Articles

Accueil > Actualités > Rroms on the road again

 

Rroms on the road again

1er décembre 2011

Alors que le Conseil de l’Europe vient de condamner la France pour avoir violer la Charte sociale européenne suite aux expulsions de ressortissants Bulgares et Roumains Rroms de l’été 2010, les désintégrations de bidonvilles se poursuivent. A Marseille, trois campements sont en sursis pour quelques jours encore. On fait le point.


 

Dans une quinzaine de jours, le campement de la rue Zoccola ne sera plus. « A la veille de Noël, on va mettre des gens à la rue, alors qu’ils y sont déjà » peste Jean-Paul Kopp, de Rencontres Tsiganes. Une expulsion parmi tant d’autres de bidonvilles rroms, procédure devenue habitude litanique d’une France qui a mal à son identité nationale. Pour preuve, la décision sur ce cas du tribunal administratif, validant le principe de l’évacuation du terrain tout en en repoussant son exécution, et surtout pointant la responsabilité des institutions locales - municipales et communautaires - dans l’envenimement de la situation.

JPEG - 63.6 ko
Le terrain situé rue Zoccola, maintes fois expulsé.

Avant le petit terrain qui donne dos à l’Unité d’hébergement d’urgence de la Madrague et aux puces, dans le XVe arrondissement de Marseille, ceux de Cap Pinède et Plombières ont connu pareil sort. Plus ou moins légalement, plus ou moins violemment. Comme à l’église Saint-Martin d’Arenc où une famille d’une dizaine de membres a essuyé les gaz lacrymogènes des forces de l’ordre, occasionnant chez l’un d’eux une chute, avec pour conséquence une fracture du col du fémur. Les pompiers avaient été appelés par un voisin témoin de la scène. « Nous allons essayer d’alerter le procureur de la République par lettre, pour l’interpeller sur ce qui s’est passé. On ne va pas aller au commissariat porter plainte ! », poursuit le responsable associatif, qui s’interroge sur le lien de causalité entre le préfet de police Alain Gardère qui trinque avec des riverains à l’expulsion de Rroms (« un préfet à l’apéro pour fêter le départ des Rroms », La Provence du 20 novembre), et des fonctionnaires de police qui « se lâchent ». Pour Jean-Paul Kopp en effet, « Alain Gardère donne un mauvais signe à ses troupes qui se disent : c’est bon, sur les Rroms, on peut y aller ». Une entaille dans le pacte républicain que dénonce la section marseillaise des 15/16 de la Ligue des droits de l’Homme rappellant que « suite à l’expulsion scandaleuse, militaro-policière et médiatique, en août dernier, de la porte d’Aix, une élue représentant le maire Jean-Claude Gaudin avait promis la tenue d’une table ronde pour trouver des solutions concrètes à ces expulsions « spectacles » sans solution d’accueil pérenne ».

Marseille n’est pas l’Europe

Ce jeudi 1er décembre doit également tomber la décision de justice concernant un terrain dans le quartier de la Capelette (Xe), avec de fortes probabilités là encore pour qu’une évacuation soit prononcée. Enfin, le campement de fortune vers Capitaine Gèze attend de connaître son destin. Des expulsions collectives - souvent appariées à la distribution d’Obligations de quitter le territoire (OQTF) - qui interviennent tandis que le Conseil de l’Europe vient de condamner mi-novembre la France pour « discrimination », par la voix du Comité européen des droits sociaux (CEDS). En cause, les évacuations massives menées à l’été 2010, après le discours de Grenoble prononcé par le président français Nicolas Sarkozy, et la publication d’une circulaire ciblant particulièrement « les campements de Rroms ». (voir notre frise chronologique).

Dans son rapport au Comité des ministres, le Conseil qui répond à une réclamation déposée fin 2010 par le Centre sur les droits au logement et les expulsions (COHRE) « estime qu’il est démontré en l’espèce que les renvois des Rroms d’origine roumaine et bulgare vers leurs pays d’origine se sont fondés sur la mise en œuvre d’un dispositif discriminatoire visant directement et collectivement ces personnes et familles rroms. [... et] considère que ces retours dits « volontaires » ont en pratique déguisé des retours forcés sous la forme d’expulsions collectives ».

Le gouvernement français s’est défendu de toute ambition discriminatoire arguant « que beaucoup de migrants rroms se trouvent sur le territoire français en situation irrégulière. Par conséquent, lorsque les ressortissants communautaires concernés ne disposent pas des moyens d’existence suffisants pour ne pas devenir [...] une charge pour le système d’assistance sociale de l’État membre d’accueil, ils n’ont pas droit au séjour. Ils peuvent donc faire l’objet de décisions préfectorales d’expulsion. Dans certains cas une prise en charge humanitaire et financière des individus concernés est prévue. Ces règles s’appliquent de la même manière à tous les ressortissants communautaires et donc ne sont pas discriminatoires ». Autre ligne de défense : « ces mesures d’éloignement du territoire poursuivaient le but de maintenir l’ordre public et de sauvegarder la sécurité intérieure sans pour autant viser des populations en raison de leur origine ethnique ».

Un argumentaire auquel le Conseil n’a apparemment pas été sensible, concluant « que les expulsions des Rroms de leurs logements et de la France qui ont eu lieu pendant l’été 2010 constituent une violation de l’article 16 (droit de la famille à une protection sociale, juridique et économique), de l’article 31 (droit au logement) et de l’article 19§8 (droit des travailleurs migrants et de leurs familles à la protection et à l’assistance - garanties relatives à l’expulsion) » de la Charte sociale européenne révisée dont notre pays est signataire.

Si Jean-Paul Kopp regrette que « la condamnation du conseil européen arrive un peu tard, parce que visant des faits qui remontent à l’année dernière », elle pourrait toutefois avoir un impact à court terme sur la politique gouvernementale. Mais l’acteur associatif - qui participait le week-end dernier à Paris à une réunion du réseau RomEurope - ne se fait pas d’illusions : «  les expulsions reprendront très vite ».

- Samedi 3 décembre, sur l’antenne de France 3 Provence Alpes, l’émission de débat La Voix est Libre posera la question de la présence et de la prise en compte des Rroms en France et dans la région. Vous pouvez d’ores et déjà participer aux discussions qui se prolongeront sur le web avec un tchat.

Rapport Conseil Européen Rroms en FranceEuropean Committee of Social Rights

Rapport du Conseil de l’Europe sur les Rroms

 



 

  • "Handala est le témoin de cette ère qui ne mourra jamais"

    On ne dit pas Algériens de France ou en France car ils sont français.

    par Danièle Dubreuil le Août 2014 à 16h46
  • 3es rencontres nationales des luttes de l’immigration (1/4) Saïd Bouamama : « L’impérialisme existe encore »

    Faire des conférences c’est bien mais...
    S Bouamama, un sociologue engagé ? quand on tape son nom sur internet et qu’on voit le nombre de fois qu’il s’est "engagé" en étant.... payé, c’est impressionant. beaucoup de ses travaux sont des réponses à des commandes publiques
    On ne peut pas se dire engagé et en même temps solliciter des fonds publics pour le faire. Ce pseudo sociologue engagé est en rélaité engagé pour ses fins de mois et pendant ce temps, nous on pointe au chômage

    par Hakim le 20 janvier à 10h09
  • Marseille : la Ville communique sur sa lutte contre l’habitat indigne

    bjr il suffit de venir au parc kalliste voir dans quel l’etas sont les appartement de marseille ,ils les laisse se dégrader ,ils n’ont méme pas pris la peinne de fermer les volets de certain d’entre eux sachant qu’ils risque de tombé a tous moment surtou quand le vent souffle ,puis apres c’est facile de demander de classé le batiment en carence !!!!mdr !!!

    par delaval le Décembre 2014 à 10h36
  • Les Algériens de France veulent créer leur lobby

    la question est : pourquoi Algérien en France alors que chacun pense que l’union du Maghreb est une bonne idée pour ces pays, même si cela ne marche pas actuellement.

    ce serait un bon signe des Maghrébins de France, non ?

    par Said le Octobre 2007 à 09h11

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 29 juillet

     

    Les archives de l’état civil algérien pendant la période coloniale de 1830-1913 ouverts

    les Archives nationales d’outre-mer (ANOM) ont pour mission la conservation, la communication et la collecte des archives de l’expansion coloniale française. De 1830 à 1962 les registres d’état civil dit européen ont été établis en deux exemplaires selon la règle métropolitaine. Lors de l’accession de l’Algérie à l’indépendance, ces registres sont restés en Algérie où ils sont conservés. Le ministère des Affaires étrangères a entrepris entre 1967 et 1972 la reproduction sur microfilm d’une partie de ces registres, environ les deux tiers. Certaines communes manquent en totalité et d’autres sont incomplètes. Ce sont ces microfilms qui ont fait l’objet d’une numérisation. A l’initiative du ministère de la (...)

     

  • 28 juillet

     

    Il y a des anniversaires à ne pas fêter

    Pendant que le Moyen-Orient se désagrège en Israël ou si vous préférez en Palestine occupée les juifs intégristes continuent leurs tristes mascarades. Ils fêtaient il y a peu un anniversaire sous une forme légèrement provocatrice, laissons nous aller à une comparaison : " je dirai à la Sharon, pas Tate mais Ariel le comateux", l’anniversaire de la destruction du Temple par le vilain Titus en 70 après JC. Toujours pleins d’idées, de papillotes et pour certains vêtus de noir, noir c’est noir, il n’y a plus d’espoir, ils avaient décidé pour l’occasion de venir prier sur l’esplanade des mosquées histoire de mettre l’ambiance. Le bon peuple palestinien habilement prévenu s’est donc interposé. Résultat, la baston (...)

     

  • 28 juillet

     

    Je fume, tu fumes, nous fumons

    Vendredi 24 juillet dans La Provence à la une : « Ils fument deux fois plus de cannabis que dans le nord – Les ados provençaux toujours plus accros » Aujourd’hui la police saisit 6 tonnes de cette substance prohibée grâce à une enquête rondement menée en collaboration avec le Maroc et l’Espagne. Elle est pas plus belle la vie ! Six tonnes prises, mais combien fumées. Vieux problème du chiffre noir dans la délinquance comme d’habitude. Le titre de la semaine passée faisait référence à une étude menée par l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies avec 26 351 ados de 17 ans ayant répondu anonymement à un questionnaire qui ne mentionnait pas la demande expresse du nom de votre dealer, son mobile et (...)

     

  • 27 juillet

     

    L’affaire du bikini de Reims déchaîne les réseaux sociaux

    L’article paru aujourd’hui sur le site 20 minutes illustre parfaitement, le déchaînement des réseaux sociaux dans l’affaire dite du bikini de Reims, même si le "caractère religieux" a été écarté très tôt par les autorités et notamment par le maire de Reims, rien à faire, le doute a envahi la toile et l’hypothèse de la milice religieuse prend de plus en plus d’ampleur ! Pour les différentes captures d’écran, vous pouvez lire l’article de 20 minutes en suivant le lien

     

  • 26 juillet

     

    Quand une collectivité locale et ses habitants s’habituent en l’enkystement de la misère dans la cité

    Ce 24 Juillet, à 6h05 le Bataillon de marins-pompiers de Marseille est intervenu sur un feu de baraquements dans un camp de Rom sauvage, installé sur les abords de l’autoroute A7 aux Arnavaux au niveau du Boulevard Danielle Casanova. Danielle Casanova héroïque résistante en son temps ne supporterait pas nos dérives actuelles et l’impuissance de nos édiles, elle qui se leva contre l’occupant nazi. Marseille au XXIème siècle c’est Les Terrasses du Port où il fait bon respirer les émanations de gas-oil des bateaux manœuvrant et la multiplication des installations sauvages de pauvres erres qui deviennent nos nomades d’arrondissements nos voyageurs de quartiers en quartiers. Les pouvoirs publics déjà peu (...)

     

  • 23 juillet

     

    Angélique Schaller, le point sur le débat législatif sur le droit des étrangers

    Saluons l’excellente analyse d’Angélique Schaller dans la Marseillaise du 22 juillet qui fait le point sur le travail que le législateur vient d’entamer sur le droit des étrangers, sujet explosif dans les temps que nous vivons. Elle pointe le durcissement à venir en opposition avec le changement annoncé pendant la campagne présidentielle qui promettait de rosir au plus vite une situation bien noire. Moi président… bon ne salons pas trop des plaies encore à vif. Le texte en discussion reprend les peurs habituelles : obsession de la fraude logique du contrôle ce qui éloigne toutes les tentatives d’humanisation des procédures. Là où on espérait un raccourcissement des délais et une simplification (...)

     

  • 22 juillet

     

    L’entrée en France interdite pour les algériens détenteurs des anciens passeports

    Une note affichée par la compagnie battant pavillon national Air Algérie sème la panique au sein des voyageurs algériens. Selon cette note, les anciens passeports algériens, toujours en cours de validité, ne seront plus acceptés sur le territoire français et européen ! En clair, les Algériens qui ne sont pas détenteurs du passeport biométrique ne pourront plus voyager en France et partout en Europe. Lire la suite sur le site Algérie Focus

     

  • 22 juillet

     

    Le monopole du RSI remis en cause par le MLPS

    Le Mouvement pour la liberté de la protection sociale « MLPS » qui regroupe des commerçants, entrepreneurs et professions libérales, revendique la liberté de choisir son organisme de sécurité social pour l’assurance maladie et la retraite, conformément aux directives européennes retranscrites en droit français et au droit français lui-même. Le régime social des indépendants se trouve malmené ces temps-ci, en effet, les usagés excédés par le RSI ont décidé de se regrouper au sein de ce mouvement et ils ont décidé d’assigner le régime en justice, dans un jugement rendu public en décembre le Tribunal de Grande Instance de Nice considère le RSI comme une simple mutuelle - et non le régime légal, autrement dit (...)

     

  • 21 juillet

     

    La première rue Yasser Arafat en France

    Dans un article paru hier sur le site de BFM, nous apprenons que les élus de la droite de la ville de la Seyne-sur-mer sous vent debout contre le conseil municipal à majorité socialiste, qui a décidé de baptiser une des artères de la ville du nom de l’ancien leader Palestinien Yasser Arafat, la rue en question est située dans le quartier populaire Berthe. Pour l’élu de l’opposition Jean-Pierre Colin « Si demain un comité de quartier nous propose un rond-point Mohamed Merah, on va dire oui ? » Peut on comparer l’ancien président Palestinien et prix Noble de la paix à un pommé de quartier manipulé ? L’article de BFM en cliquant sur le (...)

     

  • 20 juillet

     

    Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés

    Les embuscades d’Aïn Defla nous font souvenir que les terroristes sont toujours là en Algérie, malgré l’appareil sécuritaire ils peuvent encore frapper sur l’ensemble du territoire. Et ceux sont des chefs de guerre algériens qui sont à la tête des principaux groupes qui opèrent dans la zone sahélienne. Ce qui complique le travail des forces de sécurité c’est qu’ils trouveront toujours des appuis dans la population et des complicité avec les milieux de la contrebande et des passeurs. La guerre civile a laissé des traces indélébiles dans la population et la loi de réconciliation qui a permis d’arrêter les combats a fait que de nombreux islamistes n’ont pas été poursuivis et continuent leurs activités (...)

     

Articles récents

Articles au hasard