Articles

Accueil > Des Livres > « L’unité Culturelle de l’Afrique Noire »

 

« L’unité Culturelle de l’Afrique Noire »

5 février 2008 - Dernier ajout 6 février 2008

Cheikh Anta Diop

En 1951, l’étudiant à la Sorbonne, venu du Sénégal, Anta Diop, rédige sa thèse de doctorat. Ne parvenant pas, au bout de six ans, a réunir un jury de professeurs pour sa soutenance, il la publie en 1957 sous l’intitulé : « L’unité Culturelle de l’Afrique Noire ». Sa sortie fait grand bruit. Un an plus tard, en 1960, il obtient enfin son prestigieux diplôme.


 

Après lecture et à la lumière de l’époque, quelques années après la guerre et peu avant le réveil des indépendances, on imagine bien l’effet de cet ouvrage, sa longue admission dans le monde professoral et scientifique, comme l’impact qu’il a eu sur ses contemporains africains. C’est bien d’une révolution et d’une révélation, pour certains, dont il s’agit. À une période où l’histoire était encore exclusivement écrite par les vainqueurs, comme le disait Jules César, et où les préjugés raciaux, vis-à-vis de l’Afrique faisaient office de dogme scientifique, (« Les nègres ont une intelligence héréditaire inférieure », dixit Sir Julian Sorell Huxley, premier secrétaire général de l’UNESCO…). Les termes de « sauvages » ou autres « sous-développés » communs en ce temps-là, le travail de Cheikh Anta Diop change la donne. Par un rigoureux travail scientifique d’historien formé dans une université d’élite, il est le premier à revoir les thèses alors en vigueur et à mettre à jour une histoire jusque-là méconnue, voire travestie...

Le continent noir alors « considéré comme sans passé » en révèle un des plus glorieux. Bien qu’encore contesté par certains aujourd’hui il démontre, preuves a l’appui, la filiation africaine, et non sémitique ou indo-européenne, des premières dynasties égyptiennes, ainsi que la couleur noire des pharaons. Il met en exergue la place d’élèves qu’ont eu les Crétois et les premiers Grecs vis à vis de la civilisation égyptienne, alors au sommet, dans cette partie du globe.

De plus l’auteur choisit un angle bien particulier pour développer sa thèse. Il met en relation et étudie la structure familiale africaine et indo-européenne, basée respectivement sur le matriarcat et le patriarcat. Deux conceptions de société radicalement différentes. Dans la première, typique des sociétés sédentaires et agricoles, la femme tient un rôle prépondérant et une égalité des sexes y est observée. À l’inverse, dans celle qualifiée de patriarcale, dévolue aux sociétés nomades, l’homme détient tous les pouvoirs et la femme s’y subordonne. Dans ce domaine, la place et la lutte des femmes pour leur émancipation sous nos latitudes, prend tout son sens à la lecture de l’ouvrage. Il éclaire de manière inédite comment l’inégalité des sexes s’est instaurée en Europe. Notamment sur les rives de la Méditerranée, zone de confluence qui a vu naître la Grèce antique et l’empire romain dont découlent nos sociétés modernes. Le choc des cultures n’a pas été un vain mot et la lecture que fait l’auteur des tragédies Grecques notamment « l’Orestie d’Echille » est édifiante. Elle illustre pour lui, la lutte du patriarcat, amené par les conquérants nomades sur le matriarcat, alors en vigueur dans la région. Oreste est poursuivi par les furies, déesses de l’ancien temps pour un crime à leurs yeux impardonnable, celui de sa mère. Le héros se justifie en l’accusant d’un bien pire, celui de son époux, l’homme. Il revient à Athéna, divinité nouvellement créée et enfantée d’un père, Zeus, de trancher. Reconnaissant « la supériorité du sexe viril en toute chose », elle absout le jeune homme, enterre définitivement les déités féminines et installe le patriarcat.

Tout au long de son analyse, Cheikh Anta Diop nous invite à se pencher sur l’histoire de ce qui est devenu les spécificités de l’Europe et de l’Afrique. Au vu du traitement qu’a subi cette dernière ces cinq derniers siècles, on ne peut décemment pas reprocher à l’auteur, malgré une impartialité affichée, de parfois mettre en avant les qualités humaines de ce continent. Cependant la lumière nouvelle qu’il jette sur notre passé est propre à nourrir notre esprit critique et nous donne des éléments nouveaux qui permettent de mieux saisir certains travers de nos sociétés modernes, comme la xénophobie ambiante et le patriotisme exacerbé de certaines nations aussi puissantes que belligérantes.
Si l’œuvre de ce grand chercheur est aussi peu méconnue aujourd’hui et essuie toujours un vent de critiques septiques, on ne peut s’empêcher d’y voir le fait d’une pensée nouvelle bousculant des idées établies et forçant une communauté dominante à se faire une autocritique constructive.
Pour reprendre les mots de l’écrivain italien, Italo Calvino, « Pourquoi lire les classiques » ? A l’heure de l’Europe et de la mondialisation, on pourra y répondre en citant l’auteur africain de cette thèse, qui ouvrit les portes du renouveau de la conscience noire et de la négritude. « Seule une véritable connaissance du passé peut entretenir dans la conscience le sentiment d’une continuité historique, indispensable à la construction d’un état supranational (…). Il n’est pas indifférent pour un peuple de se livrer à une telle investigation (…), car ce faisant, il s’aperçoit de ce qui est solide et valable dans ses propres structures culturelles et sociales, dans sa pensée en général (…). Il peut maintenant se définir de façon positive à partir de critères indigènes et non imaginaires ».
L’œuvre de Cheikh Anta Diop, en commençant par L’Unité Culturelle de l’Afrique Noire nous aide assurément à changer notre regard sur le monde et travailler à ce que « l’Histoire » ne se répète pas en offrant à l’étude un regard qui, jusque-là, n’avait pas le droit de citer, celui du « vaincu ». Si l’auteur est aujourd’hui décédé (il a disparu le 7 février 1986), son travail, malgré les critiques, reste un outil de choix pour aborder les tumultes de notre actualité.

L’Unite Culturelle de l’Afrique Noire, Cheikh Anta Diop, éditions Presence Africaine, première édition 1959.

 



Ecrire un commentaire

 

 

Autres articles Des Livres

 

Brèves Des Livres

  • Septembre 2012

     

    Rdv ce soir au 4ème SALON DU LIVRE DE SAINT-ANDRÉ à Marseille (16ème).

    Communiqué du Service Service Culture Manifestations et Fêtes de la Mairie du 15/16 : "Venez nombreux ce soir au 4ème SALON DU LIVRE DE SAINT-ANDRÉ, dans le cadre des journées du patrimoine et à l’initiative de l’association St André Loisir et Culture et de la Mairie 15-16 Place de l’Église, 13016 St André, bus 36 A partir de 17heures venez à la rencontre des écrivains. A 19 heures, LECTURE-SPECTACLE "SUR LES TRACES DE NOS PAS" de Lucienne Brun : formidable travail de mémoire sur les quartiers de St André et Saint-Louis lecture Sylviane Simonet, chants méditerranéens Déborah Nabet et "MOTS DE TÊTE" Éditions Autrement : quelques chapitres décoiffant échappés de ce récit où Dominique Resch (...)

     

  • Décembre 2011

     

    Sortie du livre "PLAIDOYER POUR LA TURQUIE" de Jean-Pierre Salvetat et Catherine Izzo

    C’est avec plaisir que nous vous relayons le communiqué qui nous annonce la sortie du livre de Jean-Pierre Salvetat et Catherine Izzo : "PLAIDOYER POUR LA TURQUIE" De François 1er à Nicolas Sarkozy. Six siècles de relations franco-turque Après une étude précise des six siècles de concorde culturelle, diplomatique, militaire et commerciale franco-turque, Plaidoyer pour la Turquie s’attache à montrer que, si nous voulons une Europe forte, il est fondamental, d’un point de vue géostratégique, politique et économique, que la Turquie intègre l’Europe. De Gaulle, Mitterrand et Chirac avaient fixé les règles du jeu. Des intérêts électoraux, dopés par un populisme qui gangrène l’Europe, ont-ils succédé à (...)

     

Articles récents

  • 17 juillet 2014



    « Le coeur sur la main »
  •  

  • 16 juillet 2014



    Israël massacre, des marseillais ripostent vaillemment et leurs élus se cachent lamentablement
  •  

  • 10 juillet 2014



    Dans les bras de Bahia #8
  •  

  • 8 juillet 2014



    Pelé vs Guarrincha Ou la différence entre le rêve et la réalité
  •  

  • 4 juillet 2014



    Féminité, Sensualité, liberté #7
  •  

  • 30 juin 2014



    Nuit de fête #6
  •  

  • 27 juin 2014



    A Marseille, des supporters algériens one, two, tri Happy ! mais privés d’histoires.
  •  

  • 26 juin 2014



    L’espace Franco-Algérien scandalisé par l’arrachage de la plaque commémorative du 8 Mai 1945
  •  

  • 25 juin 2014



    Un drapeau algérien peut cacher un maillot de l’équipe de France.
  •  

  • 23 juin 2014



    Retrouver le peuple, oui, mais quel « peuple » ?
  •  

  • 20 juin 2014



    Le groupe parlementaire d’amitié France-Algérie joue les prolongations …
  •  

  • 20 juin 2014



    Bienvenue à Salvador de Bahia #5
  •  

  • 19 juin 2014



    Oscar Micheaux, précurseur et « monstre sacré » du cinéma afro-américain
  •  

  • 19 juin 2014



    ZUMBI #4
  •  

  • 18 juin 2014



    Le pays de la canne #3
  •  

  • 17 juin 2014



    Récife, premiers pas, premiers contacts #2
  •  

  • 16 juin 2014



    NOUVELLES d’un voyage au BRESIL #1
  •  

  • 12 juin 2014



    Fête et histoire défaite du 8 mai 1945....
  •  

  • 11 juin 2014



    A couteaux tirés chez les Le Pen
  •  

  • 11 juin 2014



    CAF, chemin de Gibbes, la colère des allocataires contre la fermeture des guichets.
  •  

Articles au hasard

  • 30 octobre 2013



    Dans la banlieue Lyonnaise, le Film "La Marche" rassemble les marcheurs de 83.
  •  

  • 9 juin 2010



    Handibasket : OSE la diversité
  •  

  • 28 octobre 2013



    « Seule une mobilisation populaire fera sortir Georges Abdallah de prison. »
  •  

  • 26 mai 2008



    A la découverte du monde du santon
  •  

  • 15 mars 2011



    La France se mouille concernant la Libye
  •  

  • 17 juin 2013



    Visite en capitale 2013 : Villa Méditerranée, coup d’envoi des expos
  •  

  • 18 mai 2012



    A la Friche ce week-end : 48 h de fête perpétuelle, d’animations, d’art et de culture
  •  

  • 19 janvier 2011



    Jean-Claude Gaudin censure Leila Shahid : Philippe San Marco s’indigne, Michel Vauzelle trouve une solution
  •  

  • 6 avril 2009



    La Maison de l’Emploi marseillaise : un an après…
  •  

  • 21 décembre 2010



    L’Histoire des colonies par le petit bout de la lorgnette ? Pas si sûr…
  •