Articles

Accueil > Actualités > Collège de la Belle de Mai : situation intenable, l’hygiène des locaux n’est (...)

 

Collège de la Belle de Mai : situation intenable, l’hygiène des locaux n’est plus assurée, à cause de suppression des postes d’agents d’entretien CUI-CAE, les profs reçus au Conseil Départemental

26 septembre 2017 - Dernier ajout 3 octobre 2017

Le personnel du collège de la Belle de Mai est passé à une démonstration de force, ce matin 26 septembre, en occupant le collège et en manifestant devant le Conseil du département. Ils ont été finalement reçus par la direction du service éducation. La réponse du Conseil Départemental se veut rassurante, en évoquant des solutions de postes à court et moyen terme pour les collèges du département. Cependant, aucun véritable garantie n’a été donnée, le tout croulant sous une tonne de détails techniques et juridiques, jusqu’à embrouiller les profs eux-mêmes. Seule certitude : Le Conseil Départemental possèderait une enveloppe budgétaire nécessaire à des remplacements de poste, précaires à court terme, et peut-être plus pérennes par la suite. Mais aucune annonce officielle n’a été faite. Cette situation est emblématique de ce qu’il se passe actuellement dans l’Education Nationale, en France et spécifiquement dans les Bouches-du-Rhône, où rien n’a été anticipé, malgré les justifications de la direction du Conseil Départemental, qui affirme avoir été surprise par les décisions de non renouvellement des CAE, une semaine avant la rentrée. D’autres collèges du département ont déposé un préavis de grève, comme cet après-midi à Château-Double et Miniet, à Aix-en-Provence, confrontés au même marasme. En tout, 300 CUI ont été supprimés dans les collèges du département.


 


Devant le Conseil Départemental, le personnel du collège de la Belle-de-Mai manifeste

C’est le beau cadeau de rentrée fait au collège la Belle-de-Mai : deux postes d’agents d’entretien, employés en CUI-CAE ont été supprimés. Et deux autres postes d’agents d’entretien ne seront pas renouvelés, très prochainement, dès la mi-octobre. La situation au collège de la Belle de Mai est donc « proprement » au sens littéral, intenable pour le personnel et les élèves. Car le personnel en Contrat aidé assurait l’entretien, le ménage des locaux, et les aides à la cantine et en récréation. Un enseignant confiait même que les élèves sont contraints de se retenir d’aller aux toilettes des journées entières, à cause de la saleté. Face à cette suppression brutale des postes, l’ensemble du personnel du collège de la Belle de Mai, syndiqué comme non syndiqué, s’est mobilisé depuis la rentrée et a demandé audience, à plusieurs reprises, au Conseil Départemental et à la direction Académique des Services de l’Education Nationale pour obtenir réintégration du personnel et la pérennisation des postes. Jusqu’ici sans résultat. Jusqu’à ce matin…. Comme si, les établissements scolaires du département étaient contraints de faire grève et de mendier, au cas par cas des postes, supprimés par Macron…


Débriefing après avoir été reçu par la direction du Conseil Départemental

Devant le Conseil du département à Saint-Just, tous les enseignants du collège s’étaient rassemblés devant un petit tas d’ordures, pour montrer que le collège n’est pas une poubelle. Vers 11h30, trois personnes ont été reçues par le directeur du service éducation collège. Le Conseil départemental a déclaré « qu’il était conscient de la situation et qu’il ne s’était pas désengagé et allait essayer de compenser le désengagement de l’Etat. Que les solutions étaient à l’étude mais que, d’un point de vue réglementaire, il n’existait pas de solutions juridiques finalisées. »
Pour le collège de la Belle-de-Mai, pour remplacer les CUI, le Conseil départemental travaille sur deux types de scénarios possibles d’embauche rapide de deux personnes en plus. Mais aucune information, ni aucune garantie, n’a été donnée, ni sur le type, ni sur la durée des contrats.

En débriefing, le personnel tente de comprendre ce que va proposer concrètement le Conseil Départemental, mais devant l’opacité et la complexité du montage des dossiers, les enseignants et le personnel n’ont pas tous compris la même chose. Pour le collège de la Belle-de-Mai, pour remplacer les CUI, le Conseil départemental travaillerait sur différents scénarios possibles d’embauche rapide de deux personnes en plus. Mais aucune information, ni aucune garantie, n’a été donnée, ni sur le type, ni sur la durée des contrats.
Il reste donc beaucoup d’interrogations. Et devant l’urgence de la situation, le personnel de la Belle-de-Mai est déterminé à retourner manifester s’ils n’ont rien obtenu la semaine prochaine.
A la sortie un des responsables du syndicat CGT du Conseil Départemental a informé qu’il allait rejoindre dans l’après-midi deux autres collèges qui ont déposé un préavis de grève dans le département à Château double et Miniet (Aix-en-Provence) La CGT appelle à une union des divers collèges du département.

Car si les emplois aidés n’étaient que des rustines sur la déliquescence des services publics français et notamment de l’éducation nationale, ils permettaient, bon gré, mal gré, d’embaucher du personnel dont l’école ne saurait se passer. Comme les agents d’entretien….
Le délégué CGT du Conseil départemental, Jean-François Cast, rappelle que le syndicat entend mener la bataille pour défendre ces emplois CUI-CAE, « même s’ils sont précaires ». La CGT tente de coordonner l’ensemble des revendications et protestations sur les 350 000 CUI qui ont été « supprimés au mois d’août par le gouvernement, un plan social qui ne dit pas son nom », estime le syndicaliste. Le syndicat se bat aussi pour la création de postes non précaires, sur l’ensemble des collèges.



Trois enseignants du collège de la Belle-de-Mai

Une de professeurs du collège de La-Belle-de-Mai relatait que l’Education Nationale avait aussi proposé d’embaucher des conseillers d’éducation (les fameux pions) en contrats aidés, ceux à quoi, les enseignants du collège s’étaient fermement opposés. En revanche, ils n’avaient pas eu d’autres choix que d’accepter que soient embauchés avec ce type de contrat précaire, les agents d’entretien. Or aujourd’hui, 2 d’entre eux sont supprimés et deux autres ne seront pas renouvelés (dont l’un dès la fin octobre). Faisant reposer sur deux seules personnes la tâche que réalisaient, au préalable, 4 personnes. Autant dire, impossible…

Le Conseil Départemental n’a pas anticipé la suppression des CUI pour les agents d’entretien de l’Education Nationale
Côté budget, avant Macron, les quatre CUI représentaient un engagement de l’Etat. Selon la direction du Conseil Départemental, qui s’est justifié auprès de la délégation, le Conseil Départemental aurait été prévenu trop tardivement du désengagement de l’Etat, c’est-à-dire, fin août, su la non reconduction de certains CUI. En fait, ont-ils expliqué, ils tablaient sur la reconduction des contrats pour les agents d’entretien.
Au final, 80 postes en CUI, dans les collèges du département vont être encore reconduits une fois, par le Conseil Départemental, et un scénario de remplacement par un autre type de contrat qui serait accessible aux personnes éligibles au RSA est à l’étude, sur le court terme, pour remplacer les CUI partants. De plus, l’idée de pérenniser des contrats, à moyen terme, dans les collèges sur des postes, auparavant remplis par des CUI-CAE est également l’étude au CG.

Résumé vidéo :

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 6 novembre

     

    Projet de loi sur la Sécurité Sociale adopté : 4,2 milliards de restrictions demandés

    L’Assemblée nationale a adopté, mardi 31 oct 2017, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018. La gauche de l’Hémicycle a voté contre, dénonçant une attaque sans précédent contre le système de protection sociale. https://www.humanite.fr/le-budget-de-detricotage-de-la-securite-sociale-ete-vote-644835

     

  • 6 novembre

     

    Violences sexuelles faites au femmes, plan d’urgence demandé à Macron

    VIOLENCES SEXUELLES - Louane, Alexandra Lamy, Tatiana de Rosnay... 100 femmes demandent à Macron "un plan d’urgence contre les violences sexuelles" Elles sont les premières signataires d’une pétition en ligne pour en finir avec les violences sexuelles. "Ces violences ne sont pas une fatalité. Elles peuvent cesser". Une centaines de personnalités féminines de la société civile, artistes, comédiennes, réalisatrices, écrivaines, journalistes, médecins... ont signé une tribune adressée au président Emmanuel Macron dans le Journal du dimanche ce 5 novembre, demandant "un plan d’urgence contre les violences sexuelles". Cet appel, initié par des militantes féministes, dont Caroline de Haas, a également été (...)

     

  • 30 octobre

     

    Concert de musique arabe et européenne en soutien à SOS Méditerranée dans le cadre du festival d’Aix-en-Provence

    La série de concerts solidaires exceptionnels inaugurée en 2016 au profit de SOS MEDITERRANEE, se poursuit cet automne, sur l’initiative de Bernard Foccroulle, directeur du festival d’Aix-en-Provence et organiste, et membre du comité de soutien de SOS Méditerranée. Le prochain concert aura lieu - Vendredi 17 Novembre à 20h45 - Eglise St Jean de Malte à Aix-en-Provence "Les couleurs de l’Amour et de l’Exil" Concert de musique arabe et européenne Bernard Foccroulle Orgue Alice Foccroulle Soprano Moneim Adwan Chant et Oud Compositions de Francisco Correa de Arauxo, Alessando Grandi, François Couperin, Dietrich Buxtehude, Bernard Foccroulle, Abou Khalil El-Kabani, les frères (...)

     

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit de retrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

Articles récents

Articles au hasard