Qui sommes nous ?

Nous Contacter

Nostalgie chronique

Publié le 2 janvier 2009
par Anne-Aurélie Morell
Saudade ! Cela sonne comme un air de Bonga, mélange de nostalgie et d’optimisme, un mot qui ne trouve pas de traduction en français, tant il est chargé de sens... à la brésilienne. A l’aube de l’année de la France au Brésil, lecture de chroniques marseillaises dans ce pays métis.

2009, année de la France au Brésil. Profitons-en pour plonger dans les « petites » aventures outre-Atlantique - chroniquées avec humour, amour et rage - de trois amis marseillais. Légèrement enivrés, faut-il le préciser ? René Frégni, qui préface avec malice l’ouvrage prévient : « On avale ces nouvelles comme un verre de rhum, c’est fort, ça brûle, ça fouette les entrailles ! Ça donne envie de tout abandonner et de se jeter sur la route dès les premiers rayons ».
Et la tête tourne incontestablement. Les textes, brefs, acerbes, mordants parfois jusqu’à l’écœurement - dignes d’une gueule de bois mémorable - prennent à la gorge, aux tripes. Les scénarii, réalistes puisque vécus, relèveraient presque d’un (bon) film hollywoodien... Non, brésilien finalement (citons la désormais référence « Cidade de Deus »). Violence, armes, corruption, femmes, alcool, suspens, dérision, aucun ingrédient ne manque. Avec en trame de fond une déroutante passion pour le Brésil et les Brésiliens, ombrée d’une irrémédiable saudade de Marseille.
Les pivetes (enfants des rues (sur)vivants notamment grâce au vol, victimes et fauteurs de violences, redoutés et pourchassés, voire purement éliminés...) sont omniprésents, le clivage social et économique écrasant. Un rythme de samba envole dénuement et amertume, les « Macumba » mènent la transe ; la fête et ses lendemains douloureux ont encore de beaux jours.
On connaissait l’ex-journaliste Jean-Paul Delfino dans l’exercice. Rejoint par l’écrivain Gilles Del Pappas - qui nous livre à son habitude une, fameuse, recette de cuisine - pilier du polar marseillais et Cédric Fabre lui aussi adepte du roman policier, tous trois gambergent et gambadent avec l’écriture. Lui donnant pour notre plus grand contentement cette dimension si étrange, celle qui rend les mots saouls.

Saudade, Petites chroniques brésiliennes de Jean-Paul Delfino, Gilles Del Pappas et Cédric Fabre. Editions C.L.C., 2005. 136 p., 12,5 €.


calle
calle
calle

SPIP 1.9.2d [11132] habillé par egt - accessibilité Articles et contenus © Med in Marseille Productions tous droits réservés