ?

Le compte à rebours a commencé. La température monte, inexorablement. Mais cette fois, le délire footballistique n’est pas en cause. Une fièvre prend corps et de par sa nature même, peut inquiéter bien au delà du Brésil. Lors de cette compétition, il n’y a pas que la joie qui risque d’exploser et il faudra plus qu’un filet de nylon pour arrêter le coup franc qui gronde de derrière les tribunes. Coup d’envoi d’un nouveau monde ?

Les plumes, le carnaval. La liesse d’un peuple toujours chantant, prêt à troquer sa peine pour un rêve de ballon… En 2014 malgré de gros efforts de communication, la carte postale semble jaunir. Quelque chose a changé au pays du football. Maculélé Photo prise Par Gaël Assouma au Brésil Salauds de pauvre ! Toujours à la ramener au moment où l’on s’amuse, c’était à prévoir, mais qu’au cœur du temple du ballon rond, ses plus fervents adeptes soient prêts à gâcher la grandiose cérémonie pour être entendus… A qui profite la coupe ? Pour Michel Platini les choses sont simples « Rendez hommage à cette belle coupe du monde. Ont a été au Brésil pour leur faire plaisir », lançait-il comme un appel au calme, lors une interview, face à la colère d’un peuple qui n’en peut d’être laisser pour compte. « Faites un effort, (...)


4 juin 2014 par Gaël Assouma - Dans Tribunes

 

 

 

 

Brèves Tribunes

  • Juillet 2016

     

    Péril sur le Théâtre Lenche

    Faute de moyens suffisants ce lieu emblématique de la culture à Marseille va passer sous le contrôle administratif et financier du Théâtre de la Minoterie. Maurice Vinçon son créateur doit vivre très mal ce moment. Le Lenche c’est l’enfant du Mini Théâtre, c’est la continuation d’une expérience unique menée au début des années 70 dans des locaux de fortune derrière ce qui était la Bibliothèque de Marseille à l’époque à la place Carli. Je me permet de citer le nom d’un grand homme de théâtre que Marseille ose un peu oublier aujourd’hui et qui a été associé à cette naissance : Robert Badani compagnon de route de Maurice Vinçon. A tous les deux ils ont crée le Lenche, le Théâtre de Pôche à Bonneveine et surtout les festivals de quartier comme celui du Parc Borély et le festival des Iles que Maurice amena du Château d’If au Frioul. N’oublions pas dans ces aventures Roger-Charles Gardanne, un militant de la culture et un transmetteur de l’art théâtral hors pair. Enfin je salue Alain Sisco enfant du Panier et du théâtre qui commença sa longue route de la culture au patronnage du Panier. Ce qui risque d’arriver au Théâtre de Lenche sous peu c’est un enterrement de dernière classe par le mépris des décideurs, l’arrogance d’une (...)

     

  • Février 2016

     

    Salafistes

    « Salafistes » si un jour vous allez voir ce documentaire prenez quelques précautions en matière philosophiques et spirituelles… Si le jihadisme est passé maître dans l’art de manipuler les images, il est difficile et même impossible d’aller à la rencontre de ses leaders et de pratiquer avec eux l’art complexe de l’interview. Le documentaire français « Salafistes » de Lemine Ould, M. Salem et François Margolin s’y essaie non sans écueil. Tourné à partir de 2012, cette œuvre donne la parole à des responsables politiques d’Al-Qaïda au Maghreb Islamique et à des autorités religieuses salafistes le tout entrecoupé avec des vidéos de propagande jihadiste. Il y a à l’origine une confusion entre salafisme et jihadisme qui fausse toute analyse. Avec des propos sans fondement qui entretiennent ce malaise comme ceux de personnes présentées comme des dignitaires religieux et qui affirment qu’il n’y a pas de différence entre salafisme jihadiste, salafisme intellectuel et salafisme de comportement. Où pire : « le jihad est l’horizon naturel de tout salafiste ». Nous avons ici une enquête qui se voulait partiale et qui voulait lever le voile sur une religion et un phénomène mal connu qui ne fait qu’accentuer l’amalgame (...)

     

  • Février 2016

     

    Culture à Marseille, le temps du désherbage

    Après l’Espace Culture c’est le tour de l’Espace Busserine. Cette enclave culturelle sur le territoire de M. Ravier a du souci à se faire. La fin semble proche. Nous aurons peut-être des combats d’arrière-garde comme à Vitrolles, les plus anciens se souviennent de quoi je parle. Mais la messe est dite. Les Docks des Sud sentent aussi le sapin. Ah le bon temps du carré VIP de l’espace privé pour les privilégies où le champagne coulait à flot est révolu. Parce que autant j’ai applaudi à la création de la la Fiesta des Sud qui a marqué un renouveau sur la scène marseillaise autant j’ai condamné les dérives de cette manifestation. Très vite nous sommes passés d’un succès populaire incontestable à un festival pour bourgeois, parisiens et autres. C’est aussi la rançon du succès. Merci pour quelques concerts inoubliables, de belles expositions et la création annuelle d’un lieu magique quoique qu’un peu poussièreux pour l’allergique que je suis. Si vous deviez disparaître j’en serai triste. Jespère que l’aventure continuera. Mais nous ne sommes pas à la fin des coupes sombres dans le domaine culturel et social. Le maillage de l’éducation populaire a été cassé dans notre ville, les petits lieux alternatifs surtout dans le (...)

     

  • Janvier 2016

     

    Education nationale et citoyenneté : le bilan depuis le 8 janvier 2015

    Face à l’horreur de l’attaque de la rédaction de Charlie Hebdo on somma l’école de réagir et les enseignants de faire preuve d’un zèle patriotique digne des heures noires de la guerre de 14, centenaire de cette boucherie en cours, je me permets cet hasardeux parallèle. N’oublions pas qu’à l’époque l’instituteur venait juste avant l’adjudant de compagnie dans le façonnage de la chair à canon, pardon du patriote prêt à mourir pour la défense de la patrie, de la bourse, du grand capital et accessoirement pour la reconquête de l’Alsace-Lorraine. Mais en 2015, autre temps, autres mœurs. Madame le ministre demanda d’organiser très vite un moment de recueillement. Ce fut la fameuse minute de silence pour tous de la crèche à la maison de retraite. Et là stupeur nous avons eu droit dans les médias à des témoignages d’enseignants confrontés à des enfants vraiment pas trop Charlie. Les petits sauvageons formule chère à Chevènement exprimèrent parfois des désaccords à faire frémir un militant de Sud Education où à pousser à la dépression nos croisés de la laïque. Ils partageaient leurs sentiments entre incompréhension et désapprobation. Le ministère essaya de minimiser les incidents mais le secret s’ébruita. Najat nageait dans le (...)

     

  • Septembre 2015

     

    Marseille, une agression de trop

    L’agression dimanche matin 6 septembre de deux jeunes homosexuels sortant d’un lieu festif gay nous fait souvenir que la différence et la diversité sont parfois des signes distinctifs durs à porter. Paul et Tony sont des victimes de la violence au quotidien, de la méchanceté humaine gratuite. Mais n’oublions pas non plus que de l’extrême-droite aux mouvements de tendance salafiste, l’homosexualité est stigmatisée comme d’ailleurs dans la Russie de Poutine ou chez les radicaux juifs en Israël. Il vaut mieux être gay dans la festive Tell-Aviv que dans certains quartiers religieux de Jérusalem. L’homosexualité est encore poursuivie pénalement dans de nombreux pays et en l’Egypte, conscience morale du monde arabe même si elle n’est pas passible de peine on accuse les invertis de débauche et d’attentat à la pudeur. Les condamnations ont été nombreuses ces dernières années. Les médecins en chargent de prouver l’homosexualité d’un suspect se servent dans leur enquête d’un vieil ouvrage homophobe français rédigé par Auguste Tardieu, au contenu qui frise l’ignoble. Et en relocalisant cette discrimination être gay, maghrébin, noir ou autre dans les quartiers Nord de Marseille ne doit pas être une sinécure comme dans le (...)

     

  • Juin 2015

     

    Comment faire du neuf avec du vieux ?

    Comment faire du neuf avec du vieux ? Sarko a trouvé : avec le s sifflets républicains. Changer de nom pour ça. Même que le Vaucluse confirme la "Pen" de BHL entarté à Namur. C’est le sang de Kadhafi ou le serment de Tombrouck. Heureusement que les milles feuilles, c’est terminé. Les licenciements seront autorisés et les indemnités plafonnées. Le PS tient ses promesses.

     

  • Février 2015

     

    Les infidèles

    Sarko était pour le travail le dimanche, maintenant il est contre. Il veut maintenant un test osseux (signez la pétition) de la loi Macron. Les obscurantistes peuvent frapper "les infidèles" partout. C’est l’islamo fascisme dit Valls. Ce à quoi a rétorqué Dumas : "il est sous influence juive". Qu’on se le dise il n’est désormais pas très halal de dessiner le prophète. C’est clairement réduire son espérance de vie et vivre sous escort boy. C’est comme les 5 adolescents alsaciens. Bizarrement les médias ne donnent pas leur origine. Ils ne sont certainement pas musulmans ou c’est de l’information sélective. En temps hivernal, ils ne savaient pas qu’ils saccageaient un cimetière....juif. Finalement il y a pas l’antisémitisme partout. Il y a parfois que de p’tits cons. Quant à DSK. C’est l’homme le plus sexuellement "relaxé" du monde. Il contribue à créer des emplois sexuels comme des restaurants. Après celui de Nafissatou Diallo à New York, je propose aux filles du Carlton les noms suivants : "le foutre", "l’anal", "l’ex fmi", "le surdoué". Rien à voir avec les 56 comprimés du quotidien de dame Bettencourt. Avoir autant d’argent et être si mal soignée. Ça existe et c’est la thèse des experts. Sommet contre BOKO (...)

     

  • Août 2014

     

    Marseille. 3 militants pro-palestiniens interpellés !

    A Marseille pour fêter l’anniversaire de Jean Jaures on criminalise le soutien à la Palestine. A la veille de la manifestation organisée par les associations marseillaises en soutien à la Palestine 3 jeunes militants Nordine,Mohamed et Elliot avaient comme tache d’ informer le public marseillais...Comme il est de coutume, ils ont procédé à des distributions de tracts et à du collage d’ affiches notamment sur la Canebière. Repérés par les multiples caméras municipales une patrouille de policiers est partie à leur recherche.Sans aucune objection les 3 militants pacifistes se sont laissés embarquer au commissariat de Noailles pour une audition...L’entourage militant est alerté en quelques instants grâce aux réseaux sociaux, la solidarité s’ est mise en route et une trentaine de camarades (anti fa 13,NPA,EuroPalestine et indépendants) se sont mobilisés . L’audition n ’aura pas lieu.... Il est inadmissible de voir en terre des droits de l’ homme une telle atteinte à la liberté de manifester et à la liberté d’ exprimer un soutien on ne peut plus légitime à un peuple qui subit un massacre innommable.Alors que des groupes d’ une violence avérée ont, eux, pignons sur rue ,voir sont assurés de la protection de (...)

     

  •  

     

     

     

     

    Articles récents

    Articles au hasard