Articles

Accueil > Agenda > Inspire… expire, c’est le Printemps de la Danse

 

Inspire… expire, c’est le Printemps de la Danse

2 mai 2009 - Dernier ajout 3 mai 2009

Ancré depuis onze ans au Centre culturel de la Busserine, l’événement refait surface avec les beaux jours. Mêlant toujours créations urbaines et contemporaines, cette nouvelle édition du Printemps de la Danse offrira du 5 au 20 mai de belles émotions. Rencontre avec Léa Inczedy-Gombos qui, jeudi soir, propose avec sa compagnie Hakili une œuvre originale en forme de quête d’identité dansée : « Inspire… Trajectoires de femmes entre Ailleurs et Ici ».


 

C’est avec une régularité rassurante que l’on retrouve chaque année, en un bourgeonnement créatif, le Printemps de la Danse. L’idée de créer ce festival dédié à la danse contemporaine, librement inspirée des arts de la rue, revient à Pierrette Baltz. Il y a une dizaine d’années, elle décide de l’installer au Centre culturel de la Busserine. Le pari de mêler créations urbaines et actuelles, mais aussi un public éclectique est une totale réussite. Du 5 au 20 mai prochains, comme lors des précédentes éditions, apprêtez-vous à voir émerger des talents, ou vous laisser submerger par eux. Aucune des compagnies présentées n’est amateur pourtant, et leur spectacle a bien souvent demandé de longs mois de travail.

JPEG - 108.9 ko

C’est le cas du collectif Hakili. Depuis un an, sous l’impulsion de Léa Inczedy-Gombos, coordinatrice, chorégraphe et danseuse, les sept membres qui le composent ont fait naître et vivre « Inspire… », un tableau mis en musique et dansé qui retrace des « Trajectoires de femmes entre Ailleurs et Ici ». « Trajectoires de femmes, puisque nous sommes quatre danseuses, qui oscillent entre les cultures ouest africaine et les danses urbaines d’ici. Ça parle de comment nous, on arrive à construire notre identité de danseuse à travers ces influences ».

Léa explique comment et sur quelles bases est née l’idée d’amorcer ce travail :

 

 

En plus d’Hélène Gordon, Céline Petit Jean et Marie Gabella – les trois danseuses qui l’accompagnent sur scène – trois musiciens font également partie de la troupe. Gautier Taxil et Jean-Christophe Hermann font résonner leurs percussions, djembé et doum-doum, en y mettant leur touche, tandis que Valentin Benoît sort de sa flûte peulh un souffle limpide et vibrant. Une bande son « 100 % acoustique et originale ».

JPEG - 115.1 ko

Entre quête identitaire, travail sur soi et improvisation, « Inspire… » s’entrevoit en fait par étapes. Une première version avait été présentée lors de la Fête du Panier, en juin 2008. « Inaboutie », la création l’est encore, et le restera sûrement. « C’est sans fin », sourit Léa. Néanmoins, la jeune femme aspire à donner une nouvelle dimension – et un tempo plus long – à cette œuvre infinie.

Ainsi, le Printemps de la Danse peut représenter « un tremplin professionnel » pour le spectacle et la compagnie. L’objectif est de « rôder le spectacle » et de trouver des dates pour 2010. Et évidemment, inscrire l’activité de chacun des protagonistes dans la perspective de Marseille-Provence 2013 :

 

 

Ce n’est pas la première fois que Léa Inczedy-Gombos se produira sur la scène du Centre culturel de la Busserine. En 2007, elle y avait présenté « 100 titres », avec onze autres danseurs. « Je crois qu’à l’époque, le directeur Patrick Loir a apprécié cette première création. Je l’ai donc contacté pour celle-ci, et il a tout de suite dit ‘ok’  ». Pour mener à bien le projet, qui leur tenait particulièrement à cœur, les membres d’Hakili ont du faire montre tout au long de cette année de mise en place, d’un investissement sans faille. Ils doivent leur réussite à leur « farouche nécessité de créer », puisque la compagnie ne bénéficie pour l’instant d’aucun financements. Léa tient à préciser que « sans le soutien moral et technique de personnes telles que l’administrateur Pierre Robert, ou encore Olivier Duval, régisseur général qui nous rend un immense service en nous faisant notamment une très belle conduite lumière », le résultat n’aurait sans doute pas été le même.

« Inspire… Trajectoires de femmes entre Ailleurs et Ici », par le collectif Hakili
Jeudi 7 mai à 20h30. Tarifs : 1,5/3/5/7,5 euros
Centre culturel de la Busserine
Rue Mahboubi Tir
13014 Marseille
Infos : 04.91.58.09.27.

 



 

 

Autres articles Agenda

 

Brèves Agenda

  • 5 décembre

     

    La Mairie et les assos du 2 -3 relèvent le défi du Théléthon 2017 ce Samedi 9 décembre.

    Savez-vous que le premier Téléthon a eu lieu en 1987, et sur Antenne 2 le premier Parrain se nommait Jerry Lewis, un grand acteur humoriste américain. Depuis, après 30 années d’efforts, grâce à vous, en apportant vos dons à la recherche, l’AFM (Association Française contre les Myopaties) a fait, via les chercheurs soutenus, progresser les thérapies. Bien évidemment, la municipalité du 2-3, va cette année, une nouvelle fois, coordonner l’action de nombreuses associations afin qu’avec ses partenaires, les Marseillais du secteur puissent apporter leur pierre à l’édifice. Et, à l’instar de la jeune Myriam qui nous a contacté avec enthousiasme, une nouvelle génération s’investie désormais pour cette cause. En (...)

     

  • 30 novembre

     

    Journée Mondiale de l’Égalité des Chances Marseille les 5 et 9 décembre.

    INSCRIPTION GRATUITE OBLIGATOIRE -> http://bit.ly/2A6tc1Z En partenariat avec l’association Phoenix - Egalité des Chances de KEDGE Marseille , Bleu Blanc Zèbre et GHETT’UP, les Different Leaders invitent à un grand rassemblement dans la cité phocéenne pour donner aux jeunes les clés pour être acteurs du changement. — - Afterwork du bendo by GHETT’UP dans un lieu emblématique & unique du numérique : la Coque d’Aix Marseille French Tech ! AU PROGRAMME : //Table ronde avec des personnalités inspirantes originaires de Marseille : Omar Keddadouche / Consultant Football @France Bleu Provence & Président du club de Foot Asc Vivaux Sauvagère Sabrina Roubache / Fondatrice @Gurkin Invest (...)

     

  • 24 novembre

     

    La Palestine en Résistance, les 24 et 25 Nov. 2017 au Canopé Marseille 1er.

    C’est au 31 boulevard d’Athène, en bas des escaliers de la gare Saint-Charles, qu’auront lieu ces deux journées de réflexion, de connaissance et d’échanges en faveur de la Palestine, ce pays si injustement colonisé et martyrisé. Au menu, de copieux plats de "Résistance" vous seront servis. Et cela débutera vendredi 24 à 19 heurs avec la diffusion de l’excellent film de Maryse Gargour "La terre parle Arabe" un film d’histoire devenu historique et essentiel pour ceux qui veulent comprendre la tragédie de ce peuple. L’épuration ethnique que subissent les Palestiniens depuis des dizaines d’années ne sont pas sanctionné de façon coercitive par les nations unis, et les grande puissances. Pire, aujourd’hui des (...)

     

  • 24 novembre

     

    Film : "Planète Marseille, enfants des Comores" samedi 25 nov au musée d’Histoire de Marseille.

    Dans le cadre du Festival image de ville, musée d’Histoire de Marseille, samedi 25 novembre à 15 heures : projection - débat autour du film " Planète Marseille, enfants des Comores" un documentaire de Charlotte Penchenier, 2016, 52 min. Film produit en Région – Tita Productions A Marseille, un habitant sur dix vient des Comores. La vie communautaire et le respect des traditions, comme le sacro-saint « grand mariage » comorien, pèsent sur les jeunes grandis en France. Fatima, Anzui, Faiswal, génération métissée, cultivent à la fois leur indépendance et l’attachement aux origines. Suivi d’un débat avec Charlotte Penchenier Entrée libre dans la limite des 200 places disponibles à l’auditorium du (...)

     

  • 21 novembre

     

    On l’appelait « Chocolat »

    Cette exposition rend hommage au premier artiste noir ayant connu la célébrité sur une scène française. Jeune esclave cubain, vendu à un marchand espagnol, il arrive à paris en 1886, comme domestique d’un clown anglais. Foottit et Chocolat ont joué vingt ans ensemble. Ils ont inventé la comédie clownesque, le duo associant le clown blanc et l’auguste. Ils ont été aussi les premiers acteurs du cinéma muet. Haute figure de la vie parisienne à la Belle Epoque, lié à Toulouse-Lautrec, Debussy, Alphonse Allais, Firmin Gémier et bien d’autres, le clown Chocolat est tombé dans un injuste oubli après sa mort en 1917. A travers l’histoire de cet artiste, l’exposition aborde la question des discriminations et du (...)

     

  • 8 novembre

     

    Financement participatif pour le film, Les Herbes Folles de Lucie Thierry, sur l’école bricabracs, une école créée par des parents à Marseille

    Le financement participatif du documentaire "Les Herbes Folles" de Lucie Thierry s’achève le 8 novembre. Ce documentaire suit l’aventure de la nouvelle école Bricabracs, dans les quartiers Nord de Marseille, école qui a été montée par des parents et un instituteur désireux de proposer à leurs enfants un autre système scolaire. Une aventure en constant mouvement et interrogation. « Raconter l’école, c’est raconter la société telle qu’elle est. Filmer l’école Bricabracs, c’est oser rêver à d’autres possibles », explique Lucie Thierry. La documentariste est également auteure du documentaire "Poussières de Femmes," diffusé sur la chaîne Arte qui relate le quotidien de trois femmes balayant les rues de (...)

     

  • 6 novembre

     

    Festival Les Instants Vidéo

    30e Festival Les Instants Vidéo Le Festival Les Instants Vidéo est une manifestation dédiée à l’art vidéo et la poésie électronique, sous toutes ses formes, monobandes, installations, performances, multimédias... "30 ans que nos désirs font désordre 30 ans que nous forçons les barrages culturels, sociaux et économiques 30 ans que nous dessinons avec les artistes des plans d’évasion 30 ans que nous tissons des réseaux de complicités internationales poétiques et politiques. Nous célébrons donc en 2017, 30 années d’agitations vidéo poélitiques intercontinentales en 30 événements sans frontières (Tunisie, Maroc, Palestine, Kirghizistan, Egypte, Argentine, Italie, France...) et de manière totalement (...)

     

  • 30 octobre

     

    L’Europe devient-elle fasciste ? "Mise en veille", la dernière création de la Compagnie Mémoires Vives

    La compagnie Mémoires Vives présente sa nouvelle création : MISE EN VEILLE. Le Jeudi 2 novembre 2017 à 20h00 et Vendredi 3 novembre 2017 à 14h30 et 20h00 Au Théâtre de l’Œuvre (1 rue Mission de France, 13001 Marseille) L’Europe devient-elle fasciste ? Elle qui s’était drapée des principes d’unité, de démocratie, de solidarité, d’harmonie et de paix entre les peuples… Elle qui, désincarnée, bafoue ces mêmes principes par des actes froids, technocratiquement pensés et exécutés…Dans quelle impasse est-elle en train de s’engouffrer ? Cette Europe qui devait se construire de nos rêves et qui finalement alimente nos peurs et se nourrit de nos cauchemars… Par des fragments de vie d’individus, ordonnés par la peur, (...)

     

  • 27 octobre

     

    Expo MUCEM : nous sommes foot

    En laissant entrer un ballon rond dans son enceinte, le Mucem rend hommage aux peuples et aux civilisations du football ainsi qu’aux pratiques culturelles et sociales qui l’accompagnent, en Méditerranée comme à Marseille. Défendue par son effectif de 300 œuvres, objets, photos et installations, « Nous sommes foot » met en jeu 11 séquences et, comme les règles sportives l’imposent, se visite en 90 minutes ! Mucem Nous sommes foot. Jusqu’au 4 fév 2018

     

  • 25 octobre

     

    Festival O.Q.P (Opération Quartiers Populaires)

    Festival O.Q.P (Opération Quartiers Populaires) Du 23 Octobre au 04 Novembre 2017, le Festival O.Q.P occupe le Théâtre de l’Œuvre, implanté en plein quartier de Belsunce, à la lisière de La Canebière et de Noailles… Les Lieux • C’est à partir du Théâtre de l’Œuvre, lieu passerelle participatif, endroit de rencontres et d’échanges artistiques, maison de théâtre ouverte sur son environnement et ses habitants que le Festival va essaimer sur d’autres lieux emblématiques du territoire… • Le Polygone Etoilé, nom du Cinéma International de Quartier, géré par le collectif Film Flamme au Quartier de la Joliette, une Maison d’Artistes au cœur du public où l’on rencontre un public sans quartier. • Le Cinéma Les (...)

     

Articles récents

Articles au hasard