Articles

Accueil > En direct de Marseille > L’actu phocée des diverses cités > Schebba : Fêter les 30 ans demain ? pas si sûr !

 

Schebba : Fêter les 30 ans demain ? pas si sûr !

25 juin 2016

Alors Alerte risque de disparition !!!

Schebba l’exemple, Schebba ces femmes des quartiers qui ont montré la voie en se mobilisant contre les discriminations et la misère, Schebba que l’on invite partout à témoigner de leur exemple, Schebba que les chercheurs viennent avec déférences recueillir les paroles, Schebba par ci, Schebba par là, autant d’honneurs qui ne vont pas tarder à se transformer en oraison funèbre. Parce que Schebba se meurt, victime de l’arbitraire administratif, de la raison comptable, de la logique paperassière. Jeudi quand nous sommes allés les voir elles n’avaient reçu aucune notification de financement pour l’année 2016, rien. Elles ne savaient plus comment faire face au paiement des salaires d’une quinzaine de personnes, elles avaient consommé leur découvert bancaire, arrivaient à la fin de leur moratoire sur les charges sociales. Ce dernier carré de militantes de nos quartiers à force de faire des rendus allaient en vomir.


 

Cela fait des années qu’elles réduisent leur effectif, allègent leurs charges, mais là nous sommes à l’os. Mais c’est la faute à personne, peut-être au système, peut-être à la déshumanisation de l’action sociale malgré le courage de certains techniciens qui dans les institutions se battent pour les associations. Nous sommes peut-être corrompus par la prose libérale qui impose ses contraintes gestionnaires, incapable d’évaluer au juste prix le peu de Bonheur Brut Quotidien qu’amène Schebba aux plus pauvres. Hier encore elles étaient un petit bataillon de 30 à 50 mères courage qui œuvraient dans les quartiers, de la prévention de la délinquance à la formation. Posons-nous des questions, la montée de la violence dans les quartiers est en corrélation avec le désengagement des institutions auprès d’associations. Ces mêmes structures qui sont de moins en moins considérés à leur juste valeur, c’est tout juste si on ne leur demande pas de servir la chorba aux stuctures élus par les institutions, qui n’arrivent pas à avoir de public. Ce que ces institution n’ont pas compris c’est l’originalité de certaines structures de quartiers. Parmi les dernières personnes que les jeunes des cités, dont certains sont malheureusement déjà tombé dans la délinquance, ont encore une influence positive c’est cette brigade de maman. La raison est évidente, elles les ont connu petits, alors Schebba ce n’est pas qu’une affaire d’argent, c’est illogiquement improductif dans la société que l’on nous impose mais c’est tellement humain que si cette association et les autres structures made ou plutôt med’in cité, comme Made Bassens, venaient à disparaître alors oui nous pourrions dire : "après elles le déluge, un déluge de feu d’armes automatiques qui a déjà commencé depuis longtemps, il suffit d’écouter les dernières nouvelles en provenance des cités où elle ont pignon sur rue, et à l’heure où nous publions cette alerte risque de disparition, survient le drame de la fusillade de Consolat !!!


 

 

Autres articles En direct de MarseilleL’actu phocée des diverses cités

 

Articles récents

Articles au hasard