Articles

Accueil > En direct de Marseille > L’actu marseillaise > Le collectif éponyme organise la "Fada Pride 2016" : "Don’t panic, I’m (...)

 

Le collectif éponyme organise la "Fada Pride 2016" : "Don’t panic, I’m psychotic"

22 avril 2016

L’association Fada Pride organise pour la seconde année consécutive la "mad pride", une manifestation qui vise à lutter contre les préjugés et les discriminations faites à l’encontre des personnes atteintes de pathologies mentales. Sensibiliser les institutions étatiques telle est la vocation du collectif. Ils défileront ainsi dans les rues de Marseille le 11 Juin prochain pour une marche festive qui invite chaque citoyen à les rejoindre pour soutenir leur cause. Cette année, les membres de la Fada Pride ont visés haut avec un programme riche en rebondissement : fanfare, concert, cracheur de feu, distribution de repas et défilé estival, de nombreuses activités ont été prévues pour attirer le plus grand nombre de participant possible. Nous avons suivi au sein du collectif la préparation de cette Fada Pride 2016 qui approche à grand pas.


 

JPEG - 72.5 ko
Les membres du collectif réunis lors de la réunion d’organisation de la Fada Pride 2016.

L’association Fada Pride est un collectif marseillais composée d’une quarantaine de membres atteint de pathologie psychiatrique diverse (autisme, schizophrénie, bipolarité etc.) mais également de travailleurs sociaux, de soignants, de chercheurs ou encore d’artistes. A la tête de cette association se trouve le psychiatre et anthropologue Girard Vincent ainsi que la doyenne de l’association Sentinelle, Claude Lefevre qui présideront cette année le cortège. L’ensemble des revendications portées par l’association se retrouvent cristallisé dans "Le Manifeste du Collectif de la Fada Pride", un plan d’action sociale et sanitaire dans lesquels les membres dénoncent la violence étatique et symbolique qui s’exerce sur les citoyens français atteint de maladie mentale.

Ce manifeste met ainsi en lumière cinq problèmes fondamentaux liés à la prise en charge des malades mentaux :
- les hospitalisations massives sous la contrainte qui sont de l’ordre d’environ 70 000 par an en France
- l’ inégalité devant la mort, avec une espérance de vie de -25 ans en comparaison au reste de la population générale
- le bafouement de la démocratie qui passe par le maintien de structure profondément inégalitaire
- L’exclusion sociale et professionnelle des personnes atteintes de troubles psychiatriques.


Lors de la réunion à laquelle nous avons assisté, les membres de la Fada Pride ont évoqué ce Manifeste sur lequel repose l’association. Ils souhaitent toutefois y apporter quelques modifications afin de mettre davantage l’accent sur les solutions proposées. Discussion autour des nouveaux flyer, des stratégies de diffusion à mettre en place (réseaux sociaux, distribution dans les hôpitaux et commerces etc..) ou encore débat autour du slogan, les membres du collectif ont longuement discutés pour parfaire l’organisation de la Fada Pride 2016. Cette année, Le collectif réfléchit également à abandonner l’idée de se déguiser pour défiler dans les rues, considérant que cela contribue à donner une vision péjorative et caricaturale des personnes atteintes de troubles mentaux. De nombreux changements pourraient ainsi être apportés à la Fada Pride afin de lui garantir un succès croissant.

L’idée de Fada Pride est naît au Canada il y a vingt ans lorsqu’un cortège de personnes atteintes de troubles psychiatriques ont décidé de défiler pour la première fois dans les rues de Toronto pour défendre le droit des usagers des services de santé mentale. La Mad Pride (qui signifie littéralement « marche de la folie ») portait à l’époque le nom de Psychiatrique Survivor Pride day. Il aura fallu attendre l’année 2014 en France pour que le concept de la Mad Pride puisse enfin émerger. Désormais, elle a lieu chaque année dans plusieurs grandes villes françaises telles que Paris, Marseille ou encore Lyon, réunissant ainsi des centaines de personnes qui scandent le slogan : "Don’t panic, I’m psychotic ! ".


La vocation première de la Fada Pride est de visibiliser les personnes atteintes de troubles psychiatriques qui sont marginalisés, discriminés et victimes de nombreux préjugés en raison de leur situation. Ceux que l’on veut d’ordinaire cacher, défilent alors dans les rues le temps d’une journée pour manifester et extérioriser leur existence, leur normalité et leur volonté de voir cette existence enfin reconnue socialement. Pendant l’espace de quelques heures, ils retrouvent ainsi un statut de citoyen à part entière, soucieux d’exercer leurs droits démocratiques.

En effet, selon l’Institut national de la santé et de la recherche médicale, 40% des personnes sans domicile fixe sont atteint de troubles psychiatriques, soit une moyenne dix fois plus élevée que le reste de la population nationale. Ce chiffre s’avère révélateur d’une situation extrêmement précaire et d’un abandon total des institutions étatiques à l’égard d’une partie de ses citoyens. Espérons que la Fada Pride puisse permettre de sensibiliser la population à ce fléau sociétal qui n’a que trop duré. Rendez-vous en Juin prochain pour le savoir !

Contact :
Facebook Fada Pride
Site Web

 

 

Autres articles En direct de MarseilleL’actu marseillaise

 

Articles récents

Articles au hasard