Articles

Accueil > Actualités > "La Galère" autour de la rénovation urbaine

 

"La Galère" autour de la rénovation urbaine

7 septembre 2011

La seconde édition du festival de Radio Galère 88.4 se tenait ce week-end à la Belle de Mai. Au menu, concerts, animations, expositions, rencontres, mais aussi des débats. Associations, collectifs et habitants ont pu notamment se glisser derrière le micro pour aborder le thème de la rénovation urbaine et des inégalités autour du logement. Partage d’expérience, coups de coeur et coups de gueule ont fait vibrer les ondes de la célèbre radio marseillaise. Retour sur un échange orchestré, poing levé, par Etienne Bastide et Yeter, deux animateurs emblématiques de la station.


 

Galère de l’accés au logement, galère de la rénovation, galère des loyers ou galère des expulsions locatives, la radio éponyme a placé ce forum participatif sous le prisme des luttes. Habitants et associations ont pu faire part de leurs expériences et partager leur engagement. Et c’est avec un premier focus sur la porte d’Aix que le débat s’est ouvert. Retour sur le feuilleton rocambolesque de l’été : affaire du parking, expulsion des Roms, cette porte, point d’entrée et de sortie de la ville, mais aussi lieu d’accueil de différentes manifestations, est maintenant placée sous le joug des CRS. Tout un symbole de rassemblement et de résistance désormais effacé pour Nouredine Abouakil de l’association Un centre-ville pour tous. « En 2005, la marche mondiale des femmes y est passée. Beaucoup de choses se passent là-bas et maintenant, ce sont les fourgons de CRS qui cernent l’arc de triomphe ».

JPEG - 205.3 ko

Un symbole envolé, mais surtout un préalable à la rénovation urbaine, souligne Sarah, étudiante en urbanisme : « On envoie les CRS porte d’Aix et on déblaye ; et maintenant c’est au tour du marché aux puces. On dit aux populations : regardez comme c’est insalubre et puis, on sort ces discours sur la dégradation du quartier, sur la sécurité, des discours qui servent de faire-valoir à cette rénovation ». Des indices qui ne trompent pas pour les associations. Celles-ci s’inquiètent du devenir du marché aux puces de la Madrague, voyant les vendeurs de l’extension du marché se faire confisquer leur marchandise depuis quelques semaines. Ce haut lieu de la consommation marseillaise devrait en effet être rayé de la carte et transformé en un "marché des 5 continents". une menace pour tout le quartier des Crottes et de Bougainville, pour lesquels ce marché représente une importante source d’activités, selon les militants.

Euromed en ligne de mire

Egalement dans le viseur des associations et des habitants : la rénovation menée rue de la République, qui habite encore tous les esprits. Locataires chassés de leurs logements, méthodes de voyous, Nouredine Abouakil ne mâche pas ses mots : « on a vidé des appartements pour en tirer une rentabilité plus forte, les familles ont résisté et des méthodes de voyous ont été employées pour faire partir les habitants. Ce n’était qu’une première étape de la rénovation urbaine, le projet de la rue de la République n’appartient ni à Euromed 1 ni 2, mais a été livré à la spéculation financière, sans encadrement juridique public. »

JPEG - 169.2 ko

Même constat sur toutes les lèvres quant à Euromed : ce projet est bien loin de servir les intérets des habitants. Le second volet, Euromed 2, est en effet perçu comme une simple spéculation immobilière, représentée par des quartiers qui accueilleront des résidences à haute qualité environnementale, des hôtels, des bureaux. Pour Sarah, il s’agit simplement de prendre l’écologie comme argument pour augmenter les loyers. « Déjà avec Euromed 1, la mixité sociale était vue à l’envers, on rénovait en gentryfiant le quartier », commente la jeune femme. Ce programme de rénovation urbaine, censé être le plus grand d’Europe, a perdu tout son sens pour cette dernière : « On est dans une logique de concurrence entre les grandes villes européennes, on en arrive à une économie de résidentilisation : il faut attirer les centres de commandement et donc séduire par des bureaux, du tertiaire,... Il n’y a aucun discours social dans ces projets, ce n’est qu’une opération de séduction pour les classes montantes ».

JPEG - 174.4 ko

Manque d’information des populations autour du projet, manque de concertation, intimidations, tous les travers d’Euromed ont été passés à la loupe et partout, le même constat : derrière ce projet se dessine l’ambition non avouée de reléguer les plus pauvres en périphérie. Jean-Marc Ega du comité Mam’Ega témoigne : « on est dans une logique de reconquête du centre-ville, on repousse les populations paupérisées vers le nord de Marseille. La mixité sociale n’existe plus : dans les quartiers des XIIIe et XIVe arrondissements, avant, il y avait de la mixité, une dynamique de quartier, une diversité au sein de la population représentée par différents métiers, car il y avait des possibilités de travailler autour du port. Cela n’existe plus, il n’y a plus que deux communautés ghettoïsées : maghrébine et comorienne. Il y a un total désengagement du service public, des petites associations, il n’y a pas de prévention politique, il y a là un énorme chantier ».

Le recours aux tribunaux comme moyen d’action

Si le manque de concertation est clairement pointé du doigt par les associations, les militants misent aussi sur leur propre détermination à se faire entendre et ceci, par tous les moyens. Dans ce sens, pour Alain Laval de la Confédération syndicale des familles, la lutte entreprise par les habitants de la Savine est exemplaire. « Les bailleurs sociaux ont juste reçu le loyer et laissé dans l’abandon les locataires », s’insurge le militant. Pour Jean-Luc Duriez, autre membre du syndicat : les bailleurs n’ont pas pris leurs responsabilités : « ils ont mal géré, attendu, et résultat : c’est le public et l’ANRU qui doivent intervenir. »

Pour faire face aux marchands de sommeil et aux spéculations, les militants sont désormais prêts à se tourner vers la justice et ils l’ont déjà prouvé, notamment à travers les actions entreprises par l’association Un Centre-ville pour tous. Nouredine Abouakil rappelle que grâce à une action en justice, la société Marseille République a fini par être condamnée pour avoir abandonné un immeuble. Jean-Luc Duriez met ainsi en avant l’importance de former les militants afin qu’ils soient capables de décoder les textes juridiques.

JPEG - 205.3 ko

La parole citoyenne du début semble bien s’être transformée, depuis, en parole militante, avec au centre, des associations prêtes à rallumer la mèche. « On obtiendra des résultats par la mobilisation de tous : par des manifestations, par le recours au juridique, par le squat des sièges des bailleurs, s’il le faut, tout est possible », prévient Alain Laval. Des moyens d’action indispensables qui éviteront peut être l’apparition de bidonvilles, souligne Nouredine Abouakil : « Les bidonvilles n’existeront pas à Marseille, mais il y aura des logements précaires, des taudis si on laisse faire ». Une existence conjuguée au futur ? Pas si sûr, pouvait-on entendre murmurer du côté du public. Pour vérifier, il suffit en effet simplement de se pencher sous quelques passerelles d’autoroutes. A chacun ensuite de décrire avec ses propres mots ce qu’il y voit. Une chose est sûre : la rénovation urbaine n’est pas encore passée partout et pour tous, parole de galère !

 



 

  • "Handala est le témoin de cette ère qui ne mourra jamais"

    On ne dit pas Algériens de France ou en France car ils sont français.

    par Danièle Dubreuil le Août 2014 à 16h46
  • 3es rencontres nationales des luttes de l’immigration (1/4) Saïd Bouamama : « L’impérialisme existe encore »

    Faire des conférences c’est bien mais...
    S Bouamama, un sociologue engagé ? quand on tape son nom sur internet et qu’on voit le nombre de fois qu’il s’est "engagé" en étant.... payé, c’est impressionant. beaucoup de ses travaux sont des réponses à des commandes publiques
    On ne peut pas se dire engagé et en même temps solliciter des fonds publics pour le faire. Ce pseudo sociologue engagé est en rélaité engagé pour ses fins de mois et pendant ce temps, nous on pointe au chômage

    par Hakim le 20 janvier à 10h09
  • Marseille : la Ville communique sur sa lutte contre l’habitat indigne

    bjr il suffit de venir au parc kalliste voir dans quel l’etas sont les appartement de marseille ,ils les laisse se dégrader ,ils n’ont méme pas pris la peinne de fermer les volets de certain d’entre eux sachant qu’ils risque de tombé a tous moment surtou quand le vent souffle ,puis apres c’est facile de demander de classé le batiment en carence !!!!mdr !!!

    par delaval le Décembre 2014 à 10h36
  • Les Algériens de France veulent créer leur lobby

    la question est : pourquoi Algérien en France alors que chacun pense que l’union du Maghreb est une bonne idée pour ces pays, même si cela ne marche pas actuellement.

    ce serait un bon signe des Maghrébins de France, non ?

    par Said le Octobre 2007 à 09h11

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 1er septembre

     

    Marseille : la croisière va-t-elle nous amuser longtemps ?

    Au coeur du mois d’août on nous a annoncé le débarquement en quelques jours de 21 000 croisiéristes dans notre bonne cité. Par quelques calculs savants nous apprenons que chacun allait dépenser chez nous 138,00 €, je vous laisse faire les comptes. En ces temps où les réjouissances n’abondent pas, ne boudons pas notre plaisir. Quand le commerce va, tout va et cela fera du chaland pour nos Terrasses du Port. Mais je reste un esprit méfiant et je suis allé chercher des chiffres sur notre grand port maritime appellation comme vous le savez qui remplace celle de Port Autonome. Marseille n’est pas dans les 50 premiers ports mondiaux du trafic de conteneurs. Le 1er est Shanghaï, le 1er européen est (...)

     

  • 31 août

     

    Un conte du Quai d’Orsay : "Le roi et les deux journalistes"

    Avec cette nouvelle polémique sur le livre à charge des deux journalistes français contre le roi du Maroc on peut s’interroger. Le fils de celui qui faisait dissoudre ses opposants dans l’acide comme Ben Barka avec la complicité des barbouzes français et qui envoyait innocents ou pas quiconque ne lui plaisait pas méditer jusqu’à la folie au bagne de Tazmamart, conférer le très bon livre d’Ahmed Marzouki, "Cellule 10", qui y fut détenu pendant 18 ans n’est peut-être pas blanc comme neige. Le roi des femmes, de la modernité a gardé quelques dit-on quelques travers familiaux que la diplomatie française veut vient balayer et mettre sous les tapis du Quai d’Orsay au nom de la realpolitik, après tout nous (...)

     

  • 31 août

     

    Flux migratoires : proposition pour un plan d’action

    Le drame que l’on vient de découvrir à la frontière entre la Hongrie et l’Autriche doit inciter l’ensemble des pays de l’Union européenne a reprendre le contrôle de leurs frontières avec l’ensemble de leurs forces disponibles : armée, police, gendarmerie et douane. Sous le contrôle de la Croix-Rouge avec des observateurs du Croissant Vert et l’aide logistique des armées, les états doivent mettre en place des centres d’accueil. Il faut identifier les migrants, leur établir une carte d’identification européenne mentionnant leur pays d’origine, faire un relevé anthropométrique, des examens médicaux et des soins s’ils en ont besoin ainsi qu’un carnet de santé et les vaccinations qui s’imposent. Les ambassades (...)

     

  • 27 août

     

    Pas de trêve, même estivale pour la misère à Marseille.

    Une de nos sources bien informée au SAMU SOCIAL, nous alerte sur la situation catastrophique des réfugiés parvenus dans notre cité. Débandade à la Préfecture dépassée par les événements. Même les propriétaires d’hôtels qui sont payés par les pouvoirs publics pour accueillir les migrants menacent de faire grève. Seul le SAMU SOCIAL est sur cette ligne de front. Dans leurs maigres bagages les malheureux ont amené avec eux toutes les haines et les distensions qui nourrissent le conflit du Proche-Orient. Les intervenants du SAMU SOCIAL se trouvent confrontés à gérer les syriens sunnites et les alaouites qui ne veulent pas se mélanger, de même que les syriens chrétiens qui ne veulent pas de tous les autres (...)

     

  • 27 août

     

    Radicalisation islamiste dans les camps de réfugiés palestiniens au Liban

    Ce thème n’est pas abordé par les médias en Europe, mais conjugué avec l’afflux de réfugiés, nous sommes peut-être à la veille de nouveaux malheurs pour cette terre meurtrie. A Saïda au camp de Aïn el-Hélou les jihadistes de Jund el-Cham affrontent le Fateh et d’autres factions. L’assassinat lors d’une attaque contre le général Abou Achraf el-Armouchi de Talal Balaouneh et d’un autre membre de la branche armée de l’OLP a déclenché les hostilités. Le cessez-le-feu instauré mardi à 13h, heure locale, a été rompu par des tirs échangés aujourd’hui lors des funérailles des tués. Les combats ont fait au moins 4 morts et une quarantaine de blessés, provoquant l’affolement chez les habitants du camp qui ont pour certains (...)

     

  • 25 août

     

    Et si Cassandre avait toujours raison

    Il est plus facile de faire courber l’échine au peuple grec, portugais et espagnol que de mettre fin à l’invasion de l’Europe occidentale par les migrants qui déferlent sur nos côtes et franchissent parfois par la force nos frontières orientales. Un jour la question d’une réponse militarisée va se poser. Les passeurs profitent de toutes les failles des démocraties pour jeter ces hordes de malheureux à l’assaut de nos pays. Nous vivons ce qu’on du vivre les gardiens des limes romaines au IVème et au Vème siècle de notre ère quand des milliers de fuyards passaient le Danube ou l’Elbe pour échappaient aux tribus guerrières qui les talonnaient. En majorité musulmane ces populations sont entrain de créer le (...)

     

  • 21 août

     

    Il passe ou il casse

    En démissionnant le premier ministre tente le tout pour le tout, encore populaire même en reniant le résultat du référendum, il veut se refaire une légitimité politique avant l’application à l’automne de mesures draconiennes pour le pays. Il sait qu’il a perdu son aile gauche et doit reconstruire une majorité avec les restes du Parti Socialiste pourtant honni par le peuple, des centristes et qui sait les nationalistes qui le suivent déjà. Nous retombons dans les travers de la politique grecque. Ceux qui voyaient dans Syriza l’aube et pas dorée d’un changement en Europe risquent d’être déçus. Le départ de son ministre des finances était bien l’amorce d’un virage, retour vers la case de l’orthodoxie des (...)

     

  • 19 août

     

    Un CAP ou un BEP, pourquoi faire ?

    Une étude faite sur la génération 2010 des titulaires d’un CAP ou d’un BEP, celui-ci supprimé depuis, montre que 31% d’entre-eux sont au chômage contre un peu plus de 20% des détenteurs d’un bac professionnel. Fallait-il une enquête pour s’apercevoir de cette situation. Ce n’est qu’une des conséquences de la situation économique du pays et de l’inéquation de ces formations au monde du travail. N’oublions pas aussi qu’une bonne partie des élèves subissent le choix de leur orientation, même si au bout de la première année des passerelles existent pour changer de métier. A cela s’ajoute le peu de considération pour ces emplois dans notre société et le manque de terrains de stages pour les jeunes ou employés dans (...)

     

  • 17 août

     

    Les dealers ne partent pas en vacances

    Ce n’est pas le titre d’un polar marseillais mais la triste réalité, dans la nuit de mercredi à jeudi 13 août, les forces de police ont mené une opération coup de poing dans la morne cité de Campagne Lévêque bien connue pour son immense barre d’immeubles dans le quartier Saint-Louis. La BAC (Brigade Anti-Criminalité) a raté de peu un des ouvriers nocifs de cette fourmilière du deal que sont devenus une bonne partie de nos quartiers populaires. Mais le fuyard pour aller plus vite a lâché ses sacs : une arme, des munitions, 2 kg de résine de cannabis, 2 kg d’herbe et 10 000 € en espèces. Quand on sait que le négoce de la drogue rapporte à la Castellane 50 000€ par jour soit 18 250 000€ nous comprenons mieux (...)

     

  • 13 août

     

    Paris-Plage occupée, mais Paris-Plage bientôt libérée

    Cinq cent policiers pour surveiller les animations balnéaires made in Tell-Aviv, comme là-bas, au moins l’israélien de passage ne sera pas dépaysé. Bon tout le monde va s’avaler la boulette des communicants de la ville et tout cela sera vite oublié. Même le bon Julliard, adjoint de la ville lumière ce leader étudiant passé de la tendance Unef a la tendance bobo, propre sur lui va finir de manger son chapeau dans l’indifférence générale. Cette petite graine d’arriviste est bien le symbole de la dérive du Parti Socialiste dans ce pays, barre à droite et compromission en tout genre. Espérons qu’aucun activiste en vacances ne viendra perturber les festivités, du genre Fatima les grenades sont dans la glacière (...)

     

Articles récents

Articles au hasard