Articles

Accueil > Actualités > "La Galère" autour de la rénovation urbaine

 

"La Galère" autour de la rénovation urbaine

7 septembre 2011

La seconde édition du festival de Radio Galère 88.4 se tenait ce week-end à la Belle de Mai. Au menu, concerts, animations, expositions, rencontres, mais aussi des débats. Associations, collectifs et habitants ont pu notamment se glisser derrière le micro pour aborder le thème de la rénovation urbaine et des inégalités autour du logement. Partage d’expérience, coups de coeur et coups de gueule ont fait vibrer les ondes de la célèbre radio marseillaise. Retour sur un échange orchestré, poing levé, par Etienne Bastide et Yeter, deux animateurs emblématiques de la station.


 

Galère de l’accés au logement, galère de la rénovation, galère des loyers ou galère des expulsions locatives, la radio éponyme a placé ce forum participatif sous le prisme des luttes. Habitants et associations ont pu faire part de leurs expériences et partager leur engagement. Et c’est avec un premier focus sur la porte d’Aix que le débat s’est ouvert. Retour sur le feuilleton rocambolesque de l’été : affaire du parking, expulsion des Roms, cette porte, point d’entrée et de sortie de la ville, mais aussi lieu d’accueil de différentes manifestations, est maintenant placée sous le joug des CRS. Tout un symbole de rassemblement et de résistance désormais effacé pour Nouredine Abouakil de l’association Un centre-ville pour tous. « En 2005, la marche mondiale des femmes y est passée. Beaucoup de choses se passent là-bas et maintenant, ce sont les fourgons de CRS qui cernent l’arc de triomphe ».

JPEG - 205.3 ko

Un symbole envolé, mais surtout un préalable à la rénovation urbaine, souligne Sarah, étudiante en urbanisme : « On envoie les CRS porte d’Aix et on déblaye ; et maintenant c’est au tour du marché aux puces. On dit aux populations : regardez comme c’est insalubre et puis, on sort ces discours sur la dégradation du quartier, sur la sécurité, des discours qui servent de faire-valoir à cette rénovation ». Des indices qui ne trompent pas pour les associations. Celles-ci s’inquiètent du devenir du marché aux puces de la Madrague, voyant les vendeurs de l’extension du marché se faire confisquer leur marchandise depuis quelques semaines. Ce haut lieu de la consommation marseillaise devrait en effet être rayé de la carte et transformé en un "marché des 5 continents". une menace pour tout le quartier des Crottes et de Bougainville, pour lesquels ce marché représente une importante source d’activités, selon les militants.

Euromed en ligne de mire

Egalement dans le viseur des associations et des habitants : la rénovation menée rue de la République, qui habite encore tous les esprits. Locataires chassés de leurs logements, méthodes de voyous, Nouredine Abouakil ne mâche pas ses mots : « on a vidé des appartements pour en tirer une rentabilité plus forte, les familles ont résisté et des méthodes de voyous ont été employées pour faire partir les habitants. Ce n’était qu’une première étape de la rénovation urbaine, le projet de la rue de la République n’appartient ni à Euromed 1 ni 2, mais a été livré à la spéculation financière, sans encadrement juridique public. »

JPEG - 169.2 ko

Même constat sur toutes les lèvres quant à Euromed : ce projet est bien loin de servir les intérets des habitants. Le second volet, Euromed 2, est en effet perçu comme une simple spéculation immobilière, représentée par des quartiers qui accueilleront des résidences à haute qualité environnementale, des hôtels, des bureaux. Pour Sarah, il s’agit simplement de prendre l’écologie comme argument pour augmenter les loyers. « Déjà avec Euromed 1, la mixité sociale était vue à l’envers, on rénovait en gentryfiant le quartier », commente la jeune femme. Ce programme de rénovation urbaine, censé être le plus grand d’Europe, a perdu tout son sens pour cette dernière : « On est dans une logique de concurrence entre les grandes villes européennes, on en arrive à une économie de résidentilisation : il faut attirer les centres de commandement et donc séduire par des bureaux, du tertiaire,... Il n’y a aucun discours social dans ces projets, ce n’est qu’une opération de séduction pour les classes montantes ».

JPEG - 174.4 ko

Manque d’information des populations autour du projet, manque de concertation, intimidations, tous les travers d’Euromed ont été passés à la loupe et partout, le même constat : derrière ce projet se dessine l’ambition non avouée de reléguer les plus pauvres en périphérie. Jean-Marc Ega du comité Mam’Ega témoigne : « on est dans une logique de reconquête du centre-ville, on repousse les populations paupérisées vers le nord de Marseille. La mixité sociale n’existe plus : dans les quartiers des XIIIe et XIVe arrondissements, avant, il y avait de la mixité, une dynamique de quartier, une diversité au sein de la population représentée par différents métiers, car il y avait des possibilités de travailler autour du port. Cela n’existe plus, il n’y a plus que deux communautés ghettoïsées : maghrébine et comorienne. Il y a un total désengagement du service public, des petites associations, il n’y a pas de prévention politique, il y a là un énorme chantier ».

Le recours aux tribunaux comme moyen d’action

Si le manque de concertation est clairement pointé du doigt par les associations, les militants misent aussi sur leur propre détermination à se faire entendre et ceci, par tous les moyens. Dans ce sens, pour Alain Laval de la Confédération syndicale des familles, la lutte entreprise par les habitants de la Savine est exemplaire. « Les bailleurs sociaux ont juste reçu le loyer et laissé dans l’abandon les locataires », s’insurge le militant. Pour Jean-Luc Duriez, autre membre du syndicat : les bailleurs n’ont pas pris leurs responsabilités : « ils ont mal géré, attendu, et résultat : c’est le public et l’ANRU qui doivent intervenir. »

Pour faire face aux marchands de sommeil et aux spéculations, les militants sont désormais prêts à se tourner vers la justice et ils l’ont déjà prouvé, notamment à travers les actions entreprises par l’association Un Centre-ville pour tous. Nouredine Abouakil rappelle que grâce à une action en justice, la société Marseille République a fini par être condamnée pour avoir abandonné un immeuble. Jean-Luc Duriez met ainsi en avant l’importance de former les militants afin qu’ils soient capables de décoder les textes juridiques.

JPEG - 205.3 ko

La parole citoyenne du début semble bien s’être transformée, depuis, en parole militante, avec au centre, des associations prêtes à rallumer la mèche. « On obtiendra des résultats par la mobilisation de tous : par des manifestations, par le recours au juridique, par le squat des sièges des bailleurs, s’il le faut, tout est possible », prévient Alain Laval. Des moyens d’action indispensables qui éviteront peut être l’apparition de bidonvilles, souligne Nouredine Abouakil : « Les bidonvilles n’existeront pas à Marseille, mais il y aura des logements précaires, des taudis si on laisse faire ». Une existence conjuguée au futur ? Pas si sûr, pouvait-on entendre murmurer du côté du public. Pour vérifier, il suffit en effet simplement de se pencher sous quelques passerelles d’autoroutes. A chacun ensuite de décrire avec ses propres mots ce qu’il y voit. Une chose est sûre : la rénovation urbaine n’est pas encore passée partout et pour tous, parole de galère !

 



 

  • "Handala est le témoin de cette ère qui ne mourra jamais"

    On ne dit pas Algériens de France ou en France car ils sont français.

    par Danièle Dubreuil le Août 2014 à 16h46
  • 3es rencontres nationales des luttes de l’immigration (1/4) Saïd Bouamama : « L’impérialisme existe encore »

    Faire des conférences c’est bien mais...
    S Bouamama, un sociologue engagé ? quand on tape son nom sur internet et qu’on voit le nombre de fois qu’il s’est "engagé" en étant.... payé, c’est impressionant. beaucoup de ses travaux sont des réponses à des commandes publiques
    On ne peut pas se dire engagé et en même temps solliciter des fonds publics pour le faire. Ce pseudo sociologue engagé est en rélaité engagé pour ses fins de mois et pendant ce temps, nous on pointe au chômage

    par Hakim le 20 janvier à 10h09
  • Marseille : la Ville communique sur sa lutte contre l’habitat indigne

    bjr il suffit de venir au parc kalliste voir dans quel l’etas sont les appartement de marseille ,ils les laisse se dégrader ,ils n’ont méme pas pris la peinne de fermer les volets de certain d’entre eux sachant qu’ils risque de tombé a tous moment surtou quand le vent souffle ,puis apres c’est facile de demander de classé le batiment en carence !!!!mdr !!!

    par delaval le Décembre 2014 à 10h36
  • Les Algériens de France veulent créer leur lobby

    la question est : pourquoi Algérien en France alors que chacun pense que l’union du Maghreb est une bonne idée pour ces pays, même si cela ne marche pas actuellement.

    ce serait un bon signe des Maghrébins de France, non ?

    par Said le Octobre 2007 à 09h11

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 21 avril

     

    La prochaine conférence de Soral à Marseille : un épisode de plus de la guerre au sein de la "Dissidence"

    Pendant un temps soudés comme les 5 doigts de la main, les « dissidents » Soral, LLP, Belghoul, Laurent LOUIS et Dieudonné (entre autres) étaient liée par différents combats qu’ils qualifiaient d’antisystème. Pour exemple ils étaient "unis" contre le Mariage pour tous. Au plus fort de leur union il y a près d’un an, le 4 mai 2014 ils ont tenté un premier congrès Européen de la Dissidence à Bruxelle avec en tête d’affiche Alain Soral, le député belge Laurent LOUIS, Dieudonné et le Libre Penseur. C’est sur le site internet de ce dernier et sur différents réseaux sociaux que nous pouvons mesurer à tel point la cassure et la haine a remplacé la fusion qu’ils existaient entre ses personnalités. Tant et si bien, (...)

     

  • 16 avril

     

    harcelement par tous les moyens 100 % des hommes et des femmes seraient incités...

    A aller voter ! Oui personne ne peut échapper à ces pubs, selon une étude Med in Marseille commandée à l’institut pifométrique : 100 % des hommes et des femmes en âge ou non d’aller voter en seraient victimes. Or l’incitation à l’introduire dans l’urne est parfois peu ragoutante ! Les abstentionnistes ne trouvent pas bonheur dans les choix proposés et on veut les pousser à y aller par toute sorte de pub, y compris salaces ! Aux dernières nouvelles, on voudrait les obliger. D’où cette (vraie fausse) campagne :

     

  • 20 janvier

     

    Can 2015 : Le Sénégal s’impose au finish face au Ghana (1-2)

    Ce 19 janvier, le Sénégal s’est imposé lors du match contre le Ghana, à l’occasion des premières rencontres du groupe C de la CAN 2015. Mené par le capitaine marseillais André Ayew, le Ghana a rapidement ouvert le score sur penalty dès la 13ème minute. Juste après la reprise de la seconde période, Mame Biram Diouf parvient à réduire l’écart. (1-1) Dans les toutes dernières minutes du temps additionnel, l’ancien Lillois, Moussa Sow arrache la victoire. Un tir croisé, à l’abord de la surface va, in extrémiste, permettre au Sénégal, de se positionner avantageusement, pour la suite de la compétition. Ryane Fellah, stagiaire (...)

     

  • 20 janvier

     

    L’Algérie se surpasse pour battre l’Afrique du Sud (3-1) !

    Hier, l’Equipe nationale d’Algérie a dû faire face à une redoutable équipe d’Afrique du Sud qui les a mis en difficulté. Les Bafana bafana ont dominé nettement le match, mais c’était sans compter sur la détermination et la combativité des fennecs, à l’image du portier algérien Raïs M’bolhi qui a su sauver les siens à maintes reprises. Dominés durant les 50 premières minutes du match, les verts ont réussi l’exploit en marquant trois buts qui leur permet d’être en tête de leur groupe C pour la Coupe d’ Afrique des Nations. Les lions du Sénégal ont le même nombre de points en ayant battu les Ghanéens (2-1), quelques heures avant. L’Algérie reste supérieure à la différence de (...)

     

  • 13 janvier

     

    Alerte enlèvement ! Urgent ! Des terroristes auraient enlevé une chèvre !

    Non ce n’est pas une chèvre du Rove chers provençaux dormez tranquille, hmd pour les muslims de France, cette fois ci l’attentat aurait eu lieu en Tunisie. Ce sont les super journalistes d’investigation (ou la bande de chèvres) de ce site tunisien qui nous l’apprend, en décortiquant courageusement un PV des forces de l’ordre : http://www.businessnews.com.tn/Des-terroristes-sÂ’emparent-dÂ’une-chèvre-au-mont-Salloum-,520,52715,3

     

  • 13 janvier

     

    NIGERIA Boko Haram, la terreur sans limite

    NIGERIA Boko Haram, la terreur sans limite L’organisation terroriste massacre sans relâche et contrôle désormais un territoire grand comme la Belgique. Une conquête que l’armée nigériane est incapable d’endiguer, mais qui pourrait se heurter à une frontière invisible : l’ethnicité. http://www.courrierinternational.com/article/2015/01/12/boko-haram-la-terreur-sans-limite

     

  • 13 janvier

     

    « Je ne suis pas Charlie » : la liberté d’expression fait débat dans le monde

    « Je ne suis pas Charlie » : au-delà de la condamnation sans appel des attentats meurtriers perpétrés contre les journalistes de Charlie Hebdo, le débat sur la liberté d’expression et le droit d’offenser fait rage à l’étranger entre défenseurs et détracteurs du journal satirique. L’assassinat la semaine dernière à Paris par trois jihadistes de 17 personnes dont 12 au siège de l’hebdomadaire a connu un retentissement mondial sur Facebook et Twitter où des millions d’internautes ont exprimé leur solidarité avec les victimes en se rangeant sous le hashtag #JeSuisCharlie. (...)

     

  • 5 janvier

     

    Des chibanis expulsés d’un hôtel meublé de Paris

    « Pourquoi déployer des CRS pour dégager des papys ? » Les ex-travailleurs migrants d’un vieux meublé parisien déserté par sa gérante sont à nouveau menacés d’expulsion, en pleine trêve hivernale. a lire sur Libération De nouveau, la quarantaine de « chibanis » du 73, rue du Faubourg-Saint-Antoine à Paris (lire Libération du 29 août) ont été prévenus de leur expulsion à la dernière minute. http://www.liberation.fr/societe/2015/01/02/pourquoi-deployer-des-crs-pour-degager-des-papys_1173136

     

  • 5 janvier

     

    Hollande veut assouplir les règles de licenciement

    "Les employeurs ont peur de ne pas pouvoir licencier" , a déclaré françois Hollande sur france Inter, le 5 janvier. François Hollande s’est prononcé, lundi 5 janvier, en faveur d’un assouplissement des règles de licenciement. Le président propose donc de faciliter l’opération : Il ne s’agit pas de leur permettre de licencier dans n’importe quelles conditions, mais quand ça ne va pas, quand il y a une difficulté économique, il faut que les règles soient assouplies."

     

  • Décembre 2014

     

    Cinq SDF retrouvés mort en quelques jours

    Malgré le renforcement des capacités d’accueil, les plus démunis payent de leur vie la vague de froid qui sévit. Ce week-end, trois sans domicile fixe sont décédés d’hypothermie à Paris, Douai et dans les Alpes-Maritimes. L’un d’eux avait 29 ans. Ce mardi matin, deux hommes "ont été retrouvés carbonisés" dans un squat alors qu’ils tentaient de faire un feu. Libération

     

Articles récents

Articles au hasard