Articles

Accueil > Actualités > Rencontres de la photographie d’Arles, la fondation d’entreprise Luma (...)

 

Rencontres de la photographie d’Arles, la fondation d’entreprise Luma apporte du sang neuf et suisse à Arles, pour le meilleur ou pour le pire ?

2 août 2017

Que se passe-t-il aux Rencontres d’Arles ? L’effervescence règne. C’est que le loup est entré dans la bergerie…A moins que ce ne soient les grosses pointures suisses, issues de l’industrie pharmaceutiques qui n’investissent l’évènement et toute la culture arlésienne. Car, c’est un poids lourd de l’art contemporain international qui a décidé de changer le destin artistique d’Arles, avec la fondation Luma. Et la personnalité de sa fondatrice, Maja Hoffman, mécène internationale et petite-fille du fondateur des laboratoires helvétiques suisses Hoffmann-La Roche, et cohéritière de l’empire pharmaceutique. La culture à Arles change d’échelle. Avec pour 2018, la livraison de la tour Franck Ghéry, l’ouverture d’un centre d’art contemporain, la rénovation des anciens ateliers de la SCNF qui coûte 100 millions d’euros. Alors, une chance pour notre Région ou un pas de plus vers le détournement monétaire de l’art et de la culture ? Avec, Arles qui se rêve en plateforme de l’Art, rivalisant avec Paris ou Berlin.


 

Quand on se rend au parc des Ateliers, des Forges ou ceux de la Mécanique, durant les Rencontres de la photo, l’ambiance n’est plus la même qu’il y a quelques années, la fondation Luma semble occuper tout le terrain. Créée en 2004, la fondation est issue des laboratoires pharmaceutiques suisses Hoffmann-La Roche, producteur, dans les années 60 du célèbre médicament Valium, et de l’actuel Lexomil avec à sa tête Maja Hoffman. La structure signe, cet été, la rétrospective consacrée à la photographe Annie Leibovitz, et surtout chapeaute la réhabilitation des anciens ateliers de la SNCF pour y créer un centre d’art Nouvelle génération, qui se dessinera sur 10 ha avec un parc et 5 bâtiments. Une tour de 50m de haut, signée Frank Gehry, y est également en train de s’ériger.

La fondation Arles-Luma assure, avec d’autres partenaires, la réhabilitation, le réaménagement et le développement, des ateliers, avec également la création d’une nouvelle École nationale supérieure de la photographie, grand projet architectural signé Marc Barani. Quand on sur place, on peut d’ores et déjà apercevoir la fameuse tour « Luma » de l’architecte américano-canadien, Frank Géhry, l’un des architectes les plus en vogue de la planète, auteur, entre autres, du musée Guggenheim de Bilbao, de la fondation Louis Vuitton à Paris, ou de la Cinémathèque française.
La Tour Ghéry en construction

La construction de cette tour, espace futuriste (tour retour vers le futur, version architecture science-fiction seventies, mais à chacun de juger sur place…) a débuté en 2014, et devrait être achevée en 2018. Se voulant être un centre culturel expérimental, elle accueillera des artistes en résidence (architecte, design, art contemporain…) et sera le cœur névralgique d’ un centre d’art contemporain interdisciplinaire, qui se veut être, à la fois, centre de ressources, d’éducation, de création, d’exposition, d’art contemporain, en général. Déjà la fondation accueille la résidence du chorégraphe Benjamin Millepied et sa compagnie L.A. Dance Project.

Divergence d’opinion entre Luma et l’ancien directeur des Rencontres


La fondation Luma accélère ce changement de grandeur, voire « de nature » « des Rencontres photographiques d’Arles », et du paysage artistique arlésien, au vue de la personnalité de sa fondatrice-présidente, Maja Hoffman. Cette dernière, collectionneuse d’art, mécène et réalisatrice de documentaires suisse, est surtout cohéritière des laboratoires Roche. Elle s’est investie financièrement, dès 2002, dans les Rencontres d’Arles, à l’époque reprises par son directeur François Hébel, dont elle est une connaissance. Quand, les Rencontres de la photo installent une partie des expositions sur les terrains en friche des ateliers SNCF, qui appartiennent à la Région, la fondation Luma achète ¼ du terrain. Mais peu à peu, elle rogne sur l’espace des Rencontres. Au point que, selon nos confrères, l’ancien directeur en vienne à démissionner en 2014. François Hébel confiera, à Paris Match « « Un privé fait ce qu’il veut chez lui. Les pouvoirs publics ont vendu et la ville m’a offert un champ en échange ! J’ai essayé de parler à Maja qui ne m’a pas répondu. Elle est entourée… », en 2014.
Cette enfant du pays est attachée à ce territoire, et y a jeté son dévolu, en 2013 pour y implanter son grand projet artistique, à grand coup de renfort financier. Elle a fondé la fondation Luma en 2004, et Arles Luma en 2014 pour y assoir son projet de nouveau centre d’art Contemporain. Aujourd’hui, le nouveau directeur des Rencontres est Sam Stourdzé, ancien le directeur du Musée de l’Elysée à Lausanne.
Arles, nouvelle plaque tournante de l’Art contemporain ?

La fondation Luma Arles est spécifiquement dédiée à des projets artistiques sur le territoire arlésien et est particulièrement active, depuis sa création. Avec ce partenariat, les Rencontres semblent changer d’échelle et investir le vaste et lucratif champ de l’art contemporain international. Est-ce ou non à déplorer ? La question a le mérite d’être posée. Même si, sur notre territoire, tout apport financier reste bienvenu. Qu’Arles devienne un haut lieu de production, de diffusion, de l’art contemporain, pourrait déplacer le curseur parisien, un peu plus dans le Sud. Déjà, le maire d’Arles, Hervé Schiavetti, PC, voit en cette manne financière une véritable aubaine pour sa ville, il confiait au journal Le Monde, en 2016 « Grâce à Maja Hoffmann, Arles rayonnera jusqu’à New York, Londres, Berlin… », Espérant attirer de 300 000 à 500 000 visiteurs supplémentaires par an.

Maja Hoffman, Mécène et nouvelle femme forte d’Arles


Avec à la tête de la fondation Luma-Arles, Maja Hoffman est une personnalité aguerrie de l’art contemporain, mécène ( Palais de Tokyo à Paris, les Rencontres d’Arles, Biennale de Venise, Serpentine Gallery à Londres, et Human Rights Watch à New York). Elle est présidente de la Kunsthalle de Zurich et vice-présidente de la fondation Emanuel Hoffmann, investie dans le Musée d’art contemporain de Bâle. Elle est également membre du conseil d’administration de la fondation Vincent Van Gogh d’Arles, du New Museum of Contemporary Art de New York (dont un étage porte son nom) et de la Tate Gallery de Londres. Elle est l’une des bailleurs de fonds du programme culturel permanent du parc olympique de Londres. Et a acquis une collection personnelle d’art contemporain. Un CV et un poids financier qui permettront de tisser des liens assez sérieux avec les grandes institutions de l’Art international. Ayant grandi à Arles, elle se dit très attachée à ce territoire. A suivre

https://www.rencontres-arles.com/

http://www.luma-arles.org/

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 6 novembre

     

    Projet de loi sur la Sécurité Sociale adopté : 4,2 milliards de restrictions demandés

    L’Assemblée nationale a adopté, mardi 31 oct 2017, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018. La gauche de l’Hémicycle a voté contre, dénonçant une attaque sans précédent contre le système de protection sociale. https://www.humanite.fr/le-budget-de-detricotage-de-la-securite-sociale-ete-vote-644835

     

  • 6 novembre

     

    Violences sexuelles faites au femmes, plan d’urgence demandé à Macron

    VIOLENCES SEXUELLES - Louane, Alexandra Lamy, Tatiana de Rosnay... 100 femmes demandent à Macron "un plan d’urgence contre les violences sexuelles" Elles sont les premières signataires d’une pétition en ligne pour en finir avec les violences sexuelles. "Ces violences ne sont pas une fatalité. Elles peuvent cesser". Une centaines de personnalités féminines de la société civile, artistes, comédiennes, réalisatrices, écrivaines, journalistes, médecins... ont signé une tribune adressée au président Emmanuel Macron dans le Journal du dimanche ce 5 novembre, demandant "un plan d’urgence contre les violences sexuelles". Cet appel, initié par des militantes féministes, dont Caroline de Haas, a également été (...)

     

  • 30 octobre

     

    Concert de musique arabe et européenne en soutien à SOS Méditerranée dans le cadre du festival d’Aix-en-Provence

    La série de concerts solidaires exceptionnels inaugurée en 2016 au profit de SOS MEDITERRANEE, se poursuit cet automne, sur l’initiative de Bernard Foccroulle, directeur du festival d’Aix-en-Provence et organiste, et membre du comité de soutien de SOS Méditerranée. Le prochain concert aura lieu - Vendredi 17 Novembre à 20h45 - Eglise St Jean de Malte à Aix-en-Provence "Les couleurs de l’Amour et de l’Exil" Concert de musique arabe et européenne Bernard Foccroulle Orgue Alice Foccroulle Soprano Moneim Adwan Chant et Oud Compositions de Francisco Correa de Arauxo, Alessando Grandi, François Couperin, Dietrich Buxtehude, Bernard Foccroulle, Abou Khalil El-Kabani, les frères (...)

     

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit de retrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

Articles récents

Articles au hasard