Articles

Accueil > Actualités > "La Galère" autour de la rénovation urbaine

 

"La Galère" autour de la rénovation urbaine

7 septembre 2011

La seconde édition du festival de Radio Galère 88.4 se tenait ce week-end à la Belle de Mai. Au menu, concerts, animations, expositions, rencontres, mais aussi des débats. Associations, collectifs et habitants ont pu notamment se glisser derrière le micro pour aborder le thème de la rénovation urbaine et des inégalités autour du logement. Partage d’expérience, coups de coeur et coups de gueule ont fait vibrer les ondes de la célèbre radio marseillaise. Retour sur un échange orchestré, poing levé, par Etienne Bastide et Yeter, deux animateurs emblématiques de la station.


 

Galère de l’accés au logement, galère de la rénovation, galère des loyers ou galère des expulsions locatives, la radio éponyme a placé ce forum participatif sous le prisme des luttes. Habitants et associations ont pu faire part de leurs expériences et partager leur engagement. Et c’est avec un premier focus sur la porte d’Aix que le débat s’est ouvert. Retour sur le feuilleton rocambolesque de l’été : affaire du parking, expulsion des Roms, cette porte, point d’entrée et de sortie de la ville, mais aussi lieu d’accueil de différentes manifestations, est maintenant placée sous le joug des CRS. Tout un symbole de rassemblement et de résistance désormais effacé pour Nouredine Abouakil de l’association Un centre-ville pour tous. « En 2005, la marche mondiale des femmes y est passée. Beaucoup de choses se passent là-bas et maintenant, ce sont les fourgons de CRS qui cernent l’arc de triomphe ».

JPEG - 205.3 ko

Un symbole envolé, mais surtout un préalable à la rénovation urbaine, souligne Sarah, étudiante en urbanisme : « On envoie les CRS porte d’Aix et on déblaye ; et maintenant c’est au tour du marché aux puces. On dit aux populations : regardez comme c’est insalubre et puis, on sort ces discours sur la dégradation du quartier, sur la sécurité, des discours qui servent de faire-valoir à cette rénovation ». Des indices qui ne trompent pas pour les associations. Celles-ci s’inquiètent du devenir du marché aux puces de la Madrague, voyant les vendeurs de l’extension du marché se faire confisquer leur marchandise depuis quelques semaines. Ce haut lieu de la consommation marseillaise devrait en effet être rayé de la carte et transformé en un "marché des 5 continents". une menace pour tout le quartier des Crottes et de Bougainville, pour lesquels ce marché représente une importante source d’activités, selon les militants.

Euromed en ligne de mire

Egalement dans le viseur des associations et des habitants : la rénovation menée rue de la République, qui habite encore tous les esprits. Locataires chassés de leurs logements, méthodes de voyous, Nouredine Abouakil ne mâche pas ses mots : « on a vidé des appartements pour en tirer une rentabilité plus forte, les familles ont résisté et des méthodes de voyous ont été employées pour faire partir les habitants. Ce n’était qu’une première étape de la rénovation urbaine, le projet de la rue de la République n’appartient ni à Euromed 1 ni 2, mais a été livré à la spéculation financière, sans encadrement juridique public. »

JPEG - 169.2 ko

Même constat sur toutes les lèvres quant à Euromed : ce projet est bien loin de servir les intérets des habitants. Le second volet, Euromed 2, est en effet perçu comme une simple spéculation immobilière, représentée par des quartiers qui accueilleront des résidences à haute qualité environnementale, des hôtels, des bureaux. Pour Sarah, il s’agit simplement de prendre l’écologie comme argument pour augmenter les loyers. « Déjà avec Euromed 1, la mixité sociale était vue à l’envers, on rénovait en gentryfiant le quartier », commente la jeune femme. Ce programme de rénovation urbaine, censé être le plus grand d’Europe, a perdu tout son sens pour cette dernière : « On est dans une logique de concurrence entre les grandes villes européennes, on en arrive à une économie de résidentilisation : il faut attirer les centres de commandement et donc séduire par des bureaux, du tertiaire,... Il n’y a aucun discours social dans ces projets, ce n’est qu’une opération de séduction pour les classes montantes ».

JPEG - 174.4 ko

Manque d’information des populations autour du projet, manque de concertation, intimidations, tous les travers d’Euromed ont été passés à la loupe et partout, le même constat : derrière ce projet se dessine l’ambition non avouée de reléguer les plus pauvres en périphérie. Jean-Marc Ega du comité Mam’Ega témoigne : « on est dans une logique de reconquête du centre-ville, on repousse les populations paupérisées vers le nord de Marseille. La mixité sociale n’existe plus : dans les quartiers des XIIIe et XIVe arrondissements, avant, il y avait de la mixité, une dynamique de quartier, une diversité au sein de la population représentée par différents métiers, car il y avait des possibilités de travailler autour du port. Cela n’existe plus, il n’y a plus que deux communautés ghettoïsées : maghrébine et comorienne. Il y a un total désengagement du service public, des petites associations, il n’y a pas de prévention politique, il y a là un énorme chantier ».

Le recours aux tribunaux comme moyen d’action

Si le manque de concertation est clairement pointé du doigt par les associations, les militants misent aussi sur leur propre détermination à se faire entendre et ceci, par tous les moyens. Dans ce sens, pour Alain Laval de la Confédération syndicale des familles, la lutte entreprise par les habitants de la Savine est exemplaire. « Les bailleurs sociaux ont juste reçu le loyer et laissé dans l’abandon les locataires », s’insurge le militant. Pour Jean-Luc Duriez, autre membre du syndicat : les bailleurs n’ont pas pris leurs responsabilités : « ils ont mal géré, attendu, et résultat : c’est le public et l’ANRU qui doivent intervenir. »

Pour faire face aux marchands de sommeil et aux spéculations, les militants sont désormais prêts à se tourner vers la justice et ils l’ont déjà prouvé, notamment à travers les actions entreprises par l’association Un Centre-ville pour tous. Nouredine Abouakil rappelle que grâce à une action en justice, la société Marseille République a fini par être condamnée pour avoir abandonné un immeuble. Jean-Luc Duriez met ainsi en avant l’importance de former les militants afin qu’ils soient capables de décoder les textes juridiques.

JPEG - 205.3 ko

La parole citoyenne du début semble bien s’être transformée, depuis, en parole militante, avec au centre, des associations prêtes à rallumer la mèche. « On obtiendra des résultats par la mobilisation de tous : par des manifestations, par le recours au juridique, par le squat des sièges des bailleurs, s’il le faut, tout est possible », prévient Alain Laval. Des moyens d’action indispensables qui éviteront peut être l’apparition de bidonvilles, souligne Nouredine Abouakil : « Les bidonvilles n’existeront pas à Marseille, mais il y aura des logements précaires, des taudis si on laisse faire ». Une existence conjuguée au futur ? Pas si sûr, pouvait-on entendre murmurer du côté du public. Pour vérifier, il suffit en effet simplement de se pencher sous quelques passerelles d’autoroutes. A chacun ensuite de décrire avec ses propres mots ce qu’il y voit. Une chose est sûre : la rénovation urbaine n’est pas encore passée partout et pour tous, parole de galère !

 



 

  • "Handala est le témoin de cette ère qui ne mourra jamais"

    On ne dit pas Algériens de France ou en France car ils sont français.

    par Danièle Dubreuil le Août 2014 à 16h46
  • 3es rencontres nationales des luttes de l’immigration (1/4) Saïd Bouamama : « L’impérialisme existe encore »

    Faire des conférences c’est bien mais...
    S Bouamama, un sociologue engagé ? quand on tape son nom sur internet et qu’on voit le nombre de fois qu’il s’est "engagé" en étant.... payé, c’est impressionant. beaucoup de ses travaux sont des réponses à des commandes publiques
    On ne peut pas se dire engagé et en même temps solliciter des fonds publics pour le faire. Ce pseudo sociologue engagé est en rélaité engagé pour ses fins de mois et pendant ce temps, nous on pointe au chômage

    par Hakim le 20 janvier à 10h09
  • Marseille : la Ville communique sur sa lutte contre l’habitat indigne

    bjr il suffit de venir au parc kalliste voir dans quel l’etas sont les appartement de marseille ,ils les laisse se dégrader ,ils n’ont méme pas pris la peinne de fermer les volets de certain d’entre eux sachant qu’ils risque de tombé a tous moment surtou quand le vent souffle ,puis apres c’est facile de demander de classé le batiment en carence !!!!mdr !!!

    par delaval le Décembre 2014 à 10h36
  • Les Algériens de France veulent créer leur lobby

    la question est : pourquoi Algérien en France alors que chacun pense que l’union du Maghreb est une bonne idée pour ces pays, même si cela ne marche pas actuellement.

    ce serait un bon signe des Maghrébins de France, non ?

    par Said le Octobre 2007 à 09h11

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 28 juillet

     

    Il y a des anniversaires à ne pas fêter

    Pendant que le Moyen-Orient se désagrège en Israël ou si vous préférez en Palestine occupée les juifs intégristes continuent leurs tristes mascarades. Ils fêtaient il y a peu un anniversaire sous une forme légèrement provocatrice, laissons nous aller à une comparaison : " je dirai à la Sharon, pas Tate mais Ariel le comateux", l’anniversaire de la destruction du Temple par le vilain Titus en 70 après JC. Toujours pleins d’idées, de papillotes et pour certains vêtus de noir, noir c’est noir, il n’y a plus d’espoir, ils avaient décidé pour l’occasion de venir prier sur l’esplanade des mosquées histoire de mettre l’ambiance. Le bon peuple palestinien habilement prévenu s’est donc interposé. Résultat, la baston (...)

     

  • 28 juillet

     

    Je fume, tu fumes, nous fumons

    Vendredi 24 juillet dans La Provence à la une : « Ils fument deux fois plus de cannabis que dans le nord – Les ados provençaux toujours plus accros » Aujourd’hui la police saisit 6 tonnes de cette substance prohibée grâce à une enquête rondement menée en collaboration avec le Maroc et l’Espagne. Elle est pas plus belle la vie ! Six tonnes prises, mais combien fumées. Vieux problème du chiffre noir dans la délinquance comme d’habitude. Le titre de la semaine passée faisait référence à une étude menée par l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies avec 26 351 ados de 17 ans ayant répondu anonymement à un questionnaire qui ne mentionnait pas la demande expresse du nom de votre dealer, son mobile et (...)

     

  • 27 juillet

     

    L’affaire du bikini de Reims déchaîne les réseaux sociaux

    L’article paru aujourd’hui sur le site 20 minutes illustre parfaitement, le déchaînement des réseaux sociaux dans l’affaire dite du bikini de Reims, même si le "caractère religieux" a été écarté très tôt par les autorités et notamment par le maire de Reims, rien à faire, le doute a envahi la toile et l’hypothèse de la milice religieuse prend de plus en plus d’ampleur ! Pour les différentes captures d’écran, vous pouvez lire l’article de 20 minutes en suivant le lien

     

  • 26 juillet

     

    Quand une collectivité locale et ses habitants s’habituent en l’enkystement de la misère dans la cité

    Ce 24 Juillet, à 6h05 le Bataillon de marins-pompiers de Marseille est intervenu sur un feu de baraquements dans un camp de Rom sauvage, installé sur les abords de l’autoroute A7 aux Arnavaux au niveau du Boulevard Danielle Casanova. Danielle Casanova héroïque résistante en son temps ne supporterait pas nos dérives actuelles et l’impuissance de nos édiles, elle qui se leva contre l’occupant nazi. Marseille au XXIème siècle c’est Les Terrasses du Port où il fait bon respirer les émanations de gas-oil des bateaux manœuvrant et la multiplication des installations sauvages de pauvres erres qui deviennent nos nomades d’arrondissements nos voyageurs de quartiers en quartiers. Les pouvoirs publics déjà peu (...)

     

  • 23 juillet

     

    Angélique Schaller, le point sur le débat législatif sur le droit des étrangers

    Saluons l’excellente analyse d’Angélique Schaller dans la Marseillaise du 22 juillet qui fait le point sur le travail que le législateur vient d’entamer sur le droit des étrangers, sujet explosif dans les temps que nous vivons. Elle pointe le durcissement à venir en opposition avec le changement annoncé pendant la campagne présidentielle qui promettait de rosir au plus vite une situation bien noire. Moi président… bon ne salons pas trop des plaies encore à vif. Le texte en discussion reprend les peurs habituelles : obsession de la fraude logique du contrôle ce qui éloigne toutes les tentatives d’humanisation des procédures. Là où on espérait un raccourcissement des délais et une simplification (...)

     

  • 22 juillet

     

    L’entrée en France interdite pour les algériens détenteurs des anciens passeports

    Une note affichée par la compagnie battant pavillon national Air Algérie sème la panique au sein des voyageurs algériens. Selon cette note, les anciens passeports algériens, toujours en cours de validité, ne seront plus acceptés sur le territoire français et européen ! En clair, les Algériens qui ne sont pas détenteurs du passeport biométrique ne pourront plus voyager en France et partout en Europe. Lire la suite sur le site Algérie Focus

     

  • 22 juillet

     

    Le monopole du RSI remis en cause par le MLPS

    Le Mouvement pour la liberté de la protection sociale « MLPS » qui regroupe des commerçants, entrepreneurs et professions libérales, revendique la liberté de choisir son organisme de sécurité social pour l’assurance maladie et la retraite, conformément aux directives européennes retranscrites en droit français et au droit français lui-même. Le régime social des indépendants se trouve malmené ces temps-ci, en effet, les usagés excédés par le RSI ont décidé de se regrouper au sein de ce mouvement et ils ont décidé d’assigner le régime en justice, dans un jugement rendu public en décembre le Tribunal de Grande Instance de Nice considère le RSI comme une simple mutuelle - et non le régime légal, autrement dit (...)

     

  • 21 juillet

     

    La première rue Yasser Arafat en France

    Dans un article paru hier sur le site de BFM, nous apprenons que les élus de la droite de la ville de la Seyne-sur-mer sous vent debout contre le conseil municipal à majorité socialiste, qui a décidé de baptiser une des artères de la ville du nom de l’ancien leader Palestinien Yasser Arafat, la rue en question est située dans le quartier populaire Berthe. Pour l’élu de l’opposition Jean-Pierre Colin « Si demain un comité de quartier nous propose un rond-point Mohamed Merah, on va dire oui ? » Peut on comparer l’ancien président Palestinien et prix Noble de la paix à un pommé de quartier manipulé ? L’article de BFM en cliquant sur le (...)

     

  • 20 juillet

     

    Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés

    Les embuscades d’Aïn Defla nous font souvenir que les terroristes sont toujours là en Algérie, malgré l’appareil sécuritaire ils peuvent encore frapper sur l’ensemble du territoire. Et ceux sont des chefs de guerre algériens qui sont à la tête des principaux groupes qui opèrent dans la zone sahélienne. Ce qui complique le travail des forces de sécurité c’est qu’ils trouveront toujours des appuis dans la population et des complicité avec les milieux de la contrebande et des passeurs. La guerre civile a laissé des traces indélébiles dans la population et la loi de réconciliation qui a permis d’arrêter les combats a fait que de nombreux islamistes n’ont pas été poursuivis et continuent leurs activités (...)

     

  • 20 juillet

     

    La filière laitière et porcine sur le tapis vert de l’Union...

    Et nous savons qui va gagner, la misère, de 22 000 à 25 000 éleveurs proches du dépôt de bilan et 40 000 emplois induits en danger. On commence à nous briser les oeufs de la PAC. Le ministre obligé de s’expliquer devant hier devant les sénateurs avoue son impuissance à s’imicer dans des négociations commerciales entre les producteurs et la grande distribution. Mais il n’y a pas négociation, il y a match de boxe entre un poids plume et un super-lourd et cela depuis quarante ans. L’or vert de la France est fondu dans la folie de la politique européenne agricole, adepte de la concurrence sans limite qui ruine les paysans et désertifie les territoires avec la complicité des multinationales comme (...)

     

Articles récents

Articles au hasard