Articles

Accueil > Actualités > "La Galère" autour de la rénovation urbaine

 

"La Galère" autour de la rénovation urbaine

7 septembre 2011

La seconde édition du festival de Radio Galère 88.4 se tenait ce week-end à la Belle de Mai. Au menu, concerts, animations, expositions, rencontres, mais aussi des débats. Associations, collectifs et habitants ont pu notamment se glisser derrière le micro pour aborder le thème de la rénovation urbaine et des inégalités autour du logement. Partage d’expérience, coups de coeur et coups de gueule ont fait vibrer les ondes de la célèbre radio marseillaise. Retour sur un échange orchestré, poing levé, par Etienne Bastide et Yeter, deux animateurs emblématiques de la station.


 

Galère de l’accés au logement, galère de la rénovation, galère des loyers ou galère des expulsions locatives, la radio éponyme a placé ce forum participatif sous le prisme des luttes. Habitants et associations ont pu faire part de leurs expériences et partager leur engagement. Et c’est avec un premier focus sur la porte d’Aix que le débat s’est ouvert. Retour sur le feuilleton rocambolesque de l’été : affaire du parking, expulsion des Roms, cette porte, point d’entrée et de sortie de la ville, mais aussi lieu d’accueil de différentes manifestations, est maintenant placée sous le joug des CRS. Tout un symbole de rassemblement et de résistance désormais effacé pour Nouredine Abouakil de l’association Un centre-ville pour tous. « En 2005, la marche mondiale des femmes y est passée. Beaucoup de choses se passent là-bas et maintenant, ce sont les fourgons de CRS qui cernent l’arc de triomphe ».

JPEG - 205.3 ko

Un symbole envolé, mais surtout un préalable à la rénovation urbaine, souligne Sarah, étudiante en urbanisme : « On envoie les CRS porte d’Aix et on déblaye ; et maintenant c’est au tour du marché aux puces. On dit aux populations : regardez comme c’est insalubre et puis, on sort ces discours sur la dégradation du quartier, sur la sécurité, des discours qui servent de faire-valoir à cette rénovation ». Des indices qui ne trompent pas pour les associations. Celles-ci s’inquiètent du devenir du marché aux puces de la Madrague, voyant les vendeurs de l’extension du marché se faire confisquer leur marchandise depuis quelques semaines. Ce haut lieu de la consommation marseillaise devrait en effet être rayé de la carte et transformé en un "marché des 5 continents". une menace pour tout le quartier des Crottes et de Bougainville, pour lesquels ce marché représente une importante source d’activités, selon les militants.

Euromed en ligne de mire

Egalement dans le viseur des associations et des habitants : la rénovation menée rue de la République, qui habite encore tous les esprits. Locataires chassés de leurs logements, méthodes de voyous, Nouredine Abouakil ne mâche pas ses mots : « on a vidé des appartements pour en tirer une rentabilité plus forte, les familles ont résisté et des méthodes de voyous ont été employées pour faire partir les habitants. Ce n’était qu’une première étape de la rénovation urbaine, le projet de la rue de la République n’appartient ni à Euromed 1 ni 2, mais a été livré à la spéculation financière, sans encadrement juridique public. »

JPEG - 169.2 ko

Même constat sur toutes les lèvres quant à Euromed : ce projet est bien loin de servir les intérets des habitants. Le second volet, Euromed 2, est en effet perçu comme une simple spéculation immobilière, représentée par des quartiers qui accueilleront des résidences à haute qualité environnementale, des hôtels, des bureaux. Pour Sarah, il s’agit simplement de prendre l’écologie comme argument pour augmenter les loyers. « Déjà avec Euromed 1, la mixité sociale était vue à l’envers, on rénovait en gentryfiant le quartier », commente la jeune femme. Ce programme de rénovation urbaine, censé être le plus grand d’Europe, a perdu tout son sens pour cette dernière : « On est dans une logique de concurrence entre les grandes villes européennes, on en arrive à une économie de résidentilisation : il faut attirer les centres de commandement et donc séduire par des bureaux, du tertiaire,... Il n’y a aucun discours social dans ces projets, ce n’est qu’une opération de séduction pour les classes montantes ».

JPEG - 174.4 ko

Manque d’information des populations autour du projet, manque de concertation, intimidations, tous les travers d’Euromed ont été passés à la loupe et partout, le même constat : derrière ce projet se dessine l’ambition non avouée de reléguer les plus pauvres en périphérie. Jean-Marc Ega du comité Mam’Ega témoigne : « on est dans une logique de reconquête du centre-ville, on repousse les populations paupérisées vers le nord de Marseille. La mixité sociale n’existe plus : dans les quartiers des XIIIe et XIVe arrondissements, avant, il y avait de la mixité, une dynamique de quartier, une diversité au sein de la population représentée par différents métiers, car il y avait des possibilités de travailler autour du port. Cela n’existe plus, il n’y a plus que deux communautés ghettoïsées : maghrébine et comorienne. Il y a un total désengagement du service public, des petites associations, il n’y a pas de prévention politique, il y a là un énorme chantier ».

Le recours aux tribunaux comme moyen d’action

Si le manque de concertation est clairement pointé du doigt par les associations, les militants misent aussi sur leur propre détermination à se faire entendre et ceci, par tous les moyens. Dans ce sens, pour Alain Laval de la Confédération syndicale des familles, la lutte entreprise par les habitants de la Savine est exemplaire. « Les bailleurs sociaux ont juste reçu le loyer et laissé dans l’abandon les locataires », s’insurge le militant. Pour Jean-Luc Duriez, autre membre du syndicat : les bailleurs n’ont pas pris leurs responsabilités : « ils ont mal géré, attendu, et résultat : c’est le public et l’ANRU qui doivent intervenir. »

Pour faire face aux marchands de sommeil et aux spéculations, les militants sont désormais prêts à se tourner vers la justice et ils l’ont déjà prouvé, notamment à travers les actions entreprises par l’association Un Centre-ville pour tous. Nouredine Abouakil rappelle que grâce à une action en justice, la société Marseille République a fini par être condamnée pour avoir abandonné un immeuble. Jean-Luc Duriez met ainsi en avant l’importance de former les militants afin qu’ils soient capables de décoder les textes juridiques.

JPEG - 205.3 ko

La parole citoyenne du début semble bien s’être transformée, depuis, en parole militante, avec au centre, des associations prêtes à rallumer la mèche. « On obtiendra des résultats par la mobilisation de tous : par des manifestations, par le recours au juridique, par le squat des sièges des bailleurs, s’il le faut, tout est possible », prévient Alain Laval. Des moyens d’action indispensables qui éviteront peut être l’apparition de bidonvilles, souligne Nouredine Abouakil : « Les bidonvilles n’existeront pas à Marseille, mais il y aura des logements précaires, des taudis si on laisse faire ». Une existence conjuguée au futur ? Pas si sûr, pouvait-on entendre murmurer du côté du public. Pour vérifier, il suffit en effet simplement de se pencher sous quelques passerelles d’autoroutes. A chacun ensuite de décrire avec ses propres mots ce qu’il y voit. Une chose est sûre : la rénovation urbaine n’est pas encore passée partout et pour tous, parole de galère !

 



Ecrire un commentaire

 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 30 septembre

     

    4e EDITION DES PRIX DE LA CHARTE DE LA DIVERSITE, appel à candidature

    IMS PACA organise pour la quatrième année consécutive les Prix de la Charte de la Diversité avec le soutien du Secrétariat Général de la Charte de la diversité, de la Préfecture de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, de la DIRECCTE, du Conseil Régional Provence-Alpes-Côte d’Azur, de la Délégation Régionale aux Droits des Femmes et à l’Egalité et des réseaux régionaux d’entreprises. Depuis quatre ans, les Prix de la Charte de la diversité distinguent par différentes catégories les entreprises les plus innovantes et performantes en matière de management de la diversité et de lutte contre les discriminations : * Prix Egalité professionnelle hommes-femmes * Prix de la politique handicap * Prix de la (...)

     

  • 30 septembre

     

    Un nouveau français emprisonné, pris en otage par Israël...

    En apprenant l’arrestation de Raed Abubadawia, un Franco-Palestinien, professeur de droit international à l’université de Naplouse, j’ai tout de suite pensé au cas de Salah Hamouri, un étudiant de 19 ans qui avait été arrêté en 2005. Le civil Hamouri avait été jugé et condamné par un tribunal militaire, un machin arbitraire, illégal au regard du droit international. Salah avait été enfermé sept années dans une prison israélienne et à l’époque, sans surprise, les autorités françaises (la droite était au pouvoir, le PS n’aurait pas fait mieux) n’avaient pas levé l’orteil pour le sortir de sa merde... la suite à lire ici : (...)

     

  • 30 septembre

     

    Encore de sa faute : Hollande laisse tomber la pluie... à Montpelliers

    Actu du 30/09/2014 : Un petit mot de Romulald Dzomo, toujours aussi rigolo : Développement personnel, coach personnel, marketing social. Je me perds avec toutes ces préconisations en temps de crise. Même l’eau a cessé de couler sur Hollande pour envahir Montpellier. C’est tout vous dire ! De là à ce que la politique familiale soit passée en viande tartare. Ils n’achèteront plus des écrans plats. C’est déjà S’aa (lire ça). C’est ma ville d’origine. Mais la gauche est devenue le VRP de la droite. Elle casse les monopoles. Je ne suis pas contre. C’est comme du Hong Kong (...)

     

  • 19 septembre

     

    Soirée soutien Palestine au Toursky, ce vendredi 19-09 à 18 H.

    Solidarité Palestine Marseille avec le soutien des « Amis de Richard Martin » Rencontre avec Samah Jabr & Salah Hamouriprésentation par Pierre Stambul, UJFP (Union Juive Française pour la Paix) *SAMAH JABR*, psychiatre et pédopsychiatre de Jérusalem-Est : *Dommages invisibles en Palestine * *conséquences de la guerre et de la vie sous occupation sur la santé mentale. * *SALAH HAMOURI*, ancien prisonnier politique palestinien, aujourd’hui étudiant en droit et militant de l’Addameer (association d’aide aux prisonniers politiques et à leurs familles) : *La vie dans les geôles israeliennes * *conditions de détention des adultes et des enfants, & impact sur les familles. * (...)

     

  • 15 septembre

     

    Pets foireux et/ou Bruyants : Une invention qui rassure ou qui fait Péter de Rires :

    Des chercheurs se sont penché sur cette question fondamentale à inscrire dans les anales des inventions. Oui il y a bel et bien une solution pour ceux qui ont les muscles sphincters qui les trahissent : http://www.quoidenews.fr/2014/05/05/invention-fini-les-pets-bruyants-et-malodorants-grace-a-ce-silencieux-pour-anus/

     

  • 15 septembre

     

    Le journal marocain Telquel dénonce la maltraitances dont sont victimes les migrants africains sont victimes.

    Toujours aussi triste de voir que la détresse humaine est aussi peu considérée. Certes les pays africain, entre eux, acceptent souvent bien plus de réfugiés qu’ailleurs. Mais ce n’est pas une raison pour se taire face aux exactions. C’est donc pour nous alerter que le journal marocain Telquel fait un topo sur ce drame : http://telquel.ma/2014/04/24/immersion-dans-lenfer-des-subsahariens_135517

     

  • 13 septembre

     

    La dictée des cités #Marseille - Stade Rougière ce dimanche 14/09 à 13H

    « Prenez vos stylos, écrivez votre prénom, votre nom et votre catégorie », annonce l’auteur de polars Rachid Santaki. L’organisateur de la manifestation prend son temps pour énoncer le texte tiré du Petit Prince, de Saint-Exupéry. « Il ne faut jamais écouter les fleurs », dicte le quadragénaire d’une voix posée. Le texte alterne des passés simples, des imparfaits et des dialogues au milieu du récit. Quelques têtes se lèvent interrogeant le « maître », qui appuie bien ses « virgule » et ses « retour à la ligne ». Mille deux cents caractères pas faciles, mais tout le monde s’applique. « S’enrichir ensemble » L’idée de populariser cette épreuve symbole de l’école française est venue à Abdellah Boudour, animateur de (...)

     

  • 11 septembre

     

    Guérini, candidat aux sénatoriales

    "Le président du conseil général se représente aux sénatoriales à la tête d’une liste sans étiquette. Il espère bien faire la nique au parti socialiste qu’il a quitté récemment et dont il égratigne la politique au gouvernement comme la stratégie locale". Voir l’excellent article dans Marsactu http://www.marsactu.fr/politique/guerini-veut-faire-du-senat-son-affaire-36193.html

     

  • 11 septembre

     

    Marseille : les comptes de campagne des candidats PS rejetés ?

    Les huit candidats PS aux élections municipales à Marseille ont été avertis du probable rejet de leurs comptes de campagne, sanctionnant le renvoi hors délai de leurs comptes rectificatifs. Ils risquent la perte de leurs mandats au conseil municipal, et jusqu’à l’inéligibilité pendant plusieurs années. http://www.franceinfo.fr/actu/politique/article/marseille-les-comptes-de-campagne-des-candidats-ps-rejetes-565797

     

  • 9 septembre

     

    Fréjus : le maire FN ferme un centre social en ciblant ses « positions politiques »

    David Rachline a décidé de rompre la convention qui liait sa ville au centre social de Villeneuve. Le motif est clairement politique. Dans une lettre que Mediapart publie, le maire cible « des positions à caractère politique contre l’actuelle équipe municipale » de l’association. Il reproche à la directrice ses propos dans la presse. Voir suite sur Médiapart http://www.mediapart.fr/journal/france/080914/frejus-le-maire-fn-ferme-un-centre-social-en-ciblant-ses-positions-politiques

     

Articles récents

Articles au hasard