Articles

Accueil > Actualités > "La Galère" autour de la rénovation urbaine

 

"La Galère" autour de la rénovation urbaine

7 septembre 2011

La seconde édition du festival de Radio Galère 88.4 se tenait ce week-end à la Belle de Mai. Au menu, concerts, animations, expositions, rencontres, mais aussi des débats. Associations, collectifs et habitants ont pu notamment se glisser derrière le micro pour aborder le thème de la rénovation urbaine et des inégalités autour du logement. Partage d’expérience, coups de coeur et coups de gueule ont fait vibrer les ondes de la célèbre radio marseillaise. Retour sur un échange orchestré, poing levé, par Etienne Bastide et Yeter, deux animateurs emblématiques de la station.


 

Galère de l’accés au logement, galère de la rénovation, galère des loyers ou galère des expulsions locatives, la radio éponyme a placé ce forum participatif sous le prisme des luttes. Habitants et associations ont pu faire part de leurs expériences et partager leur engagement. Et c’est avec un premier focus sur la porte d’Aix que le débat s’est ouvert. Retour sur le feuilleton rocambolesque de l’été : affaire du parking, expulsion des Roms, cette porte, point d’entrée et de sortie de la ville, mais aussi lieu d’accueil de différentes manifestations, est maintenant placée sous le joug des CRS. Tout un symbole de rassemblement et de résistance désormais effacé pour Nouredine Abouakil de l’association Un centre-ville pour tous. « En 2005, la marche mondiale des femmes y est passée. Beaucoup de choses se passent là-bas et maintenant, ce sont les fourgons de CRS qui cernent l’arc de triomphe ».

JPEG - 205.3 ko

Un symbole envolé, mais surtout un préalable à la rénovation urbaine, souligne Sarah, étudiante en urbanisme : « On envoie les CRS porte d’Aix et on déblaye ; et maintenant c’est au tour du marché aux puces. On dit aux populations : regardez comme c’est insalubre et puis, on sort ces discours sur la dégradation du quartier, sur la sécurité, des discours qui servent de faire-valoir à cette rénovation ». Des indices qui ne trompent pas pour les associations. Celles-ci s’inquiètent du devenir du marché aux puces de la Madrague, voyant les vendeurs de l’extension du marché se faire confisquer leur marchandise depuis quelques semaines. Ce haut lieu de la consommation marseillaise devrait en effet être rayé de la carte et transformé en un "marché des 5 continents". une menace pour tout le quartier des Crottes et de Bougainville, pour lesquels ce marché représente une importante source d’activités, selon les militants.

Euromed en ligne de mire

Egalement dans le viseur des associations et des habitants : la rénovation menée rue de la République, qui habite encore tous les esprits. Locataires chassés de leurs logements, méthodes de voyous, Nouredine Abouakil ne mâche pas ses mots : « on a vidé des appartements pour en tirer une rentabilité plus forte, les familles ont résisté et des méthodes de voyous ont été employées pour faire partir les habitants. Ce n’était qu’une première étape de la rénovation urbaine, le projet de la rue de la République n’appartient ni à Euromed 1 ni 2, mais a été livré à la spéculation financière, sans encadrement juridique public. »

JPEG - 169.2 ko

Même constat sur toutes les lèvres quant à Euromed : ce projet est bien loin de servir les intérets des habitants. Le second volet, Euromed 2, est en effet perçu comme une simple spéculation immobilière, représentée par des quartiers qui accueilleront des résidences à haute qualité environnementale, des hôtels, des bureaux. Pour Sarah, il s’agit simplement de prendre l’écologie comme argument pour augmenter les loyers. « Déjà avec Euromed 1, la mixité sociale était vue à l’envers, on rénovait en gentryfiant le quartier », commente la jeune femme. Ce programme de rénovation urbaine, censé être le plus grand d’Europe, a perdu tout son sens pour cette dernière : « On est dans une logique de concurrence entre les grandes villes européennes, on en arrive à une économie de résidentilisation : il faut attirer les centres de commandement et donc séduire par des bureaux, du tertiaire,... Il n’y a aucun discours social dans ces projets, ce n’est qu’une opération de séduction pour les classes montantes ».

JPEG - 174.4 ko

Manque d’information des populations autour du projet, manque de concertation, intimidations, tous les travers d’Euromed ont été passés à la loupe et partout, le même constat : derrière ce projet se dessine l’ambition non avouée de reléguer les plus pauvres en périphérie. Jean-Marc Ega du comité Mam’Ega témoigne : « on est dans une logique de reconquête du centre-ville, on repousse les populations paupérisées vers le nord de Marseille. La mixité sociale n’existe plus : dans les quartiers des XIIIe et XIVe arrondissements, avant, il y avait de la mixité, une dynamique de quartier, une diversité au sein de la population représentée par différents métiers, car il y avait des possibilités de travailler autour du port. Cela n’existe plus, il n’y a plus que deux communautés ghettoïsées : maghrébine et comorienne. Il y a un total désengagement du service public, des petites associations, il n’y a pas de prévention politique, il y a là un énorme chantier ».

Le recours aux tribunaux comme moyen d’action

Si le manque de concertation est clairement pointé du doigt par les associations, les militants misent aussi sur leur propre détermination à se faire entendre et ceci, par tous les moyens. Dans ce sens, pour Alain Laval de la Confédération syndicale des familles, la lutte entreprise par les habitants de la Savine est exemplaire. « Les bailleurs sociaux ont juste reçu le loyer et laissé dans l’abandon les locataires », s’insurge le militant. Pour Jean-Luc Duriez, autre membre du syndicat : les bailleurs n’ont pas pris leurs responsabilités : « ils ont mal géré, attendu, et résultat : c’est le public et l’ANRU qui doivent intervenir. »

Pour faire face aux marchands de sommeil et aux spéculations, les militants sont désormais prêts à se tourner vers la justice et ils l’ont déjà prouvé, notamment à travers les actions entreprises par l’association Un Centre-ville pour tous. Nouredine Abouakil rappelle que grâce à une action en justice, la société Marseille République a fini par être condamnée pour avoir abandonné un immeuble. Jean-Luc Duriez met ainsi en avant l’importance de former les militants afin qu’ils soient capables de décoder les textes juridiques.

JPEG - 205.3 ko

La parole citoyenne du début semble bien s’être transformée, depuis, en parole militante, avec au centre, des associations prêtes à rallumer la mèche. « On obtiendra des résultats par la mobilisation de tous : par des manifestations, par le recours au juridique, par le squat des sièges des bailleurs, s’il le faut, tout est possible », prévient Alain Laval. Des moyens d’action indispensables qui éviteront peut être l’apparition de bidonvilles, souligne Nouredine Abouakil : « Les bidonvilles n’existeront pas à Marseille, mais il y aura des logements précaires, des taudis si on laisse faire ». Une existence conjuguée au futur ? Pas si sûr, pouvait-on entendre murmurer du côté du public. Pour vérifier, il suffit en effet simplement de se pencher sous quelques passerelles d’autoroutes. A chacun ensuite de décrire avec ses propres mots ce qu’il y voit. Une chose est sûre : la rénovation urbaine n’est pas encore passée partout et pour tous, parole de galère !

 



 

  • "Handala est le témoin de cette ère qui ne mourra jamais"

    On ne dit pas Algériens de France ou en France car ils sont français.

    par Danièle Dubreuil le Août 2014 à 16h46
  • 3es rencontres nationales des luttes de l’immigration (1/4) Saïd Bouamama : « L’impérialisme existe encore »

    Faire des conférences c’est bien mais...
    S Bouamama, un sociologue engagé ? quand on tape son nom sur internet et qu’on voit le nombre de fois qu’il s’est "engagé" en étant.... payé, c’est impressionant. beaucoup de ses travaux sont des réponses à des commandes publiques
    On ne peut pas se dire engagé et en même temps solliciter des fonds publics pour le faire. Ce pseudo sociologue engagé est en rélaité engagé pour ses fins de mois et pendant ce temps, nous on pointe au chômage

    par Hakim le Janvier 2015 à 10h09
  • Marseille : la Ville communique sur sa lutte contre l’habitat indigne

    bjr il suffit de venir au parc kalliste voir dans quel l’etas sont les appartement de marseille ,ils les laisse se dégrader ,ils n’ont méme pas pris la peinne de fermer les volets de certain d’entre eux sachant qu’ils risque de tombé a tous moment surtou quand le vent souffle ,puis apres c’est facile de demander de classé le batiment en carence !!!!mdr !!!

    par delaval le Décembre 2014 à 10h36
  • Les Algériens de France veulent créer leur lobby

    la question est : pourquoi Algérien en France alors que chacun pense que l’union du Maghreb est une bonne idée pour ces pays, même si cela ne marche pas actuellement.

    ce serait un bon signe des Maghrébins de France, non ?

    par Said le Octobre 2007 à 09h11

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 11 février

     

    Qui se cache derrière Pegida France ?

    Pegida France a été mise sur les rails en janvier 2015 par l’idéologue d’extrême droite Renaud Camus. Il l’a fait à Paris en présence de Melanie Dittmer, une représentante du mouvement allemand, rapportait alors Rue89. Mais l’homme qui a popularisé la thèse du "grand remplacement" "ne s’occupe plus" de Pegida France, indique à francetv info Loïc Perdriel, président de l’association du même nom, la semaine précédant la manifestation du 6 février. "On a repris les choses en main et on s’est vraiment lancés cet été", précise ce Normand de 25 ans. Lire la suite sur le site (...)

     

  • 11 février

     

    La Suède rejette la déchéance de nationalité proposée par l’extrême droite

    Le Parlement suédois a repoussé ce mercredi une proposition de l’extrême droite pour déchoir de la nationalité suédoise tout personne condamnée pour un délit ou crime en lien avec le terrorisme. La proposition des Démocrates de Suède était un amendement à un projet de loi antiterroriste du gouvernement de gauche. Ce parti anti-immigration souhaitait introduire « la possibilité de retirer la nationalité suédoise à une personne condamnée pour un délit en lien avec le terrorisme (...) même si cela la rend apatride ». Seuls les 45 députés de ce parti ont voté pour. Les autres parlementaires ont voté contre (236) ou se sont abstenus (16 députés du Parti de gauche). Lire la suite de l’article sur le site de (...)

     

  • 11 février

     

    La Tunisie fait le mur

    Triste jeu de mot j’en conviens. Mais en ce début de semaine le ministre de la Défense Farhat Horchani est venu inaugurer le premier tronçon de sa muraille, je sais le terme est un peu exagéré d’un système d’obstacles mesurant 196 km de long devant protéger le pays des incursions jihadistes. L’ouvrage va des Ras el-Jedir sur la côte à Dehiba au Sud. Il a une double vocation lutter contre le terrorisme et la contrebande une des principales ressources de cette zone défavorisée. Avec 5500 combattants partis au jihad sur 11 millions d’habitants soit 0,05% de sa population le pays bat un record dont il se serait passé. Quand on y regarde de plus prés cette protection est plus symbolique qu’efficace. (...)

     

  • 11 février

     

    Alep, plus d’un million d’habitants dans la ville assiégée

    La bataille d’Alep s’intensifie et le piège se referme sur la population. Désastre humanitaire, anéantissement d’une ville patrimoine de l’humanité, le drame qui dure depuis le 19 juillet 2012 connaît un nouvel acte. A la manœuvre la coalition menée par le général Qassem Souleimani avec ses gardiens de la révolution, les troupes du Hezbollah, les forces gouvernementales ragaillardies qui viennent de subir un siège terrible dans la vieille forteresse mamelouk et des spetsnaz russes le tout appuyé par l’aviation et les hélicoptères de combat de Poutine. A cela s’ajoute les forces kurdes de l’YPG. En face Daech et le Front Jabhat al-Nostra alliés forcés mais ennemis dans cet imbroglio oriental. Le pouvoir (...)

     

  • 4 février

     

    Brève des Comores

    Vingt cinq candidats ont été retenus pour participer à la présidentielle aux Comores afin de succéder à Ikililou Dhoinine. Selon la règle constitutionnelle d’une présidence tournante tous les candidats sont originaires cette fois-ci de la Grande Comore. La diaspora comme d’habitude est écartée du vote en raison de problèmes techniques mais surtout par peur que les comoriens de France et d’ailleurs soient les arbitres du scrutin. Il y a environ 800 000 habitants dans les trois îles. Nos amis d’outremer sont comme les mexicains qui à trois compte au moins un général, eux c’est un candidat pour 32 000 habitants. Bob là-haut de son paradis de soldat de fortune doit encore en rire. Comment les hommes arrivent à (...)

     

  • 4 février

     

    La réforme de l’orthographe va s’appliquer en septembre

    Écrire "nénufar" avec un "f" ne vaudra plus un zéro en dictée. La réforme de l’orthographe votée en 1990 par l’Académie française va finalement s’appliquer à la prochaine rentrée scolaire, indique TF1. Si les Sages ont voulu simplifier des tournures orthographiques peu évidentes, la nouvelle formule de certains mots fait parfois mal aux yeux. Lire la suite sur BFMTV

     

  • 4 février

     

    Des nouvelles des fronts, de nos armées, des migrations et des débats sur ces thèmes

    France Six arrestations d’apprentis jihadistes soupçonnés d’avoir voulu attaquer des clubs échangistes, il est vrai qu’en France ils manquent d’esclaves sexuelles. Toujours des menaces téléphoniques contre de nombreux établissements scolaires prestigieux : lycées Condorcet, Henri IV… L’école comme le libertinage deux domaines où nos enragés de l’assassinat de masse se sentent étrangers. Le Ministère des Affaires étrangères dément toute participation de la France à une intervention en Libye malgré que les chefs militaires multiplient les rencontres de hauts niveaux avec leurs homologues de la coalition. Pour 2015 on compte 8250 individus radicalisés contre 4015 l’an dernier. Soixante dix pour cent sont des (...)

     

  • 2 février

     

    Marseille : les parents d’élèves dénoncent la vétusté des écoles

    Dans son édition du 2 février, le quotidien "Libération" consacre une série d’articles sur l’état de délabrement avancé de plusieurs écoles primaires de la cité phocéenne. Murs et sols abîmés, équipements inutilisables, problèmes de chauffage : les parents, les enseignants et les élus en appellent au ministère de l’Éducation nationale dans une pétition. Lire la suite surItélé et Libération

     

  • 2 février

     

    Des nouvelles des fronts…et des migrations

    France M. Fabius annonce ce vendredi l’idée de relancer une conférence internationale à Paris sur le conflit entre Israël et la Palestine. Le parti Les Républicains a déposé une proposition de loi pour faire de l’incitation au jihad un délit. Ce même jour le chef d’état-major de l’armée française le général Pierre de Villiers a déclaré que nos forces étaient au déploiement maximum. Il avait aussi rencontré le 22 janvier à Paris son homologue américain le général Joseph Dunford, pour parler d’une participation française à une action en Libye. Ce samedi des défilés en France contre l’état d’urgence. Depuis le début de journée surveillance renforcée autour de trois lycées parisiens. Allemagne De plus en plus (...)

     

  • 1er février

     

    Taubira publie un réquisitoire implacable contre la déchéance de nationalité

    Christiane Taubira est opposée à la déchéance de nationalité et le dira par tout les moyens. Après sa démission surprise du gouvernement mardi dernier, la garde des Sceaux prend à nouveau tout le monde de court en publiant ce jour un essai-réquisitoire sur le terrorisme et contre la mesure, alors que l’examen du projet de loi constitutionnelle doit débuter vendredi prochain à l’Assemblée nationale, révèle France 2. Intitulé "Murmures à la jeunesse", le livre publié aux Editions Philippe Rey tiré à 40.000 exemplaires a été imprimé en Espagne et comme le raconte "Le Monde", distribué aux librairies comme un "livre sous X". Seul François Hollande a pu lire dès le 22 janvier la prose de celle qui était alors (...)

     

Articles récents

Articles au hasard