Articles

Accueil > Actualités > « Face au Styx » de Dimitri Bortnikov, Les vivants, les morts, et (...)

 

« Face au Styx » de Dimitri Bortnikov, Les vivants, les morts, et Lui…

4 mai 2017

Avec son dernier Roman, « Face au Styx », Dimitri Bortnikov, trimballe son lecteur sur les traces d’un écrivain russe, de Paris d’aujourd’hui, féroce pour les pauvres, vers ses terres natales, dans la lointaine steppe russe, d’Asie Centrale. Considéré comme l’un des écrivains russes, les plus talentueux de sa génération, l’auteur était de passage, à Marseille. Rencontre avec celui qui aime bousculer les lettres françaises et compare la Littérature française actuelle à un « Cadavre ».


 

L’écrivain Boris Bortnikov. Marseille avril 2017

Dimitri Bortnikov cultive, lors de ces rencontres avec le public, un personnage, légèrement déjanté, sorte « d’Idiot » magnifique, passionné et passionnant, lançant, au passage, quelques jurons, et surtout un bon coup de pied dans la fourmilière du « Cadavre de la Littérature française », comme il la définit. « Je me bats pour ne pas entrer dans la littérature, pour ne pas être aspirée ». Au passage, il envoie valser pas mal de codes, ne s’épargne pas, égratigne son ego, et surtout croque, à pleine dent, la langue française. En nourricier des « langues qui deviennent anorexiques ». Il refuse de faire partie de ce petit cercle littéraire français, qui est tout en « Murmures et Ronronnements ». Lui, « ne se censure pas ». « Je me bats pour ne pas entrer dans la littérature, pour ne pas être aspirée ». Les Trop pleins de langages, comme les jurons, points d’exclamations, qui parsèment l’œuvre de Dimitri Bortnikov et mettent en mots la cruauté de la vie, rappellent, sur certains aspects, ceux de Louis Ferdinand Céline (que l’auteur n’a d’ailleurs pas lu). Mais la comparaison, s’arrête là. L’auteur, né à Samara, en Russie en 1968, a inventé son propre style, d’une liberté réelle. « Je ne fais pas de la littérature, je fais, autre chose, je ne sais pas quoi ». Il était de passage à Marseille, fin avril 2017, à l’occasion de la parution de son dernier ouvrage « Face au Styx », publié aux éditions Rivages. Orchestrée et modérée par Amandine Tamayo, coordinatrice de sa résidence d’écriture marseillaise, en 2012, à l’association Peuple et Culture, Marseille, cette rencontre a été le fruit d’un partenariat avec Peuple et Culture et le CIPM, Centre International de Poésie de Marseille.

« D’une langue à l’autre »

Ses première nouvelles, Dimitri Bortnikov, les publie en Russie, en 1996, dans les pages littéraires de l’édition du Playboy soviétique. Deux ans plus tard, il s’installe à Paris, grâce à une bourse de la fondation de George Soros, après des études de lettres classiques à l’université de Samara, sa ville natale. Il clame son amour pour le Slavon, « une langue sauvage » qu’il a apprise en écoutant les liturgies orthodoxes, scandées en langue ancienne, par son aïeule, aveugle de naissance, lors des cérémonies funéraires. A côté, le russe « est une langue de loup édenté » ! Une connaissance qu’il lui permettra de traduire « Les lettres d’Ivan le Sévère, dit Ivan le Terrible », parues en 2012. Il écrira, entre autres, en russe, Le Syndrome de Fritz, qui reçoit le Booker Prize russe en 2002, et le Prix du best-seller national. Par la suite, il choisit le français, sans se poser de question. « C’est par la lecture que j’ai appris le français littéraire ». « J’avais quelque chose à dire, quel que soit la langue utilisée, l’important est ce qu’on a à dire ». « Le pays n’est pas une langue », rajoute-t-il.

« Face aux Styx »

Son livre, « Face au Styx », paru en 2017, aux éditions Rivages, qui dépassait , dans sa première mouture, les 3000 pages, est composé comme un aller-retour entre le présent parisien d’un écrivain au bord du ravin de la société et de l’amour, et son passé russe qui ne veut pas mourir. On suit le narrateur-écrivain qui surnage dans un Paris inhospitalier, crèche de piaule en piaule, travaille un peu comme aide à domicile pour les vieux et les handicapés. Il traduit de la langue Slavone (sorte de russe ancien, que plus personne ne parle aujourd’hui, à part, peut-être, lui) la liturgie d’ Ivan Le Terrible et surtout rencontre « La » Femme ; un après-midi de quasi déluge, dans le 7ème arrondissement parisien. « Elle suivait mes yeux et elle voyait les voiles. elle voyait le monde avec mes yeux…juste un instant, oui mais il dure ! il dure encore ! les bateaux venaient de l’autre côté de la vie, de la mort, de l’enfance… de l’autre monde peut-être ! mais je m’en fous de la cargaison ! c’est les voiles qui comptent ! voiles écarlates de la joie-j’ai reconnu ! c’était tout ce que ma vie pourrait porter…les voiles sans bateaux, juste les voiles ! mais quelles voiles. »

La Terrible Famine


Au fil du roman, surgissent des figures du passé russe de l’écrivain tourmenté par son histoire d’amour avec cette parisienne, femme iconique qui le torture du haut de son indifférence et ses fuites.
« Face au Styx », ou un récit balancier entre deux mondes, deux cultures. L’écrivain exilé revient vers le petit Dimitri, enfant de la steppe soviétique, adoré par une arrière-grand-mère, aveugle, Babanya, pour qui il était « La lumière de sa vie », et éduqué, avec « sagesse » par un pépé Jo, alcoolique et lubrique. Enfant qui a partagé la vie rude des paysans russes, et qui se souvient des récits effrayant sur sa grand-mère victime de La terrible Famine, et où il arrivait encore au XXème siècle, dans les coins perdus de la Russie centrale, que des enfants soient dévorés par leurs parents, rendus fous par la faim.


La danse des paysans. 1538. 1538. Tableau de Pieter Brueghel ou Bruegel dit l’Ancien.
"Et alors ? et pépé Jo ? pour vous donner une idée ! si vous avez vu ce Bruegel, « La danse des paysans » – vous l’avez vu, mon pépé. il est dedans ! tout à gauche, en train de rouler une pelle éternelle à une paysanne beurrée. il a un bonnet rouge, lui, et elle – en a un blanc. vous allez vite les reconnaître – ils sont aux anges " Dimitri Bortnikov

La Famine, le fléau que l’on tait, Lui, le narrateur, double de l’auteur, la subira aussi, à l’âge de vingt ans, à l’heure où l’URSS comptait ses dernières heures. Il est appelé en service militaire au Pôle Nord, affamé par ses supérieurs qui ont mal rempli les formulaires administratifs pour se faire livrer la nourriture.
« J’ai jamais pensé qu’un homme peut avoir faim comme ça ! dalle du matin au soir ! faim de punaise ! ah oui ! mille tiques ! on bouffait comme si on avait le bide troué ! toujours prêts à mordre la semelle du copain ! ».

Mystique russe


Anges, démons, réincarnations d’enfants perdus dans le blizzard, roi des rats qui porte chance, icône du « Larron », sorte de diable populaire orthodoxe, apparaissent, surgis des brumes de la mystique populaire russe. Et l’auteur se permet de majestueuses envolées, surtout quand vient la neige, qui recouvre tout et spécialement nos certitudes de la réalité, comme dans un tableau de Bruegel.


L’adoration des mages en hiver, par Pieter Bruegel

De Paris à Samara, on suit l’écrivain Dimitrius, qui se débat entre vraie désespérance, combat pour survivre, humour, sarcasmes et jurons protecteurs, recherche de l’amour et profonde humanité, et qui ne cesse d’écrire pour lécher les plaies du temps qui passe. « L’amour n’existe pas sans la mort », confie-t-il, en interview. Le dernier roman de Dimitri Bortnikov, « Face au Styx » est une parabole, quasi métaphysique, une recherche de « La vision », celle qui nous renvoie à l’autre côté de la vie, peut-être vers nous-mêmes aussi. Dimitri Bortnikov, témoigne que l’écriture de ce roman, l’a profondément transformé et qu’à travers ses personnages, c’est sa propre réalité qu’il est allé quérir. En nous emportant, nous lecteurs, au passage.

Bibliographie de Dimitri Bortnikov
Je suis la paix en guerre, lettres d’Ivan le Sévère, dit Ivan le Terrible, trad. Dimitri Bortnikov, Allia, 2012
Le Syndrome de Fritz, (Booker Prize russe en 2002) éd. Noir sur Blanc, traduction Julie Bouvard, 2010, rééd Libretto, 2012.
Repas de morts, éditions Allia, 2011.
Furioso, éditions Musica Falsa, 2008.
Svinobourg, traduction Bernard Kreise, Le Seuil, 2005.

 



 

  • "Handala est le témoin de cette ère qui ne mourra jamais"

    On ne dit pas Algériens de France ou en France car ils sont français.

    par Danièle Dubreuil le Août 2014 à 16h46
  • 3es rencontres nationales des luttes de l’immigration (1/4) Saïd Bouamama : « L’impérialisme existe encore »

    Faire des conférences c’est bien mais...
    S Bouamama, un sociologue engagé ? quand on tape son nom sur internet et qu’on voit le nombre de fois qu’il s’est "engagé" en étant.... payé, c’est impressionant. beaucoup de ses travaux sont des réponses à des commandes publiques
    On ne peut pas se dire engagé et en même temps solliciter des fonds publics pour le faire. Ce pseudo sociologue engagé est en rélaité engagé pour ses fins de mois et pendant ce temps, nous on pointe au chômage

    par Hakim le Janvier 2015 à 10h09
  • Marseille : la Ville communique sur sa lutte contre l’habitat indigne

    bjr il suffit de venir au parc kalliste voir dans quel l’etas sont les appartement de marseille ,ils les laisse se dégrader ,ils n’ont méme pas pris la peinne de fermer les volets de certain d’entre eux sachant qu’ils risque de tombé a tous moment surtou quand le vent souffle ,puis apres c’est facile de demander de classé le batiment en carence !!!!mdr !!!

    par delaval le Décembre 2014 à 10h36
  • Les Algériens de France veulent créer leur lobby

    la question est : pourquoi Algérien en France alors que chacun pense que l’union du Maghreb est une bonne idée pour ces pays, même si cela ne marche pas actuellement.

    ce serait un bon signe des Maghrébins de France, non ?

    par Said le Octobre 2007 à 09h11

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 20 septembre

     

    CONTRE LA SUPPRESSION BRUTALE DES CONTRATS AIDES, RASSEMBLEMENT unitaire DEVANT LA PREFECTURE LE MERCREDI 20 SEPTEMBRE A 13H.

    Depuis la rentrée, l’annonce par le gouvernement de la fin programmée de tous les emplois aidés a réactivé la colère dans l’éducation, premier employeur de ces contrats. Les associations de parents d’élève se sont jointes à l’intersyndicale 1er degré en cette rentrée car elles sont bien conscientes des difficultés tant sur le plan humain que dans la dégradation de l’accueil des familles dans les écoles où les AADE sont devenues indispensables au bon fonctionnement. Le second degré de l’éducation, touché aussi par ces suppressions se joindra aussi à notre action le mercredi 20 septembre à 13h devant la Préfecture, à Marseille et l’action s’élargit en interprofessionnel. L’intersyndicale a demandé à être (...)

     

  • 14 septembre

     

    Emmaüs Pointe Rouge lance une collecte de dons pour les migarnts

    La Collecte de dons alimentaires pour les migrants de la Vallée de La Roya, est ouverte. départ du camion lundi 16 octobre. Le camion d’Emmaüs partira le lundi 16 octobre. Voir sur le site emmaus-pointerouge.com

     

  • 14 septembre

     

    Les piscines publiques de Marseille, indicateurs de l’inégalité

    Les piscines publiques de Marseille, indicateurs de l’inégalité Vaste article du New York Times sur l’état des piscines à Marseille... https://www.nytimes.com/2017/09/14/world/europe/marseille-piscines-publiques-inegalite.html?smid=fb-nytimes&smtyp=cur

     

  • 11 septembre

     

    Manifestation contre ordonnance travail le 12 sept Vieux Port

    Rassemblement est prévu au vieux port à 10h30, à l’appel Front social 13. Front Social est composé de syndicats (CGT, Sud, Solidaires, FSU, UNEF, UNL, la CNT..) et d’associations. "Le programme d’Emmanuel Macron consiste à mettre en œuvre la politique qui a été imposée à la Grèce, à l’Espagne, au Portugal... Pour la France son projet est de faire baisser les salaires , faciliter les licenciements , supprimer le CDI , réduire au maximum les droits des salariés ,baisser les retraites , baisser fortement les aides sociales , les indemnités chômage, supprimer un maximum de dépenses publiques dans : l’éducation , la santé , les services sociaux ... pour faire en sorte que le travail en France soit moins (...)

     

  • 11 septembre

     

    Préavis de grève lycée Saint Charles Marseille

    Les enseignants du lycée Saint-Charles de Marseille ont déposé un préavis de grève pour ce lundi 11 septembre. Ils sont remontés contre une série de dysfonctionnements au sein de l’établissement parmi lesquels des problèmes d’emploi du temps et des règles de sécurité trop strictes.

     

  • 11 septembre

     

    Ouragan Irma : Air France accusée de gonfler ses prix pour quitter Saint-Martin et Saint-Barthélemy

    Une pétition signée par plus de 40 000 personnes dénonce les prix des billets d’avion d’Air France pour quitter l’île dévastée de Saint-Martin. La compagnie réfute ces accusations et explique à France info avoir mis en place un tarif spécial rapartiement.. http://www.francetvinfo.fr/meteo/cyclone-ouragan/ouragan-irma/ouragan-irma-air-france-accusee-de-gonfler-ses-prix-pour-quitter-saint-martin-et-saint-barthelemy_2365898.html#xtor=CS1-746

     

  • 11 septembre

     

    Prestations sociales : bavures en chaîne dans la chasse aux fraudeurs

    Alors que le gouvernement prépare une loi sur « le droit à l’erreur pour les entreprises », le défenseur des droits Jacques Toubon réclame la même disposition pour les particuliers. Il l’écrit dans un rapport glaçant sur les abus de la lutte contre « la fraude aux prestations sociales », qui laisse entrevoir une chasse arbitraire à l’usager. Le rapport précise que la lutte contre la fraude aux prestations sociales – qui se distingue de la fraude aux cotisations sociales des entreprises (non traitée dans ce rapport) – s’est considérablement développée depuis la loi du 13 août 2004 sur la réforme de l’assurance-maladie. : Le journal Le Monde le précise : « Selon la Délégation à la lutte contre la fraude, la (...)

     

  • 8 septembre

     

    Pôle emploi, est aussi en difficulté avec la baisse des Contrats aidés

    Le serpent qui se mord la queue... Selon FO-Pôle emploi, 2 000 contrats aidés seraient supprimés au sein même de l’opérateur public. Le syndicat réclame une pérennisation de leurs emplois.

     

  • 6 septembre

     

    Corderie : la ministre de la Culture confirme le projet immobilier

    Corderie : la ministre de la Culture confirme le projet immobilier La ministre a tranché. Le périmètre classé de l’ancienne carrière grecque découverte à Marseille sur le site de la Corderie ne sera pas modifié par la loi, a annoncé, le 04/09 par communiqué la ministre de la Culture Françoise Nyssen, alors que plusieurs élus et riverains lui demandaient de...

     

  • 6 septembre

     

    La campagne d’Emmaüs pour dénoncer le drame vécu par les migrants

    Un clip et une traversée à la nage pour interpeller sur le sort des migrants morts en Méditerranée Emmaüs lance une campagne pour dénoncer le drame vécu par les migrants. Outre un clip, une traversée du détroit de Gibraltar est organisée en hommage aux dizaines de milliers de personnes mortes en Méditerranée .Emmaüs a lancé jeudi 31 août une pétition et un nouveau clip intitulé "Article 13 : pour que sur terre aucun être ne soit illégal". Une référence explicite à un article de la Déclaration universelle des droits de l’Homme qui garantit la liberté de circulation pour toutes et tous. Ce droit est refusé aux migrants qui tentent de venir en Europe, selon l’association fondé par l’Abbé Pierre (...)

     

Articles récents

Articles au hasard