Articles

Accueil > Des Livres > « L’unité Culturelle de l’Afrique Noire »

 

« L’unité Culturelle de l’Afrique Noire »

5 février 2008 - Dernier ajout 6 février 2008

Cheikh Anta Diop

En 1951, l’étudiant à la Sorbonne, venu du Sénégal, Anta Diop, rédige sa thèse de doctorat. Ne parvenant pas, au bout de six ans, a réunir un jury de professeurs pour sa soutenance, il la publie en 1957 sous l’intitulé : « L’unité Culturelle de l’Afrique Noire ». Sa sortie fait grand bruit. Un an plus tard, en 1960, il obtient enfin son prestigieux diplôme.


 

Après lecture et à la lumière de l’époque, quelques années après la guerre et peu avant le réveil des indépendances, on imagine bien l’effet de cet ouvrage, sa longue admission dans le monde professoral et scientifique, comme l’impact qu’il a eu sur ses contemporains africains. C’est bien d’une révolution et d’une révélation, pour certains, dont il s’agit. À une période où l’histoire était encore exclusivement écrite par les vainqueurs, comme le disait Jules César, et où les préjugés raciaux, vis-à-vis de l’Afrique faisaient office de dogme scientifique, (« Les nègres ont une intelligence héréditaire inférieure », dixit Sir Julian Sorell Huxley, premier secrétaire général de l’UNESCO…). Les termes de « sauvages » ou autres « sous-développés » communs en ce temps-là, le travail de Cheikh Anta Diop change la donne. Par un rigoureux travail scientifique d’historien formé dans une université d’élite, il est le premier à revoir les thèses alors en vigueur et à mettre à jour une histoire jusque-là méconnue, voire travestie...

Le continent noir alors « considéré comme sans passé » en révèle un des plus glorieux. Bien qu’encore contesté par certains aujourd’hui il démontre, preuves a l’appui, la filiation africaine, et non sémitique ou indo-européenne, des premières dynasties égyptiennes, ainsi que la couleur noire des pharaons. Il met en exergue la place d’élèves qu’ont eu les Crétois et les premiers Grecs vis à vis de la civilisation égyptienne, alors au sommet, dans cette partie du globe.

De plus l’auteur choisit un angle bien particulier pour développer sa thèse. Il met en relation et étudie la structure familiale africaine et indo-européenne, basée respectivement sur le matriarcat et le patriarcat. Deux conceptions de société radicalement différentes. Dans la première, typique des sociétés sédentaires et agricoles, la femme tient un rôle prépondérant et une égalité des sexes y est observée. À l’inverse, dans celle qualifiée de patriarcale, dévolue aux sociétés nomades, l’homme détient tous les pouvoirs et la femme s’y subordonne. Dans ce domaine, la place et la lutte des femmes pour leur émancipation sous nos latitudes, prend tout son sens à la lecture de l’ouvrage. Il éclaire de manière inédite comment l’inégalité des sexes s’est instaurée en Europe. Notamment sur les rives de la Méditerranée, zone de confluence qui a vu naître la Grèce antique et l’empire romain dont découlent nos sociétés modernes. Le choc des cultures n’a pas été un vain mot et la lecture que fait l’auteur des tragédies Grecques notamment « l’Orestie d’Echille » est édifiante. Elle illustre pour lui, la lutte du patriarcat, amené par les conquérants nomades sur le matriarcat, alors en vigueur dans la région. Oreste est poursuivi par les furies, déesses de l’ancien temps pour un crime à leurs yeux impardonnable, celui de sa mère. Le héros se justifie en l’accusant d’un bien pire, celui de son époux, l’homme. Il revient à Athéna, divinité nouvellement créée et enfantée d’un père, Zeus, de trancher. Reconnaissant « la supériorité du sexe viril en toute chose », elle absout le jeune homme, enterre définitivement les déités féminines et installe le patriarcat.

Tout au long de son analyse, Cheikh Anta Diop nous invite à se pencher sur l’histoire de ce qui est devenu les spécificités de l’Europe et de l’Afrique. Au vu du traitement qu’a subi cette dernière ces cinq derniers siècles, on ne peut décemment pas reprocher à l’auteur, malgré une impartialité affichée, de parfois mettre en avant les qualités humaines de ce continent. Cependant la lumière nouvelle qu’il jette sur notre passé est propre à nourrir notre esprit critique et nous donne des éléments nouveaux qui permettent de mieux saisir certains travers de nos sociétés modernes, comme la xénophobie ambiante et le patriotisme exacerbé de certaines nations aussi puissantes que belligérantes.
Si l’œuvre de ce grand chercheur est aussi peu méconnue aujourd’hui et essuie toujours un vent de critiques septiques, on ne peut s’empêcher d’y voir le fait d’une pensée nouvelle bousculant des idées établies et forçant une communauté dominante à se faire une autocritique constructive.
Pour reprendre les mots de l’écrivain italien, Italo Calvino, « Pourquoi lire les classiques » ? A l’heure de l’Europe et de la mondialisation, on pourra y répondre en citant l’auteur africain de cette thèse, qui ouvrit les portes du renouveau de la conscience noire et de la négritude. « Seule une véritable connaissance du passé peut entretenir dans la conscience le sentiment d’une continuité historique, indispensable à la construction d’un état supranational (…). Il n’est pas indifférent pour un peuple de se livrer à une telle investigation (…), car ce faisant, il s’aperçoit de ce qui est solide et valable dans ses propres structures culturelles et sociales, dans sa pensée en général (…). Il peut maintenant se définir de façon positive à partir de critères indigènes et non imaginaires ».
L’œuvre de Cheikh Anta Diop, en commençant par L’Unité Culturelle de l’Afrique Noire nous aide assurément à changer notre regard sur le monde et travailler à ce que « l’Histoire » ne se répète pas en offrant à l’étude un regard qui, jusque-là, n’avait pas le droit de citer, celui du « vaincu ». Si l’auteur est aujourd’hui décédé (il a disparu le 7 février 1986), son travail, malgré les critiques, reste un outil de choix pour aborder les tumultes de notre actualité.

L’Unite Culturelle de l’Afrique Noire, Cheikh Anta Diop, éditions Presence Africaine, première édition 1959.

 



 

 

Autres articles Des Livres

 

Brèves Des Livres

  • 20 janvier

     

    A lire : « Palmyre – L’irremplaçable trésor »

    Paul Veyne, 85 ans, historien, notre plus grand spécialiste de l’Antiquité gréco-romaine vient de sortir chez Albin Michel un magnifique petit ouvrage sur cette ville antique de Syrie : « Palmyre – L’irremplaçable trésor ». Avec la destruction de se site par Daech, il a vu son sujet d’étude voler en éclat et disparaître un pan de notre culture. Il est profondément marqué par ce saccage incompréhensible et en 140 pages il esquisse un portrait de ce que fut la splendeur de ce lieu qui n’existe plus que dans les livres. Il ranime le souvenir de la reine Zénobie, à la fois reine d’Orient et vraie romaine. Il nous prend par la main et nous emmène déambuler avec lui dans cette ville joyau. Nous y découvrons ses (...)

     

  • 20 janvier

     

    A lire : « Sociologie d’une crise religieuse – Qui est Charlie »

    Essai ambitieux d’Emmanuel Todd sur le mal français. Dans le doute et avec méthodologie en 242 pages il dissèque la société française pour commencer une explication plausible et audible par le commun des mortels des événements terribles que nous venons de subir. Il utilise tous les outils des sciences sociales et se risque sur les chemins de l’analyse psychanalytique de groupe pour démonter ce mécanisme apocalyptique. Deux passages que j’ai relevé, un dans l’introduction, l’autre dans sa conclusion traduisent pour moi un résumé symbolique de l’ouvrage. « La focalisation sur l’islam révèle en réalité un besoin pathologique des couches moyennes et supérieures de détester quelque chose ou quelqu’un, et non pas (...)

     

  • Décembre 2015

     

    A lire bientôt : "La Fabrique du Monstre de Philippe Pujol"

    Les ouvrages sur Marseille sont nombreux : de l’éloge au dégoût, ils sont rarement de bonne qualité et les quatrièmes de couverture nous annoncent des révélations souvent fantaisistes parfois mensongères. Marseille c’est le sujet qui peut rapporter gros et vendre tous médias confondus, comme l’Olympique de Marseille et pire comme le navet sans fin « Plus belle la vie » qui nous décrit un Marseille de pacotilles pour les ménagères de plus de cinquante ans. Mais début janvier Philippe Pujol, ancien de la rédaction de La Marseillaise et Prix Albert Londres 2014 du meilleur « Grand Reporter de la presse écrite » sort aux éditions Les Arènes « La fabrique du monstre – 10 ans d’immersion dans les quartiers nord (...)

     

  • Décembre 2015

     

    A lire

    Nouvel ouvrage de Gilles Kepel avec Antoine Jardin : « Terreur dans l’hexagone –genèse du djihad français » chez Gallimard. Avec son titre accrocheur et sa couverture au lettrage bleu, blanc, rouge sur fond noir, avons-nous droit à la énième explication sur les raisons qui poussent de jeunes français à mourir pour le jihad ? Sommes-nous devant l’ouvrage savant qui va remettre du rationalisme dans nos peurs ? Avons-nous un patchwork de théories collées les unes aux autres qui dans le feu des événements et sous la pression éditoriale de réaliser un livre à chaud risque encore plus de perdre les néophytes ? A la première lecture, je dirais les trois mon général. Le prologue « De la marche des Beurs à Charlie (...)

     

  • Décembre 2015

     

    Karim vote à gauche et son voisin FN

    « Depuis plusieurs décennies, on s’interroge à chaque élection sur la manière dont ont voté les électeurs en fonction de leur genre, de leur âge, de leur profession et, évidemment, de leur religion. Pendant longtemps, l’enjeu consistait à mesurer le vote “catholique” ou le vote “juif”. Aujourd’hui, ­l’enjeu c’est aussi le vote “musulman”. Ce dernier a suscité de nombreux commentaires après les dernières élections municipales. Des socialistes battus, expliquant que leur défaite tenait à l’abandon de l’électorat musulman, conséquence du mariage pour tous. Des leaders des ­Républicains, se réjouissant d’avoir récupéré le vote musulman. Enfin, quelques obser­vateurs en mal de sensationnel sont allés jusqu’à annoncer le (...)

     

  • Novembre 2015

     

    La discrimination coûte dix milliards d’euros par an à la France

    Le constat des auteures de l’ouvrage (une étude du Think Tank Different) dont nous publions ci-dessous deux extraits est sans appel : la discrimination coûte cher à la société française. Dix milliards d’euros de manque à gagner chaque année car l’État investit et forme une jeunesse qui faute d’embauche, ne contribue pas ensuite à produire la richesse du pays. Faute d’embauche en grande partie due à une discrimination généralisée… Dans leur ouvrage les deux chercheuses écrivent qu’il faut inventer de nouvelles perspectives pour cette jeunesse éduquée mais larguée, et cela passe par la collecte de données sur les origines des individus pour pouvoir renforcer les sanctions contre les discriminations. Lire la (...)

     

  • Novembre 2015

     

    L’odeur du jasmin se consume

    Le Grand Prix du Roman de l’Académie Française vient de couronner ex-æquo Boualem Sansal et le romancier tunisien Hédi Kaddour. La littérature maghrébine d’expression française terme générique reconnu en cette année 2015 par les « immortels ». Et dans ce cas la Tunisie. Tunisie du prix Nobel de la Paix pour quartet qui assura la transition démocratique du pays qui n’a pas encore basculé dans un drame à l’algérienne des années 90 mais Tunisie de l’attentat du Musée du Bardo et de la plage de Sousse. Une Tunisie qui a renvoyé le pouvoir islamiste et congédier ses peurs par les urnes. Mais aussi une Tunisie victime du fossé qui s’accroit entre les plus riches qui ont retrouvé une partie de leur liberté confisquée (...)

     

  • Octobre 2015

     

    Le livre Mein Kampf d’Adolf Hitler, va être réédité en France

    L’ouvrage manifeste écrit par Adolf Hitler, Mein Kampf, avait déjà été publié en France en 1934, dans une traduction médiocre. Cette version du livre écrit par le fondateur du nazisme est toujours disponible en France, accompagné d’un court avertissement de quelques pages en début d’ouvrage. Mais le document historique, interdit de commercialisation dans certains pays, car il véhicule un message de haine, va être réédité en France et publié en 2016 par la maison Fayard, le Land de Bavière, n’étant plus propriétaire des droits à partir du 1er janvier. En savoir plus sur (...)

     

  • Octobre 2015

     

    Le sens de la République essai de Patrick Weil

    Depuis le traumatisme de janvier 2015, la République n’a cessé d’être invoquée et convoquée, notamment lors des immenses manifestations du 11 janvier. Fondement de notre société, socle de la citoyenneté et rempart de notre laïcité, elle fut aussi décriée. A force de ne pas tenir ses promesses, il lui fut reproché de favoriser l’entre-soi, le communautarisme, voire l’apartheid social. Après la Concorde… vint le temps de la discorde. C’est alors que la volonté de questionner Patrick Weil apparut comme une évidence. Historien de l’immigration et de la nationalité, directeur de Recherche au CNRS, professeur invité à l’Université de Yale et à l’école d’économie de Paris, il est un des rares intellectuels à pouvoir (...)

     

  • Octobre 2015

     

    “La France doit accepter franchement les mœurs des citoyens musulmans”

    La laïcité n’est pas la solution face aux questions nouvelles que pose l’islam à la société française. C’est la thèse brûlante du philosophe Pierre Manent dans son nouvel essai, Situation de la France. Pour cet intellectuel, il faut un nouveau compromis entre les citoyens français musulmans et le reste du corps civique. Depuis les attentats de janvier 2015, la question de l’islam est devenue centrale au sein du débat public. Dans un essai audacieux et stimulant, le philosophe Pierre Manent y répond en proposant de revoir notre vision de la laïcité. Plutôt que de proposer l’effacement du religieux, Manent préconise d’établir un nouveau contrat social avec nos compatriotes de confession musulmane.La suite (...)

     

Articles récents

Articles au hasard