Rubrique Tribunes gauche

Accueil > Tribunes > Tribunes gauche

 

Tribunes gauche

 

 

 

"La maison brûle, et nous regardons ailleurs"

"La maison brûle, et nous regardons ailleurs" Cette métaphore, utilisée jadis par Jacques Chirac à propos de l’urgence écologique, résume parfaitement la situation politique actuelle.
Après la tuerie du 13 Novembre dernier, le comportement des français est plus que jamais déterminé par la peur. À la peur du chômage, de la crise, l’angoisse des fins de mois, s’ajoute la peur du terrorisme aveugle et meurtrier.
Dans ce climat oppressant, nous arrivons à un moment déterminant du combat engagé de longue date entre deux France.
Celle du repli, du racisme assumé, celle qui fantasme sur le grand remplacement tout en rêvant du grand nettoyage, a bien sûr le vent en poupe.

Zemmour peut tranquillement appeler au bombardement de Moelenbech, probablement avant d’exiger celui des quartiers nord de Marseille, Robert Ménard annoncer la création de milices à Béziers sous le patronage de Charles Martel. Le comble est que ce sont les rares voix exprimant leur dégout devant ce danger qui sont traités, au mieux de naïfs, au pire de complices objectifs de Daech. Face à cette déferlante de haine, une autre France peine à se faire entendre. Elle est divisée sur les causes de la crise actuelle autant que sur les moyens d’y remédier, mais se rejoint sur une idée simple, celle que tous les enfants de ce pays peuvent, doivent, faire France ensemble, sous peine de voir disparaître cette communauté unique au monde, qui transcende origine, classe, religion, qui provoque l’étonnement et (...)


4 décembre 2015 par Nasséra Benmarnia - Dans TribunesTribunes gauche

 

 

Retrouver le peuple, oui, mais quel « peuple » ?

Le résultat des élections européennes a secoué la France : l’abstention massive et le vote FN marquent avant tout la prise de distance des Français avec leurs dirigeants.

Car ce sont 26.8 millions de français qui ont fui les bureaux de vote face à 4.7 millions de votes FN. Le résultat montre qu’il s’agit moins d’une montée fulgurante des thèses fascistes du FN qu’une abstention inquiétante qui, on le remarquera, sévit essentiellement chez les jeunes : 73% pour les 18-35 ans. C’est bien cela qui est dramatique à travers le résultat de ces élections. La jeunesse a délaissé les urnes et ne croit plus en la politique.

Pourquoi une telle désertion de la jeunesse ? Une des raisons est sans doute l’extrême homogénéité sociale et le conformisme intellectuel de nos élites politiques, notamment les énarques, qui restent ancrées sur des positions théoriques et des schémas économiques, certes efficaces il y a 50 ans en pleine période de croissance mais qui aujourd’hui rendent impossible tout accompagnement des mutations sociales et culturelles du moment. La grande majorité des élites politiques conjuguent une pratique instrumentale, souvent cynique, de la politique, avec une vision technocratique du monde. Il y a urgence à adopter un autre regard sur la société française. En particulier, il serait temps qu’au lieu de mythifier un « peuple » imaginaire, les organisations politiques se préoccupent vraiment des habitants (...)


 

 

 

 

 

 

 

 

 

Articles récents

Articles au hasard