Articles

Accueil > Actualités > Soirée de solidarité pour les Rroms, la population répond présente

 

Soirée de solidarité pour les Rroms, la population répond présente

2 mars 2012

En l’honneur des familles Rroms préoccupées chaque jour par une situation drastique qui leur est imposée, des élans de solidarité et de reconnaissance s’organisent pour tenter d’apporter dans leur quotidien un peu d’aménité. Pour l’occasion, c’est aux côtés de la Fondation Abbé Pierre, de l’Ampil et Med’in Marseille avec le soutien de la Région Provence Alpes Côte d’Azur, que s’est déroulée la « Soirée de solidarité avec les Rroms » au théâtre Toursky. Un moment riche en événements articulé notamment par une exposition du photographe humaniste Kamar Idir, un film-documentaire en pleine immersion dans le quotidien des Rroms et une création de danse et de musique avec la Compagnie Mémoires Vives.


 

Associatifs, militants, simples habitants ou élus, se sont retrouvés mercredi soir au théâtre Toursky pour honorer la soirée de solidarité pour les Rroms et, par leur présence, témoigner de leur soutien. Au-delà du simple mouvement de fraternité, ce rassemblement a eu une visée pédagogique, celle de la connaissance et de l’empathie. L’exposition « Les Gitans à Marseille », du photographe Kamar Idir présente un intérêt documentaire autant qu’artistique. Elle met son public face à une réalité, celle de l’exclusion et de la précarité de personnes qui ne sont que des Hommes. Mais ces clichés tendent plus vers une invitation à la découverte d’un mode de vie, loin du misérabilisme. La profondeur du noir et blanc et la force de la lumière invitent le regard à faire connaissance, se rapprocher et parfois même s’immiscer au sein d’une population, trop longtemps écartée, ici même, le camp de gitans Ruisseau Mirabeau à Marseille.

JPEG - 64 ko
L’exposition « Les Gitans à Marseille »

Si les actions du quotidien laissent sous-entendre un mépris pour la population Rroms, le manque de chaises pour la diffusion du film-documentaire « Les Rroms, comme les autres, des Hommes », a prouvé que les consciences s’éveillaient et que la cause n’était pas perdue. Fin 2010, Med’in Marseille a suivi, pendant plusieurs mois, trois des dix familles Rroms à qui, après maintes montagnes déplacées par le tissu associatif, une main avait été tendue. Le délégué du préfet de l’époque, Christophe Reynaud, avait proposé un projet d’insertion sociale pour dix familles, confié à l’Association méditerranéenne d’insertion par le logement (AMPIL), qui avaient été logées dans le diffus et à qui avaient été délivrés des titres de séjour provisoire. Ce film, produit par l’AMPIL et la Fondation Abbé Pierre, a pour vocation, de « montrer que des familles qui sortent d’un squat pour aller dans un logement durable, c’est possible » a précisé Kader Atia de l’AMPIL. Seulement, comme l’a rappelé à juste titre Fathi Bouaroua, « le travail qui avait été engagé avec ces familles, c’était avant le discours de Grenoble et donc, (après cette allocution) tout ce qui avait été fait a été détruit. Avant ce discours, la volonté de la préfecture était à l’insertion et avait donné des moyens pour ces personnes. Ensuite, la situation a complètement basculé ». Une situation durant cette dernière année, qui n’a été que le miroir d’une politique discriminatoire menée par le gouvernement sortant.

JPEG - 37.1 ko
Kader Atia (Ampil) et Fathi Bouaroua (Fondation Abbé Pierre)

Chaque intervenant, de la Mission Roms de l’Ampil à la Fondation Abbé Pierre ont exposé leur combat journalier. Un combat pour la Mission Roms qui débute par l’accompagnement de ces familles pour qu’elles soient reçues dignement et qu’elles aient un accès au droit, et qui passe par ce projet habitat et la permanence. Après une rétrospective de cette dernière année où plus d’expulsions ont été intentées que de solutions, Patrick Mennucci maire du premier secteur de Marseille, a rappelé que « la seule solution pour cette affaire » était toujours et encore « la tenue de cette table-ronde », tant attendue et espérée. Une première idée avait été avancée, celle « de se mettre sur une système de répartition (des familles Rroms) dans la ville, où chaque secteur aurait la responsabilité de prendre en charge un certain nombre de familles permettant, de ce fait, une intégration plus rapide, telle qu’elle a été prouvée dans le film ». Le Conseil municipal a rejeté l’idée. Difficile de prendre des décisions, notamment en période électorale, lorsque l’on sait, comme le précise le candidat PS aux législatives, que « 70 à 80% des Français ne veulent pas de Rroms […] et qu’en tant qu’élus, nous sommes soumis à de très fortes pressions de la population ». Faut-il préciser aux 80% que ces populations Rroms sont eux aussi depuis 2007, des citoyens européens ? Jean-Marc Coppola du Front de gauche, suit régulièrement les actions menées envers la population Rrom. Après plusieurs rassemblements dont le dernier en date, en Préfecture, la délégation avait rappelé au préfet son engagement « pour commencer l’intégration d’une cinquantaine de familles, c’est à dire que l’Etat s’engageait à travailler sur la question de l’emploi, du logement, de l’éducation, de la santé. On va relancer cette démarche dès demain ». A bon escient, le candidat aux législatives a rappelé « que les droits de l’homme sont universels et qu’ils doivent être respectés ».

JPEG - 90.5 ko
Patrick Mennucci et Jean-Marc Coppola

Pour l’occasion, le Secours Catholique de Toulon a fait le déplacement avec huit personnes. Ionut Stan, médiateur et animateur en région PACA de l’association, a exposé une situation sur place beaucoup moins discriminatoire avec des projets qui ont été mis en place dès 2004 : « on a eu un projet pilote avec six familles qui visait à les accompagner socialement, à mettre en place une insertion professionnelle par l’instauration de projets économiques, et visant à améliorer l’habitat. On s’est mis en contact avec l’association Caritas blaj (en Roumanie) qui nous a permis d’accompagner et de garder le lien avec les familles en Roumanie et en France. Aujourd’hui, trois familles sont reparties en Roumanie : elles ont une maison et une mini ferme agricole ». Étrangement, la situation à 64 km de la Cité Phocéenne est à l’opposé de la persécution vécue ici.

JPEG - 65.3 ko
« Samudaripen : le génocide des Tziganes », création de 2010. Direction artistique et mise en scène de Yan Gilg, direction artistique de Mickaël Stöll

Le spectacle « Samudaripen : le génocide des Tziganes » mêlant danse hip-hop, slam et jazz manouche, a dévoilé de sombres pages de l’histoire. Cette création de la compagnie Mémoires Vives met en scène cinq danseurs, trois musiciens et un slameur qui retracent l’internement, la déportation et l’extermination des Tziganes internés par Vichy, durant la seconde guerre mondiale. Entre la bande sonore et les effets de lumières, le public a ouvert les yeux sur un spectacle abouti et maîtrisé, véritable clou de la soirée.

 



 

  • "Handala est le témoin de cette ère qui ne mourra jamais"

    On ne dit pas Algériens de France ou en France car ils sont français.

    par Danièle Dubreuil le Août 2014 à 16h46
  • 3es rencontres nationales des luttes de l’immigration (1/4) Saïd Bouamama : « L’impérialisme existe encore »

    Faire des conférences c’est bien mais...
    S Bouamama, un sociologue engagé ? quand on tape son nom sur internet et qu’on voit le nombre de fois qu’il s’est "engagé" en étant.... payé, c’est impressionant. beaucoup de ses travaux sont des réponses à des commandes publiques
    On ne peut pas se dire engagé et en même temps solliciter des fonds publics pour le faire. Ce pseudo sociologue engagé est en rélaité engagé pour ses fins de mois et pendant ce temps, nous on pointe au chômage

    par Hakim le 20 janvier à 10h09
  • Marseille : la Ville communique sur sa lutte contre l’habitat indigne

    bjr il suffit de venir au parc kalliste voir dans quel l’etas sont les appartement de marseille ,ils les laisse se dégrader ,ils n’ont méme pas pris la peinne de fermer les volets de certain d’entre eux sachant qu’ils risque de tombé a tous moment surtou quand le vent souffle ,puis apres c’est facile de demander de classé le batiment en carence !!!!mdr !!!

    par delaval le Décembre 2014 à 10h36
  • Les Algériens de France veulent créer leur lobby

    la question est : pourquoi Algérien en France alors que chacun pense que l’union du Maghreb est une bonne idée pour ces pays, même si cela ne marche pas actuellement.

    ce serait un bon signe des Maghrébins de France, non ?

    par Said le Octobre 2007 à 09h11

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 20 janvier

     

    Can 2015 : Le Sénégal s’impose au finish face au Ghana (1-2)

    Ce 19 janvier, le Sénégal s’est imposé lors du match contre le Ghana, à l’occasion des premières rencontres du groupe C de la CAN 2015. Mené par le capitaine marseillais André Ayew, le Ghana a rapidement ouvert le score sur penalty dès la 13ème minute. Juste après la reprise de la seconde période, Mame Biram Diouf parvient à réduire l’écart. (1-1) Dans les toutes dernières minutes du temps additionnel, l’ancien Lillois, Moussa Sow arrache la victoire. Un tir croisé, à l’abord de la surface va, in extrémiste, permettre au Sénégal, de se positionner avantageusement, pour la suite de la compétition. Ryane Fellah, stagiaire (...)

     

  • 20 janvier

     

    L’Algérie se surpasse pour battre l’Afrique du Sud (3-1) !

    Hier, l’Equipe nationale d’Algérie a dû faire face à une redoutable équipe d’Afrique du Sud qui les a mis en difficulté. Les Bafana bafana ont dominé nettement le match, mais c’était sans compter sur la détermination et la combativité des fennecs, à l’image du portier algérien Raïs M’bolhi qui a su sauver les siens à maintes reprises. Dominés durant les 50 premières minutes du match, les verts ont réussi l’exploit en marquant trois buts qui leur permet d’être en tête de leur groupe C pour la Coupe d’ Afrique des Nations. Les lions du Sénégal ont le même nombre de points en ayant battu les Ghanéens (2-1), quelques heures avant. L’Algérie reste supérieure à la différence de (...)

     

  • 13 janvier

     

    Alerte enlèvement ! Urgent ! Des terroristes auraient enlevé une chèvre !

    Non ce n’est pas une chèvre du Rove chers provençaux dormez tranquille, hmd pour les muslims de France, cette fois ci l’attentat aurait eu lieu en Tunisie. Ce sont les super journalistes d’investigation (ou la bande de chèvres) de ce site tunisien qui nous l’apprend, en décortiquant courageusement un PV des forces de l’ordre : http://www.businessnews.com.tn/Des-terroristes-sÂ’emparent-dÂ’une-chèvre-au-mont-Salloum-,520,52715,3

     

  • 13 janvier

     

    NIGERIA Boko Haram, la terreur sans limite

    NIGERIA Boko Haram, la terreur sans limite L’organisation terroriste massacre sans relâche et contrôle désormais un territoire grand comme la Belgique. Une conquête que l’armée nigériane est incapable d’endiguer, mais qui pourrait se heurter à une frontière invisible : l’ethnicité. http://www.courrierinternational.com/article/2015/01/12/boko-haram-la-terreur-sans-limite

     

  • 13 janvier

     

    « Je ne suis pas Charlie » : la liberté d’expression fait débat dans le monde

    « Je ne suis pas Charlie » : au-delà de la condamnation sans appel des attentats meurtriers perpétrés contre les journalistes de Charlie Hebdo, le débat sur la liberté d’expression et le droit d’offenser fait rage à l’étranger entre défenseurs et détracteurs du journal satirique. L’assassinat la semaine dernière à Paris par trois jihadistes de 17 personnes dont 12 au siège de l’hebdomadaire a connu un retentissement mondial sur Facebook et Twitter où des millions d’internautes ont exprimé leur solidarité avec les victimes en se rangeant sous le hashtag #JeSuisCharlie. (...)

     

  • 5 janvier

     

    Des chibanis expulsés d’un hôtel meublé de Paris

    « Pourquoi déployer des CRS pour dégager des papys ? » Les ex-travailleurs migrants d’un vieux meublé parisien déserté par sa gérante sont à nouveau menacés d’expulsion, en pleine trêve hivernale. a lire sur Libération De nouveau, la quarantaine de « chibanis » du 73, rue du Faubourg-Saint-Antoine à Paris (lire Libération du 29 août) ont été prévenus de leur expulsion à la dernière minute. http://www.liberation.fr/societe/2015/01/02/pourquoi-deployer-des-crs-pour-degager-des-papys_1173136

     

  • 5 janvier

     

    Hollande veut assouplir les règles de licenciement

    "Les employeurs ont peur de ne pas pouvoir licencier" , a déclaré françois Hollande sur france Inter, le 5 janvier. François Hollande s’est prononcé, lundi 5 janvier, en faveur d’un assouplissement des règles de licenciement. Le président propose donc de faciliter l’opération : Il ne s’agit pas de leur permettre de licencier dans n’importe quelles conditions, mais quand ça ne va pas, quand il y a une difficulté économique, il faut que les règles soient assouplies."

     

  • Décembre 2014

     

    Cinq SDF retrouvés mort en quelques jours

    Malgré le renforcement des capacités d’accueil, les plus démunis payent de leur vie la vague de froid qui sévit. Ce week-end, trois sans domicile fixe sont décédés d’hypothermie à Paris, Douai et dans les Alpes-Maritimes. L’un d’eux avait 29 ans. Ce mardi matin, deux hommes "ont été retrouvés carbonisés" dans un squat alors qu’ils tentaient de faire un feu. Libération

     

  • Décembre 2014

     

    Des grillages anti-SDF sur les bancs publics

    La ville d’Angoulême s’est dotée de grillages pour entourer certains bancs publics mercredi. Selon Libération, la municipalité UMP a mis en place ce dispositif pour dissuader les sans domicile fixe alcoolisés de s’y installer. Dans la nuit de jeudi à vendredi, les grillages ont été retirés mais par "mesure de sécurité" selon la mairie et seront réinstallés dès que possible.

     

  • Décembre 2014

     

    Nouveau drame aux Etats-Unis : un jeune afro-américain tué par la police

    Dans la nuit du 23 au 24 décembre, un jeune homme noir a été abattu par la police à Berkeley, près de Ferguson aux Etats-Unis. Antonio Martin, 18 ans était en compagnie de sa petite-amie et d’un ami durant les faits. A la suite d’un cambriolage et de leur ressemblance avec les auteurs, selon l’ami témoin, ils ont été interceptés par la police et priés de s’allonger au sol. Antonio Martin, qui a refusé à deux reprises, a reçu les tirs de la police. Cette dernière assure avoir agi en état de légitime défense. Vidéo à l’appui Francetv Info

     

Articles récents

Articles au hasard