Articles

Accueil > Actualités > Rroms on the road again

 

Rroms on the road again

1er décembre 2011

Alors que le Conseil de l’Europe vient de condamner la France pour avoir violer la Charte sociale européenne suite aux expulsions de ressortissants Bulgares et Roumains Rroms de l’été 2010, les désintégrations de bidonvilles se poursuivent. A Marseille, trois campements sont en sursis pour quelques jours encore. On fait le point.


 

Dans une quinzaine de jours, le campement de la rue Zoccola ne sera plus. « A la veille de Noël, on va mettre des gens à la rue, alors qu’ils y sont déjà » peste Jean-Paul Kopp, de Rencontres Tsiganes. Une expulsion parmi tant d’autres de bidonvilles rroms, procédure devenue habitude litanique d’une France qui a mal à son identité nationale. Pour preuve, la décision sur ce cas du tribunal administratif, validant le principe de l’évacuation du terrain tout en en repoussant son exécution, et surtout pointant la responsabilité des institutions locales - municipales et communautaires - dans l’envenimement de la situation.

JPEG - 63.6 ko
Le terrain situé rue Zoccola, maintes fois expulsé.

Avant le petit terrain qui donne dos à l’Unité d’hébergement d’urgence de la Madrague et aux puces, dans le XVe arrondissement de Marseille, ceux de Cap Pinède et Plombières ont connu pareil sort. Plus ou moins légalement, plus ou moins violemment. Comme à l’église Saint-Martin d’Arenc où une famille d’une dizaine de membres a essuyé les gaz lacrymogènes des forces de l’ordre, occasionnant chez l’un d’eux une chute, avec pour conséquence une fracture du col du fémur. Les pompiers avaient été appelés par un voisin témoin de la scène. « Nous allons essayer d’alerter le procureur de la République par lettre, pour l’interpeller sur ce qui s’est passé. On ne va pas aller au commissariat porter plainte ! », poursuit le responsable associatif, qui s’interroge sur le lien de causalité entre le préfet de police Alain Gardère qui trinque avec des riverains à l’expulsion de Rroms (« un préfet à l’apéro pour fêter le départ des Rroms », La Provence du 20 novembre), et des fonctionnaires de police qui « se lâchent ». Pour Jean-Paul Kopp en effet, « Alain Gardère donne un mauvais signe à ses troupes qui se disent : c’est bon, sur les Rroms, on peut y aller ». Une entaille dans le pacte républicain que dénonce la section marseillaise des 15/16 de la Ligue des droits de l’Homme rappellant que « suite à l’expulsion scandaleuse, militaro-policière et médiatique, en août dernier, de la porte d’Aix, une élue représentant le maire Jean-Claude Gaudin avait promis la tenue d’une table ronde pour trouver des solutions concrètes à ces expulsions « spectacles » sans solution d’accueil pérenne ».

Marseille n’est pas l’Europe

Ce jeudi 1er décembre doit également tomber la décision de justice concernant un terrain dans le quartier de la Capelette (Xe), avec de fortes probabilités là encore pour qu’une évacuation soit prononcée. Enfin, le campement de fortune vers Capitaine Gèze attend de connaître son destin. Des expulsions collectives - souvent appariées à la distribution d’Obligations de quitter le territoire (OQTF) - qui interviennent tandis que le Conseil de l’Europe vient de condamner mi-novembre la France pour « discrimination », par la voix du Comité européen des droits sociaux (CEDS). En cause, les évacuations massives menées à l’été 2010, après le discours de Grenoble prononcé par le président français Nicolas Sarkozy, et la publication d’une circulaire ciblant particulièrement « les campements de Rroms ». (voir notre frise chronologique).

Dans son rapport au Comité des ministres, le Conseil qui répond à une réclamation déposée fin 2010 par le Centre sur les droits au logement et les expulsions (COHRE) « estime qu’il est démontré en l’espèce que les renvois des Rroms d’origine roumaine et bulgare vers leurs pays d’origine se sont fondés sur la mise en œuvre d’un dispositif discriminatoire visant directement et collectivement ces personnes et familles rroms. [... et] considère que ces retours dits « volontaires » ont en pratique déguisé des retours forcés sous la forme d’expulsions collectives ».

Le gouvernement français s’est défendu de toute ambition discriminatoire arguant « que beaucoup de migrants rroms se trouvent sur le territoire français en situation irrégulière. Par conséquent, lorsque les ressortissants communautaires concernés ne disposent pas des moyens d’existence suffisants pour ne pas devenir [...] une charge pour le système d’assistance sociale de l’État membre d’accueil, ils n’ont pas droit au séjour. Ils peuvent donc faire l’objet de décisions préfectorales d’expulsion. Dans certains cas une prise en charge humanitaire et financière des individus concernés est prévue. Ces règles s’appliquent de la même manière à tous les ressortissants communautaires et donc ne sont pas discriminatoires ». Autre ligne de défense : « ces mesures d’éloignement du territoire poursuivaient le but de maintenir l’ordre public et de sauvegarder la sécurité intérieure sans pour autant viser des populations en raison de leur origine ethnique ».

Un argumentaire auquel le Conseil n’a apparemment pas été sensible, concluant « que les expulsions des Rroms de leurs logements et de la France qui ont eu lieu pendant l’été 2010 constituent une violation de l’article 16 (droit de la famille à une protection sociale, juridique et économique), de l’article 31 (droit au logement) et de l’article 19§8 (droit des travailleurs migrants et de leurs familles à la protection et à l’assistance - garanties relatives à l’expulsion) » de la Charte sociale européenne révisée dont notre pays est signataire.

Si Jean-Paul Kopp regrette que « la condamnation du conseil européen arrive un peu tard, parce que visant des faits qui remontent à l’année dernière », elle pourrait toutefois avoir un impact à court terme sur la politique gouvernementale. Mais l’acteur associatif - qui participait le week-end dernier à Paris à une réunion du réseau RomEurope - ne se fait pas d’illusions : «  les expulsions reprendront très vite ».

- Samedi 3 décembre, sur l’antenne de France 3 Provence Alpes, l’émission de débat La Voix est Libre posera la question de la présence et de la prise en compte des Rroms en France et dans la région. Vous pouvez d’ores et déjà participer aux discussions qui se prolongeront sur le web avec un tchat.

Rapport Conseil Européen Rroms en FranceEuropean Committee of Social Rights

Rapport du Conseil de l’Europe sur les Rroms

 



 

  • "Handala est le témoin de cette ère qui ne mourra jamais"

    On ne dit pas Algériens de France ou en France car ils sont français.

    par Danièle Dubreuil le Août 2014 à 16h46
  • 3es rencontres nationales des luttes de l’immigration (1/4) Saïd Bouamama : « L’impérialisme existe encore »

    Faire des conférences c’est bien mais...
    S Bouamama, un sociologue engagé ? quand on tape son nom sur internet et qu’on voit le nombre de fois qu’il s’est "engagé" en étant.... payé, c’est impressionant. beaucoup de ses travaux sont des réponses à des commandes publiques
    On ne peut pas se dire engagé et en même temps solliciter des fonds publics pour le faire. Ce pseudo sociologue engagé est en rélaité engagé pour ses fins de mois et pendant ce temps, nous on pointe au chômage

    par Hakim le Janvier 2015 à 10h09
  • Marseille : la Ville communique sur sa lutte contre l’habitat indigne

    bjr il suffit de venir au parc kalliste voir dans quel l’etas sont les appartement de marseille ,ils les laisse se dégrader ,ils n’ont méme pas pris la peinne de fermer les volets de certain d’entre eux sachant qu’ils risque de tombé a tous moment surtou quand le vent souffle ,puis apres c’est facile de demander de classé le batiment en carence !!!!mdr !!!

    par delaval le Décembre 2014 à 10h36
  • Les Algériens de France veulent créer leur lobby

    la question est : pourquoi Algérien en France alors que chacun pense que l’union du Maghreb est une bonne idée pour ces pays, même si cela ne marche pas actuellement.

    ce serait un bon signe des Maghrébins de France, non ?

    par Said le Octobre 2007 à 09h11

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 4 mai

     

    En Suède, la photo de cette femme, le poing levé face à 300 néo-nazis, est devenue virale

    Tess Asplund, 42 ans, se trouvait sur le chemin du cortège de néo-nazis suédois et a silencieusement levé le poing, devenant tout à coup un symbole de la protestation pacifique contre le racisme, raconte le "Daily Mail". La photographie a été prise à Borlange, Dalarna, dans le centre de la Suède, où l’organisation néo-nazie Nordiska motståndsrörelsen (Mouvement de résistance nordique) tenait un rassemblement. La photographie de son acte de bravoure et de défi a été partagée par des milliers de Scandinaves sur Twitter et Facebook, et le cliché est déjà salué comme un moment emblématique de l’histoire suédoise moderne. "Je n’ai pas peur d’eux", dit-elle aux médias locaux lorsqu’on lui demande ce qu’elle a (...)

     

  • 2 mai

     

    Olivier Besancenot, en plateau avec une balle de défense, pour dénoncer son usage

    Olivier Besancenot, membre de la direction du NPA, était l’invité de BFM Story dimanche soir. Il a largement dénoncé les violences policières lors des manifestations contre la loi travail et les rassemblements place de la République à Paris. "C’est un manifestant de Nuit Debout qui me l’a donnée", a-t-il lancé en montrant une balle de défense. "Vous voyez ce petit objet, cela fait partie d’une discussion publique que l’on réclame. C’est une balle de défense, les Flash-Balls en font partie", explique l’ancien porte-parole du Nouveau parti anticapitaliste. En donnant l’objet à Apolline de Malherbe, il a poursuivi :"Vous allez le soupeser, ce n’est pas très lourd, mais envoyée à la vitesse d’un TGV à moins de (...)

     

  • 25 avril

     

    Présidents africains, pourquoi ne restez-vous pas mourir au pays ?

    Disons le sans ambages : délaisser les institutions sanitaires de son pays pour se soigner à l’étranger est, au bas mot, une faute pour un chef d’Etat. C’est la preuve irréfutable qu’il n’a pas réussi à bâtir sur place un système de santé digne de sa confiance. Si, dès qu’ils sont malades, même légèrement, les présidents africains sautent dans l’avion pour Paris, Londres, Lisbonne ou Madrid afin d’y recevoir des soins, c’est aussi parce qu’ils n’ont pas favorisé chez eux le développement de l’expertise médicale nationale. Ce n’est pas une blague : il existe aujourd’hui des pays africains qui n’ont aucun spécialiste du cancer ; d’autres qui n’ont que trois ou quatre cardiologues ; d’autres encore où les quelques (...)

     

  • 22 avril

     

    Avis de recherche : Mr Said SAADA, 1m60 78 ans

    Disparu depuis le 15 Avril 2016, l’information circule à travers les vitrines de commerces et les réseaux sociaux.

     

  • 21 avril

     

    Harriet Tubman sera la première femme noire à figurer sur un billet américain

    Née au XIXe siècle de parents esclaves, cette militante pour l’abolition de l’esclavage, puis pour le droit de vote des femmes aux États-Unis remplacera sur le billet de 20 dollars le président Andrew Jackson dans quelques années. Elle a été préférée à Eleanor Roosevelt et à Rosa Parks. Lire la suite sur le site de Itélé

     

  • 13 avril

     

    Des nouvelles des fronts et des migrations

    Belgique Les interrogatoires des terroristes présumés et les renseignements accumulés par les différents services font ressortir que les attentats perpétrés en Belgique étaient prévus en France. Seule l’avancée de l’enquête qui menaçait le réseau a précipité ces actions. Abrini est bien l’homme au chapeau des attentats de l’aéroport. Danemark Jeudi passé quatre recrues de l’EI arrêtées et des armes saisies près de Copenhague. Les autorités estiment les départs au Levant à 125 personnes. En février 2015 une attaque jihadiste avait fait deux morts lors d’une conférence sur le blasphème dont le cinéaste Finn Norgaard victime du danois d’origine palestinienne Omar El-Hussein. Russie Trois kamikazes tués à (...)

     

  • 11 avril

     

    Les impôts, c’est pour les pauvres

    Des millions d’Européens acquittent leurs impôts via les prélèvements sur le travail. Soit de manière automatique. Sans latitude aucune quant à cette fameuse "voie la moins taxée" que le législateur a consacrée et que d’aucuns, libertaires, défendent avec véhémence. Une liberté fiscale dont seule une minorité profite désormais. Cette iniquité manifeste participe au déséquilibre social, à la perte de confiance en l’institution politique, voire plus globalement en la chose publique. De surcroît, selon les Nations unies, une centaine de milliards de dollars d’impôts théoriques échapperaient annuellement aux Etats dits "développés" par le biais des paradis fiscaux. Lire la suite sur (...)

     

  • 8 avril

     

    À Marseille, la cité de la Castellane dit adieu à l’immeuble de Zidane

    Une page se tourne. L’immeuble marseillais où Zidane a passé son enfance ne sera bientôt plus que poussière. Dans la cité de la Castellane, la démolition du bâtiment G marque le coup d’envoi de la réhabilitation du plus emblématique des quartiers sensibles de la cité phocéenne, synonyme pour de nombreuses personnes de trafic et de misère. Lire la suite sur Le Point

     

  • 5 avril

     

    Une grande manifestation en Islande contre le Premier ministre, mis en cause par les Panama Papers

    PANAMA PAPERS - Sur une vidéo diffusée en direct de la manifestation, un homme parle de "l’une des mobilisations les plus importantes dans l’histoire de l’Islande". Des milliers de personnes étaient en effet réunies dans la capitale islandaise Reykjavik, lundi 4 avril en fin d’après-midi, pour demander la démission de leur Premier ministre, mis en cause dans les révélations des Panama Papers. Plus de 24.000 personnes, dans un pays de 320.000 habitants, avaient déjà signé dans l’après-midi une pétition en ligne appelant à la démission du Premier ministre. Aux abords de la place du Parlement, où la foule s’est donnée rendez-vous, les rues semblaient bondées et des bouchons se sont formés sur les routes. (...)

     

  • 4 avril

     

    Des nouvelles des fronts et des migrations

    France Ce jour une alerte à la bombe a obligé l’évacuation du tribunal de Grenoble. Le président s’est rendu à Washington pour une rencontre sur la sécurité des installations nucléaires et les risques de détournement de matière radioactive par les terroristes pour réaliser des bombes dites sales. L’affaire d’espionnage du physicien belge par un réseau islamiste et l’incident dans une centrale de ce pays ne sont pas étrangers aux raisons qui ont poussé le président Obama à vouloir cette réunion. Mercredi après le conseil des ministres M. Hollande a informé les français qu’il mettait fin à la réforme qui devait inscrire la déchéance de la nationalité pour les terroristes et l’état d’urgence dans notre (...)

     

Articles récents

Articles au hasard