Articles

Accueil > Actualités > Soirée de solidarité pour les Rroms, la population répond présente

 

Soirée de solidarité pour les Rroms, la population répond présente

2 mars 2012

En l’honneur des familles Rroms préoccupées chaque jour par une situation drastique qui leur est imposée, des élans de solidarité et de reconnaissance s’organisent pour tenter d’apporter dans leur quotidien un peu d’aménité. Pour l’occasion, c’est aux côtés de la Fondation Abbé Pierre, de l’Ampil et Med’in Marseille avec le soutien de la Région Provence Alpes Côte d’Azur, que s’est déroulée la « Soirée de solidarité avec les Rroms » au théâtre Toursky. Un moment riche en événements articulé notamment par une exposition du photographe humaniste Kamar Idir, un film-documentaire en pleine immersion dans le quotidien des Rroms et une création de danse et de musique avec la Compagnie Mémoires Vives.


 

Associatifs, militants, simples habitants ou élus, se sont retrouvés mercredi soir au théâtre Toursky pour honorer la soirée de solidarité pour les Rroms et, par leur présence, témoigner de leur soutien. Au-delà du simple mouvement de fraternité, ce rassemblement a eu une visée pédagogique, celle de la connaissance et de l’empathie. L’exposition « Les Gitans à Marseille », du photographe Kamar Idir présente un intérêt documentaire autant qu’artistique. Elle met son public face à une réalité, celle de l’exclusion et de la précarité de personnes qui ne sont que des Hommes. Mais ces clichés tendent plus vers une invitation à la découverte d’un mode de vie, loin du misérabilisme. La profondeur du noir et blanc et la force de la lumière invitent le regard à faire connaissance, se rapprocher et parfois même s’immiscer au sein d’une population, trop longtemps écartée, ici même, le camp de gitans Ruisseau Mirabeau à Marseille.

JPEG - 64 ko
L’exposition « Les Gitans à Marseille »

Si les actions du quotidien laissent sous-entendre un mépris pour la population Rroms, le manque de chaises pour la diffusion du film-documentaire « Les Rroms, comme les autres, des Hommes », a prouvé que les consciences s’éveillaient et que la cause n’était pas perdue. Fin 2010, Med’in Marseille a suivi, pendant plusieurs mois, trois des dix familles Rroms à qui, après maintes montagnes déplacées par le tissu associatif, une main avait été tendue. Le délégué du préfet de l’époque, Christophe Reynaud, avait proposé un projet d’insertion sociale pour dix familles, confié à l’Association méditerranéenne d’insertion par le logement (AMPIL), qui avaient été logées dans le diffus et à qui avaient été délivrés des titres de séjour provisoire. Ce film, produit par l’AMPIL et la Fondation Abbé Pierre, a pour vocation, de « montrer que des familles qui sortent d’un squat pour aller dans un logement durable, c’est possible » a précisé Kader Atia de l’AMPIL. Seulement, comme l’a rappelé à juste titre Fathi Bouaroua, « le travail qui avait été engagé avec ces familles, c’était avant le discours de Grenoble et donc, (après cette allocution) tout ce qui avait été fait a été détruit. Avant ce discours, la volonté de la préfecture était à l’insertion et avait donné des moyens pour ces personnes. Ensuite, la situation a complètement basculé ». Une situation durant cette dernière année, qui n’a été que le miroir d’une politique discriminatoire menée par le gouvernement sortant.

JPEG - 37.1 ko
Kader Atia (Ampil) et Fathi Bouaroua (Fondation Abbé Pierre)

Chaque intervenant, de la Mission Roms de l’Ampil à la Fondation Abbé Pierre ont exposé leur combat journalier. Un combat pour la Mission Roms qui débute par l’accompagnement de ces familles pour qu’elles soient reçues dignement et qu’elles aient un accès au droit, et qui passe par ce projet habitat et la permanence. Après une rétrospective de cette dernière année où plus d’expulsions ont été intentées que de solutions, Patrick Mennucci maire du premier secteur de Marseille, a rappelé que « la seule solution pour cette affaire » était toujours et encore « la tenue de cette table-ronde », tant attendue et espérée. Une première idée avait été avancée, celle « de se mettre sur une système de répartition (des familles Rroms) dans la ville, où chaque secteur aurait la responsabilité de prendre en charge un certain nombre de familles permettant, de ce fait, une intégration plus rapide, telle qu’elle a été prouvée dans le film ». Le Conseil municipal a rejeté l’idée. Difficile de prendre des décisions, notamment en période électorale, lorsque l’on sait, comme le précise le candidat PS aux législatives, que « 70 à 80% des Français ne veulent pas de Rroms […] et qu’en tant qu’élus, nous sommes soumis à de très fortes pressions de la population ». Faut-il préciser aux 80% que ces populations Rroms sont eux aussi depuis 2007, des citoyens européens ? Jean-Marc Coppola du Front de gauche, suit régulièrement les actions menées envers la population Rrom. Après plusieurs rassemblements dont le dernier en date, en Préfecture, la délégation avait rappelé au préfet son engagement « pour commencer l’intégration d’une cinquantaine de familles, c’est à dire que l’Etat s’engageait à travailler sur la question de l’emploi, du logement, de l’éducation, de la santé. On va relancer cette démarche dès demain ». A bon escient, le candidat aux législatives a rappelé « que les droits de l’homme sont universels et qu’ils doivent être respectés ».

JPEG - 90.5 ko
Patrick Mennucci et Jean-Marc Coppola

Pour l’occasion, le Secours Catholique de Toulon a fait le déplacement avec huit personnes. Ionut Stan, médiateur et animateur en région PACA de l’association, a exposé une situation sur place beaucoup moins discriminatoire avec des projets qui ont été mis en place dès 2004 : « on a eu un projet pilote avec six familles qui visait à les accompagner socialement, à mettre en place une insertion professionnelle par l’instauration de projets économiques, et visant à améliorer l’habitat. On s’est mis en contact avec l’association Caritas blaj (en Roumanie) qui nous a permis d’accompagner et de garder le lien avec les familles en Roumanie et en France. Aujourd’hui, trois familles sont reparties en Roumanie : elles ont une maison et une mini ferme agricole ». Étrangement, la situation à 64 km de la Cité Phocéenne est à l’opposé de la persécution vécue ici.

JPEG - 65.3 ko
« Samudaripen : le génocide des Tziganes », création de 2010. Direction artistique et mise en scène de Yan Gilg, direction artistique de Mickaël Stöll

Le spectacle « Samudaripen : le génocide des Tziganes » mêlant danse hip-hop, slam et jazz manouche, a dévoilé de sombres pages de l’histoire. Cette création de la compagnie Mémoires Vives met en scène cinq danseurs, trois musiciens et un slameur qui retracent l’internement, la déportation et l’extermination des Tziganes internés par Vichy, durant la seconde guerre mondiale. Entre la bande sonore et les effets de lumières, le public a ouvert les yeux sur un spectacle abouti et maîtrisé, véritable clou de la soirée.

 



Ecrire un commentaire

 

  • "Handala est le témoin de cette ère qui ne mourra jamais"

    On ne dit pas Algériens de France ou en France car ils sont français.

    par Danièle Dubreuil le 30 août à 16h46
  • Marseille : la Ville communique sur sa lutte contre l’habitat indigne

    bjr il suffit de venir au parc kalliste voir dans quel l’etas sont les appartement de marseille ,ils les laisse se dégrader ,ils n’ont méme pas pris la peinne de fermer les volets de certain d’entre eux sachant qu’ils risque de tombé a tous moment surtou quand le vent souffle ,puis apres c’est facile de demander de classé le batiment en carence !!!!mdr !!!

    par delaval le 3 décembre à 10h36
  • Les Algériens de France veulent créer leur lobby

    la question est : pourquoi Algérien en France alors que chacun pense que l’union du Maghreb est une bonne idée pour ces pays, même si cela ne marche pas actuellement.

    ce serait un bon signe des Maghrébins de France, non ?

    par Said le Octobre 2007 à 09h11

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 17 décembre

     

    Cazeneuve comdamne les propos de Zemmour sur la déportation des musulmans

    Le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a condamné "avec une extrême fermeté" les propos tenus par Eric Zemmour sous-entendant un éventuelle déportation des musulmans de France dans leur pays d’origine. Dans un entretien au Corriere della Sera, Eric Zemmour estime que les musulmans "vivent entre eux, dans les banlieues", que "les Français ont été obligés de les quitter". Et d’affirmer que "cette situation d’un peuple dans le peuple, des musulmans dans le peuple français, nous conduira au chaos et à la guerre civile". A la question "mais alors que suggérez-vous de faire : déporter 5 millions de musulmans français ?", le polémiste répond : "Je sais, c’est irréaliste, mais l’histoire est surprenante. (...)

     

  • 17 décembre

     

    Le Pakistan rétablit la peine de mort dans le cas de terrorisme

    Au lendemain de la sanglante attaque perpétrée par les talibans dans une école d’enfants soldats, le Pakistan a annoncé qu’il levait son moratoire sur la peine de mort dans les cas de terrorisme. Au moins 141 personnes dont 132 écoliers ont trouvé la mort. Le Monde

     

  • 17 décembre

     

    Carlotti mise en examen pour injure raciale

    La députée socialiste des Bouches-du-Rhône, Marie-Arlette Carlotti a été mise en examen, le 11 décembre pour injure publique à caractère racial. Durant l’inauguration de son local de campagne le 25 janvier 2014, elle aurait déclaré, à propos d’Hacen Boukhelifa - qui n’avait pas assez de parrainages pour se présenter au primaire de l’automne- : "j’ai déjà un candidat arabe de la diversité sur ma liste. Il n’a qu’à aller voir Samia Ghali pour qu’elle le prenne sur sa liste dans les quartiers nord". France 3

     

  • 16 décembre

     

    Rassemblement Contre la réduction de la carte pour une vraie politique d’éducation prioritaire fondée sur des moyens supplémentaires, le 16 décembre

    Rassemblement contre la réduction de la carte pour une vraie politique d’éducation prioritaire fondée sur des moyens supplémentaires Appel intersyndical de la CGT / CNT-SO / SUD Éducation 13 avec les personnels grévistes des établissements et écoles réunis en assemblée générale suite au rassemblement du 9 décembre à la Bourse du Travail, les organisations exigent : « – Une seule éducation prioritaire construite dans un réseau cohérent de la maternelle au lycée. – Aucune sortie du dispositif – Un financement spécifique pérenne et non à moyens constants : des brigades spécifiques dans le 1er degré, des heures de DHG en plus dans le second et des créations de postes pour répondre à ces besoins – Des effectifs (...)

     

  • 16 décembre

     

    Attaque meurtrière au Pakistan

    C’est une scène d’horreur qui s’est produite ce mardi matin au Pakistan. L’école militaire de Peshawar a été prise d’assaut par le Mouvement des talibans du Pakistan (TTP), retenant environ 500 écoliers et professeurs. Malgré l’intervention rapide de l’armée, selon un dernier bilan, l’assaut a fait au moins 95 morts, dont 82 enfants. Des assaillants sont toujours dans l’école. Francetv info

     

  • 16 décembre

     

    Le discours de François Hollande sur l’immigration

    François Hollande a tenu, lundi, un discours trèsattendu sur l’immigration. Le chef de l’Etat est notamment revenu sur l’une de ses propositions de campagne, le droit de vote aux étrangers : "J’y suis pour ma part favorable" a t-il admis en appelant désormais aux "forces républicaines de l’opposition". Il a également évoqué le sort des Chibanis - vieux migrants - : " la loi vieillissement ouvrira la naturalisation à tous les étrangers âgés de plus de 65 ans qui ont vécu plus de 25 ans en France". Vidéo du discours disponible sur Le (...)

     

  • 16 décembre

     

    Hollande présente son nouveau plan de rénovation urbaine. 9 quartiers de Marseille sont concernés

    François Hollande a lancé lundi, dans le cadre de l’Agence nationale de rénovation urbain (ANRU), son nouveau programme de rénovation urbaine consacré à 200 quartiers d’intérêt national. Pour y travailler, un budget de 5 milliard d’euros a été alloué sur 10 ans. L’Etat évalue à 20 milliards d’euros l’effet de levier soit 240 000 emplois potentiellement soutenus. Le dernier programme avait été impulsé par Jean-Louis Borloo en 2003 dans 500 quartiers du pays. Le plan de rénovation urbaine retient neuf quartiers de Marseille : Centre Nord / Saint-Mauront Air Bel Saint-Paul / Malpassé / Oliviers / Lilas / Lauriers Frais Vallon / La Rose Les Flamants / Saint-Barthélémy / Font Vert Saint-Antoine / La (...)

     

  • 15 décembre

     

    solidarité avec Abdellah, élève de la Cabucelle, devant le JLD

    Abdellah K., lycéen marseillais de 18 ans, toujours au centre de rétention. Il risque l’expulsion ! Abdellah est algérien, élève en CAP Menuiserie au Lycée professionnel privé La Cabucelle, à Marseille. Il a été arrêté mardi 10 décembre à Gap, alors qu’il s’occupait d’un copain en détresse. Il est d’abord allé au commissariat pour demander de l’aide pour son copain, on lui a répondu que ce n’était pas leur rôle. Ils sont allés à l’hôpital. Pendant que le jeune était pris en charge, Abdellah s’est fait contrôler et embarquer. Le préfet des Hautes Alpes lui a délivré une obligation à quitter le territoire. Conduit au centre de rétention de Marseille, il risque l’expulsion. Abdallah est arrivé seul en France, (...)

     

  • 10 décembre

     

    Un ministre palestinien tué par l’armée israélienne

    Ziad Abou Ein est décédé mercredi 10 décembre alors qu’il participait à une manifestation en Cisjordanie occupée contre la confiscation des terres palestiniennes. Les troupes israéliennes, qui étaient sur place pour veiller à la dispersion de la foule, ont fait usage de gaz lacrymogène et plus, puisque l’homme chargé du dossier de la colonisation au sein de l’Autorité palestinienne a été retrouvé mort. Selon Le Monde, Ziad Abou Ein aurait été frappé au torse avec des crosses de fusils et des casques.

     

  • 10 décembre

     

    Concours France 3 : "Filme ton quartier !"

    "Vous connaissez toute l’histoire de votre quartier, votre ville, ou votre village. Vous l’aimez ? Vous le détestez ? L’image de votre quartier dans les médias ne vous convient pas ? France 3 lance un grand concours et vous propose de prendre la parole, votre caméra et de filmer votre quartier, tel que Vous le voyez … En 3 minutes 30 !" Un jury retiendra 10 films qui seront diffusés sur France 3. Le premier prix remportera la somme de 7 000 euros d’aides à l’écriture et 3 000 euros d’achat de droits de diffusion sur France 3 régional et national. Les 9 autres recevront les 3 000 de droits de diffusion. Plus d’infos sur le site de France (...)

     

Articles récents

Articles au hasard