Articles

Accueil > Actualités > Handibasket : OSE la diversité

 

Handibasket : OSE la diversité

9 juin 2010

Ce 5 juin, l’association OSE avait drainé du monde vers le stade phocéen Roger Lebert pour la 2e édition de « Ose le défi ». Sous un soleil royal, la journée dédiée à l’handicap rassemblait valides et non valides sur le terrain du sport. Dans une ambiance festive, le temps fort était malgré tout, le match mixte disputé entre basketteurs professionnels de Pro A et de Pro B du championnat de France avec les joueurs de Handibasket National 1. OSE avec la complicité entre autres de Phunkee Studio, DixSport.com, la Ville de Marseille et notre média, Med’in Marseille a relevé un beau défi, celui du partage, de la générosité et du respect des différences.


 

A l’origine de la manifestation, une bande de potes. Ils se sont connus sur les parquets dans leur enfance. « J’ai commencé à vingt ans le Handibasket » se souvient Kossi Innocent Amah. Le basketteur en fauteuil roulant a quitté son Congo natal à l’âge de quatre ans, avec sa famille pour se faire soigner à Marseille. Une maladie contractée durant l’enfance le prive de l’usage de ses jambes. Le jeune Kossi apprend très tôt à se battre dans la vie, il suit des études puis décroche un emploi à la SNCF. Il est très entouré par ses copains. Une chance ? Non. Le quadragénaire a su se faire apprécier au cours du temps. « C’est moi qui m’intègre » en arborant un large sourire, « je n’ai pas de problème au niveau social et professionnel ».

« Handisport, on voit le mot handicap, c’est tout »

Innocent a une passion : le basket. Joueur professionnel d’Hyères Handi Club, il évolue en N1A (1ère division nationale du Championnat de France). Le club d’Hyères dispute régulièrement les rencontres de la Coupe d’Europe des clubs champions Handibasket. Pourtant, le grand public ne le sait pas ! Ce sport et plus généralement le Handisport est confronté à d’importants problèmes de médiatisation, de communication. « Rien n’est filmé en France, nous n’avons pas de reconnaissance de notre sport. On est réellement en retard. Les gens : dans Handisport voient le mot Handi, handicap, c’est tout » s’insurge Innocent. Dans les autres pays européens, la couverture médiatique est plutôt satisfaisante. En Allemagne, les compétitions européennes font salle comble : 3 000 personnes ! La publicité fonctionne au-delà de nos frontières. Beaucoup de basketteurs sont contraints de s’expatrier pour vivre de leur sport, « on ne gagne pas d’argent en France » dénonce Kossi. Autre injustice commune cette fois à tous les pays sont les revenus. Le basketteur non valide peut obtenir des gains conséquents, mais sans rapport aucun avec les revenus incroyables des stars valides.

« Une diversité autre : le handicap »

L’un de ses amis d’enfance, Mourad Mahdjdoubi défend ardemment son pote Kossi. « Il nous racontait ses problèmes dans le monde du sport. Basketteur de haut niveau, Innocent est obligé d’avoir un job à côté. Les joueurs non valides ont des freins énormes à leur carrière » se révolte Mourad. Alors, Mourad, ses copains ont décidé de s’investir dans cette toute nouvelle association OSE, présidée par Zaher Idri. « Le concept est de donner la priorité aux handicapés par rapport aux valides sans se cantonner. Il existe une diversité autre : le handicap », explique Mourad. Le but est de créer une mixité sociale à travers le sport, « parvenir à changer les mentalités sur le handicap ».

Le président Idri et ses copains ont imaginé « Ose le défi ». L’objectif : les valides se mettent à l’handisport. Des basketteurs de Pro A et de Pro B du championnat de France et de Handi National 1 jouent le jeu le temps d’une journée. L’an passé, pour la première édition, l’invitée vedette était Sonia Rolland, Miss France 2000. Samedi dernier, Mohamed Dia avait fait le déplacement. Mohamed, banlieusard parisien d’origine malienne est un créateur de vêtements de sport et de rue, fondateur de la marque M. Dia. Il est le premier entrepreneur français à travailler avec la NBA américaine en 2001. « Sept ambassadeurs soutiennent ma ligne de vêtements dont un suit Handisport. Il était logique, de mon devoir d’être ici aujourd’hui » explique Mohamed Dia. « Il faudrait organiser plus souvent ce genre de manifestation en France. Il y en a rarement sur Paris » constate-t-il. En termes de médiatisation des événements Handisport, la France accuse beaucoup de retard selon lui.

Une belle cause et des moments d’émotion
Pour pallier à cette discrimination, Zaher et son équipe de bénévoles ont ainsi décidé d’inviter des personnalités du monde du basket pour attirer les médias. Les choses bougent petit à petit depuis la première édition, « nous sommes assez bien relayés par les médias ». « Nous voulons délivrer un message » nous dit Zaher, « il ne faut pas avoir peur de l’inconnu ». Faire des événements avec les non valides sans misérabilisme. « Je trouve abject que le handicapé soit mis de côté dans notre société », déplore le président. « On voulait aussi montrer que nous sommes capables d’organiser des événements à Marseille, entre valides et non valides, de hauts niveaux, avec peu de moyens » confie-t-il.

La fête était au rendez-vous. Ateliers d’Handibasket, ateliers de basket, mini-concerts avec Phunkee, Pompom Girls ont rythmé cette journée, chargée d’émotion. « Ose le défi », une rencontre rare, touchante à renouveler plus souvent. OSE réfléchit d’ores et déjà à l’organisation d’une manifestation culturelle, probablement en 2011. Selon le même principe que le Handibasket, OSE souhaite explorer le vecteur musical, « on voudrait faire un album avec des artistes handicapés ».

 

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 6 novembre

     

    Projet de loi sur la Sécurité Sociale adopté : 4,2 milliards de restrictions demandés

    L’Assemblée nationale a adopté, mardi 31 oct 2017, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018. La gauche de l’Hémicycle a voté contre, dénonçant une attaque sans précédent contre le système de protection sociale. https://www.humanite.fr/le-budget-de-detricotage-de-la-securite-sociale-ete-vote-644835

     

  • 6 novembre

     

    Violences sexuelles faites au femmes, plan d’urgence demandé à Macron

    VIOLENCES SEXUELLES - Louane, Alexandra Lamy, Tatiana de Rosnay... 100 femmes demandent à Macron "un plan d’urgence contre les violences sexuelles" Elles sont les premières signataires d’une pétition en ligne pour en finir avec les violences sexuelles. "Ces violences ne sont pas une fatalité. Elles peuvent cesser". Une centaines de personnalités féminines de la société civile, artistes, comédiennes, réalisatrices, écrivaines, journalistes, médecins... ont signé une tribune adressée au président Emmanuel Macron dans le Journal du dimanche ce 5 novembre, demandant "un plan d’urgence contre les violences sexuelles". Cet appel, initié par des militantes féministes, dont Caroline de Haas, a également été (...)

     

  • 30 octobre

     

    Concert de musique arabe et européenne en soutien à SOS Méditerranée dans le cadre du festival d’Aix-en-Provence

    La série de concerts solidaires exceptionnels inaugurée en 2016 au profit de SOS MEDITERRANEE, se poursuit cet automne, sur l’initiative de Bernard Foccroulle, directeur du festival d’Aix-en-Provence et organiste, et membre du comité de soutien de SOS Méditerranée. Le prochain concert aura lieu - Vendredi 17 Novembre à 20h45 - Eglise St Jean de Malte à Aix-en-Provence "Les couleurs de l’Amour et de l’Exil" Concert de musique arabe et européenne Bernard Foccroulle Orgue Alice Foccroulle Soprano Moneim Adwan Chant et Oud Compositions de Francisco Correa de Arauxo, Alessando Grandi, François Couperin, Dietrich Buxtehude, Bernard Foccroulle, Abou Khalil El-Kabani, les frères (...)

     

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit de retrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

Articles récents

Articles au hasard