Articles

Accueil > Actualités > Expo : « Diwan », « enquête » sur ces mots venus par la Méditerranée.

 

Expo : « Diwan », « enquête » sur ces mots venus par la Méditerranée.

30 janvier 2017

A travers des ateliers de mémoire collective menés avec des femmes issues de l’immigration, l’artiste Muriel Modr a fait resurgir les innombrables correspondances linguistiques entre les deux rives de la Méditerranée. Comme ces mots « Kawa », « café » en français ou « Zhar », chance en arabe, proche de notre « Hasard » français. Elle en a conçu une exposition, intitulée « Diwan », visible à la galerie d’art La Compagnie, située en plein cœur de Belzunce, à Marseille. « Cette aventure sur les mots venus par la Méditerranée » rappelle que les peuples « de l’autre rive » ont, non seulement, transporté avec eux la langue arabe, mais aussi des mots perses, ou sanskrit, passés par l’Espagne ou l’Italie, ou venus de Grèce ou même de la lointaine Inde… ! Et en ont durablement imprégné la langue française. A voir jusqu’au 18 mars 2017.


 


L’exposition de la Compagnie est le fruit de différents « Diwans » avec des habitants des quartiers populaires, tient à préciser l’artiste Muriel Modr. Le mot « Diwan », est né dans la lointaine Perse et a voyagé jusqu’à nous avec l’Empire Ottoman, pour donner naissance au mot français « Divan ». Muriel Modr a préféré en retenir l’occurrence d’origine, qui signifie « Salon de réception, Conseils » pour nommer les rencontres qu’elle a animées au centre social Agora de la Busserine à Marseille et à Gardanne, au sein de l’association Contact. De 2012 à 2015, à l’occasion de ces ateliers informels, « des diwans » les participants, essentiellement des femmes, souvent d’origine maghrébine, ont travaillé sur les traces des mots arabes qu’elles avaient en mémoire en partant de mots français. Ces « diwans » ont été l’occasion de faire resurgir un champ sensoriel, émotionnel et temporel attaché à ces mots. « Je dis souvent que ces femmes savent, mais ne savent pas qu’elles savent », explique Muriel Modr pour décrire le mécanisme de souvenir qui a été sollicité dans ce travail de mémoire collective.

Lors du vernissage, Nacéra, Nadira, Zoubida et Muriel Modr.

« C’est quelque chose qui était là, les mots étaient en nous », précise Hafida, très investie dans ces rencontres. Un voyage dans le temps et dans l’espace qui a permis, par exemple, en partant du mot hasard de se remémorer le mot « Zhar », la chance… « Il faut aller chercher les mots dans la pratique quotidienne, c’est un projet qui traverse la vie… », Résume Muriel Modr.

L’artiste Muriel Modr

Pouvoir ancrer aussi sa propre culture dans la culture française a été une découverte passionnante. « Cela m’a plu de plonger dans le passé, de retrouver des mots passerelles entre le passé et le présent », explique Zoubida, de Simiane. « C’est important ce qu’on a fait pour les jeunes aussi, pour leurs identités », conclut-elle. Farah, psychologue, alors référente famille au centre social l’Agora commente : « Ce travail a été une belle découverte, et a permis de créer un autre rapport à la langue de leurs ancêtres. On a pu avoir une autre représentation de la langue française et on a pu établir du lien entre les deux langues. »


Repas partagé à la Compagnie avec les femmes des ateliers ; janvier 2017

Ces femmes ont toutes un lien différent à leur langue maternelle ou à celle de leurs ascendants. Si beaucoup parlent couramment arabe, mais ne l’écrivent pas, leurs enfants ou petits-enfants qui ont participé à ces rencontres, n’ont parfois plus qu’une vague idée de la langue de leurs grands-parents. « Même si je parle arabe, je n’ai pas appris à l’écrire et mes petits-enfants ne parlent plus l’arabe », déplore Zohara, 70 ans, pour qui les ateliers ont été aussi une découverte : « Je ne savais pas que les mots arabes étaient si nombreux dans la langue française ! » De son côté, Hafida, se souvient « J’étais très fière de ce que nous faisions, lors de ces rencontres, on pouvait se dire qu’on essayait, et surtout qu’on était nous-mêmes, c’était du vécu ! »
Muriel Modr est une artiste engagée, depuis toujours, dans différents combats. « Diwan » n’est pas une exposition de plus, mais le fruit d’une véritable réflexion artistique qu’elle mène sur le langage, depuis de nombreuses années. Ce travail « participe à un projet de toute une vie », explique-t-elle. Et loin d’elle l’idée d’imposer ses présupposés aux participants. Au contraire, « Je travaille avec eux, ma table de travail est toujours au milieu d’eux. »

Partir de dessins, de mots, pour remonter aux origines

En tissant des passerelles culturelles et langagières entre la France actuelle et le Maghreb et le Moyen-Orient, Muriel Modr a mis en relief les incessants croisements culturels et économiques qui ont jalonné notre histoire. S’ils ont parfois impliqué des frictions, ces mélanges ont inexorablement laissé leurs empreintes jusque dans les mots français que nous utilisons tous les jours. Ce peut être une surprise pour tous les Français qui découvrent que leur langue, qu’elle soit d’origine ou adoptée par l’immigration, est traversée depuis longtemps par ces mots, qui viennent de l’autre côté de la Méditerranée. Nadira, du centre social Agora se souvient : « Il a fallu raviver la mémoire. Et pour certains mots, ça a été la surprise. Exemple pour élixir, je n’avais pas fait le rapprochement avec le mot arabe « Al ksir ».


Beaucoup connaissaient les mots en arabes mais ne connaissaient pas leur correspondance en français.L’exposition met en évidence ces trajets parallèles entre les déplacements de population au fil des âges, qu’ils soient par la route de la soie ou via la conquête arabe en Espagne, et le trajet qu’on suivi certains mots. Azur, Algorithme, Zénith, Almanach, autant de mots, passés par la langue arabe que Nacéra, de l’association Contact à Gardanne, aime désormais citer. Cette exposition est aussi « un vrai travail de fond et un vrai travail de recherche », précise-t-elle. Le projet « Diwan » et le travail documentaire et linguistique, réalisé en partenariat avec Alain Castan ont abouti à la création d’un livre, sorti fin 2015, aux éditions la courte échelle / éditions transit.

L’ouvrage Diwan, des mots voyagés, Editions La courte Echelle ; Transit

On y apprend, en autres, que le mot « Matelas » arrive en France en 1300, via l’Italie, sous le terme « Matelasso ». Et que ce même « Matelasso » est un descendant du mot arabe Mathra, issu de « Tahara », qui signifie « Poser à terre, et marquer un lieu ». Le mot « Cotton », quant à lui est un lointain héritier de l’arabe « qtun ». Ou le terme « Sucre » qui vient du sanskrit Arkra et qui signifie grain de sable. Véritables mines d’or, pour les amoureux de la langue, ces travaux mettent en relief des correspondances multiples. Et nous rappellent que les mots, comme les êtres humains, portés par l’espoir ou la nécessité, ont de, tout temps voyagé, et franchi les frontières …

Expsition Diwan,

La compagnie, lieu de création
19, rue Francis de Pressensé. 13001 Marseille.
04 91 90 04 26.

Autour de l’exposition ; Diwãn des mots voyagés… en quête / collecte. Ecrits et oralités. Editions Transit/ La courte Echelle. Déc. 2015
Librairie Transit
45 Bd de la Libération
13001 Marseille

 



 

  • "Handala est le témoin de cette ère qui ne mourra jamais"

    On ne dit pas Algériens de France ou en France car ils sont français.

    par Danièle Dubreuil le Août 2014 à 16h46
  • 3es rencontres nationales des luttes de l’immigration (1/4) Saïd Bouamama : « L’impérialisme existe encore »

    Faire des conférences c’est bien mais...
    S Bouamama, un sociologue engagé ? quand on tape son nom sur internet et qu’on voit le nombre de fois qu’il s’est "engagé" en étant.... payé, c’est impressionant. beaucoup de ses travaux sont des réponses à des commandes publiques
    On ne peut pas se dire engagé et en même temps solliciter des fonds publics pour le faire. Ce pseudo sociologue engagé est en rélaité engagé pour ses fins de mois et pendant ce temps, nous on pointe au chômage

    par Hakim le Janvier 2015 à 10h09
  • Marseille : la Ville communique sur sa lutte contre l’habitat indigne

    bjr il suffit de venir au parc kalliste voir dans quel l’etas sont les appartement de marseille ,ils les laisse se dégrader ,ils n’ont méme pas pris la peinne de fermer les volets de certain d’entre eux sachant qu’ils risque de tombé a tous moment surtou quand le vent souffle ,puis apres c’est facile de demander de classé le batiment en carence !!!!mdr !!!

    par delaval le Décembre 2014 à 10h36
  • Les Algériens de France veulent créer leur lobby

    la question est : pourquoi Algérien en France alors que chacun pense que l’union du Maghreb est une bonne idée pour ces pays, même si cela ne marche pas actuellement.

    ce serait un bon signe des Maghrébins de France, non ?

    par Said le Octobre 2007 à 09h11

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit d eretrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

  • 25 septembre

     

    Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches".

    Réforme fiscale : "Les plus riches bénéficieront d’une hausse de revenus 18 fois plus importante que les plus pauvres" note Oxfam Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches". L’ONG de lutte contre la pauvreté Oxfam publie lundi 25 septembre, un rapport critique sur le projet de loi de finances 2018, intitulé Réforme fiscale : les pauvres en paient l’impôt cassé. Selon le rapport, les ménages les 10 % plus riches bénéficieront "d’une hausse de revenus au moins 18 fois plus importante que les 10 % les plus pauvres", alors que les 10% les plus riches possèdent déjà "56% des richesses (...)

     

  • 20 septembre

     

    CONTRE LA SUPPRESSION BRUTALE DES CONTRATS AIDES, RASSEMBLEMENT unitaire DEVANT LA PREFECTURE LE MERCREDI 20 SEPTEMBRE A 13H.

    Depuis la rentrée, l’annonce par le gouvernement de la fin programmée de tous les emplois aidés a réactivé la colère dans l’éducation, premier employeur de ces contrats. Les associations de parents d’élève se sont jointes à l’intersyndicale 1er degré en cette rentrée car elles sont bien conscientes des difficultés tant sur le plan humain que dans la dégradation de l’accueil des familles dans les écoles où les AADE sont devenues indispensables au bon fonctionnement. Le second degré de l’éducation, touché aussi par ces suppressions se joindra aussi à notre action le mercredi 20 septembre à 13h devant la Préfecture, à Marseille et l’action s’élargit en interprofessionnel. L’intersyndicale a demandé à être (...)

     

  • 14 septembre

     

    Emmaüs Pointe Rouge lance une collecte de dons pour les migarnts

    La Collecte de dons alimentaires pour les migrants de la Vallée de La Roya, est ouverte. départ du camion lundi 16 octobre. Le camion d’Emmaüs partira le lundi 16 octobre. Voir sur le site emmaus-pointerouge.com

     

  • 14 septembre

     

    Les piscines publiques de Marseille, indicateurs de l’inégalité

    Les piscines publiques de Marseille, indicateurs de l’inégalité Vaste article du New York Times sur l’état des piscines à Marseille... https://www.nytimes.com/2017/09/14/world/europe/marseille-piscines-publiques-inegalite.html?smid=fb-nytimes&smtyp=cur

     

Articles récents

Articles au hasard