Articles

Accueil > Actualités > L’histoire de Mawa ou la Traversée des Enfers de la migration (...)

 

L’histoire de Mawa ou la Traversée des Enfers de la migration moderne

22 mai 2017

De Conakry, en Guinée, à Marseille, la jeune femme Mawa a pris, en 2003, la route migratoire, véritable route des Enfers. Avec un passage cauchemardesque en Lybie, à l’époque de Kadhafi, qui a fait basculer sa vie pour toujours. Car la Lybie a été, et reste, selon elle, le lieu de toutes les atrocités, même si le régime a changé. Les migrants y subissent pressions, tortures, viols systématiques, exécutions sommaires, pour un oui ou un non. Et ceci ; avant de pouvoir espérer embarquer sur des canots pneumatiques, véritables cercueils des mers pour rejoindre l’Europe. Elle, qui rêvait en Afrique de rejoindre une France qui ressemblerait à la série TV de « Sous le Soleil », a subi cette traversée de la Méditerranée, avant d’arriver, hagard, seule, sans famille, à pied à Marseille, en passant par l’Italie et Nice. Son récit, c’est celui de la migration d’aujourd’hui, c’est aussi une histoire de raquette, de business lucratif où le migrant est une marchandise monnayable, dont la vie n’a aucune valeur…


 


Jeune femme dynamique et rayonnante, Mawa, Guinéenne, vient de fêter la carte de séjour de 10 ans qu’elle vient d’obtenir, après 10 ans de présence à Marseille. Ce statut administratif est un petit papier qui lui a coûté du sang, des larmes et tant de combats. Je salue, ici, le témoignage courageux de Mawa, qui a bien voulu livrer les détails terrifiants de sa vie depuis qu’elle a dû fuir son pays natal, la Guinée, car menacée de mort, en raison des activités politiques de son père, opposant au régime. A Marseille, elle s’est mariée, est devenu mère de deux enfants, travaille et a réussi à reconstruire sa vie, malgré les épreuves qu’elle a dû surmonter.
J’ai eu l’occasion de rencontrer Mawa, par le biais d’une amie qui est travailleuse sociale aux Points d’Appui d’Accès aux Droits des étrangers et qui l’a aidée à obtenir une carte de séjour. Cela fait un certain temps déjà que nous souhaitons lui donner la parole. De son côté, Mawa a voulu témoigner de cette traversée des Enfers, à travers le sol africain, la mer Méditerranée et l’Italie. Car elle souhaite apporter son éclairage sur la réalité de ce que subissent les migrants et tenter de dissuader ses compatriotes de venir en Europe, par la route, Mali- Algérie-Libye- Italie qu’elle a empruntée. Son histoire est toujours d’actualité. La maltraitance aux « check points » libyens, n’a jamais cessé, d’après les témoignages très intimes de ses compatriotes et d’autres migrants qui continuent d’emprunter exactement la même route. Je me rends donc chez elle, dans une petite cité des quartiers Est de Marseille, vers Pont-de-Vivaux, où elle m’accueille avec ses deux enfants qui viennent de rentrer de l’école. Mawa a voulu raconter son histoire, pour, dit-elle, éviter que d’autres migrants prennent la mer, comme elle, et surtout ne passent par la case libyenne.

La fuite de Conakry


La jeune femme accepte de se confier et tente de reconstituer ses souvenirs. Son histoire de migrante débute à 23 ans, en 2003 où elle doit fuir sa vie natale de Conakry, en Guinée. Son père, gendarme de profession, opposant politique, est emprisonné pendant 5 ans, puis brusquement retrouvé mort en prison. Des amis de la famille l’informent alors, que la situation est devenue trop risquée pour elle et sa sœur aînée, et qu’il faut rapidement fuir. C’est la seconde épouse de son père (« ma marâtre »), sa mère est décédée, qui va l’aider, à quitter le pays, en leur donnant de l’argent, un pécule qui leur sera précieux, un temps ; Mawa a une vingtaine d’années à l’époque, elle est jeune et naïve, et n’est jamais sortie de Conakry. Elle et sa sœur émigrent d’abord au Mali, où résident de lointains parents qui les aident à s’installer ; et elles décident de se lancer, avec un certain succès, dans le commerce de tissus (le Bazzin), durant deux années. Mais les tumultes politiques et l’instabilité politique malienne inquiètent la jeune Mawa, qui ne retrouve pas d’équilibre dans cette nouvelle vie. Un Malien, évoque auprès de sa sœur la possibilité de les aider à gagner l’Europe, pour environ 1500 euros. Avec le recul du temps, Mawa revient sur ce lugubre business « Il nous a soutiré beaucoup d’argent. » Le voyage en Europe commence alors à germer dans l’esprit de la jeune guinéenne. « D’un côté, j’avais peur, mais je me suis dit que si dieu m’aidait à faire cela, ce sera le meilleur de ma vie. » Sa sœur, désormais mariée, préfère, elle, rester au Mali.

La France : comme dans la série « Sous le soleil » !

Quand je lui demande, pourquoi la France ? Mawa se rappelle : « Pour moi, la France, c’était comme dans les séries télévisées, comme dans « Sous le soleil » (une série de la fin des années 90, qui se déroulait dans les milieux huppés de Saint-Tropez), de belles maisons, de l’argent, des gens bien habillés… Les films, on les regardait en DVD, au Mali. Je pensais, je vais être riche, je vais trouver du travail »… Du Soleil de Saint Tropez au soleil de Marseille, du rêve à la réalité… Et là, nous partons dans un fou rire commun qui allège un peu une rencontre lourde de souvenirs traumatisants, mais aussi libératoire.

« Ils voulaient faire du mal pour leur plaisir »

Elle se décide alors à partir pour l’Europe. Sa sœur verse la moitié de la somme demandée au passeur malien qui la mène du Mali en Algérie, en voiture avec 25 autres personnes, à travers le désert, un périple qui dure quatre jours. A la frontière algérienne, ils changent de voiture. Ils sont arrêtés par des militaires, où certains hommes sont battus, et contraints de verser de l’argent. Finalement, une autre Pick-up les récupère, pour le conduire en Lybie. Là, ils sont contraints de rester deux semaines, enfermés dans une cour, en attendant de prendre la mer. A l’évocation de ce souvenir, Mawa verse des larmes. Elle se souvient : « Des personnes nous maltraitaient », lance-t-elle. Qui étaient ces personnes ? Je demande. Mawa ne sait pas trop. « C’étaient des gens qui travaillaient avec les passeurs, on ne voyait jamais leurs visages, ils se voilaient ». Ce dont elle se souvient, avec difficulté et larmes, c’est qu’ils voulaient « Faire du mal, pour leur plaisir ». Ils disaient aux Migrants, « Vous êtes de étrangers de passage ». Elle suppose aujourd’hui que c’étaient des militaires libyens. La conversation change de ton, elle décide de parler, de sortir ce mal qui la ronge depuis 14 ans, de témoigner au grand jour. Elle se remémore le manège infernal des Libyens, « Ils nous emmenaient dans leur voiture et nous violentaient dans des containers » ; « Tu ne pouvais pas dire non ». « Une fois une femme a refusé de monter avec eux, elle a été tuée devant nos yeux. A un autre moment, deux hommes qui avaient voulu s’interposer ont été tués, ils ont tiré sur eux, devant nous ». « J’ai essayé d’oublier ». D’autant plus traumatisant pour la jeune guinéenne qui était vierge à l’époque, n’avait aucune connaissance de la sexualité. Viols et sévices divers font partie du lot d’atrocités « Et Mawa me montre la trace d’une brûlure de cigarettes, sur les bras que ces geôliers lui ont fait ». C’est pour cette raison, qu’elle aussi voulu témoigner. Car la majorité des migrants africains est toujours contraint de passer par cette route et arrivent chez nous, abusés de la même façon qu’elle. Et peut-être pour briser la loi du silence : « Je déconseille aux femmes de prendre cette route. Toutes les femmes, qui arrive aujourd’hui en Europe ont subi ces viols, et on n’en parle pas », explique-t-elle.
Prise dans le feu de son histoire, elle ne savait pas, à l’époque que le parcours de traversée allait être aussi traumatisant, et elle aurait renoncé si elle avait été mieux informée.



Au bout de deux semaines, le calvaire libyen prend fin, pour laisser place à un autre calvaire, celui de la traversée en mer. Dès le sol libyen, l’ordre est donné aux migrants de jeter leurs portables, pour ne pas pouvoir témoigner ou prendre des photos, et ne laisser aucune traces. On les conduit en voiture jusqu’à une côte. Puis vers 4 heures du matin, à la nuit noire, les migrants montent sur une sorte de grand matelas pneumatique, avec une planche au milieu. La difficulté est d’abord de se hisser jusqu’au matelas. Là, il s’agit pour les migrants de garder l’équilibre, car pas question de tomber.

Deux hommes sont tombés dans l’eau ; les passeurs leur ont tiré dessus

« Deux des nôtres sont tombées dans l’eau, en voulant monter sur le matelas, les passeurs les ont tués dans l’eau, ils leur ont tiré dessus ». Une fois sur un matelas d’environ 7 mètres de long, les migrants sont nombreux, « à peu près 180 personnes ». L’embarcation navigue sur les côtes libyennes, de nuit. Et Mawa, se souvient d’avoir été tétanisée par la peur : « sur le canot, je restais toute droite, sans bouger, je regardais droit devant moi, je fixais l’homme qui était juste devant moi. Je priais, je suis Musulmane ». Et elle se souvient, à cet instant avoir regretté d’avoir choisi d’accomplir cette traversée. Sur les eaux, le périple tourne à l’aigre. « Celui qui nous dirigeait sur le matelas s’est trompé de cap, il a soudain décidé de faire demi-tour ». En gros, cela signifiait que le passeur avait choisi d’abandonner 200 migrants à leur triste sort, de nuit, en pleine mer. « Nous avons alors aperçu un bateau qui naviguait sur la mer. Le passeur nous a dit qu’il allait émettre un signal, pour qu’on soit secouru. On était près des côtes italiennes, à proximité de Naples ». En fait, Mawa, a compris a posteriori, que le passeur n’avait aucune intention de demander secours, cette nuit-là, au bateau. « Il le savait, ils ont l’habitude », répète-t-elle. Lui, avait un gilet de sauvetage, alors que très peu d’entre eux en étaient équipés. En gros, cela signifiait que le passeur avait choisi d’abandonner 200 migrants à leur triste sort, de nuit, en pleine mer. Il a laissé l’embarcation chavirer, sans appeler de secours. « A cet instant, j’ai pensé que c’était fini pour moi, je ne savais pas nager. J’ai été sauvée par un homme qui m’a prêté son gilet de sauvetage. » Heureusement que le bateau italien n’était pas trop loin. « Les Italiens nous ont récupérés dans l’eau. Sur le bateau, nous avons été accueillis par la Croix Rouge. J’étais en état de choc »,

De Nice à Marseille

Mawa est ensuite envoyée dans un centre italien où résident déjà de nombreux Guinéens. Et là encore une fois, les migrants qui souhaitent rester en Europe font l’objet d’une sorte de raquette. Pressée de payer 200 euros pour passer clandestinement en France, elle doit appeler sa sœur qui est restée au Mali et lui demander de faire un virement, par Western Union, en échange. Le deal est passé. Conduite par le passeur, à la frontière franco-italienne, Mawa tente, avec d’autres migrants, une première fois, de rejoindre la France et la ville de Nice. Mais après trois heures de marche à pied, la tentative échoue. Ce sera, après un second essai, que la jeune femme pourra enfin fouler le sol français et se retrouver dans la banlieue de Nice. Le même jour, comme un funambule, elle décide de prendre le train, avec deux jeunes compagnons d’infortune comme elle, en direction de Marseille Saint-Charles, en début de soirée. A Marseille, les employés du Mac Donald de la gare Saint-Charles lui donne de quoi manger. Puis l’orientent vers le quartier du 3ème arrondissement où elle croise une femme comorienne qui accepte de l’héberger pour la nuit. Le lendemain, cette femme accompagne Mawa à la Cité des associations, à la recherche d’une association guinéenne qui va l’orienter vers la Cimade et déposer une demande d’asile à la préfecture.

Elle fête aujourd’hui sa carte de séjour de 10 ans !

Logée, un temps à la maison des femmes de la gare St Charles elle rencontre le futur père, guinéen, lui aussi, de ses enfants. Mais la jeune femme reste en état de choc. « J’étais perturbée, je pensais à tout ce que j’avais vécu en Libye et sur le bateau. » Elle sera suivie par un psychologue. Trois mois après être arrivée en France, elle tombe enceinte. A 5 mois de grossesse, sa demande d’asile est rejetée, elle doit alors quitter le foyer et vivre dans la clandestinité durant 8 ans. Elle donne naissance à son premier fils et part vivre avec son mari. « J’avais, tout le temps peur d’être expulsée », se souvient-elle. Elle parvient à trouver, malgré tout, des boulots au noir et donne naissance à son second fils, aujourd’hui âgé de 6 ans. Dès 2011, elle entame à nouveau des démarches pour régulariser sa situation auprès des Points d’Appui d’Accès aux Droits de Marseille. Elle finit par obtenir en 2012, une carte de séjour d’un an. Et tout dernièrement, en mai 2017, elle réussit à obtenir une carte de 10 ans. Aujourd’hui, elle vie en paix avec son mari et ses deux enfants et travaille comme aide pour personnes âgées. En 2015, elle est retournée pour la première fois en Guinée, mais elle ne souhaite plus vivre là-bas, car elle ne parvient pas à oublier ce que son père a subi, même si le régime politique n’est plus le même. Cet été, elle partira à nouveau dans son pays, le faire découvrir à ses enfants et à mon amie, travailleuse sociale qu’elle emmène avec elle, dans ses bagages…

Informations de 2017 ; sur le sort des migrants en Libye.
A lire, "Centre pour migrants en Libye : "conditions épouvantables", selon le patron du HCR" Mai 2017. "A Tripoli, le patron du HCR a par ailleurs souligné avoir recueilli des “témoignages très très difficiles” sur des cas d’esclavage moderne de la part de “gangs et d‘éléments criminels”. Il a encore parlé de témoignages “épouvantables”.

http://fr.africanews.com/2017/05/22/centre-pour-migrants-en-libye-conditions-epouvantables-selon-le-patron-du-hcr/

 



 

  • "Handala est le témoin de cette ère qui ne mourra jamais"

    On ne dit pas Algériens de France ou en France car ils sont français.

    par Danièle Dubreuil le Août 2014 à 16h46
  • 3es rencontres nationales des luttes de l’immigration (1/4) Saïd Bouamama : « L’impérialisme existe encore »

    Faire des conférences c’est bien mais...
    S Bouamama, un sociologue engagé ? quand on tape son nom sur internet et qu’on voit le nombre de fois qu’il s’est "engagé" en étant.... payé, c’est impressionant. beaucoup de ses travaux sont des réponses à des commandes publiques
    On ne peut pas se dire engagé et en même temps solliciter des fonds publics pour le faire. Ce pseudo sociologue engagé est en rélaité engagé pour ses fins de mois et pendant ce temps, nous on pointe au chômage

    par Hakim le Janvier 2015 à 10h09
  • Marseille : la Ville communique sur sa lutte contre l’habitat indigne

    bjr il suffit de venir au parc kalliste voir dans quel l’etas sont les appartement de marseille ,ils les laisse se dégrader ,ils n’ont méme pas pris la peinne de fermer les volets de certain d’entre eux sachant qu’ils risque de tombé a tous moment surtou quand le vent souffle ,puis apres c’est facile de demander de classé le batiment en carence !!!!mdr !!!

    par delaval le Décembre 2014 à 10h36
  • Les Algériens de France veulent créer leur lobby

    la question est : pourquoi Algérien en France alors que chacun pense que l’union du Maghreb est une bonne idée pour ces pays, même si cela ne marche pas actuellement.

    ce serait un bon signe des Maghrébins de France, non ?

    par Said le Octobre 2007 à 09h11

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 20 septembre

     

    CONTRE LA SUPPRESSION BRUTALE DES CONTRATS AIDES, RASSEMBLEMENT unitaire DEVANT LA PREFECTURE LE MERCREDI 20 SEPTEMBRE A 13H.

    Depuis la rentrée, l’annonce par le gouvernement de la fin programmée de tous les emplois aidés a réactivé la colère dans l’éducation, premier employeur de ces contrats. Les associations de parents d’élève se sont jointes à l’intersyndicale 1er degré en cette rentrée car elles sont bien conscientes des difficultés tant sur le plan humain que dans la dégradation de l’accueil des familles dans les écoles où les AADE sont devenues indispensables au bon fonctionnement. Le second degré de l’éducation, touché aussi par ces suppressions se joindra aussi à notre action le mercredi 20 septembre à 13h devant la Préfecture, à Marseille et l’action s’élargit en interprofessionnel. L’intersyndicale a demandé à être (...)

     

  • 14 septembre

     

    Emmaüs Pointe Rouge lance une collecte de dons pour les migarnts

    La Collecte de dons alimentaires pour les migrants de la Vallée de La Roya, est ouverte. départ du camion lundi 16 octobre. Le camion d’Emmaüs partira le lundi 16 octobre. Voir sur le site emmaus-pointerouge.com

     

  • 14 septembre

     

    Les piscines publiques de Marseille, indicateurs de l’inégalité

    Les piscines publiques de Marseille, indicateurs de l’inégalité Vaste article du New York Times sur l’état des piscines à Marseille... https://www.nytimes.com/2017/09/14/world/europe/marseille-piscines-publiques-inegalite.html?smid=fb-nytimes&smtyp=cur

     

  • 11 septembre

     

    Manifestation contre ordonnance travail le 12 sept Vieux Port

    Rassemblement est prévu au vieux port à 10h30, à l’appel Front social 13. Front Social est composé de syndicats (CGT, Sud, Solidaires, FSU, UNEF, UNL, la CNT..) et d’associations. "Le programme d’Emmanuel Macron consiste à mettre en œuvre la politique qui a été imposée à la Grèce, à l’Espagne, au Portugal... Pour la France son projet est de faire baisser les salaires , faciliter les licenciements , supprimer le CDI , réduire au maximum les droits des salariés ,baisser les retraites , baisser fortement les aides sociales , les indemnités chômage, supprimer un maximum de dépenses publiques dans : l’éducation , la santé , les services sociaux ... pour faire en sorte que le travail en France soit moins (...)

     

  • 11 septembre

     

    Préavis de grève lycée Saint Charles Marseille

    Les enseignants du lycée Saint-Charles de Marseille ont déposé un préavis de grève pour ce lundi 11 septembre. Ils sont remontés contre une série de dysfonctionnements au sein de l’établissement parmi lesquels des problèmes d’emploi du temps et des règles de sécurité trop strictes.

     

  • 11 septembre

     

    Ouragan Irma : Air France accusée de gonfler ses prix pour quitter Saint-Martin et Saint-Barthélemy

    Une pétition signée par plus de 40 000 personnes dénonce les prix des billets d’avion d’Air France pour quitter l’île dévastée de Saint-Martin. La compagnie réfute ces accusations et explique à France info avoir mis en place un tarif spécial rapartiement.. http://www.francetvinfo.fr/meteo/cyclone-ouragan/ouragan-irma/ouragan-irma-air-france-accusee-de-gonfler-ses-prix-pour-quitter-saint-martin-et-saint-barthelemy_2365898.html#xtor=CS1-746

     

  • 11 septembre

     

    Prestations sociales : bavures en chaîne dans la chasse aux fraudeurs

    Alors que le gouvernement prépare une loi sur « le droit à l’erreur pour les entreprises », le défenseur des droits Jacques Toubon réclame la même disposition pour les particuliers. Il l’écrit dans un rapport glaçant sur les abus de la lutte contre « la fraude aux prestations sociales », qui laisse entrevoir une chasse arbitraire à l’usager. Le rapport précise que la lutte contre la fraude aux prestations sociales – qui se distingue de la fraude aux cotisations sociales des entreprises (non traitée dans ce rapport) – s’est considérablement développée depuis la loi du 13 août 2004 sur la réforme de l’assurance-maladie. : Le journal Le Monde le précise : « Selon la Délégation à la lutte contre la fraude, la (...)

     

  • 8 septembre

     

    Pôle emploi, est aussi en difficulté avec la baisse des Contrats aidés

    Le serpent qui se mord la queue... Selon FO-Pôle emploi, 2 000 contrats aidés seraient supprimés au sein même de l’opérateur public. Le syndicat réclame une pérennisation de leurs emplois.

     

  • 6 septembre

     

    Corderie : la ministre de la Culture confirme le projet immobilier

    Corderie : la ministre de la Culture confirme le projet immobilier La ministre a tranché. Le périmètre classé de l’ancienne carrière grecque découverte à Marseille sur le site de la Corderie ne sera pas modifié par la loi, a annoncé, le 04/09 par communiqué la ministre de la Culture Françoise Nyssen, alors que plusieurs élus et riverains lui demandaient de...

     

  • 6 septembre

     

    La campagne d’Emmaüs pour dénoncer le drame vécu par les migrants

    Un clip et une traversée à la nage pour interpeller sur le sort des migrants morts en Méditerranée Emmaüs lance une campagne pour dénoncer le drame vécu par les migrants. Outre un clip, une traversée du détroit de Gibraltar est organisée en hommage aux dizaines de milliers de personnes mortes en Méditerranée .Emmaüs a lancé jeudi 31 août une pétition et un nouveau clip intitulé "Article 13 : pour que sur terre aucun être ne soit illégal". Une référence explicite à un article de la Déclaration universelle des droits de l’Homme qui garantit la liberté de circulation pour toutes et tous. Ce droit est refusé aux migrants qui tentent de venir en Europe, selon l’association fondé par l’Abbé Pierre (...)

     

Articles récents

Articles au hasard