Articles

Accueil > Actualités > Rroms on the road again

 

Rroms on the road again

1er décembre 2011

Alors que le Conseil de l’Europe vient de condamner la France pour avoir violer la Charte sociale européenne suite aux expulsions de ressortissants Bulgares et Roumains Rroms de l’été 2010, les désintégrations de bidonvilles se poursuivent. A Marseille, trois campements sont en sursis pour quelques jours encore. On fait le point.


 

Dans une quinzaine de jours, le campement de la rue Zoccola ne sera plus. « A la veille de Noël, on va mettre des gens à la rue, alors qu’ils y sont déjà » peste Jean-Paul Kopp, de Rencontres Tsiganes. Une expulsion parmi tant d’autres de bidonvilles rroms, procédure devenue habitude litanique d’une France qui a mal à son identité nationale. Pour preuve, la décision sur ce cas du tribunal administratif, validant le principe de l’évacuation du terrain tout en en repoussant son exécution, et surtout pointant la responsabilité des institutions locales - municipales et communautaires - dans l’envenimement de la situation.

JPEG - 63.6 ko
Le terrain situé rue Zoccola, maintes fois expulsé.

Avant le petit terrain qui donne dos à l’Unité d’hébergement d’urgence de la Madrague et aux puces, dans le XVe arrondissement de Marseille, ceux de Cap Pinède et Plombières ont connu pareil sort. Plus ou moins légalement, plus ou moins violemment. Comme à l’église Saint-Martin d’Arenc où une famille d’une dizaine de membres a essuyé les gaz lacrymogènes des forces de l’ordre, occasionnant chez l’un d’eux une chute, avec pour conséquence une fracture du col du fémur. Les pompiers avaient été appelés par un voisin témoin de la scène. « Nous allons essayer d’alerter le procureur de la République par lettre, pour l’interpeller sur ce qui s’est passé. On ne va pas aller au commissariat porter plainte ! », poursuit le responsable associatif, qui s’interroge sur le lien de causalité entre le préfet de police Alain Gardère qui trinque avec des riverains à l’expulsion de Rroms (« un préfet à l’apéro pour fêter le départ des Rroms », La Provence du 20 novembre), et des fonctionnaires de police qui « se lâchent ». Pour Jean-Paul Kopp en effet, « Alain Gardère donne un mauvais signe à ses troupes qui se disent : c’est bon, sur les Rroms, on peut y aller ». Une entaille dans le pacte républicain que dénonce la section marseillaise des 15/16 de la Ligue des droits de l’Homme rappellant que « suite à l’expulsion scandaleuse, militaro-policière et médiatique, en août dernier, de la porte d’Aix, une élue représentant le maire Jean-Claude Gaudin avait promis la tenue d’une table ronde pour trouver des solutions concrètes à ces expulsions « spectacles » sans solution d’accueil pérenne ».

Marseille n’est pas l’Europe

Ce jeudi 1er décembre doit également tomber la décision de justice concernant un terrain dans le quartier de la Capelette (Xe), avec de fortes probabilités là encore pour qu’une évacuation soit prononcée. Enfin, le campement de fortune vers Capitaine Gèze attend de connaître son destin. Des expulsions collectives - souvent appariées à la distribution d’Obligations de quitter le territoire (OQTF) - qui interviennent tandis que le Conseil de l’Europe vient de condamner mi-novembre la France pour « discrimination », par la voix du Comité européen des droits sociaux (CEDS). En cause, les évacuations massives menées à l’été 2010, après le discours de Grenoble prononcé par le président français Nicolas Sarkozy, et la publication d’une circulaire ciblant particulièrement « les campements de Rroms ». (voir notre frise chronologique).

Dans son rapport au Comité des ministres, le Conseil qui répond à une réclamation déposée fin 2010 par le Centre sur les droits au logement et les expulsions (COHRE) « estime qu’il est démontré en l’espèce que les renvois des Rroms d’origine roumaine et bulgare vers leurs pays d’origine se sont fondés sur la mise en œuvre d’un dispositif discriminatoire visant directement et collectivement ces personnes et familles rroms. [... et] considère que ces retours dits « volontaires » ont en pratique déguisé des retours forcés sous la forme d’expulsions collectives ».

Le gouvernement français s’est défendu de toute ambition discriminatoire arguant « que beaucoup de migrants rroms se trouvent sur le territoire français en situation irrégulière. Par conséquent, lorsque les ressortissants communautaires concernés ne disposent pas des moyens d’existence suffisants pour ne pas devenir [...] une charge pour le système d’assistance sociale de l’État membre d’accueil, ils n’ont pas droit au séjour. Ils peuvent donc faire l’objet de décisions préfectorales d’expulsion. Dans certains cas une prise en charge humanitaire et financière des individus concernés est prévue. Ces règles s’appliquent de la même manière à tous les ressortissants communautaires et donc ne sont pas discriminatoires ». Autre ligne de défense : « ces mesures d’éloignement du territoire poursuivaient le but de maintenir l’ordre public et de sauvegarder la sécurité intérieure sans pour autant viser des populations en raison de leur origine ethnique ».

Un argumentaire auquel le Conseil n’a apparemment pas été sensible, concluant « que les expulsions des Rroms de leurs logements et de la France qui ont eu lieu pendant l’été 2010 constituent une violation de l’article 16 (droit de la famille à une protection sociale, juridique et économique), de l’article 31 (droit au logement) et de l’article 19§8 (droit des travailleurs migrants et de leurs familles à la protection et à l’assistance - garanties relatives à l’expulsion) » de la Charte sociale européenne révisée dont notre pays est signataire.

Si Jean-Paul Kopp regrette que « la condamnation du conseil européen arrive un peu tard, parce que visant des faits qui remontent à l’année dernière », elle pourrait toutefois avoir un impact à court terme sur la politique gouvernementale. Mais l’acteur associatif - qui participait le week-end dernier à Paris à une réunion du réseau RomEurope - ne se fait pas d’illusions : «  les expulsions reprendront très vite ».

- Samedi 3 décembre, sur l’antenne de France 3 Provence Alpes, l’émission de débat La Voix est Libre posera la question de la présence et de la prise en compte des Rroms en France et dans la région. Vous pouvez d’ores et déjà participer aux discussions qui se prolongeront sur le web avec un tchat.

Rapport Conseil Européen Rroms en FranceEuropean Committee of Social Rights

Rapport du Conseil de l’Europe sur les Rroms

 



 

  • "Handala est le témoin de cette ère qui ne mourra jamais"

    On ne dit pas Algériens de France ou en France car ils sont français.

    par Danièle Dubreuil le Août 2014 à 16h46
  • 3es rencontres nationales des luttes de l’immigration (1/4) Saïd Bouamama : « L’impérialisme existe encore »

    Faire des conférences c’est bien mais...
    S Bouamama, un sociologue engagé ? quand on tape son nom sur internet et qu’on voit le nombre de fois qu’il s’est "engagé" en étant.... payé, c’est impressionant. beaucoup de ses travaux sont des réponses à des commandes publiques
    On ne peut pas se dire engagé et en même temps solliciter des fonds publics pour le faire. Ce pseudo sociologue engagé est en rélaité engagé pour ses fins de mois et pendant ce temps, nous on pointe au chômage

    par Hakim le Janvier 2015 à 10h09
  • Marseille : la Ville communique sur sa lutte contre l’habitat indigne

    bjr il suffit de venir au parc kalliste voir dans quel l’etas sont les appartement de marseille ,ils les laisse se dégrader ,ils n’ont méme pas pris la peinne de fermer les volets de certain d’entre eux sachant qu’ils risque de tombé a tous moment surtou quand le vent souffle ,puis apres c’est facile de demander de classé le batiment en carence !!!!mdr !!!

    par delaval le Décembre 2014 à 10h36
  • Les Algériens de France veulent créer leur lobby

    la question est : pourquoi Algérien en France alors que chacun pense que l’union du Maghreb est une bonne idée pour ces pays, même si cela ne marche pas actuellement.

    ce serait un bon signe des Maghrébins de France, non ?

    par Said le Octobre 2007 à 09h11

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 2 décembre

     

    François Hollande : "j’ai décidé de ne pas être candidat à l’élection présidentielle"

    Voici le discours du 1er décembre : Mes chers compatriotes, Je m’adresse à vous ce soir pour vous faire connaître la décision que j’ai prise, dans la perspective de la prochaine élection présidentielle. Depuis mai 2012, c’est-à-dire la date à partir de laquelle je suis devenu Président de la République, j’ai agi avec les gouvernements de Jean-Marc AYRAULT et de Manuel VALLS pour redresser la France et la rendre plus juste. Aujourd’hui, au moment où je m’exprime, les comptes publics sont assainis, la Sécurité sociale est à l’équilibre et la dette du pays a été préservée. J’ai également voulu que notre modèle social puisse être conforté parce que c’est notre bien commun. Je l’ai même élargi pour permettre (...)

     

  • 8 novembre

     

    Marseille, affaire Eva Doumbia : Relaxe demandée pour le directeur de Théatre accusé de racisme.

    Le 22 mai 2015 Michel André, alors directeur du Théatre de la cité, aurait insulté Eva Doumbia : « T’es pas baisable, t’es une black de merde ». Des amabilités attestées par au moins une témoin. Aujourd’hui, mardi 8 novembre, avait lieu le jugement de l’affaire au tribunal correctionnel. Un évenement pas suffisamment relayé sur Marseille à tel point que, nous même, journal spécialisé n’avons été sauvé du loupé que par notre confrère du courrier de l’Atlas, Nadir Dendoune... depuis Paris ! (Nous apprendrons ensuite qu’Eva Doumbia n’avait pas voulu médiatiser le procès). Pour suivre cette intéressante affaire, ayant eu l’info à la dernière minute, nous ne nous étions pas organisés en cas d’audience tardive... (...)

     

  • 3 septembre

     

    Migrations, à Menton aussi…

    Cette fois-ci le GISTI (Groupe d’information et de soutien des immigré·e·s) nous signale qu’un chauffeur de car affilié au syndicat CNT-SO (Confédération Nationale des Travailleurs - Solidarité Ouvrière) a refusé d’obéir à une réquisition du préfet des Alpes-Maritimes qui lui intimait l’ordre de reconduire des migrants refoulés en territoire italien. Le chauffeur demandant la présence d’un contrôleur a empêché l’opération arguant que ces gens risquaient d’être renvoyés dans leurs pays et internés dans des camps où l’insalubrité est de mise. Réponse vive de la part des employeurs et des pouvoirs publics. Ce fait risque de se reproduire, étant sous le régime de l’état d’urgence les personnels réquisitionnés ont-ils un (...)

     

  • 3 septembre

     

    Caseneuve : La France veut en finir avec la « jungle » de Calais

    Bernard Cazeneuve en visite à Calais à la rencontre des habitants, des autorités, des collectivités locales et du monde de l’entreprise annonce que le gouvernement veut en finir avec le campement de la lande et cela en une seule action, sans préciser la date du début de l’opération. Il réaffirme la solidarité de la nation avec le Calaisie et annonce des soutiens au monde économique impacté par l’afflux des migrants. Après un comptage précis c’est 6900 migrants présents contre 3500 il y a quelques mois. Il fait le compte des fonctionnaires affectés à la sécurisation du site et des alentours : 630 CRS, 1900 policiers, 38 gendarmes locaux, 597 agents de la police des frontières. Il dénonce toute faiblesse de (...)

     

  • 2 septembre

     

    BFM, I TELE ET LCI ONT DESORMAIS UN NOUVEAU CONCURRENT : FRANCETVINFO !

    La nouvelle chaîne du service publique, FranceInfo, débarque sur le canal 27 de la tnt. Elle est devenue, ce jeudi 1er septembre à 20h00 précises, la quatrième chaine d’information en continu, aprés BFM TV, ITELE et LCI. Autour de 2% d’audience, BFM TV est incontestablement leader de l’information en continu : plus de 300 journalistes et 60 millions d’euros de budget en 2016. Comment FranceInfo compte elle se demarquer des autres chaînes d’information en continu ? Fini le sensationnalisme, FranceInfo souhaite se centrer sur un contenu plus large et parie sur la complementarité des supports. Elle est aussi la seule chaîne sans publicité. Pour en savoir plus : (...)

     

  • 30 août

     

    Le maire Corse qui voulait virer les arabes est mort, il était armé.

    Charles-Antoine Casanova, le maire de Guarguale en Corse qui "voulait exclure les maghrébins" de Sisco, parce que disait-il, les bons pouvaient payer pour les mauvais... Mais lui, pour qui roulaient-ils ? De nombreux commentaires sarcastique lui ont servi d’oraison funèbre dans les réseaux sociaux tenus par des militants anti racistes. L’un deux, un corse humaniste, a commenté : ¨Pourquoi penser à mal, : les 104000 euros c’était pour offrir un repas halal, malheureusement il s’est planté à cause d’une roue... Voilée ! Plus d’infos : (...)

     

  • 19 août

     

    Revu d’infos du local au Global au 19/08. Par Michel Bonelli

    Je reprends ma chronique dont la dernière édition date du milieu du mois de juillet au moment de l’attentat de Nice et du putsch en Turquie. Un regard chronologique sur un monde qui se porte mal et dont l’espace méditerranéen est au bord du chaos. Là où sont nées bien des civilisations des hommes s’affrontent. Dieu, le pétrole, les rivalités des nations tout est bon pour maintenir une situation dramatique dont personne ne voit le début d’une quelconque amélioration. Paralysie des politiques et peur qui monte d’un côté, conflits sans fin et exode des populations de l’autre. A qui profite les crimes mais au moins si une faction en profitait, si un grand complot existait cela nous rassurerait presque sur (...)

     

  • 24 juillet

     

    L’humanitaire français Moussa est enfin libre !

    L’humanitaire Français Moussa Ibn Yacoub est définitivement libre et va pouvoir rentrer en France. Le jeune homme de 28 ans avait été arrêté le 22 décembre 2015, dans le district de Cox’s Bazar dans le sud du Bangladesh au cours d’une mission de l’ONG Barakacity, venant en aide au Rohingyas. Après plusieurs mois de détention, dans des conditions très difficiles, et de multiples reports d’audience, depuis sa mise en liberté conditionnelle au mois de mars dernier, Moussa a enfin été innocenté. En effet, accusé "d’activités suspectes", il risquait jusqu’à dix ans de prison selon le code pénal bangladais. Ce dimanche 24 juillet, toutes les charges ont été abandonnées. Comme nous l’avait précisé son avocat dans (...)

     

  • 17 juillet

     

    Attentat de Nice : le père du tueur évoque ses troubles psychiatriques

    Jeudi 14 juillet 2016, il est 22h45. Alors que des milliers de personnes étaient venues assister au feux d’artifice sur la Promenade des Anglais, à Nice, un camion de 19 tonnes réussit à pénétrer une zone réservée aux piétons et fonce dans la foule sur 2 km. Le chauffard sort ensuite son pistolet et tire à plusieurs reprises. Dans sa course folle, il tue 84 personnes, et en blesse plusieurs dizaines. Comment un tel drame a t il pu se produire alors que la France est en plein état d’urgence ? Comment a t il pu pénétrer cette zone interdite a la circulation alors que les forces de l’ordre étaient présentes ? De nombreuses questions restent en suspens. L’auteur présumé de cette tuerie serait Mohamed (...)

     

  • 16 juillet

     

    Suivi de la situation en Turquie

    Turquie, ce matin à 10h45 Le gouvernement Erdogan semble reprendre la main. Des militaires ont été arrêtés mais une nouvelle fois le peuple turc a payé le prix du sang. Je n’ai aucune sympathie pour cet islamo-conservateur démagogue mais je respecte le choix des turcs qui lui ont donné une majorité pour gouverner. Mais la guerre contre les kurdes doit trouver une solution négociée et les autorités qui ont le poids suffisant peuventt ramener la paix dans la région. Le Moyen-Orient est à la croisée des chemins, aux démocrates et aux forces politiques de cette partie du monde de régler leurs problèmes en limitant les influences extérieures. Paix en Turquie et fraternité avec son peuple, je pense aux (...)

     

Articles récents

Articles au hasard