Articles

Accueil > Actualités > Théâtre Performance, Les Rencontres à l’Echelle

 

Théâtre Performance, Les Rencontres à l’Echelle

23 novembre 2017

Espace de rencontres et de réflexion, Les Rencontres à l’Echelle, proposées par les Bancs Publics ont, cette année, le parfum des deux rives de la Méditerranée et s’interrogent sur le fossé qui « se creuse entre Occident et monde musulman ». En parallèle, une exposition consacrée à la photographie algérienne s’ouvre pour trois mois, sous le commissariat de Bruno Boudjelal, intitulée « Ikbal – Arrivées », à la Friche.


 


Spectacle " De l’autre côté du Mur", de l’Iranien, Gurshad Shaheman

Dédiées à la création contemporaine, et mêlant plusieurs disciplines, telles que des performances, danse, théâtre, cinéma, Les Rencontres à l’échelle interrogent les drames et tensions actuelles, véritables lignes de faille de notre monde à travers les créations, d’artistes venus d’Europe, mais aussi de Syrie, Egypte, Algérie, Turquie, et
Liban. Pour la deuxième semaine de Rencontres, nous reviendrons sur quelques pièces marquantes ainsi que sur un panorama des créations encore à voir.

Encore à l’affiche, la performance, « Titre provisoire », de Chrystèle Khodr, Egypte et Waël Ali, Syrie propose une exploration artistique des diverses migrations vécues dans leur famille. Remontant la mémoire familiale sur trois générations de famille syrienne, grâce à des objets, cassettes audios, lettres…, les deux auteurs font dialoguer passé et présent, sous formes de performances, vidéos et musique.

L’installation chorégraphique performative, "Transaction", du Syrien Mithkal Alzghair

L’installation chorégraphique performative, « Transaction » du chorégraphe et danseur syrien exilé en France, Mithkal Alzghair, interroge les images des conflits dont nous sommes abreuvés et qui, en fait, nous aveuglent. « Des palettes de bois noires et deux corps jonchent le plateau dans ce qui s’apparente à un paysage après une explosion. Les danseurs
harnachés à des poulies sont manipulés à vue dans une danse macabre qui joue
sur des rapports de gravité et de transfert de poids. Passif ou actif, mort ou vivant,
les corps s’éloignent et convergent à travers l’espace dessiné par le plasticien
Khaled Dawa, tandis que les râles de la chanteuse syrienne Noma Omran se muent
parfois en vocalises ».

De son côté, « Mind, the Gap » de l’égyptien Hani Sami est une lecture performative, qui questionne sur la réception des images, et notamment celles, en provenance du monde arabe, « un voyage de l’intellect, du choc et de la catharsis », selon le communiqué.

Three Rooms revêt la forme d’une « performance à distance », entre la comédienne syrienne Amal Omran, l’écrivain et comédien turc Hatem Hadawe et la performeuse anglaise Kathryn Hamilton entre. Ce dispositif particulier est né de l’impossibilité des trois artistes de travailler ensemble, faute de visa. « De cette situation, ils ont inventé une « performance à distance » qui utilise la technologie pour pallier à l’absence physique qui suit l’aventure épistolaire 2.0
d’un couple d’amoureux éloignés à cause de la guerre en Syrie ».

HOSPITALITÉS de MASSIMO FURLAN

« Hospitalités » est une pièce en prise directe avec notre actualité. Le cœur du projet part d’une « fake news », colporté » dans un petit village basque, la Bastide-Clairence, dans lequel l’artiste italo-suisse, Massimo Furlan, était en résidence. A savoir : l’ouverture d’un centre d’accueil
pour migrants, afin de décourager les investisseurs immobiliers, avec la complicité du maire actuel, de l’ancien maire, l’esthéticienne, la potière. Mais « Rattrapés par une actualité
de plus en plus pressante et l’urgence de venir en aide aux réfugiés, les protagonistes décident de muer la farce en action concrète. Ainsi l’association Bastida Terre d’Accueil est créée et une famille syrienne accueillie dans le bourg.
« Hospitalités » prend la forme d’une polyphonie basque, convoquant sur scène neuf
villageois, acteurs de cet épisode de politique-fiction ».

« De l’Autre côté du Mur » : un témoignage des réfugiés homosexuels

En ce qui concerne le programme de la première semaine des Rencontres, donc déjà passé, on retiendra le projet, très courageux mené par Gurshad Shaheman, le comédien et metteur en scène iranien, intitulé « De l’Autre côté du Mur » .
Ce spectacle restitue les témoignages des réfugiés LGBT et homosexuels, pour la plupart Iraniens, Irakiens ou Syriens. Gurshad Shaheman a recueilli
les récits de ces minorités pourchassées et d’une extrême vulnérabilité, en Grèce et au Liban. « Je me suis donné donc pour mission d’aller à la quête d’autres histoires de guerre, d’amour hors norme et d’exil et d’en rassembler les fragments sous la
forme d’un recueil des Mille et une nuits contemporain. Concrètement, je pars à la
rencontre de personnes ayant été contraintes de quitter leur pays d’origine où leur vie était menacée soit à cause d’un conflit soit à cause de leur orientation sexuelle. J’ai commencé mon enquête en France, d’abord à Calais puis à Paris, je l’ai poursuivi à Bruxelles, puis j’ai obtenu le soutien de l’Institut Français pour étendre mes recherches au Liban et à la Grèce », explique le metteur en scène.

"Love and Revenge" du rappeur libanais Rayess Bek et de la vidéaste Randa Mirza

En note nettement plus positive, "Love and Revenge" fut un sète festif, par le duo libanais, composé de Rayess Bek, figure incontournable du mouvement
hip-hop et rap dans son pays, et de la photographe et vidéaste Randa Mirza. Love and Revenge « revisite l’âge d’or de la musique et du cinéma » Sur la toile, La Mirza remixe
des séquences filmiques de comédies musicales surgies du passé où apparaissent
les icônes de la danse, de la variété et du septième art égyptiens, irakiens ou libanais,
telle la diva Oum Kalthoum dans sa prime jeunesse ou les danseuses Samia
Gamal et Tahia Carioca.

AVANT LA RÉVOLUTION, de l’Egyptien Ahmed Et Attar

On évoquera aussi la pièce, Avant la Révolution, de l’Egyptien Ahmed Et Attar, créée dans un climat de censure, qui met en face à face un homme et une femme qui réfléchissent sur l’amour, la famille, l’avenir, l’argent, l’oppression. « Et c’est bien de la situation politique actuelle en Egypte dont ils parlent », entre théâtre documentaire et fiction.

Avec Still in Paradise, une performance théâtrale, les auteurs, Yan Duyvendak l’un d’origine néerlandaise, l’autres, Omar Ghayatt, Egyptien, se sont attachés « à déjouer les anciens et les nouveaux clichés, les vieux et les jeunes démons. Chercher là où ça fait mal, pour y mettre du baume », réagissant à la théorie du « Choc des civilisations »…

De son côté, le spectacle ZIG ZIG de Laila Soliman est revenu sur le combat de jeunes paysannes égyptiennes, pour faire juger les sordides exactions commises par des soldats de l’armée anglaise, dont elles furent victimes en 1919. Alors que l’Egypte est en plein guerre d’indépendance, avec Saad Zaghzoul, leader du parti nationaliste égyptien, le 30 mars 1919, un village de la région de Gizeh en Egypte, sera pillé et saccagé par des officiers anglais et de nombreuses paysannes violées. Et fait rarissime à l’époque, une douzaine des villageoises saisirent la justice pour faire reconnaître ces crimes, leurs interrogatoires ont été retranscrits et conservés dans les Archives du bureau des Affaires Etrangères à Londres. C’est à partir de ces textes d’archive que la metteuse en scène a réussi à se procurer que le spectacle est conçu.

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 6 novembre

     

    Projet de loi sur la Sécurité Sociale adopté : 4,2 milliards de restrictions demandés

    L’Assemblée nationale a adopté, mardi 31 oct 2017, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018. La gauche de l’Hémicycle a voté contre, dénonçant une attaque sans précédent contre le système de protection sociale. https://www.humanite.fr/le-budget-de-detricotage-de-la-securite-sociale-ete-vote-644835

     

  • 6 novembre

     

    Violences sexuelles faites au femmes, plan d’urgence demandé à Macron

    VIOLENCES SEXUELLES - Louane, Alexandra Lamy, Tatiana de Rosnay... 100 femmes demandent à Macron "un plan d’urgence contre les violences sexuelles" Elles sont les premières signataires d’une pétition en ligne pour en finir avec les violences sexuelles. "Ces violences ne sont pas une fatalité. Elles peuvent cesser". Une centaines de personnalités féminines de la société civile, artistes, comédiennes, réalisatrices, écrivaines, journalistes, médecins... ont signé une tribune adressée au président Emmanuel Macron dans le Journal du dimanche ce 5 novembre, demandant "un plan d’urgence contre les violences sexuelles". Cet appel, initié par des militantes féministes, dont Caroline de Haas, a également été (...)

     

  • 30 octobre

     

    Concert de musique arabe et européenne en soutien à SOS Méditerranée dans le cadre du festival d’Aix-en-Provence

    La série de concerts solidaires exceptionnels inaugurée en 2016 au profit de SOS MEDITERRANEE, se poursuit cet automne, sur l’initiative de Bernard Foccroulle, directeur du festival d’Aix-en-Provence et organiste, et membre du comité de soutien de SOS Méditerranée. Le prochain concert aura lieu - Vendredi 17 Novembre à 20h45 - Eglise St Jean de Malte à Aix-en-Provence "Les couleurs de l’Amour et de l’Exil" Concert de musique arabe et européenne Bernard Foccroulle Orgue Alice Foccroulle Soprano Moneim Adwan Chant et Oud Compositions de Francisco Correa de Arauxo, Alessando Grandi, François Couperin, Dietrich Buxtehude, Bernard Foccroulle, Abou Khalil El-Kabani, les frères (...)

     

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit de retrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

Articles récents

Articles au hasard