Articles

Accueil > Actualités > Soirée de solidarité pour les Rroms, la population répond présente

 

Soirée de solidarité pour les Rroms, la population répond présente

2 mars 2012

En l’honneur des familles Rroms préoccupées chaque jour par une situation drastique qui leur est imposée, des élans de solidarité et de reconnaissance s’organisent pour tenter d’apporter dans leur quotidien un peu d’aménité. Pour l’occasion, c’est aux côtés de la Fondation Abbé Pierre, de l’Ampil et Med’in Marseille avec le soutien de la Région Provence Alpes Côte d’Azur, que s’est déroulée la « Soirée de solidarité avec les Rroms » au théâtre Toursky. Un moment riche en événements articulé notamment par une exposition du photographe humaniste Kamar Idir, un film-documentaire en pleine immersion dans le quotidien des Rroms et une création de danse et de musique avec la Compagnie Mémoires Vives.


 

Associatifs, militants, simples habitants ou élus, se sont retrouvés mercredi soir au théâtre Toursky pour honorer la soirée de solidarité pour les Rroms et, par leur présence, témoigner de leur soutien. Au-delà du simple mouvement de fraternité, ce rassemblement a eu une visée pédagogique, celle de la connaissance et de l’empathie. L’exposition « Les Gitans à Marseille », du photographe Kamar Idir présente un intérêt documentaire autant qu’artistique. Elle met son public face à une réalité, celle de l’exclusion et de la précarité de personnes qui ne sont que des Hommes. Mais ces clichés tendent plus vers une invitation à la découverte d’un mode de vie, loin du misérabilisme. La profondeur du noir et blanc et la force de la lumière invitent le regard à faire connaissance, se rapprocher et parfois même s’immiscer au sein d’une population, trop longtemps écartée, ici même, le camp de gitans Ruisseau Mirabeau à Marseille.

JPEG - 64 ko
L’exposition « Les Gitans à Marseille »

Si les actions du quotidien laissent sous-entendre un mépris pour la population Rroms, le manque de chaises pour la diffusion du film-documentaire « Les Rroms, comme les autres, des Hommes », a prouvé que les consciences s’éveillaient et que la cause n’était pas perdue. Fin 2010, Med’in Marseille a suivi, pendant plusieurs mois, trois des dix familles Rroms à qui, après maintes montagnes déplacées par le tissu associatif, une main avait été tendue. Le délégué du préfet de l’époque, Christophe Reynaud, avait proposé un projet d’insertion sociale pour dix familles, confié à l’Association méditerranéenne d’insertion par le logement (AMPIL), qui avaient été logées dans le diffus et à qui avaient été délivrés des titres de séjour provisoire. Ce film, produit par l’AMPIL et la Fondation Abbé Pierre, a pour vocation, de « montrer que des familles qui sortent d’un squat pour aller dans un logement durable, c’est possible » a précisé Kader Atia de l’AMPIL. Seulement, comme l’a rappelé à juste titre Fathi Bouaroua, « le travail qui avait été engagé avec ces familles, c’était avant le discours de Grenoble et donc, (après cette allocution) tout ce qui avait été fait a été détruit. Avant ce discours, la volonté de la préfecture était à l’insertion et avait donné des moyens pour ces personnes. Ensuite, la situation a complètement basculé ». Une situation durant cette dernière année, qui n’a été que le miroir d’une politique discriminatoire menée par le gouvernement sortant.

JPEG - 37.1 ko
Kader Atia (Ampil) et Fathi Bouaroua (Fondation Abbé Pierre)

Chaque intervenant, de la Mission Roms de l’Ampil à la Fondation Abbé Pierre ont exposé leur combat journalier. Un combat pour la Mission Roms qui débute par l’accompagnement de ces familles pour qu’elles soient reçues dignement et qu’elles aient un accès au droit, et qui passe par ce projet habitat et la permanence. Après une rétrospective de cette dernière année où plus d’expulsions ont été intentées que de solutions, Patrick Mennucci maire du premier secteur de Marseille, a rappelé que « la seule solution pour cette affaire » était toujours et encore « la tenue de cette table-ronde », tant attendue et espérée. Une première idée avait été avancée, celle « de se mettre sur une système de répartition (des familles Rroms) dans la ville, où chaque secteur aurait la responsabilité de prendre en charge un certain nombre de familles permettant, de ce fait, une intégration plus rapide, telle qu’elle a été prouvée dans le film ». Le Conseil municipal a rejeté l’idée. Difficile de prendre des décisions, notamment en période électorale, lorsque l’on sait, comme le précise le candidat PS aux législatives, que « 70 à 80% des Français ne veulent pas de Rroms […] et qu’en tant qu’élus, nous sommes soumis à de très fortes pressions de la population ». Faut-il préciser aux 80% que ces populations Rroms sont eux aussi depuis 2007, des citoyens européens ? Jean-Marc Coppola du Front de gauche, suit régulièrement les actions menées envers la population Rrom. Après plusieurs rassemblements dont le dernier en date, en Préfecture, la délégation avait rappelé au préfet son engagement « pour commencer l’intégration d’une cinquantaine de familles, c’est à dire que l’Etat s’engageait à travailler sur la question de l’emploi, du logement, de l’éducation, de la santé. On va relancer cette démarche dès demain ». A bon escient, le candidat aux législatives a rappelé « que les droits de l’homme sont universels et qu’ils doivent être respectés ».

JPEG - 90.5 ko
Patrick Mennucci et Jean-Marc Coppola

Pour l’occasion, le Secours Catholique de Toulon a fait le déplacement avec huit personnes. Ionut Stan, médiateur et animateur en région PACA de l’association, a exposé une situation sur place beaucoup moins discriminatoire avec des projets qui ont été mis en place dès 2004 : « on a eu un projet pilote avec six familles qui visait à les accompagner socialement, à mettre en place une insertion professionnelle par l’instauration de projets économiques, et visant à améliorer l’habitat. On s’est mis en contact avec l’association Caritas blaj (en Roumanie) qui nous a permis d’accompagner et de garder le lien avec les familles en Roumanie et en France. Aujourd’hui, trois familles sont reparties en Roumanie : elles ont une maison et une mini ferme agricole ». Étrangement, la situation à 64 km de la Cité Phocéenne est à l’opposé de la persécution vécue ici.

JPEG - 65.3 ko
« Samudaripen : le génocide des Tziganes », création de 2010. Direction artistique et mise en scène de Yan Gilg, direction artistique de Mickaël Stöll

Le spectacle « Samudaripen : le génocide des Tziganes » mêlant danse hip-hop, slam et jazz manouche, a dévoilé de sombres pages de l’histoire. Cette création de la compagnie Mémoires Vives met en scène cinq danseurs, trois musiciens et un slameur qui retracent l’internement, la déportation et l’extermination des Tziganes internés par Vichy, durant la seconde guerre mondiale. Entre la bande sonore et les effets de lumières, le public a ouvert les yeux sur un spectacle abouti et maîtrisé, véritable clou de la soirée.

 



 

  • "Handala est le témoin de cette ère qui ne mourra jamais"

    On ne dit pas Algériens de France ou en France car ils sont français.

    par Danièle Dubreuil le Août 2014 à 16h46
  • 3es rencontres nationales des luttes de l’immigration (1/4) Saïd Bouamama : « L’impérialisme existe encore »

    Faire des conférences c’est bien mais...
    S Bouamama, un sociologue engagé ? quand on tape son nom sur internet et qu’on voit le nombre de fois qu’il s’est "engagé" en étant.... payé, c’est impressionant. beaucoup de ses travaux sont des réponses à des commandes publiques
    On ne peut pas se dire engagé et en même temps solliciter des fonds publics pour le faire. Ce pseudo sociologue engagé est en rélaité engagé pour ses fins de mois et pendant ce temps, nous on pointe au chômage

    par Hakim le 20 janvier à 10h09
  • Marseille : la Ville communique sur sa lutte contre l’habitat indigne

    bjr il suffit de venir au parc kalliste voir dans quel l’etas sont les appartement de marseille ,ils les laisse se dégrader ,ils n’ont méme pas pris la peinne de fermer les volets de certain d’entre eux sachant qu’ils risque de tombé a tous moment surtou quand le vent souffle ,puis apres c’est facile de demander de classé le batiment en carence !!!!mdr !!!

    par delaval le Décembre 2014 à 10h36
  • Les Algériens de France veulent créer leur lobby

    la question est : pourquoi Algérien en France alors que chacun pense que l’union du Maghreb est une bonne idée pour ces pays, même si cela ne marche pas actuellement.

    ce serait un bon signe des Maghrébins de France, non ?

    par Said le Octobre 2007 à 09h11

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 29 juillet

     

    Les archives de l’état civil algérien pendant la période coloniale de 1830-1913 ouverts

    les Archives nationales d’outre-mer (ANOM) ont pour mission la conservation, la communication et la collecte des archives de l’expansion coloniale française. De 1830 à 1962 les registres d’état civil dit européen ont été établis en deux exemplaires selon la règle métropolitaine. Lors de l’accession de l’Algérie à l’indépendance, ces registres sont restés en Algérie où ils sont conservés. Le ministère des Affaires étrangères a entrepris entre 1967 et 1972 la reproduction sur microfilm d’une partie de ces registres, environ les deux tiers. Certaines communes manquent en totalité et d’autres sont incomplètes. Ce sont ces microfilms qui ont fait l’objet d’une numérisation. A l’initiative du ministère de la (...)

     

  • 28 juillet

     

    Il y a des anniversaires à ne pas fêter

    Pendant que le Moyen-Orient se désagrège en Israël ou si vous préférez en Palestine occupée les juifs intégristes continuent leurs tristes mascarades. Ils fêtaient il y a peu un anniversaire sous une forme légèrement provocatrice, laissons nous aller à une comparaison : " je dirai à la Sharon, pas Tate mais Ariel le comateux", l’anniversaire de la destruction du Temple par le vilain Titus en 70 après JC. Toujours pleins d’idées, de papillotes et pour certains vêtus de noir, noir c’est noir, il n’y a plus d’espoir, ils avaient décidé pour l’occasion de venir prier sur l’esplanade des mosquées histoire de mettre l’ambiance. Le bon peuple palestinien habilement prévenu s’est donc interposé. Résultat, la baston (...)

     

  • 28 juillet

     

    Je fume, tu fumes, nous fumons

    Vendredi 24 juillet dans La Provence à la une : « Ils fument deux fois plus de cannabis que dans le nord – Les ados provençaux toujours plus accros » Aujourd’hui la police saisit 6 tonnes de cette substance prohibée grâce à une enquête rondement menée en collaboration avec le Maroc et l’Espagne. Elle est pas plus belle la vie ! Six tonnes prises, mais combien fumées. Vieux problème du chiffre noir dans la délinquance comme d’habitude. Le titre de la semaine passée faisait référence à une étude menée par l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies avec 26 351 ados de 17 ans ayant répondu anonymement à un questionnaire qui ne mentionnait pas la demande expresse du nom de votre dealer, son mobile et (...)

     

  • 27 juillet

     

    L’affaire du bikini de Reims déchaîne les réseaux sociaux

    L’article paru aujourd’hui sur le site 20 minutes illustre parfaitement, le déchaînement des réseaux sociaux dans l’affaire dite du bikini de Reims, même si le "caractère religieux" a été écarté très tôt par les autorités et notamment par le maire de Reims, rien à faire, le doute a envahi la toile et l’hypothèse de la milice religieuse prend de plus en plus d’ampleur ! Pour les différentes captures d’écran, vous pouvez lire l’article de 20 minutes en suivant le lien

     

  • 26 juillet

     

    Quand une collectivité locale et ses habitants s’habituent en l’enkystement de la misère dans la cité

    Ce 24 Juillet, à 6h05 le Bataillon de marins-pompiers de Marseille est intervenu sur un feu de baraquements dans un camp de Rom sauvage, installé sur les abords de l’autoroute A7 aux Arnavaux au niveau du Boulevard Danielle Casanova. Danielle Casanova héroïque résistante en son temps ne supporterait pas nos dérives actuelles et l’impuissance de nos édiles, elle qui se leva contre l’occupant nazi. Marseille au XXIème siècle c’est Les Terrasses du Port où il fait bon respirer les émanations de gas-oil des bateaux manœuvrant et la multiplication des installations sauvages de pauvres erres qui deviennent nos nomades d’arrondissements nos voyageurs de quartiers en quartiers. Les pouvoirs publics déjà peu (...)

     

  • 23 juillet

     

    Angélique Schaller, le point sur le débat législatif sur le droit des étrangers

    Saluons l’excellente analyse d’Angélique Schaller dans la Marseillaise du 22 juillet qui fait le point sur le travail que le législateur vient d’entamer sur le droit des étrangers, sujet explosif dans les temps que nous vivons. Elle pointe le durcissement à venir en opposition avec le changement annoncé pendant la campagne présidentielle qui promettait de rosir au plus vite une situation bien noire. Moi président… bon ne salons pas trop des plaies encore à vif. Le texte en discussion reprend les peurs habituelles : obsession de la fraude logique du contrôle ce qui éloigne toutes les tentatives d’humanisation des procédures. Là où on espérait un raccourcissement des délais et une simplification (...)

     

  • 22 juillet

     

    L’entrée en France interdite pour les algériens détenteurs des anciens passeports

    Une note affichée par la compagnie battant pavillon national Air Algérie sème la panique au sein des voyageurs algériens. Selon cette note, les anciens passeports algériens, toujours en cours de validité, ne seront plus acceptés sur le territoire français et européen ! En clair, les Algériens qui ne sont pas détenteurs du passeport biométrique ne pourront plus voyager en France et partout en Europe. Lire la suite sur le site Algérie Focus

     

  • 22 juillet

     

    Le monopole du RSI remis en cause par le MLPS

    Le Mouvement pour la liberté de la protection sociale « MLPS » qui regroupe des commerçants, entrepreneurs et professions libérales, revendique la liberté de choisir son organisme de sécurité social pour l’assurance maladie et la retraite, conformément aux directives européennes retranscrites en droit français et au droit français lui-même. Le régime social des indépendants se trouve malmené ces temps-ci, en effet, les usagés excédés par le RSI ont décidé de se regrouper au sein de ce mouvement et ils ont décidé d’assigner le régime en justice, dans un jugement rendu public en décembre le Tribunal de Grande Instance de Nice considère le RSI comme une simple mutuelle - et non le régime légal, autrement dit (...)

     

  • 21 juillet

     

    La première rue Yasser Arafat en France

    Dans un article paru hier sur le site de BFM, nous apprenons que les élus de la droite de la ville de la Seyne-sur-mer sous vent debout contre le conseil municipal à majorité socialiste, qui a décidé de baptiser une des artères de la ville du nom de l’ancien leader Palestinien Yasser Arafat, la rue en question est située dans le quartier populaire Berthe. Pour l’élu de l’opposition Jean-Pierre Colin « Si demain un comité de quartier nous propose un rond-point Mohamed Merah, on va dire oui ? » Peut on comparer l’ancien président Palestinien et prix Noble de la paix à un pommé de quartier manipulé ? L’article de BFM en cliquant sur le (...)

     

  • 20 juillet

     

    Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés

    Les embuscades d’Aïn Defla nous font souvenir que les terroristes sont toujours là en Algérie, malgré l’appareil sécuritaire ils peuvent encore frapper sur l’ensemble du territoire. Et ceux sont des chefs de guerre algériens qui sont à la tête des principaux groupes qui opèrent dans la zone sahélienne. Ce qui complique le travail des forces de sécurité c’est qu’ils trouveront toujours des appuis dans la population et des complicité avec les milieux de la contrebande et des passeurs. La guerre civile a laissé des traces indélébiles dans la population et la loi de réconciliation qui a permis d’arrêter les combats a fait que de nombreux islamistes n’ont pas été poursuivis et continuent leurs activités (...)

     

Articles récents

Articles au hasard