Articles

Accueil > En direct de Marseille > L’actu marseillaise > 4ème Festival International du dessin de presse, de la caricature et de la (...)

 

4ème Festival International du dessin de presse, de la caricature et de la satire : rire ensemble et vivre ensemble

9 septembre 2015

Merci ,Fathy Bourayou, créateur de ce festival pour cette belle thématique. Fathy, qui a fuit en 1994, l’Algérie à feu et à sang, lui l’artiste, un des piliers de l’Ecole d’Art d’Alger,

qui se retrouva par la force des événements, migrant, sans-papier, habitant de squat avec bien d’autres intellectuels algériens que la France pour ménager les généraux d’Alger et les partisans du FIS ne sut pas accueillir dans la dignité. Fathy qui avec presque sans moyen créa rue Caisserie à Marseille une petite galerie : Anissa, ceux qui souffrirent entre les deux rives de notre Méditerranée en ces temps savent ce que ce nom évoque. Fathy qui y fit pendant des années une programmation superbe entre artistes locaux et déracinés fuyant la guerre et la misère, Fathy qui aussi trouva le temps pour dessiner pour tous les journaux d’une presse alternative et qui aida à la fondation du journal Marseille la Cité, belle entreprise de Saïd Zahraoui, lui aussi clandestin à ses débuts à Marseille.


 


Après ce rappel de cette tranche de vie, saluons la belle initiative de Fathy, devenu notre Fathy de l’Estaque et qui par cette manifestation d’ampleur internationale a réveillé ce quartier excentré de Marseille au coeur du 16ème arrondissement dont la réputation a bien besoin de ce genre d’événement pour redorer son blason. L’Estaque comme le dit dans la plaquette de cette année Serge Scotto fut terre d’accueil des Impressionnistes à l’époque ou ces agitateurs de l’art exposaient au Salon des refusés. Je vous conseille, que dis-je je vous oblige à aller découvrir le programme sur http://festivaldelacaricatureestaque.blogspot.fr/ et à venir dés le mardi 15 septembre au Centre Social de l’Estaque pour le début des festivités avec entre autres l’inauguration de l’exposition d’Antonio Antunes, dessinateur portugais. Pour terminer je salue l’ensemble des bénévoles pour leur participation, sans eux le festival ne pourra pas se faire. Mais comme vous le savez, je ne peux m’empêcher de quelques remarques, constatations, réflexions qui peuvent parfois ne pas plaire à mes contemporains, encore que. La première est quand même un remerciement à Mme Samia Ghali, sénatrice-maire du 15-16 pour soutenir avec l’ensemble de ses services le festival et qui a su convaincre cette année le préfet que même après le drame de Charlie Hebdo, il devait avoir lieu, c’était encore plus important en 2015 qu’en 2014, un bel acte de résistance citoyenne et intellectuelle face à la barbarie montante. Elle a réaffirmé son désir de voir se créer à Marseille, dans son secteur une école de la caricature et a promis d’y mettre les moyens, bel antidote contre tous les obscurantismes et qui sera avant tout destinée à nos jeunes, merci madame de cette forme de courage politique parce ce qu’une partie de vos administrés et de ce fait de vos électeurs ne sont pas toujours très Charlie. Maintenant, je sors un petit croc et je mordille un peu. La Région PACA qui il est vrai a soutenu dés le début le festival du fait que mme Boulainsseur était aussi conseillère régionale et qui s’affirme Partenaire principal ne mérite pas vraiment un chichi d’or ou même une panisse d’argent en référence aux prix décernés au festival, même si drame aidant elle a remonté son niveau d’aide, parce qu’avant 15 000 € de subventions pour un tel projet ce n’est même le prix de certaines agapes à la Région, de buffet somptueux après un quelconque colloque, je ne parle même du montant de subventions accordées à des associations ou à des actions qui n’ont comme légitimité que le nom ou la qualité du porteur de projet et dont l’impact sur les habitants est nul ou lamentable. Je sais, je suis un empêcheur de subventionner tranquille, mais je préfère dire ce que j’ai sur le coeur et dans mes archives. De plus, je tiens à signaler que le père de ce festival, Fathy l’a fait longtemps sans être rémunéré, c’est à dire sans toucher aucun salaire, aucun défraiement, l’artiste Bourayou n’a même pas eu l’équivalent de un ou deux salaires du plus petit employé de Mme la Sénatrice, pourtant les artistes mangent deux fois par jour et boivent un peu. Enfin, je ne sais pas qui a fait le dossier de presse mais il m’a oublié mon Fathy, ne me le faites plus, merci par avance M. le président du Fidep, je pense qu’une page hommage à Fathy, rappelant par exemple son parcours comme je l’ai fait avait pleinement sa place, bon erreur peut-être pardonnée, à voir, je resterai vigilant. Dernier carton jaune à la journaliste de La Provence qui est parti avant l’émouvante prise de parole de Fathy et à La Marseillaise qui n’a pas délégué son journaliste star, je sais l’Estaque c’est loin et beaucoup de nos chroniqueurs marseillais préfèrent le Club Pernod, pourtant Ricard était présent. Je terminerai en remerciant de sa présence le directeur de Grand Littoral qui est une vitrine superbe pour le festival ce qui peut inciter de nombreuses personnes à venir à tous les temps forts de cette manifestation. Alors toutes et tous au 4ème Festival international du dessin de presse, de la caricature et de la satire de l’Estaque, je suis sur qu’en vous voyant si nombreux Tignous se sentira moins seul, là-haut sur son nuage au paradis des grands hommes. Fathy Bourayou merci encore, tu es une bombe, une bombe d’humanité et de gentillesse.

PNG - 311.2 ko
Fathy Bourayou à l’extrême droite, chose normalement impossible en compagnie du grand écrivain algérien Nouredine Saadi à la librairie Pharos aujourd’hui disparue

Pour vous appâter quelques noms de dessinateur présents, liste bien sur sous réserve : Liza Donnelly (USA), Boligan (Mexique), Giemsi, Aurel, Kap (Espagne), Ballouhey, Red, Nadia Khiari (Tunisie), Sondron (Belgique), Scotto, Renault, Djony, Jepida, Phil Umbdenstock, Jak, Arnault, Elcé, Biz, Moine, Napo (Argentine), Daullé, Decressac, Gibo, Gruet, Kianoush Ramezani (Iran), Nalair, Olive, Zoran Petrovic (Serbie), Raffa, Trax, Saad Hajo (Syrie), Ysope, Lelièvre, Antunes (Portugal), Labter (Algérie), Gueddar (Maroc), Gros, Gouarch, Nol (Hollande), Ganan, Rayma (Vénézuéla), Rafagé (Belgique), Nardi (Italie), Bézot, Veesse, Val, Sarrazin...

Un salut amical à Philippe Dieudonné de la Ligue des Droits de l’Homme.

 

 

Autres articles En direct de MarseilleL’actu marseillaise

 

Articles récents

Articles au hasard