Articles

Accueil > Actualités > "La Galère" autour de la rénovation urbaine

 

"La Galère" autour de la rénovation urbaine

7 septembre 2011

La seconde édition du festival de Radio Galère 88.4 se tenait ce week-end à la Belle de Mai. Au menu, concerts, animations, expositions, rencontres, mais aussi des débats. Associations, collectifs et habitants ont pu notamment se glisser derrière le micro pour aborder le thème de la rénovation urbaine et des inégalités autour du logement. Partage d’expérience, coups de coeur et coups de gueule ont fait vibrer les ondes de la célèbre radio marseillaise. Retour sur un échange orchestré, poing levé, par Etienne Bastide et Yeter, deux animateurs emblématiques de la station.


 

Galère de l’accés au logement, galère de la rénovation, galère des loyers ou galère des expulsions locatives, la radio éponyme a placé ce forum participatif sous le prisme des luttes. Habitants et associations ont pu faire part de leurs expériences et partager leur engagement. Et c’est avec un premier focus sur la porte d’Aix que le débat s’est ouvert. Retour sur le feuilleton rocambolesque de l’été : affaire du parking, expulsion des Roms, cette porte, point d’entrée et de sortie de la ville, mais aussi lieu d’accueil de différentes manifestations, est maintenant placée sous le joug des CRS. Tout un symbole de rassemblement et de résistance désormais effacé pour Nouredine Abouakil de l’association Un centre-ville pour tous. « En 2005, la marche mondiale des femmes y est passée. Beaucoup de choses se passent là-bas et maintenant, ce sont les fourgons de CRS qui cernent l’arc de triomphe ».

JPEG - 205.3 ko

Un symbole envolé, mais surtout un préalable à la rénovation urbaine, souligne Sarah, étudiante en urbanisme : « On envoie les CRS porte d’Aix et on déblaye ; et maintenant c’est au tour du marché aux puces. On dit aux populations : regardez comme c’est insalubre et puis, on sort ces discours sur la dégradation du quartier, sur la sécurité, des discours qui servent de faire-valoir à cette rénovation ». Des indices qui ne trompent pas pour les associations. Celles-ci s’inquiètent du devenir du marché aux puces de la Madrague, voyant les vendeurs de l’extension du marché se faire confisquer leur marchandise depuis quelques semaines. Ce haut lieu de la consommation marseillaise devrait en effet être rayé de la carte et transformé en un "marché des 5 continents". une menace pour tout le quartier des Crottes et de Bougainville, pour lesquels ce marché représente une importante source d’activités, selon les militants.

Euromed en ligne de mire

Egalement dans le viseur des associations et des habitants : la rénovation menée rue de la République, qui habite encore tous les esprits. Locataires chassés de leurs logements, méthodes de voyous, Nouredine Abouakil ne mâche pas ses mots : « on a vidé des appartements pour en tirer une rentabilité plus forte, les familles ont résisté et des méthodes de voyous ont été employées pour faire partir les habitants. Ce n’était qu’une première étape de la rénovation urbaine, le projet de la rue de la République n’appartient ni à Euromed 1 ni 2, mais a été livré à la spéculation financière, sans encadrement juridique public. »

JPEG - 169.2 ko

Même constat sur toutes les lèvres quant à Euromed : ce projet est bien loin de servir les intérets des habitants. Le second volet, Euromed 2, est en effet perçu comme une simple spéculation immobilière, représentée par des quartiers qui accueilleront des résidences à haute qualité environnementale, des hôtels, des bureaux. Pour Sarah, il s’agit simplement de prendre l’écologie comme argument pour augmenter les loyers. « Déjà avec Euromed 1, la mixité sociale était vue à l’envers, on rénovait en gentryfiant le quartier », commente la jeune femme. Ce programme de rénovation urbaine, censé être le plus grand d’Europe, a perdu tout son sens pour cette dernière : « On est dans une logique de concurrence entre les grandes villes européennes, on en arrive à une économie de résidentilisation : il faut attirer les centres de commandement et donc séduire par des bureaux, du tertiaire,... Il n’y a aucun discours social dans ces projets, ce n’est qu’une opération de séduction pour les classes montantes ».

JPEG - 174.4 ko

Manque d’information des populations autour du projet, manque de concertation, intimidations, tous les travers d’Euromed ont été passés à la loupe et partout, le même constat : derrière ce projet se dessine l’ambition non avouée de reléguer les plus pauvres en périphérie. Jean-Marc Ega du comité Mam’Ega témoigne : « on est dans une logique de reconquête du centre-ville, on repousse les populations paupérisées vers le nord de Marseille. La mixité sociale n’existe plus : dans les quartiers des XIIIe et XIVe arrondissements, avant, il y avait de la mixité, une dynamique de quartier, une diversité au sein de la population représentée par différents métiers, car il y avait des possibilités de travailler autour du port. Cela n’existe plus, il n’y a plus que deux communautés ghettoïsées : maghrébine et comorienne. Il y a un total désengagement du service public, des petites associations, il n’y a pas de prévention politique, il y a là un énorme chantier ».

Le recours aux tribunaux comme moyen d’action

Si le manque de concertation est clairement pointé du doigt par les associations, les militants misent aussi sur leur propre détermination à se faire entendre et ceci, par tous les moyens. Dans ce sens, pour Alain Laval de la Confédération syndicale des familles, la lutte entreprise par les habitants de la Savine est exemplaire. « Les bailleurs sociaux ont juste reçu le loyer et laissé dans l’abandon les locataires », s’insurge le militant. Pour Jean-Luc Duriez, autre membre du syndicat : les bailleurs n’ont pas pris leurs responsabilités : « ils ont mal géré, attendu, et résultat : c’est le public et l’ANRU qui doivent intervenir. »

Pour faire face aux marchands de sommeil et aux spéculations, les militants sont désormais prêts à se tourner vers la justice et ils l’ont déjà prouvé, notamment à travers les actions entreprises par l’association Un Centre-ville pour tous. Nouredine Abouakil rappelle que grâce à une action en justice, la société Marseille République a fini par être condamnée pour avoir abandonné un immeuble. Jean-Luc Duriez met ainsi en avant l’importance de former les militants afin qu’ils soient capables de décoder les textes juridiques.

JPEG - 205.3 ko

La parole citoyenne du début semble bien s’être transformée, depuis, en parole militante, avec au centre, des associations prêtes à rallumer la mèche. « On obtiendra des résultats par la mobilisation de tous : par des manifestations, par le recours au juridique, par le squat des sièges des bailleurs, s’il le faut, tout est possible », prévient Alain Laval. Des moyens d’action indispensables qui éviteront peut être l’apparition de bidonvilles, souligne Nouredine Abouakil : « Les bidonvilles n’existeront pas à Marseille, mais il y aura des logements précaires, des taudis si on laisse faire ». Une existence conjuguée au futur ? Pas si sûr, pouvait-on entendre murmurer du côté du public. Pour vérifier, il suffit en effet simplement de se pencher sous quelques passerelles d’autoroutes. A chacun ensuite de décrire avec ses propres mots ce qu’il y voit. Une chose est sûre : la rénovation urbaine n’est pas encore passée partout et pour tous, parole de galère !

 



 

  • "Handala est le témoin de cette ère qui ne mourra jamais"

    On ne dit pas Algériens de France ou en France car ils sont français.

    par Danièle Dubreuil le Août 2014 à 16h46
  • 3es rencontres nationales des luttes de l’immigration (1/4) Saïd Bouamama : « L’impérialisme existe encore »

    Faire des conférences c’est bien mais...
    S Bouamama, un sociologue engagé ? quand on tape son nom sur internet et qu’on voit le nombre de fois qu’il s’est "engagé" en étant.... payé, c’est impressionant. beaucoup de ses travaux sont des réponses à des commandes publiques
    On ne peut pas se dire engagé et en même temps solliciter des fonds publics pour le faire. Ce pseudo sociologue engagé est en rélaité engagé pour ses fins de mois et pendant ce temps, nous on pointe au chômage

    par Hakim le Janvier 2015 à 10h09
  • Marseille : la Ville communique sur sa lutte contre l’habitat indigne

    bjr il suffit de venir au parc kalliste voir dans quel l’etas sont les appartement de marseille ,ils les laisse se dégrader ,ils n’ont méme pas pris la peinne de fermer les volets de certain d’entre eux sachant qu’ils risque de tombé a tous moment surtou quand le vent souffle ,puis apres c’est facile de demander de classé le batiment en carence !!!!mdr !!!

    par delaval le Décembre 2014 à 10h36
  • Les Algériens de France veulent créer leur lobby

    la question est : pourquoi Algérien en France alors que chacun pense que l’union du Maghreb est une bonne idée pour ces pays, même si cela ne marche pas actuellement.

    ce serait un bon signe des Maghrébins de France, non ?

    par Said le Octobre 2007 à 09h11

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 2 mai

     

    Olivier Besancenot, en plateau avec une balle de défense, pour dénoncer son usage

    Olivier Besancenot, membre de la direction du NPA, était l’invité de BFM Story dimanche soir. Il a largement dénoncé les violences policières lors des manifestations contre la loi travail et les rassemblements place de la République à Paris. "C’est un manifestant de Nuit Debout qui me l’a donnée", a-t-il lancé en montrant une balle de défense. "Vous voyez ce petit objet, cela fait partie d’une discussion publique que l’on réclame. C’est une balle de défense, les Flash-Balls en font partie", explique l’ancien porte-parole du Nouveau parti anticapitaliste. En donnant l’objet à Apolline de Malherbe, il a poursuivi :"Vous allez le soupeser, ce n’est pas très lourd, mais envoyée à la vitesse d’un TGV à moins de (...)

     

  • 25 avril

     

    Présidents africains, pourquoi ne restez-vous pas mourir au pays ?

    Disons le sans ambages : délaisser les institutions sanitaires de son pays pour se soigner à l’étranger est, au bas mot, une faute pour un chef d’Etat. C’est la preuve irréfutable qu’il n’a pas réussi à bâtir sur place un système de santé digne de sa confiance. Si, dès qu’ils sont malades, même légèrement, les présidents africains sautent dans l’avion pour Paris, Londres, Lisbonne ou Madrid afin d’y recevoir des soins, c’est aussi parce qu’ils n’ont pas favorisé chez eux le développement de l’expertise médicale nationale. Ce n’est pas une blague : il existe aujourd’hui des pays africains qui n’ont aucun spécialiste du cancer ; d’autres qui n’ont que trois ou quatre cardiologues ; d’autres encore où les quelques (...)

     

  • 22 avril

     

    Avis de recherche : Mr Said SAADA, 1m60 78 ans

    Disparu depuis le 15 Avril 2016, l’information circule à travers les vitrines de commerces et les réseaux sociaux.

     

  • 21 avril

     

    Harriet Tubman sera la première femme noire à figurer sur un billet américain

    Née au XIXe siècle de parents esclaves, cette militante pour l’abolition de l’esclavage, puis pour le droit de vote des femmes aux États-Unis remplacera sur le billet de 20 dollars le président Andrew Jackson dans quelques années. Elle a été préférée à Eleanor Roosevelt et à Rosa Parks. Lire la suite sur le site de Itélé

     

  • 13 avril

     

    Des nouvelles des fronts et des migrations

    Belgique Les interrogatoires des terroristes présumés et les renseignements accumulés par les différents services font ressortir que les attentats perpétrés en Belgique étaient prévus en France. Seule l’avancée de l’enquête qui menaçait le réseau a précipité ces actions. Abrini est bien l’homme au chapeau des attentats de l’aéroport. Danemark Jeudi passé quatre recrues de l’EI arrêtées et des armes saisies près de Copenhague. Les autorités estiment les départs au Levant à 125 personnes. En février 2015 une attaque jihadiste avait fait deux morts lors d’une conférence sur le blasphème dont le cinéaste Finn Norgaard victime du danois d’origine palestinienne Omar El-Hussein. Russie Trois kamikazes tués à (...)

     

  • 11 avril

     

    Les impôts, c’est pour les pauvres

    Des millions d’Européens acquittent leurs impôts via les prélèvements sur le travail. Soit de manière automatique. Sans latitude aucune quant à cette fameuse "voie la moins taxée" que le législateur a consacrée et que d’aucuns, libertaires, défendent avec véhémence. Une liberté fiscale dont seule une minorité profite désormais. Cette iniquité manifeste participe au déséquilibre social, à la perte de confiance en l’institution politique, voire plus globalement en la chose publique. De surcroît, selon les Nations unies, une centaine de milliards de dollars d’impôts théoriques échapperaient annuellement aux Etats dits "développés" par le biais des paradis fiscaux. Lire la suite sur (...)

     

  • 8 avril

     

    À Marseille, la cité de la Castellane dit adieu à l’immeuble de Zidane

    Une page se tourne. L’immeuble marseillais où Zidane a passé son enfance ne sera bientôt plus que poussière. Dans la cité de la Castellane, la démolition du bâtiment G marque le coup d’envoi de la réhabilitation du plus emblématique des quartiers sensibles de la cité phocéenne, synonyme pour de nombreuses personnes de trafic et de misère. Lire la suite sur Le Point

     

  • 5 avril

     

    Une grande manifestation en Islande contre le Premier ministre, mis en cause par les Panama Papers

    PANAMA PAPERS - Sur une vidéo diffusée en direct de la manifestation, un homme parle de "l’une des mobilisations les plus importantes dans l’histoire de l’Islande". Des milliers de personnes étaient en effet réunies dans la capitale islandaise Reykjavik, lundi 4 avril en fin d’après-midi, pour demander la démission de leur Premier ministre, mis en cause dans les révélations des Panama Papers. Plus de 24.000 personnes, dans un pays de 320.000 habitants, avaient déjà signé dans l’après-midi une pétition en ligne appelant à la démission du Premier ministre. Aux abords de la place du Parlement, où la foule s’est donnée rendez-vous, les rues semblaient bondées et des bouchons se sont formés sur les routes. (...)

     

  • 4 avril

     

    Des nouvelles des fronts et des migrations

    France Ce jour une alerte à la bombe a obligé l’évacuation du tribunal de Grenoble. Le président s’est rendu à Washington pour une rencontre sur la sécurité des installations nucléaires et les risques de détournement de matière radioactive par les terroristes pour réaliser des bombes dites sales. L’affaire d’espionnage du physicien belge par un réseau islamiste et l’incident dans une centrale de ce pays ne sont pas étrangers aux raisons qui ont poussé le président Obama à vouloir cette réunion. Mercredi après le conseil des ministres M. Hollande a informé les français qu’il mettait fin à la réforme qui devait inscrire la déchéance de la nationalité pour les terroristes et l’état d’urgence dans notre (...)

     

  • 1er avril

     

    Vivre Marseille aujourd’hui – visages et paroles d’habitants

    Même si la chose est tardive, je voudrais saluer la belle exposition « Vivre Marseille aujourd’hui – visages et paroles d’habitants » qui a eu lieu à l’Alcazar du 5 février au 19 mars, un magnifique travail photographique réalisé par l’association Regards Croisés, clichés de Sylvie Fraissard, textes et entretiens « Logements en déshérence » Virginie Tallio, Pascale Huby, Houria Lesbet, textes et entretiens « Parcours résidentiels/Parcours de vie, Karine Bergami. Une action commencée en 2003 soit plus de 11 ans de travail, 600 images et 280 témoignages sur la rénovation urbaine à Marseille présentée en trois volets : Partir ou rester ? Le relogement ; Des quartiers qui changent, la rénovation ; Habiter sur (...)

     

Articles récents

Articles au hasard